Page images
PDF
EPUB

2.

de ces rai. sons.

culatoirs.

causée par la divinité répanduë dans les ont produit les plus renommés des
toute la nature. Cicéron (), & Mar- oracles, & celui de Delphes fut décou-
file Ficin [f] en ont cherché la cause vert par l'yvresse que les vapeurs foll-
dans l'imagination : Pomponace dans terraines causérent à un troupeau de
les influences célestes.

chévres , & même au berger. Ces Mais supposé, que cette humeur vapeurs sorties des entrailles de la terRéfutation mélancholique , ou ces vapeurs, ou re, après avoir causé les fentes, les tu

çes influences pussent exciter dans l'ele meurs, & les crevasses qu’on remar-
pris les faculces qui s'y trouvent, ces que dans la superficic , rencontrent les
causes ne pourroient lui donner des influences célestes; & leur mélange ap-
facultés étrangeres. Ces causes , en prend quel doit être l'avenir, les deux
leur fupposant quelque pouvoir , n'au- extrémités de la pature se réunissant
roient leur effet que dans ce qui dé pour le prognostiquer.
pend des sens : elles pourroient faire La fpeculacoire est l'art d'interprécer
exprimer avec plus de force & d'élo- les éclairs , les tonnerres, les cométes , De la 1
quence, ce qu'on sçavoit déja . Le poë- & autres météores. Cette science et
te excité par la mélancholic, compo- appužée sur un raisonnement fore fim-
sera, si l'on veut, de plus beaux vers; ple. Si l'astrologue trouve la connoissan-
l'orateur s'énoncera avec plus de feu, le ce de l'avenir dans les influences éma.
philosophe disputera avec plus de pé- nées des globes célestes li prodigieuse-
métration . Toutes les idées , qui fe ment éloignés de nous, quelle doit être
trouvent dans les traces du cerveau, la vercu & la force de ces météores, qui
pourront être renouvellées & réveil- se forment , & qui agissent dans une ré-
lees; mais quelque mouvement, quel. gion si voisine de la nôtre ?
que chaleur qui soit communiquée à Les disposicions (8) de l'air influent
l'esprit, cette cause ne peut en faire sor- beaucoup sur celles de l'esprit humain ;
cir, ce qui n'y fut jamais. Elle ne peut & par conséquent sur les décisions des
exciter en lui, ce qui lui est étranger; hommes, & sur lesévénements. Quel-
ni lui faire produire, ce qu'il n'a pas quesdevinsont prétendu , que certains
conçu; puisqu'on ne peut attribuer à mouvements des animaux indiquant
aucune cause des effets, qui n'ot au, les disposicions de l'air, étoient des
çune analogie ni relation avec elle. sources de divinations naturelles, sans

C'est de quoi nous serons pleinement y faire intervenir les divinités payen-
persuadés par le détail de ces diviná- nes, ni les démons, comme dans les
tions prétenduës naturelles.

augures, ni aucune cause métaphysi. llyaune espéce de prédiction par les que. Ainsi l'on disoit que les poissons

fentes, crevalles, & tumeurs qui arrir de la fontaine de Limyra rendoienil, neurs de la vent naturellement à la cerre , & sans touts muets qu'ils étoient, des répon

qu'on y touche. Cette divination est ses sur l'avenir; que s'ils avaloient la
attribuée aux vapeurs foûterraines : el- nourriture qui leur étoit jettée , c'écoic

3. Des crevalses & tu

12 terre.

rebus quid poflit aliud causæ afferre mor. [e] Cic. de divinar. lib. 2. talium quispiam , quam diffulæ per om- [f] Marfil F cin. theol. Platonic, de inte ne naturæ , subinde aliter atque aliter morial, animor. lib. 3.6.2. numen erumpens? Plin. lib. 2. c.93. [8] Plin, lib, 31.6, 2.

.

[ocr errors]

Liv.

. IV. 6519
un ligne de la réussite, mais que s'ils pendant que l'astre dont on veut con-
repousloient cette nourriture de la server les influences domine, & Jans

queuë, l'événement devoit être con- un temps serein. Alors on peut croi-
2.C
traire.

re, selon la pensée de cet auteur que E

Une femme nommée Anthuse, du les influences de l'astre pénétreront le
De la divic
nation, par temps de l'empereur Léon , trouva l'art mécal fondu, le porceront d'une infi- .
Jes nućcs. de prédire par les nuées [h], art in. nité de trous, & eri rempliront touts les

connu aux anciens , & dont , fuivant pores : de sorte que ce métal, après
la remarque de Phocius, on ne s'étoit même s'être figé, conservant touts ses
pas avisé jusqu'à elle. Cette divina- crous, y conservera aulli la matiére
tion par les nuées est préférable à l'altro. céleste qui s'y sera insinuée. Il compa-
logie judiciaire, qui demande des re- re les talismans aux pierres d’aiman; &
cherches profondes, & des connoissan. suppose que comme la matiére magné-
ces (çavantes, au lieu que la divina- cique circule à l'entour de l'aiman, de
tion par les nuées est bien moins hériss même l'influence céleste circule au.
sée de difficultés.

tour du talisman. La matiére de l'af-
La cératoscopie s'attache à l'examen tre, ajoute-t-il, qui est amassée au-
Decotera- des prodiges , comme accouchements
toscopie.

tour du talisman, ne peut-elle pas être
monstrueux, pluïes de pierres, de sang, un poison pour les bêtes venimeu.
& autres, combats d'armées aëriennes, ses , & ne peut-elle pas par ses effu. :
& visions cftraïantes dans le ciel. fions, préserver quelque lieu de touts

Pallons aux talismans,qui tirent auf. infedtes?
si leurs prétenduës vertus des influen. Cette explication physique revient

Réfutation
ces . Car il est à observer, que comme à l'opinion de Paracelle , qui définie de cette
les différentes rectes des philosophes' les talismans [i], des boëtes, où l'on
vouloient toutes ĉere sorties de l'échole conserve les influences. Le pére le Brun ·
de Socrate, aussi toutes les espéces de [k] fait ces réflexions sur cette préten-
divinations prétenduës naturelles rap. duë vertu nacurelle des talismans : si:
portent leurs sources à l'astrologie ju. ces piéces de mécal fonduës sous cercai-
diciaire.

nes constellations pouvoient produire
Le calisman est une piéce de métal, physiquement ces effets , donc par-
Explica-
ion phyfi- fonduë & gravée sous certains aspects tout où il se trouveroit du métal fon-
Se des ta- des planétes. Un auteur moderne pré- du sous la constellation requise l'ef.

tend expliquer d'une maniére naturel- ' fet attendu devroit être produit. Or
le la vertu des talismans, & les justi. on peut assurer qu'il y a depuis long-
fier de toute fuperftition. Il estime temps à Paris du métal fondu en tout
que la figure n'y est point nécessaire, temps., & fous toutes les constella-
& qu'elle ne sert qu'à déligner les pro- cìons, oucre qu'on en fond touts les
priétés. Il ne demande point d'autre jours à la monnoïe, & en vingt au-
préparacion que de fondre le métal, tres endroits de la ville : donc Paris

Pppp 2

7. Des talilIhans

vertu 02curelle ,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

[+] Δια των νεφών μαντικήν εδαμώς τους [i] Imagines & chara&eres sunt pie
madarois s'Sáxiñ é maiolivy, ApvIxoden to- xides, in quibus magus fiderum vires as
Do yuvaine ožiupsiy év tuz nuspoes Abortos servat. Paracell. philosophia fugacis. los.
The Piwnictwn Baoirews, Phor. biblioth. Codo [k ] Le P.le Brun. hift.crit desgrarig. lika
242, Menag. hift, mulier.philos.segm, 22, perftit, 1, 1. p. 375. feconde édit.

Verta des

12.

[ocr errors]

s'en mots

[ocr errors]
[ocr errors]

doit être prélervé de touts accidents fà- La vertu des talismans To] a été sous
cheux. Car rien ne manque à ce métal tenuë par Ptolémée , Alexandre d'A- talismans
fondu, que le dessein d'en faire un ta- phrodisée, Porphyre , Marlile Ficin, la Coureuse
lisman ; circonstance qui n'étant pas plâpart des Platoniciens, & par les alears plig
physique, ne peut empêcher la vertu chimistes Artephius & Thebit. fophes.
que la constellation lui donne.

Scaliger [P] marque peu de foi aux

Scaliger Gaffarel [l] fonde les propriétés des talismans , lorsqu'il rapporte l'histoire La vertu talismans sur plusieurs causes réunies, d'un astrologue, qui fondit & fabriqua que. des talis: sçavoir l'influence des altres, la vertu de avec beaucoup de cérémonies une sigubuée à pla- la ressemblance, & l'expérience. C'est re métallique sous les aspects les plus

ce que Marsile Ficin explique en çes convenables pour challer les mouches,
termes [m] : L'art donne à la maciere & y grava mystérieusement les chara-
un commencement de vercu & de pro. Etéres les plus forts. Mais il n'eut pas.
priété, par une figure semblable à cel- plûtôt exposé cette figure sur la fenêtre,
le du modéle céleste; en sorte que lors qu'une mouche vint se poser, & faire
que cette matiére ainfi disposée reçoit son ordure sur cette figure même.
en elle les qualités actives des influen- L'invention des talismans passe pour
ces, elle en est pénétrée, comme le soul- fort ancienne ; quelques-uns l'ateri- Ancient
fre est embrasé par la flamme. buënt à un Egyptien nommé Jacchis, mans.

Ce philosophe grand Platonicien don. qui vivoit sous le roi Sennyés. D'autres
11€ ici quelque emploi aux idées& aux la rapportent à Nécepsos roi d'Egypte,
exemplaires de Platon, dont on n'eûc qui a été postérieur à Sennyés, & à Jac.
peut-être jamais bien connu l'usage, chis, mais qui vivoit cependant plus
sans les talismans, Nous observerons de 200, ans avant Salomon. C'elt de
au sujet du raisonnement de Marsile Nécepsos [9] qu'Ausone parle dans
Ficin, que c'est l'art ordinaire de ceux une lettre à S. Paulin.'
qui débitent des raisonnements où ils Pline [r] dit du jaspe qui tire sur le

Du jalpe.
d'entendent rien eux-mêmes., de ta- verd, que tout l'Orient le portoit com-
cher de leur donner quelque air de pro- me un talisman. L'opinion commune
babilité, en les finissant par la compa- étoit, dit-il ailleurs [s] que Milon de
raison de quelque effet naturel. Albert Crotone devoit ses victoires à la pierre
le grand [n] a distingué les talismans [1] Alectorienne qu'il portoit dans les
purs aftrologiques, de ceux.où il entre combats.
de la magie.

Les gens de guerre en Egypte avoient

14.

[ocr errors]

Des (cuit

bées.

11] Gaffarel.cariogrés inouïes , ch..6. [p] Scalig. adverf. Cardin. de subrilit:

[m] Itaque ars fufcitas inchoatam ibi exercitat, 246.5.3. virtutem , ac dum ad figuram redigit fie [9] Quique magos docuit mysteria va. milem suæ cuidam cælesti figuræ , tunc na Necepfos.. Aulon. epit ad Ponta tuæ illîc ideæ prorsus exponit , quam fic

rium Paulin. 19. expofitam ccelum ea perficit virtute quæ [r] Totus verò Oriens pro amuletis coeperat, exhibens quasi sulphuri Alam- traditur gestare eam (facpim) quæ ex iis mam.

smaragdo fimilis eft, plin, lib. 37.6. 9 En] D. Albert, Magn, de libris licitis daun [s] Plin. lib. 37. 8. 10. illicitis , c. 10. 15.

[x] LX pierre Ale Forienne eft ane pierre Fo] Delrius, difquifit, magicar, lib. 1. tirée du corps d'un ecg, mpellée ainsi da mes 6. 4. qu.

quien grec grifa un col .

20.

16,

17.

d'Aléxan. dre

[ocr errors]

21.

is.

sur eux des figures de scarabées, pour contre l'envie. On pendoie de pareils
fortifier leurs courages, & pour mon. préservatifs aux cols des enfants, pour
trer que les mâles seuls doivent aller détourner tout ce qui pouvoit leur
à la guerre [u], parceque cette espéce être nuißble.
d'anim.al n'a point de femelles.

Jean Malela ancien auteur Grec ori. On attachoit au col du roi d'Egyp- ginaire d'Antioche nous apprend avec Talismaa Talisinan te [x], un talisman dont la vertu con- quelles cérémonies Apollonius deThya. nias. du roi d'E- listoit à le détourner de toute force ne prepara un calisman, pour challer les gypte, d'injustices.

moucherons qui tourmentoient lesha. On lit dans Trebellius Pollio, que bitants d'Antioche. Il tit faire une proDe la figure les Macriens révéroient Aléxandre le cession à cheval; chaque cavalier por

grand d'une façon si particuliére , que toit un image de plomb, qui représen-
les hommes de cette famille porcoient toit Mars, & avoic un bouclier & une
la figure de ce monarque gravée en or épéc attaches myftérieusement & d'une
ou en argent dans leurs bagues, & maniére uniforme: & couts ensemble
que les femmes la porcoient dans leurs crioient à différentes reprises: Que la
ornements de têtes, & daus leurs braf- ville soit exemte de moucherons.
felets [y], parce qu'on dit que ceux Les habitans [c] de Naples étant Talismans

de Virgile.
qui portent la tête d'Akxandre gran aftligés d'une grande quantité de lang-
vée en or, ou en argent, en reçoivent suës, Virgile jetca dans un puits une
du secours dans toutes leurs actions. sangsuë d'or qui les cn délivra entié.

Eudamus Athénien contemporain rement. Un ancien ouvrage dédié à Talitians d’Aristophane étoit célébre par la com- l'empereur Orhon III, intitulé, Les d'Eudamus.position des calismans. Un des per. amusements impériaux[d],. porte que

sonnages de la comédie de Plutus dic: Virgile fit une mouche d'airain, qui
Je n'ai rien à craindre [z], je porte pendant les huit ans, qu'elle demeura
un anneau , qu’Eudamus m'a vendu attachée à une des portes de la ville
lui.meme. Et le scholiaste d’Aristo- de Naples, empêcha qu'aucune mou.
phane [1] dic sur ce vers, qu'Eudamus che n'y pûc entrer ; qu'il mit sur l'une
faisoit des anneaux qui garantissoient des portes de Naples deux statuës,l'u-
des démons & des serpents.

ne desquelles fe nommoic joïcuse & Ceux qui triomphoient [b], por. belle, l'autre triste & hideufe ; qui Préfervatit toient de petites boëtes, où l'on en- avoient cette puissance, que si quelportés par fermoir les préservatifs qu'on croïoic qu'un entroit par le côté, où étoitla triompho- les plus propres & les plus puissants prémiére, toutes les affaires lui succé. tent, & par

PPPP 3 les enfants.

Es] Eπει και οκανθαρος θηλείας φύσεως και [a] Ούτος ο Ευδαμος φυσικες δακτυλική
KETEā nX8r. Cl. Ælian de animalib.lib.10.6.15. ποιών προς δαίμονας - και όφεις, και τα τοιαύτα.

[x] ίλιον τω Βασιλέι των Αιγυπτίων Schol, aristoph. in loc.ciras.
προσαρτητο αναστέλλων των αδικημάτων, [ 6 ] Bulla gestamen erat triumphan-
Suid, in voce fémov.

tium, quam in triumpho præ segerebant;
[y] Quia dicuntur juvari in omni actu inclufis intra eam remediis , quæ crede
fuo, at Alexandrum expreffum vel au- rent advertis invidiam .valentiffima.
co gestitant vel argento, Trebell. Poll. in Macrob.Saturnal.l.1.6.6.
triginta tyrannis.

[c] Naudé, apol. ch. 21, Georgi Piani
Iz ] gopa gép aspek Levos móv daur udex philolog.li.4.C.16
de az E'udás , Arifoph, in Pluso. La Otia Imperatoris

is.

;

25.

22.

26,

doient à souhait; mais qu'elles avoient leurs y étoient inconnus : ,
une ifluë malheureuse, pour ceux qui

Les talismans ont eu tant de répu. o, ihoz entroient du côté de la seconde statuë; tation, qu'il est afiez difficile de se probable cet auteur ajoute quelques autres ré. persuader , qu'aucun d'eux n'ait eu lilmans. veries semblables.

quelque sorte de vertu , & qu'il n'y Alexandre Trellien cite un talisman aic pas eu quelque fondement à touts Tali nan contre la cholique, assurant qu'il en les contes qui ont été debités à ce sucholique. connoît les bons effets par sa propre jet:car les fables sont presque toujours

expérience. Il ordonne de graverfur hantées sur quelque chose de vrai. Il
un anneau de fer à huit angles, ces paroît donc vraisemblable, que fi les
paroles [e]: fui, fui, malhcureuse talismans ont eu effectivement quel.
bile , l'aloriette te cherche. Il falloit, que propriété, ils agissoient ou par
ajoute ce médecin, travailler à la gra- la matiere dont ils étoient composés,
vure de cette bague, au 17.00 au 21.

ou dont ils éroient frottés, ou par des
de la lune : & il observe qu'on doit remédes naturels insérés dans leurs fi-
suivre le précepte du divin Hippo, gures concaves, ou par quelque autre
crate, qui recommande de ne révéler fupercherie,
Jes mystéres qu'aux iniciés, & de les La phyfiognomie fe fonde sur les de la phr-
cacher aux prophanes .

expériences, comme toutes les autres fiognomice Le ferpent d'airain de l'Hippodro- divinations, & sur les lumiéres qu’eltinople. me [f] de Constantinople fut élevé, le tire de l'astrologie judiciaire. Elle

pour chaffer les bêtes vemineuses. examine toute la disposition du corps;

Grégoire de Tours [ g ) rapporte car lorsqu'on ne considere que le front,

qu'à Paris, en nettoïant la riviére, on on la nomme métoposcopie; si elle ne Talismans trouva des talismans contre les serpents, regarde que la main, elle s'appelle Paris .

les loirs , & les incendies: & qu'un ser. cheiromantie. Les phyfiognomistes font
pent & un loir d'airain aïant été ôtés, allez vains, pour vouloir non seule-
la ville redevint sujéte aux incendies, & ment connoître le tempérament & les
que les serpents & les lojrs en grand inclinations, mais prédire le détail de
nombre causérent beaucoup d'incom-

toute forte d'événements. Ils avancent
moditéaux habitants. Gaffarel dit à ce des réglès téméraires & bizarres.
» sujet [b]: „ Nous soupirons touts les Il y a, disent-ils, crois principales
» jours les dommages, que le feu a du lignes dans le front, qui désignent
» depuis fait fi long-temps en cette vile trois âges différents, & sont fous la
» le. Et auparavant la découverte de cet. domination de trois planétes . L'infé-

te lame merveilleuse, couts ces mal. rieure régie par Mercure est celle qui

23. Talisinan de Constan.

24.

trouvés à

27.

De la més

toposcopie

>>

[e] Øsűyt, früya, it Xoan, ixope'danos oi cuniculus pontis emundaretur, & ce-
Cat. Alex.Trallian.lib.1o.in fine.

num de quo repletum fuerat, auferretur, [f] Le mor grec hippodrome, signifie un ferpentem gliremque æneum repeterunt, espace destiné aux courses de chevaux. quibus ablatis, & glires ibide inceps extrà

[8] Aïebant enim hanc urbem qua- numerum & serpentes apparuerunt; & fi confecratam fuiffe antiquitùs, ut non pofteà incendia perferre cæpit . Gregor. ibi incendium prævaleret, non glis, non Turon, bit.lib.8.c.33. serpens apparuiflet. Nuper autem cùm [5] G.uffarei curiosités inoijies p112.

« PreviousContinue »