Page images
PDF
EPUB

Des

souvent été suffisante pour exciter aux CHAPITRE ONZIÉME. entreprises les plus téméraires , ou

pour détourner de celles qui avoient le
Des Présages.

plus d'apparence de réüslir. :
On distingue huit principales espé-

Huit espé. ces de présages , 1o. les paroles fortui- ces de prin SOMMAIRE. tes; 2.o la lecture des passages à l'ouvera lages .

ture de certains livres; 3o. les naissances
1. Differences des présages et des au des monstres , les pluies extraordinai:

gures. 2. Huic espéces de présages . res, les météores & averes accidents »
3. Des paroles fortuites .. 4. Dela 49.les tresfaillements, les tincements
besture des pal ages à l'ouverture de d'oreilles, les éternučments ; so. les
Certains livres . s. Des monstres , chûtes imprévuës; 6o. la rencontre de
plujes, météores, 6 autres présages certaines personnes, ou de cercains ani.
racontés par les bistoriens. 6. Explic maux ; 7. les jours lieureux ou malheu.
cation des météores pris pour des pré- reux; 8o. les noms.
sages. 7. Conjectures générales sur les Les Romains regardoient comme des
présages. 8. Autres exemples historie avertissements des dieux, certaines pa- les fortui-
gues de presages. 9. Des Cométes.ro roles fortuites [a], qui étoient pronon- tes.
Présages de différentes espéces. 11. cées sans dessein , & qui se rappor-
Remarques superstitienses. 12. Dos coient indire&ement à des prédictions
treffaillements , tintements, éternuë- de l'avenir.
ments. 13. Des chutes, 14. Desren. Après que Rome eut été détruite par
contres. 15. Apparitions de spectres les Gaulois, un de ces présages empê-
16.Des jours heureux ou malheureur. chales Romains de transférer leur séjour
17. Des noms. 18. Superstitions grof- à Véïes. Dans le temps même que le sé-
fières sur les noms des saints. nat délibéroit sur cette importante affai-

re, un capitaine qui venoit relever la Difference LE

E sujet de ce chapitre est fort garde à la porte du lieu où le sénat étoit des prélages

semblable à celui du chapitre pré- assemblé, cria à l'enseigne de sa compades au- cédent . Il paroît seulement que les au. gnie de s'arrêter , & de planter

son dra.
gures s'entendoient des indications & peau dans l'endroit où il étoit: Car nous
des lignes recherchés , & interprétés devons[b] demeurer ici, ajouta le ca-
suivant les régles de l'art augural, & pitaine. Cette parole forcuite , regar-
par les Augures en titre d'office ; & dée comme une marque de la volonté
que les présages qui s'offroient fortuites des dieux, détermina [ C ]à rester à Ro.
ment , étoient interprétés par chaque me, & à la rebâtir.
particulier , d'une maniére plus vague Les Romains furent même persua-
& plus arbitraire.

dés qu'une voix aërienne les avoit
L'opinion des présages a fait tant avertis de la marche & de l'approche
d'impression sur les esprits , qu'elle a des Gaulois; & pour en remercier les
Tom, l.

Eee

gures .

[merged small][merged small][ocr errors]

Dieux, ils bátirent un temple fous le tincte , qui dit: Partons d'ici . Les non d'Aïns Loqunisins.

