Page images
PDF
EPUB

sau.

HI A CIN T E. *ay ouï dire, O&ave, que vôtre sexe aime moins ag-iemps que le nôtre, & que les ardeurs que les ommes font voir, font des feux qui s'éteignent aufli cilement qu'ils naissent.

OCTA V E. Ah! ma chere Hiacinte, mon cœur n'est donc is fait comme celui des autres hommes, & je ins bien pour moi que je vous aimerai jusqu'au tom.

HIA CINT E. Je veux croire que vous sentez ce que vous ites , & je ne douce point que vos paroles ne piene sinceres ; mais je crains un pouvoir , qui ombattra dans votre coeur les cendres sentimens ue vous pouvez avoir pour moi. Vous dépendez 'un Pere, qui veut vous marier à une autre pero onne ; & je suis sûre que je mourrai , si ce malheur n'arrive.

O C T A V E. Non , belle Hiacinte , il li'y a point de Perc qui puisse me contraindre à vous manquer de foi', Se je me resoudrai à quitter mon pais , & le jour même, s'il eft besoin , plûtôt qu'à vous quitter. Pay déja pris , sans l'avoir veuë , une aversion effroyable pour celle que l'on me deftine ; & fans être cruel je souhaiterois que la mer l'écarcat d'ici pour jamais. Ne pleurez donc point', je vous prie , mon aimable Hiacinte, car vos larmes me tuënt, je ne les puis voir fans me sentir percer le

HI A CINT E. Puis que vous le voulez, je veux bien essuyer mes pleurs, & j'accendrai d'un cil constant ce qu'il plaira au Cicl de résoudre de moi.

OCT A V E.
Le Ciel nous sera favorable.

HI ACIN T E. Il ne sçauroit m'être contraire , fi vous m'étes forme delle.

OCT A V E.
Je le serai a fûrément.

cour.

[ocr errors]

HI A

.

HIA CINT E.
Je ferai donc heureuse.

SCAPIN. Elle n'est pas tant forte, ma foy, & je la trouve aflez paffable.

OCTAVE. Voicy un homme qui pourroit bien, s'il le vou. loit , nous être dans tous nos besoins, d'un secouri merveilleux.

SCAPIN. J'ay fait de grands fermens de ne me mêler plus du Monde; mais si vous m'en priez bien fort cous deux, peut-être....

OCTAVE ¡Ah! s'il ne tient qu'à te prier bien fort, pour obtenir ton aide , je te conjure de coue mon coeur de prendre la conduite de nôeré barque.

SCAPIN.
Et vous, ne me dites-vous rien ?

HIACIN TE. Je vous conjure, à son cxemple, par tout ce qui vous est le plus cher au monde, de vouloir Servis nôtre amour.

SCAPIN.
Il faut fe laisser vaincre, & avoir de l'humanité
Allez, je veux m'employer pour vous.

OCT À Y E.
Croy que....

SCAPIN, parlant a Hiacinte. Chut. Allez-vous-en vous, & soyez en repos. Et vous, preparez-vous à soûtenir avec fermeté l'abord de vôtre pere.

OCTA V E. : Je t'avouë que cet abord me fait trembler paravance, & j'ay une cimidité naturelle que je ne sçaurois vaipcre.

SCA PIN. Il faut pourtant paroître ferme au premier choc, de peur que fur Vôcre foiblefle il ne prenne le pié de vous mener comme un enfant. Là, tâchez de vous composer pár étude. Un peu de hardiefsc, & songez à répondre résolument sur cout ce qu'il pourra, vous dire.

OCT.A.

[ocr errors]

OCT A V E. Je feray du mieux que je pourray.

SCAPIN. Cà, essayons un peu pour vous accoûtumer., Repetons un peu vôtre rôle, & voyons fr vous ferez bien. Allons. La mine resolie, la tête haute, les Tegards aflûrez.

OCTA V E.
Comme cela?

SCAPIN.
Encore un peu davantage.

OCTA v E.
Ainsi?

SCAPI N. Bon. Imaginez - vous que je suis vôtre pere qui arrivey & répondez-moi fermement comme si c'étoit à lui-même. Comment, pendard, vaurien , infame, fils indigne d'un pere comme moi, oses-tu bien paroître devant mes yeux aprés tes bons déportemens , aprés le lâche tour que til m'as joué pendant mon absence? Est-ce-là le fruit de mes foins, inaraut, est-ce-là le fruit de mes soins ? le respect qui m'eft deu ? le respect que tu me conserves ? Allons donc. Tu as l'insolence fripon, de s'engager fans le consentement de con. pere ; de contracter un mariage clandestin ? Réa pon-moi , coquin, répon-moi. Voyons un peu tes belles raisons. Oh que diable , vous demeurcz interdit.

OCTAVE. C'est que je m'imagine que c'est mon pere que j'entens.

SCAPIN. Eh oui. C'est par cette raison qu'il ne faut pas êm. tre comme un innocent..

OCT A V E.
Je m'en vai prendre plus de résolution, & je ré
pondrai fermement.

SCAPIN.
Affûrément?

OCTA V E..
Allûrément,

SIL

[ocr errors]

SILVESTR E.
Voilà vôtre Pere qui vient.

OCTA v E.
O Ciel! je suis perdu. Il s'enfuit:

SCAPIN. Hola, Oétave, demeurcz. O&tave. Le voilà enfuy. Quelle pauvre espece d'homme! Ne laissons pas d'attendre le vieillard.

SILVESTR E.
Que lui dirai-je ?

SCAPIN.
Laisse-moy dire; moi, & ne fai que me suivre.

SCENE IV. ARGANTE, SCAPIN, SILVESTRE

ARGAN TE. -T-on jamais oüi parler d'une action pareille à celle-là ?

SCAPIN. Il a déja appris l'affaire, & elle lui tient si fort en tête , que tout seul il en parle haut:

AR GANTE. Voilà une temerité bien grande!

SCAPI N. Ecoutons-le un peu.

; ARGAN TE, Je voudrois bien sçavoir ce qu'ils me pourront dire fur ce beau mariage:

SCAPI N. Nous y avons songé.

ARGAN TE. - Tâcheront-ils de me nier la chose ?

SCAPI N.
Non, nous n'y pensons pas.

AR GANTE.
Ou s'ils entreprendront de l'excuser ?

SCAPIN.
Celuy-là se pourra faire.

AR GANTE.
Pretendront-ils m'amuser par des contes en l'air?

SCA.

2

SCAPIN. Peut-être.

ARGANTE. Tous leurs discours seront inutiles.

S.CAPIN. Nous allons voir.

AR GANT E. Ils ne m'en donneront point à garder.

SCAPIN. Ne jurons de rien.

AR GANTE. Je sçaurai mettre mon pendard de fils en lieu d sûreté.

SCA PIN.
Nous y pourvoirons.

ARG AN T E.
Et pour le coquin de Silvestre,

je le roüerai de coups.

SILVESTRE. J'écois bien étonné s'il m'oublioit.

AR GANTE. Ah, ah! vous voila donc, fage gouverneur de fa. mille, beau directeur de jeunes gens.

SCAPIN.
Monsieur, je suis ravi de vous voir de retour.

AR GAN TE. Bonjour , Scapin. A Silvestre. Vous avez suivi mes ordres vrayment d'une belle maniere, & mon fils s'est comporté fort fagement pendant mon absence.

SCAPI N.
Vous vous portez bien, à ce que je voy?

AR GAN TE.. Allez bien. À Silvestre. Tu de diş mot, Coquia; tu ne dis moi?

SCAPIN.
Votre voyage a-t-il'été bon?

AR GANT E. Mon Dicu, fort bon. Laisle-moy un peu quercller en repos.

SCAPIN.
Vous voulez quereller?

ARGANTE.
Ony, je veux querculero ,

SCA

« PreviousContinue »