Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

gore, qui plaçoit au centre de l'uni- l'honneur, en le mettant dans tout son vers un feu qui nourrit & vivifie toute jour, & en expliquant tous les phéla nature [u], & qui est la source du noménes suivant cette hypothése. mouvement.

L'explication des éclipses est la mê. Aristote[*]explique fort clairement me dans touts les systémes. Ec elle est Explica

des écus le systéme de Copernic, en disant que une preuve très honorable à l'astroles Pythagoriciens placent le feu au nomie, que la certitude des hypocentre de l'univers, & font mouvoir théles n'est pas nécessaire à la décou. la terre autour de ce centre. Il y a bien. verte de plusieurs vérités très impor. de l'apparence ( pour l'observer en tantes. Il faut se rappeller que lalu. passant ) que c'est ici que Descartes a ne achéve sa révolution autour de la pris l'idée de placer sa matiére subtile terre en vingt-sept jours, sept heures, au centre du tourbillon; ce qui est & quarante-crois minutes, & qu'elle une contradiction insoutenable du mé- revient en conjonction avec le soleil chanisme qu'il introduit dans la natu

en 29. jours, 12. heures, & 44.mire. Il devoit placer au centre un feu, nutes ou environ, que ce qui fait la mais composé de la matiére du troisié- différence de ces deux révolutions, me élément pénétré de la matiere dont l'une est appellée périodique, & subtile, ainsi que nous l'avons suffi- l'autre synodique, c'est que dans le samment expliqué dans le chapitre de temps que la lune emploie à la réla Physique.

volution périodique autour de la terre, Pythagore mettoit dans le centre du le globe terrestre ou le soleil avance monde unglobe de feu , qu'il appelloic presque d'un signe dans l'écliptique, Vesta ou l'unité. Plutarque[y] actribuë de sorte que la lune pour regagner le même sentiment à Numa, plus ancien La conjonction du soleil, est obligée de que Pythagore. S. Clément d'Alexan- parcourir l'espace dont la terre ou le drie [2] prétend même que cette opi- foleil se trouvent avoir avancé. Cette nion étoit tirée des Egyptiens. révolution synodique faic ce que nous

Les Pythagoriciens donnoient pour appellous les lunaisons divisées en raison, que le centre convient mieux quatre parties, ou quatre différents à ce qu'il y a d'excellent; mais la rai- quartiers. son tirée du méchanisme général de Le prémier quartier commence au Ja nature est bien plus forte que des point de la conjonction avec le fo- renes quais considérations de bienséance ou des ieil, qui pour lors illumine l'hémil- fiets de la prérogatives de rang, ausquelles des phére de la lune que nous ne voions philosophes ne s'arrêtent guéres

point, en sorte que la lune est alors Le cardinal Cura, qui a écrit avec entiérement ténébreuse pour nous . toute la barbarie de l'ancienne échole, En quittant la ligne perpendiculaire renouvella ce systéme entiérement ou du soleil, elle lui présente peu à peu blié, environ 30. ans avant Copernic; l'autre hémisphére" à mesure qu'elle mais sans y donner les explications s'en éloigne, en sorte qu'au bout d'un nécellaires: & Copernic en a mérité peu plus de sept jours, la moitié de

$2. Des difs

[w] Simplicius , comment, in Arifor, de ralo, lib. 2.6. 13.

[x] Aristor, de cælo, lib. 2. c. 13.