saints anges protecteurs du temple , : Cæcilia femme de Metellus [db], avoit déclarérent hautement qu'ils l'abandonune niéce prête à marior ; elle la mena noient. de nuit dans une chapelles pour cher La prise de Jérusalem par Tite fut ancher des prólages nuptiaux ; c'étoit la noncée par plusieurs présages , & encoutume, quand on longeoit à marier tr’autres par colui.ci 18). Quatre ans une fille. La tante s'affit, & la niéce se avant que la guerre fut déclarée , un tint debout. Elles furent longtemps païsan se mit à crier; Une voix eft fortic 24x écoutes fans rien entendre. La fille du côcé de l'Orient, une voix est for. se sencant lafle d'êcre debout , pria la tie du côté de l'Occident, une voix est fance de la laisser alleoir pour quelques sortie du côté des quatre vents . Voix moments : Très volontiers , répondit contre Jérufalem & contre le temple la cante , je vous céde, ma place. Ces voix contre les nouveaux mariés & con. paroles furone le présage qu'on cher- tre les nouvelles mariées , voix contre choit. Cæcilia mouruc bientôt, & fon tout le peuple . Depuis co temps, ni mari épousa la jeune niéce .

jour ni nuit il ne cella de crier, MalLa Pychie étant entraînée au gemple heur à Jérusalem. Il redoubloic ses cris par Alexandre , pour lui rendre unora les jours de fête ; il fue pris & interrosle en un jour défendu , elle se plaignit gé, & condamné au fouet. Il ne réponde cette violence , & dit au roi : Je ne dit jamais que malheur à Jérusalem . vous céderois pas ,

fi vous n'étiez invin- Il continua sept ans à crier de cette forcible. Je ne veux point d'autre oracle, te. Au temps du dernier siége, il se ren. dit aussitôt Alexandre, cette parole est ferma dans la ville , tournant autour la réponse du dicu.

des murailles , & criant de coute sa forLe jour de la mort d'Henri ll.& quel. ce : Malheur au temple , malheur à ques moments avant que le fatal cour- la ville, malheur à tout le peuple! A noi commençat[e], un enfant de cing la fin, il ajouta , Malheur à moi mê. à fix ans amené par son père, s'écria aul- me; & en même temps il fuc emporté litôt qu'il apperçut les liçes ouvertes ; d'un

d'un coup de pierre lancée par une maHélas ! ils veulent fuer le roi ! & quel chine, que chose qu'on lui pût dire, il ne cessa Anciennement on a eu beaucoup de la lecde répéter les mêmes paroles , pleurant d'égard aux présages tirés du sens des ture des & se débattant li fore qu'il fallut l'em- mots qui se présentoient à l'ouverture Pouverture

de cercains livres. Spartien [b] & Lam. de certains Lorsque Tite assiégea Jérusalem [f] pride [ ] font mention des forts il sortit du temple une voix très dif. Virgiliens consultés par Adrien & par [d] Val. Max. lib. 1.6.5, de ominib.

Miffus in imperium magnum,

cui de [] Mézer. à la fin du regne d'Henri II.

inde lubibit, &c. [f] Josepb. de la guerre contre les Rom.liv. Sors excidit. Spartian. in Adrian. 6.6:31.

[i] Huic fors in templo Præneftinæ ta(si Jofeph.loc.citas liv.7.6.12.

lis extitit, cum illi Heliogabalus infidia[b] Cum sollicitus de imperatoris ergà retur: se judicio Virgilianas fortes consuleret:

Si quà fata aspera rumpas , primam qui legibus urbem

Tu Marcellus eris. Æl.Lamprid in Ale the Fundabit, Guribus parvis & paupere Sever.

terra

mener.

livres.

