Page images
PDF
EPUB

. Liv.IV. Sie fiéme mouvement fort lent sur son axe géne le Stoïcien trois cents soixante. qui lui fait décrire un cercle entier,en- cing, Héraclite dix-huit mille. viron en vingt-cinq mille ans; mouve- Ariftote appelloit la grande année,le ment presque imperceptible, qu'ils ont retour des planétes seules dans leur préintroduit pour rendre compte de la li- miere disposition: mais les Grecs enten. tuation différente des étoiles fixes. On doient communément par la grande an. peut choisir entre ces deux maniéres née, l'espace de temps après lequel les d'expliquer la précession des équinoxes, planétes & les étoiles fixes revenoient fans craindre que l'opinion à laquelle on au même point. Cette année se nommoit aura donné la préférence , soit réfucée Placonique, parcequ'elle a été inventéo par des expériences certaines .

par Platon ; quelques auteurs[d] ne La prémiére étoile du bélier,qui 3 30. comptoient que quinze mille ans pour ans avant Jésus-Christ, se trouvoit à cette révolution; le plus grand nombre l'interse&ion de l'écliptique & de l’é en comptoient [e] crente-six mille; d'auquateur , étoit avancée de fix degrés tres plus ou moins. Plusieurs ont douté, quarante minutes , du temps de Prolé que le retour des planétes & des fixes se mée. Elle est présentement à 29.degrés rencontrâc jamais au même point [f], & vers l'Orient, placée encore sur l'éclipti. il s'en eft trouvé qui l'ont foutenu im. que, & elle fait un degré en 70. ansou possible. Quelques-uns se sont imaginé, environ : de forte que la terre ou le que cette révolucion se faisant [g]au fisoleil retourne à l'intersection de l'é- gne du Capricorne , elle devoit causer cliptique & de l'équateur, ou au point un déluge universel, & qu'arrivant au de l'équinoxe, presque un mois avant figne du Cancer, elle exciceroit un emque d'acceindre la même écoile , qui s'y brasement général . trouvoit, il y a environ deux mille ans Si l'on compare les deux systémes de [a]. L'étoile polaire, qui du temps d'Eu. Prolémće & de Copernic, on avouera Avantages doxe étoit éloignée du pole de l'équa- malgré la prévention qui incline pour de Copere teur de douze degrés , ne l'est plus que le repos de la terre, que c'est bien plúcôt nic. d'environ deux degrés,dix.huit minutes. à la terre à tourner autour du soleil,dont

Calsini dit [b] que la revolation en. elle a besoin pour la fécondité, & dont tiére des étoiles fixes doit s'achever en elle cire la lumiére & le mouvement; au 15200. ans ou environ; Tycho-Brahé lieu que le systéme de Pcolémée est sem. en 25 806.ans; Gassendien 2 5000. ans; blable à la description qu'un homme Riccioli en 25920.ans.

[ocr errors]

donneroit de la manière dont on fait ro. Parmi les anciens astronomes [c], lestir une perdrix, en disant que la cheuns ne comptoient pour la révolution minée , & même touce la maison tour. des fixes que huit ans d'autres dix-neuf, ne autour de cette perdrix. d'autres soixante comme Oenopide & En effet n'est-ce pas une chose incom. Pythagore,d'autres soixante-seize, Dio- préhensible, quc coute cette malle pref- fon du Pontale

Comparai

33•

[a] Hift. de l'Acad. des scienc. ann. 1708. p. 96.

[6] Hjf. de l'Acad. des fcienc. ann, 1708. P. 94.

[c] Stob eclog.phyfic. c. 11.
[4] Macrob, in somn. Scipion. lib.z.

[e] Marfil, Ficin. de immortalit, animor
lib.4.6.2.

[[ ] Ricciol. Chronol. reform. lib. 1.c.7.

[8] Senec. quaft. natural. lib. 3. 6. 20. Juft. Lips. Phyfiolog. Stoicor. lib. 21, ago 22.

vement de que infinie du ciel, & ces globes innom. & dans touts les systémes imaginables :
celui des & brables, incomparablement plus grands. Plus un corps a de solidité,plus il reçoit
toiles fixes.

que la terre , tournent autour de cette de mouvement ; C'est par cetce raison
terre, & d'un mouvement dont la rapi- que nous ne pouvons pas jetter une
dité est inconcevable , au licu que dans plume loin de nous , & que nous jet-
le systéme Copernicien, la terre par son tons une pierre fort loin.
mouvement journalier sur son axe, ne L'apparence du repos de la terre est
fait que cinq licuës , ou environ en une causée par la conformité du mouve-
minute: mouvement dont la rapidité ment de l'athmosphére qui l'environne.
ne surpasse celle d'un boulet de canon, Les mêmes relacions d'objets se présen-
qu'environ du double.

tent aux yeux; ce qui fait l'apparence
Car la terre dans le plus grand cercle du repos. Dailleurs nous avons des
de sa sphére, n'a qu'un tour moindre de exemplestrès frequents des illusions des
neuf mille lieuës à faire. Paris ficué en. sens: quand nous sommes dans un vais-
viron au quarante-neuviéme degré deseau, ne nous semble-t-il pas que le riva-
latitude ne décrit qu'un cercle à peu ge & les terres éloignées fuient loin de
près de cinq mille neuf cents licuès nous, & que nous sommes immobiles ?
moïennes, de 2500. pasgéométriques, Onoppose au systéme de Copernic,
ce qui revient par heure environ à 246. que a la terre écoit portée d'Occident en
lieuës, & à peu prèsà 4. Jieuës par mi- Orient, un boulec de canon porteroic
nute, au lieu que lesétoiles fixes[b]au- beaucoup plus loin, étant pointé vers
roient à parcourir en un jour plus de l'Occident ; que les oiseaux feroient
vingt-sept mille fix cents soixante fois beaucoup plus de chemin en tirant au
deux cents millions de lieuës.

couchant, & qu'il en arriveroic de mê. Le globe terrestre en tournant 365. me de touts les autres mouvements qui fois sur son axe , achéve de parcourir le font enl’air & au-dessus de la surface l'écliptique ou l'orbite annuelle autour de la terre, parceque le progrès du du soleil, par un mouvement dont la mouvement du boulet de canon, par rapidité n'a rien, qui ne puisse aisément exemple, & le progrès du vol de l'oiseau s'imaginer.

seroient augmentés de tout le progrès Les obje&tions fondées sur la pesan- duchemin que la terre fait en même contre le teur de la terre, & sur les apparences de temps sur son axe & dans l'écliptique : Loterie de fon repos ne sont d'aucune consideracion On ajoute que les corps jectés en l'air ne Copernic.

pour un Physicien. La terre prise dans pourroient pas retomber en ligne direc.
toute sa mase, suspenduë dans une ma. çe: conséquences qui sont contraires à ce
tiére fluide,& aïant enelle-même lecen- que nous éprouvons à toute heure.
tre de sa révolution, n'a aucune pesan. Les Coperniciens répondent que le

Reople, teur,elle est de la nature des autres pla- globe de la terre emportant & faisant des Core? nétes qui se meuvent incontestablement, mouvoir avec soi toute la sphére de

34. Objc&ions

l'air

piciens,

[b] M. de Fontenelle , dans les mondes, 101, foir , pag. 16.

. IV.

[ocr errors]

30.

Autre ob

[ocr errors]

37.

[ocr errors]

Liv. IV. 5
l'air qui l'environne, cet air imprime: de l'orbite que la terre décrič aucour des
l'activité de son mouvement à tous les soleil ; au lieu que de quelqucendroit
corps qu'il renfermc, & qui le fuivent de ce cercle parcouru par la terre , que :
par un mouvement conforme à celui de nous observions les écoiles, on ne les ;
toute la masse.

voit jamais plus grandes ni plus petites La même objection se retourne en d'un lieu que d'un autre, d'où il s'enicction. disant, que l'air entraîné par le mou- fuit par les régles de l'optique, que tout vement journalier de la terre d'Occi- l'espace compris dans le cercle que

la dent en Orient, devroit causer un ob- terre parcourt, en faisant sa révolucion ftacle très difficile à surmonter pour annuelle autour du soleil, n'est qu'un les corps qu'on voudroit mouvoir dans point à l'égard des étoiles fixes; que ce. un sens contraire : & qu'ainsi le canon pendant le diamétre de ce cercle suiporteroit moins loin lorsqu'il seroit vant les Coperniciens, est de saixantepointé vers l'Occident , & que l'oiseau fix millions de licuës [i], & par conavanceroit moins en volant vers le cou. séquent fa circonférence ou l'écliptique chant, ce qu'on n'éprouve pas. :

est d'environ deux cents millions de Il est aisé de répondre que le mou- lieuës; qu'il doit donc y avoir un espaRéfonse. vement de l'athmosphére entraîné par ce immense & inconcevable, entre l'or

la terre, n'ộte point à l'air sa fluidité na. bite du globe terrestre, & leciel des écoi-
turelle , & la facilité avec laquelle il les ; que cette immenfité d'espace qui
céde à l'impulsion des corps solides : seroit inutile, choque la raison, puila
que la différence de la mobilité des que la nature ou plûtôt le créateur n'a
corps vers l'Orient ou vers l'Occident rien fait en vain.
ne peut être sensible , de même que Les Coperniciens avouent la consć-

Réponte.
dans un vaisseau qui avance fort vîte, quence d'un espace si prodigieux; mais
mais d'un mouvement uniforme, si vous de l'objection même ils cirent les plus
vous enfermez dans une chambre, en beiles idées pour la magnificence de
forte que l'air extérieur ne s'y false pas l'ouvrage admirable de l'univers. Ils
sentir, vous ne vous appercevrez pas répondent qu'il n'y a point d'inconvé-
qu’un corps poussé vers la pouppe du nient que Dieu ait mis un espace aussi
vaisseau, avec une force très médio. vaste entre les planétes & les étoiles
cre , aille moins vîte & moins loin, que fixes; que cet espace peut être rempli
s'il étoit jetté vers la prouë.

d'autres planétes, que leur éloigne3!.

La plus force objektion qui se false ment nous empêche d'appercevoir; que
Objection
de la ditan-contre le systéme de Copernic , est que ces écoiles fixes étanc vraisemblable-
ces des étoi. comme la grandeur apparente des pla- ment autant de soleils qui servent de

nétes augmente ou diminuë, suivant centres à d'autres tourbillous, il a fala
que la terre en elt plus ou moins éloi. lu les séparer par des espaces très va-
gnée, de même la grandeur apparente ftes, de peur qu'ils ne se nuisissent

par
des étoiles fixes devroit changer à pro- la chaleur & par le mouvement de
portion de l'éloignement de la terre,

leurs raions.
dans le grand espace de l'écliptique, ou Enfin on objecte au systéme de Co-

39.

Objection Tom. I.

49.

Y yy

[:] Hift, de l'Acad, ann, 1717.pag. 64.

de l'écritu.

IC:

des paffazes pornic des expressions de l'écricure, que falloit nécessairement que le soleil für

le soleil se couche & feléve; que Jo- le centre de Mercure , de Venus, de sué [k] commanda au soleil de s'arrê. Mars, de Jupiter, & de Saturne, & ter, & qu'il s'arrêta ; que le prophéte que ces cinq planétes tournassent auIsaïe [1] fit retourner en arriére l'om- tour de lui [m]; mais pour conserver

bre du soleil de dix degrés sur l'horloge l'opinion la plus conforme au préjugé Réponse.

d'Achas. Mais cette rétrogradation de vulgaire & au rapport des sens, Tycho-
l'ombre pouvoic être aussi bien l'effet du Brahé n'a fait qu'un systéme de celui de
mouvement de la terre que du soleil. Ptolémée & de celui de Copernic mêlés
En général il suffit de répondre que la ensemble. Il établit que la terre est im-
sainte écriture s'est conformée dans ses mobile , qu'elle est placée au milieu de
expreslions au sentiment du peuple. l'univers, qu'elle sert de centre à la lu-
L'écriture se sert souvent d'expreslions ne , au soleil, & aux étoiles, candis
figurées. Personne n'entend au pié de que le soleil qui tourne autour de la ter-
Ja lettre, que l'éternel se soit promené re emporte avec soi les cinq autres pla-
dans le jardin d'Eden; qu'il soit descen- nétes, auxquelles il sert de centre &
du pour visiter la tour de Babel; qu'il qui tournent autour de lui.
aic étenda le bras ; qu'il se soic re- Ce systéme en s'accommodant à la
penti.

prévention générale , explique fort On lit dans la Genése au commence- bien toutes les apparences. La lune ment, que Dieu fit le soleil & la lune, fait en 27. jours & huit heures ou enviles deux grands luminaires : ces paroles ron, la révolution autour de la terre n'ont pas empêché touts les astronomes par le cercle le plus proche & le plus pede convenir que la lune n'est pas un

tit. Le soleil tourne touts les jours aucorps lumineux par lui même, & qu'el- tour de la terre, & parcoure l'écliptile est incomparablement plus petite que en 365. jours, cinq heures, & qaa. que les globes de Jupiter & de Saturne, rante-neuf minutes. Enfin les étoiles & que les étoiles fixes. Les Coperni- tournent aussi touts les jours autour de ciens les plus déclarés se servent du lan. la terre, & par un cercle ti prodigieux gage vulgaire, & le plus propre à se que leur révolution ne s'acheve qu'enfaire entendre, Ils emploient lesexpress viron en vingt-cinq mille ans. fions uitées du lever & du coucher du Les cinq planétes Mercure, Venus, soleil ; de même que parmi les Carté. Mars , Jupiter & Saturne, font emporfiens aucun ne s'avile de dire que l'ame tées chaque jour avec le soleil autour es blanche ou amére, quelque persua. de la terre ; & quant à leur révolution dé qu'il soit, que la sensation de blan. elles la font à l'entour du soleil, qui

cheur ou d'amertume est dans l'ame. est leur centre, dans les mêmes fituaSystéme de

Tycho-Brahé connut par la facilité tions , éloignements , & mesures de Tycho-Bra- avec laquelle le systéme de Copernic temps que dans le systéme de Coper

expliquoit toutes les apparences, qu'il nic.

و

42.

hé.

[k] Dixitque coram eis: Sol contra Ga. Josué, cap. 10. v. 12. do 13.
baon ne movearis, & Luna contra vallem [1] Reg. lib. 4. 6. 20.
Asalon. Steteruntque Sol & Luna, do- [m] Le Nobl rab!, des philof.
nec ulcisceretur se gens de inimicis suis.

44. Différentes

[ocr errors]

ܕܐ4

[ocr errors]

Krahé,

[ocr errors]

Le planétes de Mercure & de Venus & immobiles; & fi elles sont immobin'embrassant pas le cercle de la terre, les, il faut que la terre tourne, & le ne paroissent jamais plus éloignées du systéme de Tycho ne peut sublister, soleil que du demi-diamétre de leur Nous observerons en passant que le cercle. Les phases différentes de Ve- ciel des étoiles fixes a causé dans touts opinions vus font expliquées avec la même net- les temps de grands embarras aux altro- für des étoiteté, & suivant les mêmes principes. nomes. Quelques anciens tenoient leur

Mars, Jupiter, & Saturne roulant sphére solide : sentiment qui depuis a sur de plus grands cercles, embrassent été entiérement rejetté. Les uns ont la terre, & nous montrent un disque rempli les cieux d'une mariére éthérée beaucoup plus grand , dans le temps & fluide , comme Ariftote & Descarde leur opposition avec le soleil, parce tes; Epicure & Gassendi y ont admis le qu'alors ils sont beaucoup plus proches vuide; Newton les a faits entiérement de la terre,

vuides, mettant les étoiles & les planés Les objections contre le systéme de tes même dans des espaces où il n'y a auObjeâions Tycho-Brahé sont, qu'il est contre la çune forte de matiére . lyttéine de régularité & la perfection de ce grand Les sectateurs de Tycho-Brahé ré.

Réponses Tycho

ouvrage de l'univers , & contre l’uni- pondent à l'objection de la duplicité des des felta-
formité & la simplicité de l'ordre natu- centres, qu'il n'y a point d'inconvénient wychode
rel, d'établir deux centres principaux ; à admettre un double centre; que cet Brahé,
que ce systéme laisse subfilter la vitesse inconvénient, fi c'en écoit un, feroit
incompréhensible du mouvement des moindre que de renverser toutes les no-
étoiles fixes; que la différente grandeur tions naturelles fondées sur les rapports
de ces étoiles nous fait concevoir claire des sens ; que les Prolémistes par leurs
ment que les plus grandes sont plus épicycles ont donné différents contres à
proches de nous, & que les plus peti- toutes les planétes, pour expliquer les
tes en sont beaucoup plus éloignées , en apparences de leurs différentes gran,
sorte que dans leur mouvement journa- deurs; que les Coperniciens [n] dona
lier autour de la terre, celles qui sont nent eux-mêmes des centres différents à
les plus éloignées & presque impercep- la lune, aux satellites de Jupiter & de
tibles lourncroient en vingt-quatre Saturne . Quant au mouvement des
heures autour d'un orbite si prodigieu- étoiles fixes, ils répondent que quoi-
se, qu'il n'est pas possible d'imaginer qu'il semble vraisemblable

que

leurs cette vitesse; que dans leur révolucion différentes grandeurs apparentes ligniqui s'achéve environ en vingt-cinq fient leur éloignement différent, cette mille ans, les plus voiâncs, comme la apparence peut venir de ce qu'effectiveCanicule, décrivant de moindres cer- ment leurs globes sont les uns plus cles, devroient être moins lentes à ache. grands & les autres plus petits; qu'à ver leurs révolutions ; que de toutes l'égard de cette prodigieuse vitesse, qui ces conséquences il résulce Vile proba- les fait tourner en vingt-quatre heures bilité qui approche de la certitude, que autour de la terre , quoiqu'elle parois. les étoiles fixes sont véritablement fixes se incompréhensible en la comparant à

Yyy 2

[n] Certe' diversité de centres des satelli- dx méchanisme générai de la nature. les et bien différente ; elle est tirée elle-même

« PreviousContinue »