Page images
PDF
EPUB

nation ait jamais exifié. Palæphatus est reine des Amazones alla au secours de de même avis que Scrabon. Arrien [p] Troïe [s] & y fut cuée par Achille : 8 regarde comme fort suspect tout ce long-temps aprés Thaleftris [t] autre qu’on à écrit des Amazones. D'autres reine des Amazones, accompagnée de ont entendu par les Amazones des ar. trois cents de les guerriéres, vint trou. mées d'hommes commandées par des ver Alexandre en Hircanie,& passa avec femmes guerriéres, & ils montrent que lui treize nuits pour en tirer de la race. ces éxemples ne sont pas rares dans l'an- Dion Chrysostome raconte [4]qu'Hétiquité; que les Médes & les Sabéens rodote demanda aux Corinthiens quelobéissoient à des reines; que Sémira- que récompense des histoires Grecques mis avoit commandé aux Affyriens ; qu'il avoit écrites : mais qu'aiant eu Thomyris aux Scythes, Cléopatre aux d'eux cette réponse qu'ils ne vouloient Egyptiens , Baudicée aux Anglois, Zé pas acheter de l'honneur à prix d'argent, nobie aux Palmyréniens.

il changea tout le récit de la bataille naAppien [9] croit que les Amazones vale de Salamine, chargeant Adimann'étoient pas une nation particuliére, thius général des Corinthiens d'avoir mais qu'on appelloit ainsi toutes les fem. fui dés le commencement de la bataille mes qui alloient à la guerre, de quels avec toute l'escadre qu'il commandoit. que nation qu'elles fussent . Quelques- Thymoléon délivra Corinthe fa

pa. uns ont avancé que les prétendues trie de la tyrannie de Timophane fon Amazones ont été des peuples barbares, frére. Voici comment Plutarque raconqui étoient vêtus de longues robes, qui te cette action. Thymoléon pritavec lui rasoient leurs barbes ; & avoient un ha- deux de ses amis remplis de zéle pour la billement & des ornements de tête fem- liberté, ils allérent ensemble chez Timoblables à ceux qui étoient en usage par- phane.Ils le conjurérent avec les plus for. mi les femmes de Thrace. Selon Dio. tes instances de se démettre de la tyran. dore [r] de Sicile , Hercule fils d’Alc- nie de son païs; mais n'en aïant pû rien méne à qui il avoit été enjoint par Eu- obtenir, Thymoléon se retira un peu, fe rysthée de rapporter le baudrier d'Hip- couvrit la tête fondant en larmes, & polyte reine des Amazones , alla les dans ce moment les deux amis se jetté. combattre sur les bords du Thermodon, rent sur Timophane & le tuérent. Dio. & détruisit cette nation guerriére.

dore de Sicile conte la chose tout autreCependant les traits les plus célébres ment,& dit que Thymoléon tua lui-mêde leur histoire sont plus récents que me son frére dans la place publique. Le fHercule Grec ou fils d’Alcméne . Car prémier de ces historiens pour concilier l'enlévement d'Antiope par Théséc ex- la nature avec l'amour de la liberté [x). cica les Amazones à entreprendre la adoucit le plus qu'il peut l'atrocité de guerre dans laquelle elles conquirent cette action; le second l’exaggére dans touce l’Attique, & campérent dans la le dessein de relever davantage le zéle place même de l'Arcopage. Pentéfilée pour la patrie [y[. Au milieu de tant

] Arrian. lib.7. [9] Appian, de bell, Mithrid, [•] Diod. Sic, lib. 2. [s] Cointi. lib. 1. [:] Juft, lib. 12:

[u] Dio Chrysoft.orat. 37.

[x] Dacier, not. sur Plutarq, vie de T bymoléon.

[y] Cornelius Nepos ne s'accorde ni avec Plutarque , ni avec Diodore : il raconte que

decueils du charactére, des motifs, des carnasse le rejette comme entiére.nent "pallions des historiens, la vérité fait nau. fabuleux , frage , & ne passe point à la postérité. Tite-Live [e] place les morts & les

Cyrus meurt tranquillement dans dévouëments des deux Décies dans la son lit , suivant Xénophon (2]. Onési- guerre contre les Latins & dans celle crite , Arrien [a], Hérodote, Juftin, contre les Samnites : Cicéron [f] dans Valére Maxime rapportent que Tho- la guerre contre les Ecrusques & contre myrisreine des Messagétes l'aïant vain- Pyrrhus. cu & fait prisonnier, le fit mourir , & Le filence de Polybe est un préjugé de fit plonger sa tête dans un vaisseau plein plusieurs sçavants contre tout ce qu'on de fang, afin qu'il se désalcérât de sang a dit de Régulusīg]depuis sa captivité. humain, dont il avoit eu toute la vie Aurélius Victor [b ] rapporte que une soif fi ardente. Créfias écrit que Cy- l'empereur Claude Il. aïant appris que rus fut tué par un Indien d'un coup de les livres desSibyllespromettoient beauAéche. Diodore [b) raconte que Cyrus coup de victoires & de prospérités à fut fait prisonnier & attaché à une l'empire , si celui qui étoit à la tête da croix par l'ordre d'une reine des Scy- Sénat ; s'immoloit par une mort volonthes. Suivant Lucien [c], il mourut taire,il ne voulut point céder cette gloide douleur de ce que Cambyse son fils re au premier Sénateur qui s'y offroit avoit fait tuer sous le prétexte d'un faux généreusement, & il solltint que la qua, ordre la plậparc de ceux que Cyrus ai- lité d'empereur lui donnoit celle de chef moit. C'est un des traits des plus célé- de cette compagnie. Le même auteur bres de l'histoire Romaine que la défai- ajoûte que cette a&ion magnanime fut te des Fabiens à la journée de Crémére, la cause pour laquelle on érigea une Cette armée composée d'une seule fa. Itacuë d'or de cet empereur dans le temmille, & que Florus appelle une armée ple de Jupiter, & son buste d'or dans le Patricienne, fut coute taillée en piéces Sénat; & que le Sénateur qui offrit de [d],& de trois cents fix Fabiens il ne res- donner sa vie pour accomplir la prédicta qu'un jeune homme de quatorze ans tion des Sibylles, se nommoic Pompos

. qui s'étoit trouvé trop jeune pour por. nius Bassus. Trébellius Pollio ni Eutro. ter les armes. Il y a peu de faits attestés pe n'ont rien dit de tout cela, & ils ont plus unanimement & par un plus grand écrit que cet empereur mourut de manombre d'auteurs. Tite-Live, Ovide, ladie. Aurélius Victor, Silius, Festus, Valé- Letrait de fermeté de fe couper la re Maxime rapportent cet événement langue avec les dents à la question, a été d'une maniére conforme. Denys d'Hali- attribué à Timycha Pythagoricienne

K 3

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

na par

par Jamblique [i]; à la courtisanne Léz- fe coupa la main, & qu'il ne pút le tirer

Tertullien [k]; à Anaxarque par de la plaie. Il demanda d'être porté en Valére Maxime, par Pline, Diogene cet état dans la mêlée pour encourager de Laërce , & Philon Juif; à un martyr ses soldats, & il dic en mourant, qu'il ree par saint Jérôme [] dans la vie de saint mercivic les dieux de lui avoir envoie Paul hermite.

une mort digne de son courage, dans la Les uns racontent que Placidie fit fi- fleur de son âge &dans le cours de ses vigner à l'empereur Honorius son frérectoires,avant que la gloire ni ses prospé. une requête par laquelle il accordoit rités fussent ternies par aucun revers , & cette princesse en mariage à un de ses il ajoûta que long-tempsauparavant les plus bas officiers, & que comme elleen dieux l'avoient averti de cette mort. eut porté ses plaintes à Honorius, cet Les malheurs & la mendicité de Belempereur n'en pouvant demeurer d'ac- Jisaire sont au nombre des problémes cord, elle lui fit voir la signature , & douteux de l'histoire. lui fit des remontrances sur le danger Frédegaire & Aimoin ont imputé à de son extrême facilité. Les autres rap- la reine Brunehaud des vices & descruportent ce trait d'histoire à Pulcherie autés horribles, dont saint Grégoire de qui fit figner à son frére Théodofe II. Tours n’aiant point parlé,& au contraiune requête par laquelle il donnoit son re le pape sainiGrégoire le grand laiant consentement à la vente de la femme comblée d'éloges, quelques historiens l'impératrice Eudoxie.

[m]ont entrepris de justifier cette reine, C'est la prévention des historiens qui C'est un trait d'histoire fort suspcet adonné lieu à raconter si diversement la & fort incertain que le supplice de cetmort de l'empereur Julien l'apostat, te même reine,qui fut, dit-on, jugée par Les uns ont écrit que ce prince étant Clotaire II. & condamnée pour la mort frappé d'un trait en la bataille qu'il li. de dix rois à être attachée & traînée à la yra aux Perses , & se sentant expirer, queuë d'un cheval , & mise en piéccs. jecca du sang vers le ciel,& s'écria plein Mariana qui traite cette histoire de de désespoir, Nazaréen,tu as vaincu. pure tragédie,& de fable [n] dit que les Ammien Marcellin & Eutrope témoins historiens François avoient un grand oculaires de cette expédition, n'ont penchant à croire & à raconter des évé. point parlé de ce désespoir, quoiqu'ils nements extraordinaires , & il ne sçait aient écrit toutes les circonstances de la fi l'on doic les taxer de simplicité ou mort.Les autres ont rapporté qu'il es- d'impudence. Pasquier réfute en detail faia d'arracher le trait dont il étoit per. toutes les accusations dont on a chargé €é, mais que l'aïant crouvé tranchant, il cette reine,

[i Jamblich.in Pythag.

la modestie , la bonté, l'esprit, les attraits , [k] Terrull. Serm. ad martyr.

de la noblesse de cette reine: 1 Alius inter flores molliter vindus, Pulchra, modesta, decens , folers & gracùm ad eum impudentiffimum scorcum ta, benigna , Teniffet , ut in libidinem concitaret, præ- Ingenio, vultu, nobilitate potens. cilam morsu linguam in blandientis fa- [n] Adeò ad portenta scribenda fcripciem refpuit.

tores Galli proclives fuerunt , pudenda [m] Boccace , de claris mulierib. 6. 104. securitate, si secus, impudentia mirabi. 1. Paul Emyle, liv. 1.) enn du Tiller, évêque li meram tragediam autores idonei con

de Meaux en fa chronique dan Papyre Mallon firmant, nullo judicio ex populi rumoria Annal.liv. Le Forinnar évéque de Poitiers lonë bus confictam.

[ocr errors]

Le pére le Cointe soûcient qu'il n'y mes, & cntr'autres par David Blora a point eu en France de rois fainéants; del, il s'est trouvé des sçavanes de répus que plusieurs qui ont porté ce titre, ont tation qui ont voulu établir la vérité fait de bellesactions, & que a les autres d'un fait fi inloûtenable. n'ont rien fait,c'est qu'ils ont peu régné, L'institution des Electeurs est fort ou qu'ils sont décédés fort jevines . Ila- contestée [r]. Quelques-uns l'attrivance aulli que les François n'ont point buënt à Charlemagne [S]; Blondus, consulté le pape Zacharie sur la dépoli. Nauclerus, & Platine la rapportent à tion de Childéric III. & sur l'élection de Grégoire V. Maimbourg [1], & Pale Pépin.

quier [u]à un concile tenu sous ce mê. Les historiens sont fort partagés sur me pape.Plufieurs prétendent que Gréla cause du changement de nom des pagoire V. l'empereur Othon III. & les pes. Fra-Paolo [o] l'attribuë aux Ale- princes d'Alemagne concoururent enmands qui ont été élevés au pontificat, semble pour accorder ce droit auxElecdont les noms étoient rudes & mal so- teurs privativement aux autres prin. nants aux oreilles Italiennes. Coûtume, ces. Selon Machiavel[x], Grégoire V. ajoûte-t-il, que les papes ont depuis chassé par le peuple de Rome, & récagardée, pour marque qu'ils change bli par l'empereur Othon III. pour se oient leurs affections privées en pensées venger des Romains transféra le droit publiqnes & divines. Platine prétend qu'ils avoient d'élire l'empereur, aux que Sergius II. a le prémier change de archevêques de Maïence de Tré. nom, parce qu'il s'appelloit Grouin de ves & de Cologne, & aux trois prinporc. Baronius [p] fe mocque de cette ces féculiers, le comte Palatin, le raison , & attribuë ce changement à duc de Saxe, & le marquis de Brande. Sergius 1lI.qui fe nommant Pierre, ne bourg. voulut pas par humilité porter le nom Les seuls Alemands[y] avoient droit du prince des Apôtres. Onuphre croit d'élire l'empereur. Albert abbé de Sta. que Jean XII. donna cet exemple pour den auteur contemporain de l'empe. ne pas porter le nom d'Otavien qu'il reur Frédéric II. dit en termes formels trouva tenir trop du Gentilisme [9] Plu, que Grégoire IX. qui avoit excommufieurs sont d'avis que ce changement de nié Frédéric II. en 1239.aïant écrit aux nom est une imitation de faint Pierre princes Alemands pour qu'ils procédafqui fe nommoit Simon, avant que 110- fent à l'élection d'unautre empereur, ils re Seigneur l'eût appellé Céphas. lui firent réponse que ce n'étoit point

Quoique la fable de la papesse Jeanne au pape à décider de l'élection de l'emait été réfutée par les Protestants mêpereur , & que le droit de l'élire n’ap[b] F80-Paolo, hift. duconcil. de Trente, nique. & ce sentiment semble appuié sur l'au

torité d'Innocent III, dans le chapiire VeneEr] Baron. annal. 1, 10. ad ann. 844. rabilem: mais il ne peur se concilier avec les

[9] Selon quelques historiens Jean XII. fut témoignages de l'histoire. porié à changer de nom par la flarterie de ses [] Maimb. de la décad. de l'empire , p.1071 courtisans, qui lui appliquoient les paroles de [M] Palg. recherch. liv. 3.6.4. l'évangélifte sur saint Jean-Baptiste. Non sur- [x] Machiav. istor, Fior. lib. i. rexit inter natos mulierum major Joanne [y] Ainsi qu'il paroit par le chapitre Baptistâ. Marsh.c. 11. v. 11.

Venerabilem de ele&tione, tiré de l'épitre (r} Mémoir. d'Amelor de la Houssaie , t.2. d'Innocent III. à Berthold, duc de Zéringhen, p. 292.

après l'élesiion de l'espereur Orhon IV. en [s] C'est l'opinion de Jornandés dans sa chro. 1208.

liv. S.

partenoit qu'à eux seuls. Albert abbé par les trois archevêques, & les trois
de Scaden ajoûte ensuite qu'en vertu princes séculiers déja nommés, & par
d'un décret que ces princes avoient fait une procuracion du roi de Bohéme.
auparavant d'un commun consente- Louis de Baviére fut élû par les arche-
ment, ceux qui élisent l'empereur sont vêques de Tréves & de Maïence, par
les archevêques de Maïence, de Tré- le roi de Bohéme, & par une procura-
ves & de Cologne, le comte Palacin, tion du marquis de Brandebourg. L'ar-
le duc de Saxe, le marquis de Brande- chevêque de Cologne, le comte Pala-
bourg , & le roi de Bohéme. Long- tin, & le duc de Saxe élurent de leur
temps auparavant il étoit [z]d'usage de côté Frédéric d'Autriche. Cette divi.
présenter celui qui avoit les suffrages de fion des Electeurs constate d'une ma-
la diéte, aux sept grands officiers de niére très-asfûrée qu'ils étoient alors au
l'empire. Suivant Aventin dans ses ani, nombre de sept. L'ordre électoral n'a
pales, & Onuphre dans le traité des eu une forme stable & permanente, que
diétes impériales, le droit d'élire l'em. par la bulle d'or de l'empereur Charles
pereur a été restreint aux septElecteurs iv. de Luxembourg.
par Grégoire X. Dans une li grande di- Guillaume du Bellai de Langei, &
versité d'opinions , ce qui paroît de du Haillan ont écrit que la pucelle
plus assuré, c'est

que l'institution des d'Orléans n'a point été brûlée. Le pére
Electeurs [a] ne peut remonter plus Vignier ajoûte qu'elle a épousé Gilles
haut qu'au treiziéme siécle après Fré. d'Armoise, depuis qu'elle eut été pri-
deric II. Jusques-là couts les auteurs se par les Anglois, & qu'elle a laillé
contemporains témoignent que c'étoin des enfants. L'auteur du poëme latin de
ent encore les princes, les prélats, & la pucelle dit [b] que la mémoire fuc
les seigneurs Alemands qui élisoient réhabilitée par arrêt , après qu'elle eut
l'empereur. Lampadius jurisconsulte souffere le supplice du feu, auquel les
Alemand commence l'institution du Anglois l'avoient condamnée. Suivant
collége Electoral au temps de l'empe. Boulainvilliers, dans son abregé chro-
reur Frédéric II. & Othon de Frisingue nologique, quoique l'exécution de la
dic que Frédéric I. surnommé Barbe- pucelle eûc été faite à la vûë de plus de
roulle, fut élû par touts les princes de dix mille personnes, il parut peu à prés
l'empire. Trichéme dans fa chronique en lorraine une fille guerriére & adroite
rapporte le commencement des suffra- aux arnies , qui se dic être la pucelle, &
ges des Élecicurs à l'élection de Guil. qui se maria à Mets, où sa postérité sub-
laume comte de Hollande en 1247. Giste encore.
Şuivant Frédéric Bockelman le sep- Les historiens contemporains [c] ne
temvirat électoral n’a commencé qu'à sont point d'accord sur l'assaslınat du
l'election du comte Adolphe de Nassau; duc de Bourgogne à Montereau-Faut-

[ocr errors]

Yonne

[2] Paul Vindekius, traité des Elefleurs,

Darcida , concordi conclamant 6. 4. Or 5.

ore, modumque [a] Mémoir, d'Amelor de la Housf.

Angligenas violaffe fori, jurisque [b] Tandem collatis Patres ultroqueci.

tenorem. troque

Valerandus Varanius , de virgine AureArticulis, Aammas sub iniquo judi- lianensi. ce paflam

[c] Chalon, hist. de France.

« PreviousContinue »