autres

ac

Alexandre Sévére. Plusieurs Chrétiens fait entendre ces paroles : Prenez & lia consultoient les livres facrés: on non- fez. A la vérités. Augustin [ o ] en de moit cette espéce de sort, Le fort des saprouvant les forts des faints, les excuse saints. Cette coutume étoit ført répan- en quelque maniére. duë au cinquiéme siécle . Les conciles Pierre de Blois [p] les condamne bien de Vanne, d'Agde & d'Orléans au com- plus sévérement: il les appelle des obfermencement du sixiéme siécle, condam. vacions supersticieuses, & des forciléges. nérent cette supersticion dont l'usage Le concile d'Auxerre, l'an 578., concependant continua. Grégoire de Tours damna cet usage , conformément aux [k]rapporte que Chramne fils de Chlo- conciles tenus dans le commercemthe taire, voulant sçavoir le fuccés de la du même fiécle · De temps en temps révolte contre son pére, vinc à Dijon , cerce superstition recommençoit . On où les clercs consultérent pour lui le lit dans Cédréne (q), que l'empereur livre des prophétes , les épîtres de S. Héraclius consulta les livres faints ; Paul , & les évangiles · Grégoire de pour sçavoir quels quartiers il devoit Tours[l] blâme ceux qui vont consul- affigner à son armée. Les capitulaires de ter les devinerelles ; mais il ne défa- Charlemagne [r Jont réirouvellé les dé. prouve pas qu'on ait recours aux livres fenfes de cette superstitionen 789. laints, pour connoître l'avenir. Il dit Les liistoriens ont parlé des produc. Des 'monsqu'il pratiqua lui même [m] cette cou- tions monftræcuses de la nacure, com- tres,pluïes,

météores & tume l'an $77. Il rapporte que Mérouéeme de présages fort imparfaires : Tite. fils de Chilperic consulta crois livres, le Live elt plein de ces oblervations. Tan. cideats, sapregutier, le livre des rois , & l'évan. tôt quelque monstre étoit né ; tantôt lesa hiko gile, pour sçavoir s'il seroit roi.

quelque bête avoit proféré des paroles ricas • On ne peut autoriser cet usage par distinctes, tantôt les eaux des riviéres l'exemple de S. Augustin , lorsqu'il & des lacs avoient paru teintes de consulta les épîtres de S. Paul, pour fang; tantôt une idole avoit changé sçavoir ce que Dieu demandoit de lui · de situatiön fans qu'on y couchât ; une Ce pére dit lui-même[n], qu'il ouvrit autre fois on avoit entendu plusieurs les épîtres de S. Paul dans cette vûë i coups de tonnerre dans la plus grande mais cette consultation avoit été précé- sérénité de l'air. Aufli-côt que quel. dée d'une voix du ciel, qui lui avoic que prodige avoit été publič [s], il

Есе [k] Greg. Turon. lib. 4.6.16.

le convertere, S. Ang. epist.ss. ad Janna[!] Gregor. Turon.l.3.6.14. 49.61.8.c.4. rium 2. in edir. Benedictin.

[m] Ego verò,referato Salomonis libro, [? ] Sortilegi sunt qui fub nomine fi&ta verliculum, qui primus occurit, arripui. religionis, fuperftitiofâ quâdam observa

[n] Nihil aliud interpretans, nisi divi. tione rerum pollicentur eventus . Petr. nitùs mihi juberi, ut aperirem codicein , B'efenfis, de prefigiis forrunt. . & legerem quod primum capitulum in [q] Cedren, histor, compend. in Heracl. veniflem. S. Aug. Confef. lib. 8.6.12.

[r] Ut nullus in plalterio, vel in evan[•] Hi verò qui de paginis evangelicis gelio , vel in aliis rebus fortiri prælumat, fortes legunt , etli optandum eft , ut hoc nec divinationes aliquas observare. potiùs faciant, qudin ad dæmonia consu. [s] Romæ autem , & circà urbeng lenda concurrant, tamén eriam ifta mihi multă eâ hyeme prodigia facta : aut , difplicet consuetudo , ad negotia fæcula- quod evenire folet , motis femel in relisia & ad vitæ hujus vanitatem , propter gionem animis, multa nunciata & temealiam vitam loquentiæoracula divinè vel rè credita sunt..... prodigia eo anno mul

2

s'en joignoic une foule d'autres , & les monarchique de Rome én république esprits étant émus par la superstition furent prognostiqués par un chien qui il n'y avoit plus de bornes à débiter ni à parla, & par un serpent qui aboïa. Suicroire les présages. Polybe [+] dit que vant le même Pline [8], Alexandre le l'historien doit être extrémement réser- Napolitain[b], & Lycosthéne[ 1 ] ,les véà les rapporter. Mézerai en est rem- malheurs & le désespoir des Sagontius pli à l'exemple de Tice-Live.

alliégés par Hannibal, furent annoncés Les poëtes se sont fort étendus sut cet- par un enfant , qui au moment de la te matière des présages, qui est plus de naissance, rentra dans le ventre de sa leur ressort, que de celui des historiens, mére. Suivant Philostrace [k ], un enOn trouve les prodiges les plus mena- fant qui nâquit avec trois têtes fut un çants décrits par [ - ] Horace & par[ * ] ligne de la fin funelte de trois empereurs Virgile. Lucain (y létale en vers pom- Galba, Oton & Vitellius. N'oublions peux touts les présages de la guerre ci. pas ce qui est rapporté[/) par Ammien vile; Silius Italicus[z]faiç un pareil dé- Marcellin, que dans la ville de Pistoie, nombrement de prodiges ; Scace [a], environ à la croisiéme heure du jour , Claudien[b], Pécrone [e],ont inséré dans unâne monta dans la tribune aux baran. leurs ouvrages de semblables descri- gues,d'où s'étant mis à braire de toute la prions.

force, les habitants en furent effraies Sans nous arrêter aux récits poëtiques, comme d'un présage très menaçant, qui ciennent plus de la fidion que de la L'histoire fait mention de pluïes de vérité, combien de prodiges aflûrés par fangs de lait, de chair , de métaux , les historiens! Suivane Tite-Live, un de blé, de grenouilles , de poillons bæuf prononça distinctement[d]: Roc de briques, de laine, de cendres de me, prens garde à coi . Suivant Suétone, fer, de pierres , & de diverses autres une Corneille prédic dans le capitole la mariéres. Ces phenoménes passoient mort de Domitien, en disant (ej: Tout pour des présages, dont on faisoit l'apira bien. Suivant [f] Pline, la révolution plication aux événements qui arrivoient de Tarquin, & le changement de l'état ensuite. Les Romains envoierent cher,

ta nunciata funt , quæ quo magis crede Intandum ! Virg. Georg. lib.r. bant fimplices ac religiofi homines eo [y] Lucan. lib. 1. in fin. lib. 2. in init, etiam plura nunciabantur. Tit, Liv. lib. 1. [2] Sil. Ital. de bell. Punic, 1.8. 31.

[a ] Srat, Thebaid lib.7. Utque femel patuit monftris iter,omnia [6] Claudian, in Eutrop. lib.z. tempus

[C] Petrox in poëm, de bell. civil. Nadta fuum, properant nasci.

[d] Roma, cave tibi. Tir. Liv.l.35. Claudian.in Eutrop. lib.z.

[] Ensai Távta manas. Suet in Domit, (1) Polyb. lib.16.

[f] Plin. lib.8. [*] Hor. lib. 1. Od. 2.

() Plin. lib.7.c.2. [x] Non aliàs cælo ceciderunt plura [6] Alex. ab Alex. genial, dier, l.2.c.31. sereno

(1) Lycofthen. p.110. Fulgura , nec diri toties arfere comets. [k ] Philofte, de vità Apollonii Thyan.l.so Vox quoque per lucos vulgò exaudita 6.4. filentes

[1] In oppido Piftorienfi, prope horam Ingens, & fimulachra modis pallentia diei tertiam , afipus tribunali ascenso , miris

audiebatur destinatiùs rugiens. Amm. Visa fub obscurum noctis , pecudefque Marcell, lib.27.6.3.

loquuta

cher la déesse Cybéle à Pesfinunte, à l'oc- des combats : Pline. [9]dit même qu'on cation de quelques pluïes de pierres a entendu le bruit des armes , & le son qu’on avoit vû tomber. On trouve des des trompettes aëriennes dans le temps exemples de ces différentes pluies dans de la guerre contre les Cimbres. Ce qui plusieurs auteurs[m]. Gauzlin Arche est arrivé plusieurs fois auparavant & vêque de Bourges a écrit des causes de la depuis, ajoute Pline [v] , & pendant le pluie de fang qui tomba on 1017. Les troisiéme consulat de Marius, on vit en phyficiens modernes ont changé ces pré. l'air des batailles d'armées entiéres. sages en des effets naturels [n], qu'ils ont Nous n'aurons pas peine à croire fur expliqués par la force des volcans qui ce sujet les historiens prophanes, fi nous avoient enlevé dans les airs ces fortes de les comparons à ce qui est rapporté au matiéres à une hauteur prodigieuse . second livre des Macabées,où l'historien Mais quelle physique feroit allez fecon. facré entre dans un grad décail de ces de en inventions , pour rendre raison de mctéores. On apperçuc [s]pendant quatouts les phénoménes fabuleux & ridicu. rance jours au dessus de Jérusalem, des les qu'on trouve écrits:Comme celui qui hommes à cheval, habillés de drap d'or, est rapporté par Avicenne [o], qu'un & armes de lances, des chevaux rangés homme engendré dans les nuës, fut ap- en ordre de bataille,des casques,des épées porté sur terre par une pluïe.

nuës, & toute forte d'armes & de cuirasL'orage arrivé en Bourgogne en cet fes, qui jetcoient un éclat éblouissant.On te année 1732, a été affez violent pour voioit les soldats fe battre de près, & on enlever & transporter des hommes mais distinguoit les uns qui se couvroient de personne assurément n'eût été assez stu- leurs boucliers , & les autres qui lana pide pour regarder ces hommes, comme çoient leurs :raits. formés dans les nuës.

En l'année 1108, l'air parut rempli On a vû dans les airs[p] des armées & [1] de météores effroiables. On vit deux

Ece 3

[m] Tir.Liv.lib 24.39.40.43. Mézer dans Et templa, & vestes, à fummâ Cæfaris le regne de Childebert I.en 538.co dans le reg re

aula de Louis XII.en 1500. Larrey; hift. d Anglets, Ad tenues vicos. 2.p.618. Thuan.hift.lib s.Le Vayer , physiq.de [n] noir, de l'acad. des bell.berrr. f. 4. prince , ch. 17. Deipnosoplo. d' Ashénée, liv.8. p. 411. ch.1. Cheureana ,1.1.0.342. Plin. lib.2.c.56. [0] Avicenn, de dilxv. Georg. Pachymer.in histor. Andronic.lib.1.6.18. [P] Jonston.thaumatograph.claffi 3.6.12. Jul. Obseg.c.38.104.

[9] Armoruni crepitus & tubæ fonicus Gaffarel, curiosités inoüies, ch.12.fait men auditos a celo Cimbricis bellis accepimus, rion d'une pluïe de sang rombée en Suisse l'an Plin.lib.2.6.57 1454. qui formoir des croix sur les habits, sans [r] Plin. loc. citat. distinction d'age, de sexe, ni de qualité. Jean [s] Contigit autem per univerfam Hie. François Pic Comte de la Mirandole a fait ces rololymorum civitatem videri diebusquavers sur cette pluie de fang.

draginta per aëra equites discurrentes , Permixtamque crucem rubro spectavi. auratas stolas habentes, & halis, quali co. mus olim :

hories, armatos, & cursus equorum per orNec morum discrimen erat: facer atque dines digeltos,& congreffiones fieri comiprophanus

nus, & fcutorum motus, & galeatorum Jam conspecta sibi gestabaot myftica , multitudinem gladiis diftri&tis, & telorum patres

jactus, & aureorum armorum splendorem, Conscripci, & pueri, fexus confcriptus omnisque generisloricarum . Macab.l.2.c.5. uterque ,

[:] Mézer. dans le regne de Phili;pel..

« PreviousContinue »