Page images
PDF
EPUB

M JOURDA I N. eft-ce que c'est que ceci? Vous avez mis les senenbas.

Mre. TAILLE U R. Vous ne m'avez pas dit que vous les vouliez en haur.

M JOURDA I N. Eft-ce qu'il faut dire cela :

Mre. TAILLEUR. Ouy vrayment. Toutes les personnes de qualité les Itent de la forte,

M. JOURDA I N. Les personnes de qualité portent les fleurs en ensi

Mre. TAILLE U R. Ouy, Monsieur.

M. JOURDAIN.
Ohvoilà qui est donc bien.

Mre, TAILLEUR.
Si vous voulez, je les mettraien enhaut,

M. JOURDA I N.
Non, non.

Mre. TAILLE U R.
Vous n'avez qu'à dire.

M, JOURDA I N. 3

Non , vous dis-je, vous avez bien fait. Croyezrous que mon habit m'aille bien?

Mre. I AILLEUR.. B:lle demande ! Je défie un peintre, avec son pinteau, de vous faire rien de plus juste. J'ay chez moy

Garçon, qui pour monter une Ringrave , eft le plus grand genie du monde; & un autre , qui pour affenibler un pourpoint,eft le Héros de nôtre temps.

M. JOURDA I N. La perruque, & les plumes, sont elles comme il faut ?

Mre. TAILLE UR,
Tout est bien.
M. JOURDAIN, en regardant l'habit

du Tailleur. Ah, ah, Monfieur le Tailleur , voilà de mon étoffe du dernier habit que vous m'avez fait. Je la reconnois bien.

Mre.

[ocr errors]

Mre. TAILLEUR. C'est que l'étoffe me sembla si belle, que j'en ay voulu lever un habit pour moy:

M. JOURDA I N.
Ouy, mais il ne falloit pas le lever avec le mien.

Mrc. TAILLE U B.
Voulez-vous mettre votre habit?

M. JOURDAIN.
Quy, donnez. le moy.

Mre. TAILLEUR. Attendez. Cela ne va pas comme cela. J'ay amené des gens pour vous habiller en cadence, & ces fortes d'habits se mettent avec cérémonie. Hola, entrez vous autres. Mettez cet habit à Monsieur, de la manière que vous faites aux personnes de qualité.

Quatre Garçons Tailleurs entrent, dont dessz luy sro rachent le haut-de-chausse de ses exercices, doe deux astres la camisolé, puis ils lwy mettent fon habit neuf, é Monsieur Jourdain se promene entr'eux, do lezsr montre Son habit , pour voir s'il est bien. Le tout à la cadence de toute la fimphonie.

GARCONTAILLEUR. Mon Gentilhomme, donnez, s'il vous plaît, aux garçons quelque chose pour boire.

M. JOURDAIN:
Comment m'appellez vous ?

GARCON TAILLEUR,
Mon Gentilhomme.

M. JOUR DA I N.. Mon Gentilhomme! Voilà ce que c'est, de se mettre en Personne de qualité. Allez-vous en demeurer toujours habillé en Bourgeois, on ne vous dira point mon Gentilhomme. Tenez, voilà pour mon Gentilhomme.

GARCON TAILLEUR. Monfeigneur, nous vous sommes bien obligez.

M. JOUR DA I N. Monseigneur, oh, oh! Monseigneur! Attendez , mon amy, Monseigneur mérite quelque chofe, & ce n'est pas une petite parole que Monfeigneur. Tenez , voilà ce que Monseigneur vous donne.

GAR

[ocr errors]

GENTIL HOMME.

GARCONTAILLEUR. e madhe ôtre Grandeur.

M. JOURDA I N.

bila pour ma grandeur.