[y] Plutarch. in Num .
(2] S. Clem. Alex, stromar. lib. 5.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

lunca

l'hémisphére qui est tourné vers nous tique ou le zodiaque, donc la lacitu.
eft illuminée, & c'est ce qu'on appel. de se prend depuis le point du tropi.
le le prémier quartier , auquel com-' que de l'écreviše, jusqu'au point du
inence la seconde phase. De là s'éloi- tropique du capricorne, en sorte que
gnant toujours du soleil, & s'illumi- l'un ou l'autre de ces globes partant
nant de plus en plus du côté qu'elle de l'écrevisse, va couper la ligne équi-
nous présente, elle arrive au plein, noxiale ou l'équaceur au prémier point
lorsqu'étant en opposition précise du de la balance, d'où il pousse jusqu'au
soleil, tout l'hémisphére qui est tour- point du capricorne, de-là revient
né vers la terre, nous renvoie les couper l'équateur au point du bélier
raïons du soleil, d'où se rapprochant, & remonte jusqu'à ce qu'il soit re-
& lui présentant insensiblement le tourné à ce point de l'écrevisse d'où il
côté que nous ne voions point , elle étoit parti.
diminuë de lumière jusqu'à ce qu'en Pour rendre maintenant l'explica-
aïant perdu la moitié, elle entre en tion des éclipses plus senGible, sui- Route de
son dernier quartier, qui dure jusqu'à vant la prévention que nous avons rc- l'écliptique.
la nouvelle conjonction.

çuë des sens que c'est le soleil qui tour.
Cette révolution de la lune enten. ne, supposons qu'effe&ivement ce soic
Caufe de duë, il est aisé de concevoir que son le soleil qui parcoure le zodiaquc
Téclipse de

éclipse arrive [a], lorsque la masse de Le soleil donc avance le long du zodia-
la terre se trouve interposée entre le que, par une ligne qui ne s'écarte ni
soleil & la lune, & que la lune écant à droite ni à gauche; c'est cette ligne
entrée dans l'ombre de la terre, ne qui n'a pas plus de largeur que le dia-
reçoit plus les raïons du soleil, unique métre du globe roulant, qui se nom.
source de la lumiére; & cette éclipse me la ligne écliptique. La lune qui
de lune n'arrive que dans l'opposition fait la même route du zodiaque en
ou dans la pleine lune.

un mois, dans un cercle beaucoup L'éclipse du soleil arrive [b], lorf- plus pecic & plus voisin de la terre , ricliple de que le corps épais & ténébreux de la & fort au-dessous de l'orbite parcou.

Tune interposé entre cet astre & la ter- ruë par le soleil, se trouve en un an
re, nous empêche de voir le soleil: douze fois nouvelle & douze fois plei.
ce qui ne peut arriver que dans le ne, ou douze fois en conjonction &
temps de la conjonction de la lune douze fois en opposition avec le so.
avec le soleil, ou dans la nouvelle leil, mais elle ne parcourt pas le zo-

diaque par une ligne précisement per.
Il s'en faut bien que les deux altres pendiculaire à la ligne écliptique, qui
Pourquoi
les éclipses ne soient éclipsés à toutes les con est la route du soleil, elle décrit fon

jonctions & oppositions. En voici la écharpe propre un peu plus contour- tunet par les conjonc-raison [c]. Le globe de la terre, lui. née, & dont les ventres ou extremi- rapport à la politions . P vant Copernic, ou le soleil , suivant 'tés s'écartent de chaque côté de cinq de route du so

Tycho-Brahé, faic la révolution en un grés au-delà des extrémités de la ligne
an par la ligne qui coupe l'équateur écliptique , enforte néanmoins qu'elle
en écharpe , & qu'on nomme l'éclip- coupe cette ligne en deux endroits

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

lune.

[ocr errors]

576 Ecare de la

n'arrivent $ pas à toutes

[C] Le Nobl, table des philos,

[a] Alfragan, element. astronomic. 6.28,
[6] Alfragan. 16. c. 29.

[ocr errors]

ne

lune.

tes.

59. Temps &

nommés les næuds, qui sont d'un grand cause l'éclipse du soleil, en nous le ca:
usage dans l'astrologie judiciaire, & chant, n'est pas fi grand que le diamé-
ausquels les Astrologues ont donné les tre de l'ombre de la terre, cà la lune
noms de tête & de queuë du dragon.. s'éclipse. Par la même raison, les éclip-

C'est cet écart de la route de la lu- ses de lune sont plus longues que celles
Ce qu'on

à côté de la route de l'écliptique, du soleil, parce que la lune emploie appelle lari. tude de la qui s'appelle sa latitude , en forte qu'on moins de temps à passer par deffous le

dit que la lune a tant de degrés & de diamétre du soleil, dont le disque ne minutes de latitude, lorsque la route paroît pas plus grand que le fien, qu'el.. est éloignée de la ligne écliptique de le n'en emploie à traverser l'ombre de tant de degrés & de tant de minu-, la terre , qui eft d'un diamétre trois

fois plus grand que son disque. Ainfi De ces principes il résulte que quand les éclipses de lune durent jusqu'à qua occasions les conjonctions ou les oppositions ar tre heures, lorsqu'elles sont centrales , des éclipses.

rivent dans le temps que la lune a de: & celles du soleil ne vont guéres à
la latitude, & qu'elle est hors de la plus de deux heures.
ligne écliprique, la conjonction n'é Quelques auteurs ont écrit que pen.. 61.
tant point perpendiculaire, ni son op- dant la Paffion de Jesus-Christ' [d], il Destine
position diametrale , il n'y a point arriva une éclipse de soleil contraire paffos.
d'éclipse & l'éclipse ne peut arriver aux loix de la nature & au cours des al-
que lorsque cette conjonction ou cette cres. Les prémiers Chrétiens, qui ont
opposition se font, dans le moment parlé desténébres survevuës au temps
que la lune est dans les næuds ,dans que N.S.futcrucifié, & qui en ont par-
lesquels la ligne écliptique coupe celle le comme d'un prodige marqué par les
du soleil, parce qu'alors elle se trou. régistres publics, ont fait voir , qu'au
ve sans lacicude, & jointe perpendi- temps de la Passion,la lune étant pleine,
culairen ent ou diametralement op- & en opposition, il ne pouvoit y avoir
posée au soleil ; & comme la lune ne d'éclipse du soleil qui ne für miracu-
le trouve ordinairement que de lix leuse : Huet dit que cette éclipse a été
mois en fix mois en conjonction & en attestée [c] par les auteurs Payens, &
opposition dans les næuds, c'est ce par les annales des Chinois.
qui fait que communement elle ne Jules Africain[f], Eusébe , & S. Jé-
s'éclipse que deux fois l'année , quoique rôme [g]ont cité Phlegon affranchi de
ces éclipfes soient quelquefois plus ra- l'empereur Adrien, qui a dit qu'en la
res ou plus fréquentes.

4. apnée de la 202. olympiade , qui
L'éclipse du soleil n'arrive pas si est celle de la Pailion de Jesus-Christ

, Eclipses de fréquemment que celle de la lune, il y eut une éclipse de soleil la plus Tares & plus parce que le diamétre de la lune qui grande qu’on eut jamais vûë. Tercul

Jien

[ocr errors]

Courtes.

[d] Supernaturalis illa fuit quæ paf- in alta publica Romæ teftatur Tertullia-
fionem vidit dominicam. Plenilunio ac nusin apologetico,fed ne spargeretur,pro-
cidit totalis, & per trihorium duravit. hibitum Joann Jonston.thas maingr. natural.
Dionyfius de illa , aut naturæ Deus pati. clafl. 1.c.5.art 2.
tur,aut mundi machina corrumpitur. (e) Huer.quaft. Alner. lib.2.6. 19. dan de-
Hinc,dein communicato cum philofophis monftrat.evangel.propol.3.08.
confilio,aram ignoto Deo extruxit, & ad . [f] African.ap.Syncell.p.322.
concioneri Pauliconversus elt. Relatar [&] Eufeb. S. Hieronym.in chronic.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

lien [b] sur ce phénoméne miraculeux parle à peu près de même. Sur le trem-
renvoie les Payens aux archives pu- blement de terre arrivé lors de la Pas-
bliques.Rufin [i]fait tenir un discours fion, les commentateurs ne sont pas
semblable à saint Lucien prêtre d'Ao moins partagés, les uns aïant cru qu'il
tioche martyrisé en 312. qui dit aux fut général dans tout le monde, les
Payens : Consultez vos annales , & vous autres qu'il fut particulier à la Judée.

62. trouverez que lorsque Jesus-Christ : Les éclipses font ou totales, ou de

Eclipses
souffrit sous Ponce Pilate , le soleil partie du corps' éclipsé. La lune est totales, ou
cella de paroître. Les actes publics [k] souvent entiérement éclipsée ; parce du corps
dont parlent Tertullien & S. Lucien, que l'ombre de la terre où le globe éclipse.
étoient apparemment les lettres el. lunaire entre, aïant plus de latitude
voiées par Pilate à Tibére. L'auteur que ce globe, il s'y plonge entiére.
connu sous le nom de Denys l'Aréopa. ment, lorsqu'il est en opposition dia-
gite [1] dit qu'étant à Heliopolis en métrale avec le soleil, & il y demeure
Egypte , il remarqua l'éclipse arrivée longtemps fans recevoir aucune lu-
au temps de la Passion de N. S. qui miére. La lune peut aussi s'éclipser en-
suivant les regles de l'astronomie ne ciérement, sans passer par le centre de
pouvoit être

que surnaturelle. Suidas l'ombre de la terre. Lorsque la lune ne
[m] fait dire à S. Denys lui-même, en fait que friser les bords de cette om-
voïant cette éclipse. Il faut que le Dieu bre, elle ne perd qu'une partie de fa
inconnu souffre. Thallus auteur ancien lumiére ; à proportion qu'elle y entre
est pareillement cité par Jules Afri- plus ou moins.
çain, comme aïant marqué la même pour le soleil, il est rare qu'il soit
éclipse de soleil. Nonobstant ces auto- entiérement éclipse, parce que

fon dia-
ricés, plusieurs critiques la révoquent métre apparent écant à peu près égal au
en doute, & ont peu d'égard aux té diamétre apparent de la lune , il faut
moignages sur lesquels elle est appour rendre l'éclipse totale, que la
puiée. L'évanglie en disant [n] que des lune se trouve dans son périgée, afin
ténébres, se répandirent sur toute la que son apparence en soit aggrandie,
terre, depuis la fixiéme heure jusqu'à & que le soleil se trouve dans son
la neuvieme, ne nous oblige à croire au- apogée , afin que son disque en paroisse
tre chose, finon que la Judée fut cou- diminué, & que la conjonction soit
verte de ténébres. Origene [o] a re- centrale , ou que par les réfractions,
marqué sur ce passage de S. Matthieu ; par la parallaxe , ou par l'obliquité;
que la Judée est souvent désignée elle paroisse centrale : alors même
dans l'écriture , sous le nom de toute l'obscurissement total ne durera que
Ja terre. Ce sçavant interpréte de l'é- très-peu , & autant seulement que ces
cricure sainte, a cru que les ténébres deux centres se trouveront joints.
de la Passion furent causées par un

Comme la grandeur apparente du

Eclipse de brouillard épais, S. Jerôme [p]dit que disque du soleil & de la lune répond foleil annule soleil recira ses raisons. S. Leon[9] en à leurs distances de la terre, & que ce lairc.

Z 2Z [h] Tertull. apologet.c, 21.

[m] Swid,υc, Διονύσιος ο Αρεωπαγίτης.
D] Rufin. lib.9.c.6.

[n] Matth... 27.
[k] Lep. Calmet, comment. sur S. Marth, [O] Orig. in Marsh. homil. 35.

[p] S. Hieronym. in. Chronic, don comment,
-[l] Dionyf.pseudo-Areopag. epift. 7. ad Pod in Amos.
lycarp.

[9] S, Leo , Sermon, 10. de paffione.

63.

Tuto. I.

[ocr errors]

64.

minutes

de l'ombre

disque paroît plus grand dans leur pé- fait conoître la route qu'elle tenoit ,
rigée, que dans leur apogée ; si l'éclip- & leur ont appris que son globe étoit
se centrale arrive , lorsque le soleil et beaucoup plus petit que celui de la
dans son perigée , & la lune dans son terre : & comme les autres Planétes
apogée, alors l'éclipse eft'annulaire , le ne s'éclipfent point dans l'ombre de
difque du Soleil débordant de touts la terre, ilsone reconnu que puisque
côtés, & on voit un cercle lumineux cette ombre n’atteignoit pas la Pla-
autour du disque de la lune.

néte de Mars, elle devoit se terminer
Pour l'ordinaire l'éclipse du soleil en pointe, & aller en se retréciffane
Degrés de
l'échipsc ex est seulement de quelque partie, & depuis la base ; que parconséquent la
doigts pour en compter la grandeur, on di. terre étoit plus petite que le soleil ; &

vife fon disque co douze doigts, & que les autres Planéces étoient plus
chaque doige en soixante minutes', & éloignées de la terre que la lune , qui
on dit que le soleil est éclipfé de cant est quelquefois enveloppée dans l'om-

de doigts & de tant de minutes. | bre de la terre.
65. Quoique l'éclipse de lune foit cenu Il seroit à souhaiter que les histo-
Distinction

frale, la lune ne devient pas enriére. riens eussent marqué avec exactitude Les écli& de la pé ment imperceptible. Il faut distinguer les éclipses arrivées dans les mêmes res drets nombrs. deux forces d'ombres, une ombre véris années, que les évenements dont ils titelor

table & une pénombre. Suivant les ext parlent, car les aftronomes sçachant le gic.
périences d'optique[r], l'ombre d'un point précis de toutes celles qui sont
globe exposé en plein soleit, fe ter arrivées, li l'on pouvoit combiner les
mine environ à cent dix diamétres du faits historiques avec elles , on rectifie-
globe; mais l'ombre véritable ne s'é- roit toutes les chronologies dans la
tend qu'à quinze ou seize diamétres; plus extrême justesse.
qout le reste n'est qu'une pénombre. b Cent trente ans avant l'ére Chrétien-

! La longueur de l'ombre de la terre nè, Hipparque calcula les éclipses du
cft donc de cent dix diamétres de la soleil & celles de la lune pour l'espace
terre, c'eft-à dire de trois cents crente de Gix cents ans. Oeft fur fes observa-
mille lieuës, mais l'ombre véritable de tions que Ptoleméd a fondé la conf-
la terre ne s'étend qu'à quinze ou seize truction de ses tables ok.
diamétres de la cerre ou environ 5 - Lorsque Venus' parte Tous le foleil
c'est-à-dire à quarante-cinqou quaran dans le nous dont la route coupe venues.ee
te-huit mille lieuës : la lune qui est l'écliptique', elle ne fait pas comme la paroiffent
beaucoup plus éloignée ;& donc la dif- lune, une éclipse de soleil, à cause de comerciais
tance eft environ de quatre-vingt-dix la petitesse de fon diamétre; ohi la voit le disque
mille lienes ; neft jamais pendant les comme une tâche obseure dans le dif- du foleil.
éclipses que dans la pénombre, où quel- que du soleil. Mercure le plus souvent
ques globules de raions de lumiére ne peut être vû à cause de ses fréquen-

pénétrent des deux côtés du cône, à tes conjonctions avec le soleil: lorsqu'il 191.. mésure qu'il ya en s'étrécissante. į passe sous le soleil, & qu'il est fans la

Rien n'a tant inftruit les astronomes... Litude, on le voit dans le disque du des éclipfes que les observacions des éclipses, Cel- foleil, comme une petite cache noire.

les du soleil les ont convaincus que Touts les astronomes sont d'accord
la lune étoit plus proche de la terre sur cette explication des éclipses. Touts
que le soleil. Celles de la lune leur ont les phénoménes conformes aux rai-

[r] Mémoire de Bacad.des scienc.ann, 1723. P. 13.29 128.

66,

« PreviousContinue »