Page images
PDF
EPUB

17.

.ceaux. Trajan mourut dans cette expé- Dieu.Les Septante ont interprété Urim
dition,& res os furent rapportés à Rome. & Thummim, manifestacion[p]& vé.
Leceps de vigne rompu pouvoit se rap- rité: ce qui exprime la différence de
porter à toute sorte d'événements. ces oracles divins, des oracles faux &

Septime Sévére, Pescennius Niger, ambigus des démons. Il est dic au livre
& Clodius Albinus disputant l'empire, des nombres [9], qu'Eléazar succe-
on consulta Delphes, pour sçavoir le- leur d'Aaron, interrogera Urim selon
quel des trois étoit à souhaiter pour le la forme , & que suivant la réponse on
bien public. L'oracle répondic [1]: Le fe déterminera .
noir est le meilleur, l'Africain est bon, L'éphod appliqué lar le vêtement fa-

De l'éphod
Ja blanc est le pire. Le noir & le blanc cerdotal du grand prêtre à l'endroit de
désignoient Pelcennius Niger & Clodius la poitrine , étoit une piéce d'étoffe
Aibinus; on reconnoisloit à l'Africain, couverte de douze pierres précieuses,
Septime Sévére originaire d'Afrique . sur lesquelles les noms des douze tribus
On demanda qui demeureroit le maî- étoient gravés. Il n'étoit permis de con-
tre? Il fut répondu [m]: Le sang du fulter le Seigneur par Urim & Thum-
noir & du blanc sera versé ; l'Africain mim , que pour le roi, le président du
gouvernera le monde. L'oracle inter- Sanhédrin, legénéral d'armée , & au-
rogé combien son régne dureroit , ré- tres personnes publiques, & sur des af-
pondit [ u ]. Il montera sur la morfaires qui regardoient l'incérêt général
d'Italie avec vingt vaisseaux. L'oracle de la nation. Si la chose devoit réüf-
donnoit à entendre un régne de vingt fir, les pierres de l'éphod (r) rendoient
ans, & il se réservoit une restriction une brillante lumiére , ou le grand
obscure par ces paroles qui étoient ajou- prêtre inspiré prédisoit [s] le succès.
técs, fi cependant un vaisseau peut tra- Joseph l'historien qui naquit trente ans
verser la mer.

après Jesus-Christ , dic qu'il y avoit
S. Jérôme observe [0] que si les dé. deux cents ans que les pierres de l'éphod
mous disent quelque vérité, ils y joi- ne répondoient plus aux consultations
gnent toujours le mensonge , & qu'ils par cet éclat extraordinaire.
emploient des expressions si ambiguës , La sainte écricure[t ] nous apprend
qu'elles peuvent également s'appliquer seulement qu'Urim & Thummim
aux événements contraires.

étoit quelque chose que Moyse mit Pendant que les faux oracles des dé- dans le pectoral du grand prêtre.Qucl& Thum- mons crom poient les peuples idolâtres, ques Rabbins par des conje&ures téla vérité étoit retirée chez le peuple de méraires , ont crû que c'étoit deux

16. Tes Urim

mim

Bbb 3

. [1] Optimus eft Fuseus, bonus Afer, [o] Hoc fciendum quod femper menpeflimus Albus.

dacium junxerine veritati, & lic sentenSpartian. in Pefrenn. Nigro.

tias temperarint, ut feu boni feu mali quid [m] Fundetur languis Albi , Nigrique accidiffet , utrumque soffet intelligi. minantis,

S. Hieronym, in laric.42, Imperium mundi Pená reget urbe [P] δλωσιν και αλήθεια, profe&tus.

[9] Numer c.27 [n) Bis denis Italum conscendet navi. [ ] ) ofepb. antig liv.z. c.9. Philon Twif,

de la raonarchie, v. 3.0. liv.2. Si tamen una ratis tranfiliat pelagus. [s] E/dr.c.2. Nehem 1.7. M. de Fontenelle, hift. des orac,

[1] Exod.c.28.0:30 Louitic.c.8.2-8,

bus æquor,

[ocr errors]

petites statuës cachées dans la capacité rendre la Pythie fort suspecte. Je pour-
du pectoral ; d'autres , le nom ineffa- rois cirer des écrits d'Epicure & de ses
ble de Dieu , gravé d'une maniére myl sectateurs, une infinice de choses qui
térieuse. Sans vouloir découvrir ce qui décréditeroient lesoracles , & je ferois
ne nous a pas été expliqué, on doit en. voir que les Grecs eux-mêmes n'en fai-
tendre par Urim & Thummim l'inspi- soient pas grand cas.
racion divine attachée au pectoral con- La réputacion des oracles diminua
sacré.

beaucoup lorsqu'ils devinrent un arti- Oracles rel
Plusieurs passages [ u ] de la Sainte fice de la politique . Thémistocle [c] politique ?
écriture conduisent à croire qu'il sor. voulant engager les Athéniens à quit-
coit une voix articulée du propitiatoi. ter Athénes, & à s'embarquer pour être
re , ou saint des faines, au de là du voi- plus en état de résister à Xerxés, fit ren-
le du tabernacle, & que cette voix se dre par la Pythie un oracle, qui leur
faifoit entendre au grand prêtre, commandoit de se réfugier dans des

Si les Urim & Thummim ne ren- murailles de bois.
doient point de réponse, c'étoit signe de Démofthene disoit que la Pythie
la colére de Dieu. Saül abandonné de l'ef philippisoit, pour faire entendrequ'el-
prit du Seigneur, le consulta en vain, le étoit gagnée par les présents de Phi.
& n'obcint ( x )aucune sorte de répon- lippe. Cléoméne suborna [d] la pre-
fe. Il paroît par l'évangile de S. Jean tresse de Delphes, pour déclarer que
[y], que du temps de Jésus-Crist, l'e- Démarate roi de Lacédémone n'étoit
xercice du fouverain facerdoce donnoit pas fils d'Ariston . Lysandre corrom-
encore le don de prophérie.

pit [e] les prêtres de Delphes , & les Les faux oracles ont perdu leur cré- fic entrer dans le projet qu'il avoit oracles de dit[z], à mesure que les hommes ont formé de changer le gouvernement de crédités par été inftruits & éclairés par la philofo- Sparte, & d'ôter le droit de fuccéder phic, phie. Chryfippe remplit un volume en- à la couronne, aux deux branches des

tier d'oracles faux ou ambigus. Oeno. Héraclides qui en étoient en porsel-
mais, pour se venger de quelque oracle fion.
qui l'avoit trompé, fit une compilation Dans la concurrence comique qui
des oracles , pour en montrer le ridicu. est décrite par Aristophane [f], én-
Je & la vanité. Eusébe [a ]a conservé tre Cléon général des armées Athé
quelques fragments de cette critique niennes, & Agaracrite charcutier, à
des oracles par Oenomaüs. Je pourrois, qui séduira le mieux le peuple, un des
dit Origéne [b], me servir de l'autori- arcifices des deux compétiteurs., est de
té d'Aristote & des Péripatéticiens, pour produire à l'envi l'un de l'autre , des

18, Les faux

la philoloa

U [Joann.c.11.0.go.de S1. dec.18. v.13.

do 14.

[*]Judic.c.1.0.1. do 2. do 6.20 v.18. 23. 28.

Reg. lib.1.c.10.0.22.6.23.0.2.4. 11. 12. c.30. v.7. do 8.

Reg. 1.2.0.2.v.1.doc 5.0.19. do 23.

[x] Confuluitque Dominum (Saül) & Ron respondit ei neque per fomnia neque per facerdotes,neque per prophetas , Reg. hib 1.9.28.2.6.

[2] Minut. Felic. Oftav.
[a] Euseb. prepar.evangel l.6.c.6.
[6] Orig.contr. Cell. lib.7
[c] Plutarch.in Themistocl.Hérodor, liv.g.
[d] Hirodot, Clio.
[e] Plutarch.in Lyfandr.
f] Ariftoph. dans les chevaliers 1.3.

20.

acles

oracles pour en imposer à leurs ciocain [»] & autres. Plutarque (o)en tožens.

attribuë la cause, tantôt à ce que les Sur le mariage d'Auguste avec Lis bienfaits des dieux ne sont pas éternels , vie, l'oracle répondit [8] que jamais comme eux; tantôt à ce que les génies les mariages n'étoient plus heureux , qui prélidoient aux oracles sont sujets à que lorsqu'on épousoit une personne la mort ; tantôt à l'épuisement des exdéja grosse:

halaisons de la terre. Cicéron [b] témoigne que épris des

les oracles Suidas [p], Nicéphore[9] & Cédréne étoient combés dans le dernier mépris, [r] ont rapporté,qu’Auguste consultant ins les uts pro- non seulement de son temps, mais de l'oracle de Delphes, il n'en tira que cette nanes . puis plusieurs siécles; que la cause de réponse: L'enfant Hébreu a qui touts les

cette décadence des oracles étoit attri- dieux obeïllent, me chasse d'ici , & me buée à l'épuisement des exhalaisons de renvoie dans les enfers. Sors de ce temla terre , qui excitoient anciennement ple sans parler . Suidas ajoute qu'Aul'esprit de la Pythie à prophétiser;qu'à guste dédia un autel dans le capitole un pareil raisonnement on croiroic avec cette inscription: Au fils aîné de qu'il s'agit de quelque vin éventé , ou Dieu . Malgré ces témoignages , la rć. de quelque viande moi lie.

ponse de l'oracle de Delplies à Auguste Long-temps avant Cicéron[i], Eu. paroît fort suspe&te. Cédréne cite Euripide avoit dit que les prédictions des sebe sur cet oracle qui ne s'y trouve oracles étoient frivoles & pleines de point aujourd'hui; & le voïage d'Aumensonges. Et au sujet de l'oracle qui guste en Gréce précéda de plus de dix. avoit prédit que la guerre du Pélo- huit ans la naissance de Jesus Christ. ponnéle dureroit trois fois neuf ans ou · Suidas[s] & Cédréne [+] ont rapvingt-sept ans, Thucydide[k] remarque porté un ancien oracle rendu à Thulis qu'il n'y a guéres que cet oracle qui ait roi d'Egypte, de l'authenticité duquel eu une vérité constante & folide. il n'est pas moins permis de douter .

La cellation des oracles est attestée Ce roi aïant consulté l'oracle de Séra. De la ceflation des par plusieurs auteurs prophanes , com- pis , pour sçavoir s'il y avoit jamais

me Strabon[1], Juvénal [m], Lu. eu , & s'il y auroit jamais quelqu'un

21.

Oracies.

[$] Idque deum fortes & Apollinisan- Euripid in Helen.v.750.
tra dederunt

[k ]Thucydid, liv.s.ch.7.
Consilium, nunquam melius namce- [1] Strab. lib.7. ifine ,
dere tædas

[m],... quoniam Delphis oracula celResponíum elt , quam cùm prægnans fant.Juvenal. Sat.6. nova nupta jugatur.

[n]... non ullo fæcula dono. S. Prudene lis, contr. Symmac.

Noftra carent majore deum , quam [b] Cur isto modo jam oracula Delphis

Delphica sedes non eduntur non modò noftrâ ætate, Quod Giluit. Lucan. l.s. fed jam diu , ut nihil poflit esse contemp- [o] Plutarq. de la cessation des or acl. tius? hoc loco cùm urgentur , evanuisse [p] Suid, in voce A’ú78706 arunt, vetustate vim lociejus, unde anhe. [9] Nicephor. