Page images
PDF
EPUB

73.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

nouvelles, des sentiments renouvelles Nos modernes ont prétendu con.

La vitesse des anciens, on a aussi en plusieurs oc- noître la vitesse du sang dans la circu- du lang. cafions fait honneur aux anciens , de lation . Suivant le calcul [d] de Ro. calculés. bien des choses, ausquelles ils n'ont ja. hault, il se faic crois circulations de mais pensé, & dont l'invention a été le tout le sang dans l'espace d'une heure. fruit des recherches laborieuses, ou des Quelques physiciens ont donné depuis pensées heureuses des modernes, soit Rohaule une bien plus grande rapidité que la jalousie, ou que la vénération au cours du sang : Je suppose, dit le pour l'antiquité ait fait naîcre cecte pére Regnault [e], que la cavité gauderniére prévention.

che du cæur contient deux onces de Cependant Harvé, auquel on attri- fang. Selon les observations de Lower ., buë la découverte de la circulation du elle peut en contenir davantage. Jesup. sang , a reconnu [b] qu'elle se trouve pose que cette cavité se vuide à chaque dans Ariftote. Mais cet aveu d'Harvé battement du cœur. Une raison entre n'a t-il point été un artifice, pour enga- plusieurs autres, pour le croire ainsi , ger à recevoir le sentiment qu'il propo- c'es qu'on voit le cæur d'une grenouil- . foit, en l'autorisant d'un suffrage, qui le blanchir dans la systole, ou dans la étoit, surtout alors, d'un sigrand poids? contraction. Listher prétend que le

L'honneur de cette découverte n'est caur bat 75. fois dans une minute : je pas atcribué à Harvé, d'un cousente- suppose que dans une minute , il bat ment unanime . Almeloveen cite un précisément 60. fois, c'est-à dire , une paslage d'André Celalpinus, qui con- fois chaque seconde . Cela supposé, le cient fort clairement la doctrine de la cæur battra trois mille six cents fois circulation du lang. Jean Leonicenus par heure: car 60. fois 60. ou le quardit que le pére Paul Sarpi auteur de la réde 60, est :600.Par conséquent dans fameuse histoire du concile de Trente, une heure il pallera par le coeur & qu'on appelle communément Fra 7200,onces de sang , puisque chaque Paola , découvrit la circulation du battemen: du cæur en poussera deux Tang ; & lesvalvules des veines , qu'il ne onces dans l'aorte; sepc mille deux communiqua fon secret, qu'au seul cents onces de sang feront fix cents fuis Aquapendente, qui ne fit

I 2. ( nces, ou 600, livres de sang. Il de s'ouvrir à un jeune Anglois , nommé passera donc au cravers du caur la Harvé, qui étudioit fous lui à Padouë, valeur de lix cents livres de sang en & qui s'étant assuré de la circulacion du une heure, ou ce qui revient au mê. sang par plusieurs expériences, s'en at- me, 25. livres de sang passeront par le tribua la découverte. On trouve [C] caur 24. fois en une heure, ou 576. que cette connoillance de la circulacion fais chaque jour. Si la mare du sang, du sang est fort ancienne parmi les més comme le suppose Lower, monte à decins Chinois.

25. livres, tout le sang passera par le

Hhhh

pas difficulté

2

[b] Rapin, compar. de Plat. do d' Arit. [C] Hf, du monde de Chevrean, 1.7.live
part, 3.ch: 6.Janus Leonicenus in metamorph. 9.2-379.

Æscular do Apollin. Theod. Janson, ab Ala [d] Physiq.de Rohault,part.4. C.14.
meloveen, in wint, nov.antiq. 9. 28.

[6] Lep. Regnault, entrer.physiq.enrrer. 8.

[ocr errors]

des 2

cæur 14. fois en une heure, ou 576.fois leur procuroit toute leur agitation.
chaque jour.

Ariftote a pensé des prémiers que sentiasa Les modernes prétendent aussi dé- le sang se faisoit au cæur; ce qui avoit tencere a Figure des couvrir la figure des parties intégran- été rejetté comme une erreur; & qui grantes dutes du sang. Ils assurent qu'ils les voient enfin s'est trouvé véritable par les ex. lang avec le microscope ; qu'on voit le sang, périences. Le canal chorachique , dont

par exemple, couler dans les artéres & on a attribué la découverte à Pecquet
dans les veines des nageoires d'un poil- en 1651. se trouve dans un livre im-
son, comme de petitsgrains d'un rou- primé à Venise en 1561. composé par
ge noirâtre, qui sont emportés dans un médecin de Rome, nommé Bar-
une liqueur claire & transparente. thélemi Eustache, Almeloveen pré-

Leeuwenoek [f]a même discerné la tend prouver qu'Hippocrate & Galien
figure de cesgrains, en a déterminéla ont connu les voies lactées, dont on
grosseur , & une des plus célébres aca- a attribué la découverte à un médecin
démies de l'Europe admira son adresse, Italien nommé Afellius ; & que ces
sa pénétration & la constance dans ces deux anciens médecins ont connu pa-
recherches. Suivant les découvertes ou reillement le canal pancréatique , dont
les conje&tures de cet auteur , les par- la découverte a été attribuée à Virsun-
ties du sang humain sont autant de gus anatomiste de Padouë en 1642.
globules, qui ne sont que vingt-cinq Almeloveen montre encore que
mille fois plus petits qu'un grain de l'opinion qui a fait tant de bruit
sable; chacun d'eux est composé de six depuis quelque temps , que la géné -
avires; chacun tourne sur son centre; ration de l'homme se fait dans l'æuf,
ils font molets , flexibles & pesants ; se trouve dans Hippocrate & dans A-
& de là vient que dès que le sang est ristote.
hors des veines, & que la sérosité Qu'importe après tout, que certai.
dans laquelle nagent ses globules, s'est nes connoissances aïent été découvertes

refroidie, & a perdu son mou. par les anciens ou par les modernes ?
vement, ils tombent au fond du vais. L'honneur du médecin consiste bien
seau, ils s'affaillent , ils s'applatissent moins dans des inventions nouvelles ,
Jes uns sur les autres , & laissent au- qu'à conduire avec sagesse ceux qui
dessus d'eux ce fluide plus subtil, qui ont recours à ses conseils

un peu

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

tion. 8.Contradictions sur la qualité. Le moncer' j la lupercherie & la de deschi

.

de chimie. 29. Auteurs supposés des CHAPITRE CINQUIEME livres de chimie. 30. De l'ancienneté

de la chimie. 31. Preparation wfirée
De la Chimie.

par les Grocs, approchante de l'alam-
bic . 32. La partie médecinale de la

chimie est le moins ancienne. 33. Le
SOMMAIRE.

quatorzième siécle'a été l'âge d'or de

la chimie . 34. Des chimistes les plus 1. Divers objets de schimistes . 2. Albert célébres. 35. De Géber. 36. D'Hélio.

le grand a cru la transmutation des dore. 37.D'Etienne. 38. D'Artephius. métaux possible . 3. Définitions de la 39. De Raymond Lulle. 40. D' Archimie. 4. But général de la chimic ' nauld de Villeneuve.41. De Nicolaus s. Des cinq principes des chimistes . Flammel. 42. De Jacques Cæur.43. 6. Division des sels en acides ó ab- De Paracelse. 44. De Van-Elmont. kali. 7. Explication de la fermenta

E nom seul de chimie semble andu vif-argent. 9. Différentes routes

L

noncer [ ] jets pour chercher la pierre philofophale crédulité des hommes. Mais quelque

mites. 10. Découvertes utiles de la chimie . décriée que soit la recherche de la pier11. Supercheries des chimistes . 12. re philosophale,touts les chimistes n'en Raisonnements les plus spécieux des sont pas également détrompés. Leurs chimistes. 13. Analogie du vif-ar- opinions & leurs vûës sont fort différen. gen; de l'or. 14. Objection contre tes. Les uns se proposent uniquement la chimie. 15. En supposant le secret de faire de nouvelles découvertes dans de teindre le mercure, ce ne seroit que la connoissance générale de la nature; de l'or apparens. 16. Si la transmuo les autres considérent la chimie comme tation étoie possible , il ne pourroit y une source de remédes, & mettent leur avoir de profit. 17. Exemples de la étude à les préparer ; d'autres ont pour iransmutation. 18. Longue vie d'Aro objet la transmutation des métaux, & tephius. 19. Différence de l'or pola- s'appliquent à la recherche de la pierre biecommun Ó du philosophique : 20. philofophale, Vertus de la semence aurifique. 21.

Albert le Grand [b]croïoit la tranf- Albert le De le Palingénésie. 22. Impiétés mutation des métaux possible, en les pu- grand a cru inepties des chimistes. 23. Leur ob- rifiant & séparant tout ce qu'il y a d'im- tation des scurité affectée. 24. Prophanations des pur.Il appelloit le plomb un or lépreux, métaux mystéres par les chimistes

. 25.La Toi- expresfion qu'il disoit être tirée d'Aril. poloble. fon d'or expliquée par la pierre philo- tote. Il posoit pour principe général sophale. 26. S. Dominique , Albert que touts les métaux tirent leur origi. legrand , & S.Thomas mis au nom. ne du vif-argent & du soulfre. bre des chimistes . 27. Le pere Kir. Suidas a défini la chimie[c] un art de

Definitions cher attribuë la chimie aux patriar. composer l'or & l'argent. ches, à Salomon. 28. Etymologie On se sert communément du mot mic.

Hhhh

3 [A] Homo eft animal credulum & [c] Χιμία ήτε άργυπα Χρυσε κατασ mendax.

KEUS9. Suid, in voce Xinje bla. [6] D, Alberto magn. de Alchim,

de la chi.

[ocr errors]

de chimie, pour exprimer la partie de toutes les propriétés spécifiques du
cet art, qui se borne à des découvermixte , dont elle a été extraite , que
tes physiques & médecinales : & on les chimises appellent Mercure , le-
emploie le terme d'alchimie, pour dé- mence, quincellence , ame du sujet ,
signer celle, qui travaille à la trans. Protée, argent aqueux, esprit miné-
mutation des métaux.

ral &c. Burgénéral

En général, l'objet de la chimie est Par le Mercure considéré comme derico Chi- de faire l'analyse des corps naturels , principe , on n'entend pas un vif-ar

de les réduire à leurs prémiers princi- gent actuel, mais cette partie liquide,
pes , d'en découvrir les vertus cachées: dont je viens de parler, ou l'humide
c'est une anatomie des corps naturels radical qui est dans touts les corps na-
par le moien du feu. C'est un art, qui turels.
par la résolution des mixtes , sépare Sa partie inflammable eft le soulfre,
le pur de toute impureté, que les chi- Ce principe actif de la chimie est donc
miltes appellent le péché originel de une substance oleagineuse, liquide ,
l'individu.

inflammable. Elle fait la diversité des
Cette résolution des mixtes confifte couleurs & des odeurs : elle adoucit
en leur entiéredécomposition . La chi. l’acrimonie des sels, lie les autres par-
mic travaille à extraire les essences fé- ties, & conserve les corps où elle abon-
minales des corps des trois régnes, vé- de.
gétal, minéral & animal: c'eft à dire Le sel chimique est le troisiéme prin-
des plantes, des métaux , & des corps cipe aais. C'elt la partie de l'essence
animés.

Séminale , où la sécheresse domine .
Les cinq principes des chimistes sont cette substance léche & plus ou
Cinq prin. le soulfre, le Mercure, le sel , le phleg- moins acide , entre dans la composi-
Chimittes, me, & la tête morte . Ces deux dera tion de touts les corps. On divise les

niers sont les principes pasifs de la chi- sels en acides & alkali. Les acides sont
mie: ils ne sont regardés, que comme comme des petits dards pointus , roi des fels en
les enveloppes qui enferment & re. des, longs cranchants. Les alkali font acides &
tiennent les particules subtiles & des corpuscules pi us grossiers , terres-

alkali, spiritueuses. Les trois autres sont les tres, poreux, & spongieux, comme principes actifs.

des fourreaux propres à recevoir les Le phlegme est cette humidité infi- acides: les alkali sont proprement ce pide & aqueuse qui se trouve en touts qui fermente , les acides font le fer.

ment. La matiére subcile chargée des La tête morte est le marc terrestre acides s'infinuë dans les alkali', dont Explication & grossier, qui reste des corps , dont elle heurte & brise les petites cellules, mentation, on a tiré l'humidité & les sels.'.

& avec le secours du ressort de l'air, Toute la substance impure étant sé- elle les écarte de touts côtés : c'est parée, l'essence séminale du sujet ( di- dans ce mouvement intérieur des par. sent les chimistes ) se trouve extraite ties insensibles que consiste la fermenen une forme liquide , que l'art & tation , que quelques modernes ont une longue digestion peuvent réduire regardée comme le principe physique en poudre. C'est une substance eslena universel, réduisant touts les éléments tielle en forme de liqueur, renfernant à ces deux especes de sel alkali & aci

[ocr errors]

6.

les corps.

7.

[ocr errors]

de. Car les particules insensibles of polite fonde ce sentiment, sur ce que
frent un champ libre à l'imagination , le métal engendre le métal , comme
qui n'y trouve aucun obstacle . Mais un animal engendre son semblable,
en est-on plus avancé , lorsqu'on s'est comme une plante produit une autre, .
déterminé à la préférence des quatre plante de la même espéce ; & que les
éléments ; ou de la matiére fubtile , générations doivent se faire dans le
globuleuse, & branchuë,ou des atomes, régne du minéral , comme dans les
ou des deux sels acide,& alkali; ou des deux autres.
cinq principes chimiques ; ou des cor- Géber tient qu'il y a trois principes
puscules animés, & des petits cirons ? productifs des mécaux, l'argent vif ,
& quel danger n'y a-t-il point de fonder le soulfre , & l'arsenic. Philalette dans
des opérations réelles & sensibles , sur son vademecum, appelle l'arsenic une
des principes fi inconnus ?

lune de race faturnietine qui a Onignore la qualité du vif-argent contracté mariage avec un dieu belli. tions Turia qui est le sujet de plus ordinaire , sur queux , qu'il nomme aufli le soleil qualité du lequel la chimie s'exerce. Les uns le des philosophes , & par lequel il en. vif-argent.

tiennent chaud , suivant le sentiment tend l'or & l'argent commun, qu'on
de Galien, de Rhafis, de Dioscoride: peut véritablement appeller le soleil
d'autres disent qu'il est froid, comme de bien d'autres espéces de gens que
Avicenne , & Matthiole Paracelse les chimistes. L'arsenic , suivant Phi.
croit qu'il est froid en dedans, & chaud lalette , est un troisiéme principe
en dehors : Pierre d'Apon , qu'il est une substance moïenne , corporelle à
froid comme aqueux , & chaud com- l'égard du mercure , & fpiricuelle à
me sulphureux.

l'égard de l'or & de l'argent. Les Alchimistes cherchent la pierre Riplée dans ses douze portes , adDifférentes routes pour philosophale par des routes encicre- met aulli trois principes productifs des Chercher la ment opposées , & il y a autant de métaux , le mâle rouge , la femme lofophale. sentiments différents sur la composition blanche , & l'esprit de vie qui les unit.

du grand cuvre, qu'il y a de person- Artephius enseigne la même do&rine, nes qui y travaillent.

tantôt sous les noms du soleil , de la Roger Bacon est d'avis que cette ef- lune, & du mercure, tantôt sous ceux sence précieuse doit s'excraire d'ail. du roi, de la reine, & du bain , enleurs , que de l'or & de l'argent qui tendant par le roi ou le soleil , l'or & ne peuvent la fournir. D'autres asíu- l'argent ; par la reine ou la lune, l'arrent qu'elle est en couts lieux , qu'elle fenic; par le mercure ou le bain, le elt renfermée dans tous les êtres , que mercure animé, ou l'esprit séminal & c'est le principe a&if, universel , ré. aurifique. Flammel explique aussi crois pandu dans toute la nature , que ce substances, par l'énigme des deux drapendant la pierre philosophale se trou- gons , sur lesquels Jafon versa le jus ve d'une maniére plus prochaine , & préparé par Médée. plus parfaite dans l'or”. Jean d'Epa- Plusieurs espérent trouver la pierre gnet, & Arnauld de Villeneuve lou- philosophale par l'action du feu sur le tiennent que l'or feul peut produire mêlange de l'or, de l'argent, & du la semence aurifique , & l'argent la mercure commun. D'autres mettent semence argentifique : & le Cosmo- l'origine de la pierre au ciel, & dans

« PreviousContinue »