Page images
PDF
EPUB

armées qui s'entrechoquoient avec un la noblesse même. Ils s'assemblérent és bruit terrible. Du pain nouvellement grand nombre pour reconnoître ce procuit rendic une grande abondance de dige; mais en le poursuivant, ils remarlang. Un enfant parla distinctement en querent que ces hommes aëriens s'appro. sortant du ventre de fa mére qui l'avoit chant d'un bois taillis,de peur de rompre porté deux ans.

leur ordre en passant, s'enlevérent couts L'on dit[w] que dans le diocese de [x] par dessus le bois, touchant seulement Maguelonne en Languedoc, on vic en la feuille des arbres de l'extremité de l'année : 395,paroître dans l'aircing pe- leurs piés:puis chemincreix encore à tertites écailes qui en accaquérent une gran- re , jusques vers une forêt où ils se perdide , & se battirent contr'elle , jusqu'à ce rent touts, & ne parurent plus. qu'il sorcit du ciel une voix terrible ; & Baïonne écanic au pouvoir des Ancoluite un homme tout de feu , monté glois [z], il parut sur la ville le 20 Aoûc sur un cheval de bronze, qui avec une 1451, un peu avant le point du jour, le lance brillante de feu la perça enciére. ciel étant clair & serein , une grande ment , & la fit difparoître. On assure croix blanche, qui demeura sur la ville qu'en divers endroits de la Guienne , on pendant plus d'une demie heure: & en apperçue divers escadrons de gendarmes conséquence de ce présage , ceux de Base choquer la nuit,& l'onentendit même ioninc ôterent les bannières d'Angleterles henniflements des chevaux, le son des re & les croix rouges, & arborérent les trompettes, le bruit des armes, & les cris blanches , qui sont celles de France. des combattants.

Ces apparitions d'armées & de com.

Erp lica En l'année 1608, il parut en Angou- bats dans les nuës ; & surrout ces croix tion des mois[y]d'étranges phantomes. Le jour blanches, ne sont autre chose que les lu- météores étant serein, de petites nuées descendie miéres Boréales , obférvées assez fré- des preu rent,& se formérent en hommmes armés quemment, & dont Gaflendi [a ] fait re. ges. de toutes piéces, qui paroisloient au noin- marquer la ressemblance , avec les probre de dix à douze mille, touts beaux & diges rapportés par les anciens. grands, couverts d'armes bleuës, rangés De ce grand nombre de prélagės, conie&zTous des enseignes bleuës,& demi rouges, dont l'histoire a pû conserver le souve- res généraà demi déplorées:les tambours aïant leurs nir , il est vraisemblable que la plus

les for les

prélages. quaisses sur leurs épaules,comme prêtes à grande partie est fausse , & invencéc batore. Dix pas devant,était le chef d'une après l'événement ; qu'une grande belle & grande apparence. Cecce vision quantité a été produite par des imagi. donna l'allarme a plusieurs païlans & à nations prévenuës & cffraïćcs; qu'en

[u] C'est encore Mézerni qui parle dans le visos emiffos globulos, vi fos ictus, visasharegne de Charles VI.

ftas, &c. Mirum quod non fimul clango. [x] Le diocésa de Maguelonne est aujour- rem tubarum clamoremque virûm audi. &huicelui de Montpellier.

tum efle addidiffent, quandò eadem cre[y] Mercure François, t. 1. ann. 1608. dulitas infirmitafque humana eft, quæ his [z] Mézerai, dans le regne de Charl. VII. figmentis locum fecit. Credibile omninò

[-] Quæ ipfi non alia fpecie quàm va- elt , fi non omnia , at bene multa, quæ in porum conspeximus. Fuere qui vulgave- historiis fimilia extant, ex eadem efle rint apparuifle acies instructas proceden- originę, nec ampliorem fidem mereri. tes præliantesque: visa tormenta bellica ,

[ocr errors]

certaines occafions, il eft arrive' fortui- ou fix tours à l'entour des autres, puis le
tement que les événements ont été pré. tout disparut.
cédés de circonstances qui ont paru ex.

Claudien [d] tira un heureux
traordinaires, & dont les causes ont été présage pour l'empereur Honorius ,
inconnuës à une physique peu éclairée ; de ce qu'une étoile apparue en plein
enfin que quelques signes ont été accor. midi., environ le temps de sa nail-
dés par la bonté divine,comme des aver. lance.
tissements de faire pénitence , & de de Drusus se prévalut en habile hom-
tourner par la priére les malheurs qui mc [], de la terreur panique ré
étoient annoncés.

pandue par une éclipse parmi les sé. Plutarque & Pline [b]ont observé qué dicieux. Les soldats d'Alexandre étant Autres le lac de Thrasyméne parut tout en feu, épouvantés par une éclipse de lune, vittoriques & que la terre des environs trembla; quelques jours ayant la bataille d'Arles préia- avant la victoire qu'Hannibal rempor- belle , Alexandre ne leur en fit point

ta près de ce lac , fur l'armée Romaine expliquer les causes physiques, mais
commandée par Flaminius.

il fit répandre dans l'armée par les
Les anciens regardoient comme des devins, que le foleil étant l'aftre des
présages, les apparitions de plusieurs Grecs , & la lune celui des Perses ;
lol«ils & de plusieurs lunes. Pline écrit l'éclipse de lune annonçoit la défai-
que jusqu'à son temps , on n'avoit jamais te de Darius. Sur quoi [f] Quinte
vû plus de trois parélies; mais apparem. Curce fait ces réfléctions, que rien
ment on n'avoit pas bien observé. Gaf n'est fi puissant que la superstition,
fendi renacque qu'en Pologne l'an pour tenir la multitude en bride , &
1625. on en vit fix. Schenerus témoir que si les esprits sont une fois frap
gne qu'à Rome le 20. Mars 1929. il en pés d'une vaine image de religion',
parut cinq , & l'année suivante le 24. les devins se feront mieux obéïr que
janvier, on en vit sept , & il ajoute que

les chefs
rien n'empêche qu'on n'en puisse voir Vespalien disoit sur une cométe
jusqu'à onze. Il en est de même des para que le roi des Parthes qui portoit
félénes , ou apparitions de lunes. Méze. une longue chevelure comme elle ,
rai [c] rapporte qu'aprés l'assassinat en étoit plus menacé que lui . Juvé-
d'Arcus duc de Bretagne par Jean fans nal décric [] une femme nouvelliste ,
terre,il parut cinq lunes en même temps, qui observe la prémiére une cométe
l'une au nord , la seconde au midi, la dont les rois des Arméniens & des Par.
troisiéme à l'occident , la quatriéme à thes sont menacés.
l'orient, la cinquiéme au point de Zé- Les coméces écoient regardées com-
nich; que cette derniére écoit environ me de mauvais présages, dés le temps
née d'étoiles, avec lesquelles elle fit cinq [b] d'Homére ; ce qui est confirmé

9. Des Comés tes.

[6] Plin.lib.2.6,107.
[c] Mézer.fur le regne de Phil. Ang.
[2] Claudian.de 4.confulatu Honorii.
[•] Tac annal.lib.i.
[f] Quint Curt.lib.4.
[gi Instantem regi Armenio Parthoque

cometem
Prima videt:Juv, Sat. 6.
[b] Adut pótamos Kirbyisi, xxYS!

τιμά τέτυκται,
Και τε φέρει πολλον πυρετη δειλοίσι βριο-

τοίσι,

[ocr errors][ocr errors]

10,

par[i ] Virgile, Lucain[ k], Claudien Justin[q]observe que la grandeur fu[l], Silius [m] Italicus.

ture de Mithridate , roi de Pont, fut anCatherine de Médicis aïant paru ef. noncée par deux cométes qui parurent, fraïée d'une cométe qui fut vûe de son l'une dans l'année qu'il vint au monde, temps, on fit une épigramme[n] fort pi- l'autre dans l'année qu'il commença de quante, dont voici la traduction : Laco- régner. Chacune de ces cométes fut vûë méte répandant dans les airs sa triste che. pendant 70. jours. Ce fut ce fameux velure, & présageant de grands mal. Mithridate Eupator , qui disputa longheurs, Catherine allarmée des reproches temps aux Romains l'empire de l'Asie. de la conscience tremble de peur , que le Plutarque [s]rapporte que.ce même

Présages de phénoméne ministre de la vengeance.cé. Mithridace écant enfant,le tonnerre bru- différentes Jéste n'en veuille à ses jours. Reine, raf la ses langes, & qu'étant homme fait, le espèces. surez-vous; puisque les cométes annon- tonnere brula.les fléches de fon carquois, cent des calamités, ce n'est pas à vous à sans qu'il fût endommagé d'aucun de ces craindre que votre vie ne soit terminée, deux accidests „Ceux qui sont parfaitec'est à nous à appréhender que vous ment instruits que les apparitions des co. jours ne soient prolongés.

métes, les effets du tonnere, & les autres Ondit[o] que le cardinal Mazarin météores n'ont rien que de naturel, ne êtant près de mourir:quelques courtisanslaillent pas d'être frappés quelquefois, crurent qu'il falloit honorer son agonie comme le vulgaire,de certains phénomé. d'un prodige , & lui dirent qu'il parois- nes,qu'ils appliquent aux événements. soit une grande cométe qui leur faisoit Quelque temps avant la mort d'Henpeur. Il eut la force de se mocquer d'eux, rilII. la brifure des armes de Bourbna & il leur dit plaisamment, que la cométe[r], aux vitres de la sainte chapelle de Jui faisoit cropd'honneur.

Bourbon , fut enlevée par un coup de La superficion qui traite les coméres tonnerre , qui en fit les armes pleines de de Presages [p], étoit répanduë dans le France. .nouveau monde. L'histoire du Pérou L'écu de France-porte le plus heu. porte que le roi Atabalipa , appercevant reux présage ; car les feurs désigner une cométe,s'écria : Qu'il mourroit sans ce qui est beau & glorieux , & les lys doute dans quelque temps quelque excellent pour cette fignification par

grand Seigneur. Ce qui fut depuis ia- mi les fleurs , suivant ces paroles [ ] terprété de lui même,

d'Isaïe; il fleurira comme lelys.

Henri [i] Non secus ac liquida' li quando nocte Ecce suæ regina dimens malè conscia vita,

Credidit invisum pofcere fata caput. Sanguinei lugubrerubent. Virg. Æneid. Quid, regina , times? namque hæc mala fi lib.sp.

qua minatur, nec diri toties arsere cometæ, Longa timenda tua est, non tibi vita Id. Ceorg. lib. 1.

brevis. [k] ... terris mutantem regna cometem [o] Lerir. de Buffi ,part. I. lettr. 141. [l] Regnorum eversor rubuit letale co- [p] L. Vayer de l'inftruet. de M. le Dauph.

ch. de l'astrologie. m] Et nunquam terris spectatum im- [9] Justin , lib. 37. punè cometem .

[-] Plutarq.propos de sable liv...gueft.6. [n] Spargeret audaces cum tristis in [s] Dift. de Moréri, arr.de Bourbon l'As. æthere crines,

chambaud . Venturique daret ligna cometa mali. [] Florebit ut lilium.

cometæ

metes.

[ocr errors]

Henri le grand commença son disa cuté pour l'affaire de Cabriére & de cours au Parlement le 8. Janvier Mérindol, vit dans la main l'image

1999. par le récit de ce présage : de son mari, à qui l'on tranchoit la » Devant que de vous parler de ce pour- têre: » quoi je vousai mandés, je vous veux 7. Etienne Pasquier [ z] prédit des

dire une histoire [x], que je viens de malheurs à la France , parce qu'il ramentevoir au maréchal de la Chat re. remarqua, à l'ouverture du Parlement Incontinent après la saint Barthélemi, de 1987. que le prêtre, qui disoit la

quatre qui jouions aux dez sur une ta- messe aux présidents & conseillers vé» ble ,vîmes paroître des goutes de sang, tus de leurs robbes d'écarlate & de » & yoxant qu'étant essuiées par deux leurs :chapperons fourrés , ne leur fit

fois, elles revenoient pour la croisiéme: point baiser la paix, suivant la couJe dis que je nerjouerois plus, & que tume. Avez-vous pris garde , dit-il à «s c'étoit un augure contre ceux qui l'a- quelqu'un de ses amis, que la paix n'a «

voient répandu. M. de Guise étoit de été présentée à Messicurs ? je meure, fi so la troupe,

cela ne nous promet je ne sçai quoi de . Il semble qu'Henri le grand , par malheureux pour la France : ainsi le te discours veuillo faire entendre qu'il dis-je , & ainsi avint le même an, prédit la mort violence du duc de ri Thymoléon étant prêt de s'embarGuise , comme une vengeance divi. quer [a] pour son expédition de Syne de la Saint Barthélemi, annoncée racuse, & étant entré dans le temple par ce présage.

de Delphes, une bandelette sur laLa menuiserie d'un cabinet de Vauxquelle étoient tracées en broderie des étoit ornée de plusieurs figures d'é- couronnes & des victoires, se détacureuils [2:] que des ferpents pour cha entre les offrandes qui étoient fuivoient. Le súr-intendant Fouquet suspenduës au haut du temple, & fut fit ausli frapper un jetton, où l'on portée par le vent sur la céte de Thyvosoit un écureuil, entre les lézards moléon. & un serpent'. On n'avoit songé quà Sylla au commencement de la guerexprimer la guerre naturelle, qui eft re civile contre Marius eut un préentre ces animaux , & depuis cela fage fort heureux [b]. Un vent doux fut regardé, comme un présage des enleva une grande quantité de fleurs malheurs de ce ministre , & qui dé- d'une prairie , & les porta sur les signoit en même temps ceux qui cau- casques de ses soldats, qui parurent feroient la perte les lézards écant les couronnés aux yeux de leurs ennemis. armes de Mesleurs le Tellier, & le Deux étoiles d'or [C] consacrées serpent de Messieurs-Colbert. par les Lacédémoniens à Castor & à

Maimbourg rapporte que la femme Pollux dans le temple de Delphes, de Guérin avocac général au Parle- après la victoire remportée par Lysanment de Provence [y], qui fut éxé- dre lur les Athéniens tombérent Tom. 1.

Fff

[w] Ce préfage eft auffi rapporté dans les Colomefiana insérés dans le 6 me. tomo des muut.mél. de S. Evrem."

[x] Memoir, de cloift, r. 1. p. 185. 2 [y] Maimbourg , hist. dm Calvinism. p. 81.

[2] Recherch. de Pasquier, , liv, 6.ch. 47. Taj Plutarch.in Thymol,

[6] Plutarch in Sylla :
[c] Cic. de divinat, lib. 1,

[ocr errors]

d'elles-mêmes quelques jours avant la que d'une épée. bataille de Leuctre , od. Epaminondas Agrippine mére de Néron [i] aabatit toutes les forces de Sparte. voit une double dent du côté droit;

Téligni [d] marchant avec douze ce que Pline appelle un Ggne des ca. cents hommes à une entreprise sur resses de la fortune. Agrippine eut Nance s'arrêta tout court , & véritablement des carelles de la fortuse délista de son dessein, s'étant apo ne. Après avoir épousé en prémiéres perçu que la pierre de son anneau, noces Domitius Ænobarbus , elle se re. qui étoit une émeraude, écoit tombée. maria à l'empereur Claude. Elle ac

Les statues des dieux domestiques de complit le plus ardent de ses veux, i Néron fé trouvétent renversées au pré, en élevaut à l'empire son filsdu prémier jour de Janvier,&bientôr après ce mjer lic Domitius Néron. Mais la fin présage fut suivi du foulévement géné- d'Agrippine fuc très malheureuse; ce ral de Rome,& de la mortde ce monstre. monftre qu'elle avoit mis au monde

Néron étoit venu au monde les l'aïant fait mourir. piés en devant, ce qui étoit regardé Xénophon [k ] raconte que la ba(e) comme un très mauvais présage. taille de Leuctre aîant été résoluë, c'étoit au contraire un présage [f] les Thébains firent courir le bruit que fort heureux de causer en naissant la les temples de Thébes s'étoient ou. mort de fa mére , comme il arriva verts d'eux-mêmes , que les armes au prémier des Scipions, qui porta le fuspenduës dans celui d'Herculc asurnom d'Africain.

voient disparu , qu'Hercule & les auLivie étant encore femme de Tin tres dieux cutélaires de Thébes s'é. bére Néron [g], eut la superftition coicne manifestement rêvetus de ces de croire que si elle échauffoit 'un armes, pour combattre en leur faveur. æuf de sa propre chaleur, & qu'il Mais , ajoute Xénophon, les plus avien forcît un poulet måle, ce seroit ses tenoient pour certain que c'étoit un présage qu'elle accoucheroit d'un des choses inventées adroitement par garçon. Pour en faire l'expérience, ceux qui gouvernoient la république; elle porta pendant quelque temps un & Frontin [1]met ce présage au nomeuf dans son sein ; & l'æuf" ainsi bre des stratagémes d'Epaminondas. échauffé produisit un poulet mâle. Avant que Thébes fut ruinée par Elle accoucha en effet de Tibére , qui Alexantre (m), la fontaine appellée succéda à Auguste.

Dircé jetta du fang : les statuës des Scanderbeg en venant au monde dieux parurent couvertes de sueur. [b] apporra sur le bras droic la mar-' Les historiens Romains ont rap

[] Le Vayer, lettr. 3

[] Contra naturam eft in pedes proce- [i] Quibus in dexterâ parte gemioi sudere nascentes, quapropter velut ægrè perne, a canibus cognominati, fortuna parti vocantur Agrippæ, Solin.c. 1. blandimenta pollicentur , ficut in Agrip

lib. 2.

[f] Necatis matribus, natus elt auspio pina Demitii Neronis matre. Plin. lib. 7. čitior , ficut Scipio africanus prior , qui ~ 1.16. Solin: c. 1. quod mortua matre, excisus uteroin diem [k] Xenoph. hiftor, Gracar.lib. 6. venerat , primus Romanorum Cæsar dic. [?] Frontin. fratag, lib. 1.6. 11. Ins eft. Solin. loc.citar.

[m] Cl. Ælian, variar, hiltor, lib, 12.69 [:] Plin. lib.

37. Dioid, Sic, lib. 17. [4] Joann.Jovian. Pontm.de bell Napolit;

10.6. 55.

« PreviousContinue »