261 -. TAL Monseigneur , nous allons boire tous à la santé, de JOUAN Vôtre Grandeur, oh, oh, oh! Attendez, ne vous TAL... jusqu'à l'Alteffe, il aura toute la bourse. Tenez,

hallez pas. A moy, vôtre Grandeur! Ma foy, s'il
mentre To
TOURDINE

GARCON TAILLEUR.
Monseigneur, nous la remercions trés-humble-

M. JOURDA IN.
Les quatre Garçons Tailleurs se réjouiffcnt par une

dance , qui fait le second Interméde.
-OUS TO

Fin du second Afte, axt de fer exterieur

[ocr errors]

ent de les liberalitez.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

test bien, ketel

EN TAILLED
-, donnez, silno
2 pour boire.

URDAIN
Ez vous?
NIAILLEUR

ACTE III.

SCENE I.
MONSIEUR JOURDA IN,

& ses deux L A RUA I S.

M. JOURDA I No Livezmon deux de marcher immédiatement sur mes pas,

par la ville , & sur tout, ayez soin tous afin

L'A RUA I S.
Aime. Tenta, Oly, Monsieur.

M. JOUR DAIN.

Nicole, que je luy donne quela ques ordres. Ne bougez, la voilà.

S

ROAIN

l'oilà ce que cel Halité. Altez

habit

en Bourgeois

, es

Appellez-moy

AILLEUR uslommesbica RDAIN

Monfeigneur!! cuir merite que o rire parole que li Jue Monleigert

SCE.

SCENE II.

[ocr errors]

NICOLE, MONSIEUR JOURDAIN,

LA QUAIS.

M. JOURDA I N.
Nicole:

NICOLE,
Plaît-il ?

M. JOUR DA I N.
Ecoutez.

NICOL E.
Hi, hi, hi, hi, hi.

M. JOURDAIN.
Qu'as-tu à rire?

NICOL E.
Hi , hi, hi, hi, hi, hi.

M. JOURDA I N.
Que veut dire cette coquine-là ?

NICOL E.
Hi, hi, hi. Comme vous voilà bâti! Hi, hi, ti.

M.. JOURDA I N.
Comment donc ?

NICOLE.
Ah, ah, inon Dieu, Hi, hi, hi, hi, hi,

M. JOURDAIN. Quelle friponne est-ce la! Te moques-tu moy?

NICOL E. Nenny, Monsieur, j'en serois bien fâchée. Hi, hin hi, hi, hi, hi.

M. JOURDA I N.
Je ce bailleray sur le nez, si tu ris davantage.

NICOL E. Monsieur, je ne puis pas m'en empêcher. Hi, hi, hi, hi, hi, hi.

M. JOURDA I N.
Tu ne t'arrêteras pas?

NICOLE, Monsieur, je vous demande pardon; mais vous étes fi plaisant, que je ne sçaurois me tenir de site

M. JOUR

[ocr errors]

Hi, hi, hi.

M. JOURDA I N. Mais voyez quelle infolence.

NICOLE. Vous étes tout-à-fait drôle comme cela. Hi, hi.

M. JOURDA I N.
Je te...

NICOL E.
Je vous prie de m'excuser. Hi, hi, hi, hi.

M. JOURDA I N. Tien, si tu ris encore le moins du monde, je te jure se je t'appliqueray sur la jonë le plus grand soufflet i se soit jamais donné.

NICOL E. Hé bien, Monsieur, voilà qui est fait, je ne riray

[ocr errors]

us.

[ocr errors]

M. JOURDA IN Prens-y bien garde. Il faut que pour tantôt cu ittoyes...

NICOLE. Hi, hi.

M. JOURDAIN, Que tu nettoyes comme il faut...,

NICOL E.
Hi, hi,

M. JOUR D A I N.
Il faut, dis-je, que tu nettoyes la Salle, &...

NICOLE.
Hi, hi.

M. JOUR D A Í N. Encore ?

NICOL E. Tenez, Monsieur, battez-moy plûrôt, & me aissez rire tout mon saoul; cela ine fera plus de bien. Hi, hi, hi, hi, hi.

M. JOURDA I N. J'enrage.

NICOL E. De grace, Monsieur , je vous prie de me laisser si. re. Hi, hi, hi.

M. JOURDA I N. Si je te prens...

NICOLE. Monsieur, eur, je creveray , ay, li je ne ri. Hi, hi , hi.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »