Page images
PDF
EPUB
[subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

A V IS

DU LIBRAIRE,

SUR CETTE NOUVELLE EDITION.

L

en

E Traité de l'opinion, ou Mémoires pour servir à l'histoire de l'ésprit humain, a eu une approbation fi générale, & a été là avec tant de fatis

faction, & de fruit , que l'autheur ne pouvoit défirer une réputation plus étenduë & mieux établie ; plufieurs personnes auroient cependant souhaitté , qu’on l'imprimât sur une plus grande forme ; c'est pour satisfaire à une fi juste demande, que le sieur Briffaut libraire à Vienne a entrepris d'en donner une nouvelle" edition au Public deux volumes in quarto , tant pour la commodité de ceux qui ont des bibliotheques ou des cabinets de livres choisis que pour ceux qui , voulant se rafraîchir la mémoire de quel que passage

aiment mieux avoir un ouvrage en peu de volumes , pour n'être pas obligés de récourir à plusieurs autres . Le caractere , & le papier sont d'une beauté à faire honneur au Libraire ; les citations y sont placées dans un bel ordre , & on a eu loin de purger cette nouvelle edition de tous les Errata qui se glifferent dans les premieres . Enfin celle-ci est digne d'un tel ouvrage deja si celebre dans la Tépublique des belles lettres . L'auteur s'étant proposé de

execute

[ocr errors]

donner la science de douter à propos.& de ne point fe laiffer entrainer par le torrent à de faux préjugez admirablement son projet en se fervant des sciences profanes , & rapportant les sentimens des anciens & des modernes, pour faire voir l'empire de l'opinion , & à quel point elle regne dans ces sciences. Après avoir fait des réflexions très judicieuses , & d'un grand discernement sur les opinions les plus remarquables, il donne une dissertation très curieufe sur les auteurs & prouve , par les exemples des souve. rains , & des grands hommes qui ont composé des ouvrages , avec combien d'avantages on peut allier les belles lettres aux vertus militaires & aus devoirs austeres de la magistrature . Il vient ensuite à l'eloquence , qu'il fait consister bien plus dans l'opinion que dans des régles certaines . Il parle des témoignages peu avantageux que la plû part des hommes avoient pour la poësie, mais il lui donne une défense trés naturelle, qui est, qu'elle ne se sert de la fiction

, que pour amener les hommes à la verité. De-là il passe à l'histoire fi remplie de fables

& de contradictions parmi les ecrivains & conclut que son principal but doit être d'étudier les opi. nions, les motifs & les passions des hommes, & d'apprendre à se connoître en connoissant les autres

de se corriger par les exemples , & d'acquerir de l'expérience sans danger. La chronologie n'est pas moins embarassante ; il en donne un précis des differentes opinions , & de la supputation du tems chez tous les peuples. L'auteur toujours attentif au point de vuë qu'il s'est proposé, remonte a la source de l'histoire de la philosophie , la tirant de l'antiquité la plus reculée; & descendant par dégrez des sentimens des anciens philosophes à ceux des modernes, il fait observer que les sciences ont passé trois fois de la Gréce dans l'Occident : la premiére , lorfque les Romains les puisérent en Gréce; la seconde , lorsque les François , après avoir pris. Conftantinople , raporterent du Levant les écrits d'Aristote avec, les commentaires des Ara. bes i la troisieme ; lorsqu'apres la destruction de l'Empire d'Orient par les Turcs , les savans de la Grece chercherent une retraite en Italie. Passant de-là à la métaphysique, il re. trace à l'esprit sa propre histoire concernant les opinions sur

[ocr errors]
[ocr errors]

les substances {pirituelles ; il raporte les opinions des Athées, réfute leurs objections ; & conclut par des preuves : invincibles la verité de la Religion'. Il vient ensuite à la creation du monde , & à fa durée ; il explique la doctrine des idées de Placon , & donne un abregé des mondes imaginaires des philosophes. Aprés avoir fait le recit des trois hypotheses des modernes sur la connoistance de l'ams

rapporte toutes les opinions philofophiques sur la nature des bêtes . Les fciences) occultes fondées sur le commerce des esprits n'y sont pas our : bliées ; il fait voir tout le ridicule de ces impostures . Il trai-: te ensuite des contradictions des favans sur la physique, de : quelques objections faites aux mathématiciens , avec des reflexions sur le systeme de l'infini, & sur l'état present de la géométrie . A l'egard de l'astronomie , il explique les quatre principaux fystèmes de Ptolomée , de Copernic, de Tychobrahé, & de Longomontan , avec les differentes opinions des astronomes , entre lesquelles il se trouve de prodigieuses dil: tances . L'auteur continuant son projet , toujours d'une maniere egalement instructive , & amusante, traite de la médecine, des contradictions , & des differens systêmes des médecins, il déclare fon sentiment particulier sur cet art & fait voir que quoyqu'il soit rempli d'incertitude , & de dangers il n'y a point de secours plus necessaire à un malade que ce. lui de la prudence d'un bon médecin . Dans le récit de la chimie , il dévoile les supercheries des alchimistes , & réfu. te leurs principaux raisonnemens ; mais il rend justice aux dé couvertes utiles d'une chimie fage , qui ne s'applique qu'à la connoissance de la nature & à la préparation des reme. des . La science de l'astrologie judiciaire y est détruite , & renversée, de même que les autres especes de divinations prétenduës naturelles comme phisionomie

chiromancie, talit mans, & autres semblables superstitions . Le mélange des op:nions des naturalistes fournit des amples mémoires pour l'histoire de l'esprit humain. Dans la dissertation sur les arts , il discute en philosophe profond les opinions sur la formation des idées , & ce qui regarde l'imagination & les sens . Traitant ensuite de la politique , il fait connoitre les differentes Cortes de gouvernement par l'histoire ancienne , & moderne ;

ܪ

il donne des tableaux finis des etats de la Gréce , & de la Republique Romaine ; il explique avec une grande connoifsance du droit public la véritable constitution des gou: vernemens , 'il examine les maximes politiques i la morale, & les differentes loix & coutumes des peuples, il eri rapporte les pensées les plus fublimes., & les opinions les plus déraisonnables. La diversité des coutumes est proposée comme une fource de réflexions salutaires Enfin, il termine son ouvrage par line dissertation éloquente fur la douleur & sur la mort. On ne peut disconvenir , que l'auteur avoit une parfaite connois. fance de l'antiquité, & une profonde érudition ; tant de su. jets fi diverGfiez contiennent des récherches immenses en tout genre ; chaque science y est traitée suivant son caractere particulier , & il en résulte un assemblage d'excellens mémoires pour servir à l'histoire de l'esprit humain & on peut égaIement y reconnoitre les erreurs & y considérer les monu. mens de ses travaux los plus illustres. Du

1 2013
. ca

0.
27.11.1.) és 6.

? oirbh,
si

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »