Page images
PDF
EPUB

1.6.

:)

109.

107.

fes des

Horoscope

Varron fit dresser l'horoscope de Conftantinople , extrait aussi de la bide Rome Rome par TarrutiusFirmianus, lequel bliothéque Vaticane,

& drelle

par en rétrogardant , & jugeant, ainli qu'il Valens d'antioche ; il met la fondation ledisoit, des caufes par les effecs, & de Constantinople, plus tard que Por. par les divers accidents arrivés en 700. phyre , de 40. minutes. ans, trouva que le bâtiment de la ville Les astrologues ont montré une téavoit été commencé en la croisiéme an. merité incomparablement plus gran- de Jélus.

Horoscope née de la fixiéme olympiade , le 21. de, en tirant la figure généthliaque Chrif. d'Avril, un peu avant trois heures de Jésus-Christ , qu'ils ont renduë puaprès midi , Romulus aïant dix-huit blique. Cardan,Gauric, & Morin y ans; Saturne, Mars,& Venus était au ont travaillé. Ils ont osé ajouter que scorpion , Jupiter aux poissons, le fo. la passion de N. S. a été l'ouvrage de leil au taureau, la lune en la balance, la planéte de Mars. On a aussi imputé la vierge à l'ascendant , les jumeaux à Albert le Grand , & au cardinal au milieu du ciel. Bodin [1] prouve d'Ailli d'avoir dressé l'horoscope de que cet horoscope non-seulement est Jésus-Christ[u]: ce qui ne paroît nulimpossible.

lement croïable de ces deux personLuc Gauric a recueilli plusieurs ho- vages. Cette impiété est ancienne , Horosco

roscopes des grandes villes. Ils sont puisqu'on la trouve [x:] réfucée dans s. grandes vil. defticués de justesse & même de vrai. Augustin. De Thou dit [y], en suivant Jis par Goud femblance. Dans l’horoscope de Ro- la pensée de S. Augustin, quelle folie

me, Gauric s'éloigne entièrement de & quelle impiété, de vouloir soumet-
Tarrutius: 3.2

tre aux loix des altres leur maître &
L'horoscope de Constantinople,trou. leur créateur !
Horoscopevé en Grec dans la bibliothéque Vati-
de Constan.

Personne n'a parlé avec plus de mé

Mépris tinople.

le cane , suivant qu'il fut calculé par Por- pris de l'astrologie judiciaire , que d'Agrippa phire , & qu'il a été cxtrait par 'Luc fameux Agrippa [z], qui a passe pour pourral.

trologic. Gauric, met le soleil au' dix-septiéme un grand maitre dans la science de prédegré du taureau , 'la lune au cin- dire. J'ai grand regret, dit-il, d'avoir quiéme degré du lion , Sicurne au perdu tant de temps & de travail en vingrieme degré de l'écrevisfe , Jupiter ces' vanités, ausquelles j'aurois renon& Venus en conjonction dans ce mê- çé, il y a long-temps, li je n'avois été me ligne ; Nars au douziéme degré des sollicité par le besoin, de tirer queljumeaux, Mercure au premier degré quefois du profit de la folie des grands, des mêmes, le verseau au milieu du & de fournir abondamment des illuciel, les jumeaux à l'ascendant, un fions à ceux, qui en sont li friands. lundi, deux heures après le lever du Il blâme l'impiété des astrologues, soleil.

en même temps qu'il se mocque de la Il se trouve un aatre horoscope de vanité de leur art, en rapportant ce

ric.

108.

rio. !

[r] Bodin de la républ. lib. 4.

tus non habuit, quod appellas fatum: fed
[n] Bayle, penf. diver/. for la comer V. 20. nec tu, aut ego, aut ille , aut quisquam ho.

[x] Si eflet fatum de sideribus, non po. minun S. Augustin in Joann. pra&tas,8.6.2.
terat efle fub néceffitate sideruin, condi. [y] Tham lib. 62.
tos liderum. Adde quia non folùm Chril [z] Agripp.de vanir.fcientiar, c. 30. 31.

L'afro's

Des nati

& ciriis.

dant les

que

qu'ils disent ; que celui qui sera né leur nativité, retournent à leur origi

Tous le signe des jumeaux, lorsque Sa- de céleste, au moment de leur sepa-
turne & Mercure sont conjoints sous le rațion du corps. Que la prière est in-
signe du verseau en la neuviéme maifalliblement exaucée [d] , si elle est
son, sera prophéte ; que celui qui a adreslée à Dieu, la lune écant con-
Mars heureusement logé en la neu- jointe avec Jupiter dans la queuë du
viéme maison, chassera par sa seule dragon.
présence les diables des corps des pof L'astrologie judiciaire , séparée mê.
sedés.

me de l'impiété & de la superstition, sie proba 111. C'est une remarque très superstiticu. qui l'accompagnent presque toujours, contents vités pen-se [a], que les enfants qui naissent aux ne peut être justifiée. La morale Chré-carociares

jours des quatre-temps, peuvent bien tienne condamne en général la témérité
quatre-
semps.

plus facilement que les autres, par- de toutes les prédiâions. Les peres de
venir à une connoissance & à une fami- l'Eglise les ont combattuës & prohi-
liarité sensible avec leurs génies: parce bées ; l'Eglise les excommunie; les loix

les esprits bienheureux sont alors civiles les punissent. Les em pereursont
plus favorablement disposés envers les chassé les astrologues; Justinien a or-
hommes, à cause du jeûne & de la donné la peine de mort contre eux.
priére, & que les ames du purgatoire Les ordonnances d'Orléans en 1560.
ont beaucoup de prédilection, pour un & de Blois en 1979. enjoignent aux Ju-
temps où elles éprouvent plus de sou- ges de procéder extraordinairement &
lagement. Voici donc une autre forte par punition corporelle contre les au-
d'influence purement méthaphisique teurs des prédictions;& défenses ont
sur les nativités.

été faites de les imprimer ou débiter à Les astrologues donnent à Jupiler peine de prison & d'une amende ardance des

l'intendance des religions [b] , disant bitraire. Le concile provincial de Borieligions qu'il a produit avec Saturne la religion deaux de 1583. défend de les lire & aux plané Judaique; avec Mars la Chaldéenne; garder; celui de Toulouse de 1590. tes. avec le soleil l’Egyptienne ; avec Venus fait les mêmes défenses, & ordonne

Ja Mahométane;avec Mercure la Chré. l'exécution d'une bulle de Siste Quint
tienne; & qu'avec la lune il produira de l'année 1586. qui enjoint aux évê.
la religion de l'Antechrift.

ques & aux inquisiteurs de punir selon
Ils osent avancer[c]que les ames de les constitutions canoniques , touts
ffux qui ont eu Saturne dans le lion à ceux qui se mêlent de prédire l'avenir.

CHA

II2. L'inten.

[a] Thyraus, de apparitionib.spirit.6.14. 2.00 3.
num. 346.

[c]Jul. Firmic, Matheseos lib. 4. Rage/
[6] Albumaz, de magnis conjunctionib. lib. de dirtnar. lib. 1. epift. 12.
2. tract. 1. do ap. Ragus. de dizinat, lib, 1. [d] Albumaz. ap. Pic. Mirandul, contra
epit, 12, Petrus Alliacus contra aftron, c, I. Aftrek c. 8. Agripp, de vanit. fcientiar.c.31.

gnostics de Sylla sur César. 35.Pythea CHAPITRE SEPTIEME,

gore examinoie beaucoup l'extérieur,

36. Le phyfiognomiste assemble pluDes divinations prétenduës

sieurs signes

. 37. Aven de Socrare sure!

le prognostic de Zopyre. 38. De la naturelles.

cheiromantio . 39. Contradictions des

cheiromantiens. 40. Prognostics des
SOMMAIRE.

lineaments. 41. Des lettres tracées
dans la main. 42. Des marques des

ongles. 43. Précepres de cheiromantic, 1. Raifons physiques des prédiétons. 2. 44. Leur contrariété. 45. Marque

Refutation de ces taifon's. 3. Descre. de longue vie . 46. Raison physique : vales tumeurs de la terre. 4. De 47. Sentiment d'Aristore sur les arla spéculitoire. 5. De la divination ticles.48.Vanité de cet art. 49. Fanfi par les nuées . 6. Dela ter atoscopie.7. application de deux pall ages de la Des talismans, 8. Explication phyfi. Sainte écriture. so. Divinations des que des talismans.g. Réfutation de la mourants. 51. Mouvements des mono verin naturelle des talismans. 10. LA rants obfervés par les Gaulois. 52. vertu des talismans attribuée à plu Prédiction de G abienus. 43. Prédicfieurs causes. 11. Veriu des talismans tion de Jean Hus. 54. Ajournement foutenue par quelques philosophes. 12, de Clement V. de Philippe le Beli

Scaliger s'en mocque. 13. Ancienneté 55. De Ferdinand IV.roi de Castille i des talismans. 14. Dujaspe. I s. Des . Prédictions vraiment naturelles, scarabées. 16. Talisman duroi d'E. 57. Sagacité de l'écurer de Darius . sypie. 17. Dela figure d'Alexandri,

58. Lettre d'un Quacker. 28. Talismans d'Eudamus. 19. Pré

A curiosité de l'esprit

Raisons phoient, par les enfants. 20. Talism.in d'Apollonius. 21. Talismans les siécles les plus éclairés. Quelques cion.

des prédico de Virgile . '22, Talisman contre la philosophes ont précendu expliquer les cholique. 23. Talisman de Constanti- causes des prédictions par des raisons nople. 2 4. Talismans trouvés à Paris. physiques plus éloignées de la verité, 25. Opinion probable sur les talis que les préditions clles-mêmes. mans. 26. De la physiognomie. 27. Ariltote ( 2 ) attribuë la connoissana De la métoposcopie. 28. Des portraits ce de l'avenir a une humeur mélanchadu peintre Alexandre. 29. Prognostic lique, qui rend l'esprit plus fubeile. sur Sylla. 30. Incertitude de la phy- Plutarque [b]à une vapeur terrestre) Frognomie. 31. Elle n'est pourtant pas attirée par le soleil, & reçûë dans un sans quelque effer. 3 2. Justello du coup corps bien disposé, laquelle excite uit dæil de Matthias Corvin. 33. Pro- grand mouvement dans les esprits . gnostic de César sur Antoine , Dola- Pausanias [c] cft du même sentiment. bella , Brutus; o Caffius. 34 Pro- Pline [d] croit que c'est une yvresto Tom. Ia

Pppp [a] Aristor. probl 30.9. 1.

[d] Faticidi specus, quorum exhala[6] Plutarch. de oraculor, defects. tione temulenti fucura præcinunt , ut [c] Paulan, in Baot,

Delphis nobiliffimo oraculo . Quibus ia

I.

3

2.

de ces rai. fons.

De la lot culatoirs.

causée par la divinité répanduë dans les ont produit les plus renommés des
toute la nature. Cicéron ("],& Mar- oracles, & celui de Delphes fut décou.
file Ficin [f] en ont cherché la cause vert par l'yvresse que les vapeurs foll-
dans l'imagination : Pomponace dans terraines causérent à un troupeau de
les influences célestes.

chévres , & même au berger. Ces Mais fupposé, que cette humeur vapeurs sorties des entrailles de la terRéfutation mélancholique, ou ces vapeurs, ou

re, après avoir causé les fentes, les tu-
çes influences pussent exciter dans l'ele meurs, & les crevasses qu’on remar-
prit les facultés qui s'y trouvent, cos que dans la superficic , rencontrent les
causes ne pourroient lui donner des influences célestes; & leur mélange ap-
facultés étrangeres. Ces causes , en prend quel doit êcre l'avenir, lesdeux
leur supposant quelque pouvoir , n’au- extrémités de la nature se réunissant
roient leur effet que dans ce qui dé pour le prognostiquer.
pend des sens : clles pourraient faire La spéculacoire est l'art d'interpréter
exprimer avec plus de force & d'élo- les éclairs , les tonnerres, les cométes ,
quence, ce qu'on sçavoit déja. Le poë- & autres mécéores. Cette science est
te excité par la mélancholie, compo- appusée sur un raisonnement fort fim.
sera, si l'on veut, de plus beaux vers; ple. Si l'astrologue trouve la connoissan-
l'orateur s'énoncera avec plus de feu, le ce de l'avenir dans les influences éma.
philosophe disputera avec plus de pé- nées des globes célestes fi prodigieuse.
nétration. Toutes les idées , qui se menc éloignés de nous, quelle doit être
trouvent dans les traces du cerveau, la vercu & la force de ces météores, qui
pourront être renouvellées & réveil- se forment , & qui agissent dans une ré-
lees; mais quelque mouvement, quel. gion si voisine de la nôtre?
que chaleur qui soit communiquée à Les disposicions (8 ] de l'air influent
l'esprit, cette cause ne peut en faire for- beaucoup sur celles de l'esprit humain;
cir, ce qui n'y fut jamais. Elle ne peut & par conséquent sur les décisions des
exciter en lui, ce qui lui est étranger; hommes, & sur lesévénements. Quel.
ni lui faire produire, ce qu'il n'a pas quesdevinsont précendu , que certains
conçu; puisqu'on ne peut atcribuer à mouvements des animaux indiquant
aucune cause des effets, qui n'ont au- les disposicions de l'air , étoient des
çune analogie ni relation avec elle. sources de divinations naturelles, sans

Celt de quoi nous serons pleinement y faire intervenir les divinites payen-
persuadés par le détail de ces divina- nes, ni les démons, comme dans les
tions prétenduës naturelles.

augures, ni aucune cause métaphysi. Il y a une espéce de prédiction par les que. Ainsi l'on disoit que les poissons Des creval

fentes, crevailes, & tumeurs qui arri de la fontaine de Limyra rendoien, meurs de la vent naturellement à la terre, & fans toucs muecs qu'ils étoient, des répon

qu'on y couche . Cette divination est ses sur l'avenir; que s'ils avaloient la
attribuée aux vapeurs soûterraines : cl- nourriture qui leur étoit jectée , c’écoit

3.

ses & tu

12 terre.

rebus quid poflit aliud caufæ afferre mor [e] Cic. de divinar. lib 2.
talium quifpiam , quam diffuiæ per om [f] Marfil F cin, theol, Platonic, de im-
ne naturæ , subinde aliter atque aliter moria'. animor. lib. 3.6.2.
numen erumpens? Plin. lib. 2, 6.93. [8] Plin, kb. 31,602,

Liv.

. IV. 6519
un signe de la réussite, mais que s'ils pendant que l'altre dont on veut con-
repoussoient cette nourriture de la server les influences domine, & Jans

queuë, l'événement devoit être con un temps serein, Alors on peut croi-
2.C
traire.

re, selon la pensée de cet auteur que
Une femme nommée Anthuse, du les influences de l'astre pénétreront le
De la divic
nation par temps de l'empereur Léon , trouva l'arc mécal fondu, le perceront d'une infi .
Jes nuées. de prédire par les nuées [h], art in. nité de trous, & eri rempliront touts les

connu aux anciens , & dont , suivant pores : de sorte que ce métal, après
la remarque de Phocius, on ne s'étoit même s'être figé, conservant touts ses
pas avisé jusqu'à elle. Cette divina- crous, y conservera aulli la mariére
tion par les nuées est préférable à l'astro. céleste qui s'y sera insinuée. Il compa-
logie judiciaire , qui demande des re- re les talismans aux pierres d'aiman; &
cherches profondes, & des connoissan. suppose que comme la matiére magné-
ces sçavantes, au lieu que la divina- cique circule à l'entour de l'aiman, de
tion par les nuées est bien moins hériss même l'influence céleste circule au.
sée de difficultés.

tour du talisman. La matiére de l'af-
La cératoscopie s'attache à l'examen cre, ajoute-t-il, qui est amassée au-
porabo iera- des prodiges , comme accouchements
toscopic

tour du talisman, ne peut-elle pas être
monstrueux, pluïes de pierres, de sang, un poison pour les bêtes venimeu.
& autres, combats d'armées aëriennes, ses , & ne peut-elle pas par ses effu:
& visions effraïantes dans le ciel. fions, préserver quelque licu de touts

Passons aux talismans,qui tirent auf. infeütes?
si leurs prétenduës vertus des influen. Cette explication physique revient

Réfutation
ces . Car il est à observer, que comme à l'opinion de Paracelle , qui définie de cette
les différentes rectes des philosophes' les talismans [i], des boëtes, où l'on
vouloient toutes ĉere sorties de l'échole conserve les influences. Le pére le Brun ·
de Socrate, aussi toutes les espéces de [k] fait ces réflexions sur cette préten-
divinations prétenduës naturelles rap. duë vertu nacurelle des talismans : si:
portent leurs sources à l'astrologie ju- ces piéces de mécal fonduës sous cercai-
diciaire.

nes constellations pouvoient produire Le calisman est une piéce de métal, physiquement ces effets , donc parExplicaion phyfi- fonduë & gravée sous certains aspects tout où il se trouveroit du métal fons

ta- des planétes. Un auteur moderne pré- du sous la constellation requise l'ef.

tend expliquer d'une maniére naturel- ' fet attendu devroit être produit. Or
le la vertu des talismans, & les justi. on peut assurer qu'il y a depuis long-
fier de toute superstition. Il estime temps à Paris du métal fondu en tout
que la figure n'y est point nécessaire, temps., & fous toutes les constella-
& qu'elle ne sert qu'à déligner les pro- cìons, oucre qu'on en fond touts les
priétés. Il ne demande point d'autre jours à la monnoïe, & en vingt au-
préparacion que de fondre le métal, tres endroits de la ville : donc Paris

Pppp
[+] Δια των νεφών μαντικήν εδαμώς τους [1] Imagines & chara&eres funt pi-
madarois s'Sáxiñ é maiolivy, ApvIxoden to xides, in quibus magus liderum vires af-
Pat yuvana oğrupsiyev tu; nuspaus Abortos fervat. Paracelf. philosophia Lagacis. l.'n.
The Piwnictwn Baoirews, Phor. biblioth. Codo [k ] Le P.le Brun. hift.crit desgrarig. lika
242, Menag. hift, mulier.philos.segm, 22, perftit, 1.1.p.375. feconde édir.

7. Des talilIhans

vertu 02curelle ,

[ocr errors]
[ocr errors]

ismaas.

2

« PreviousContinue »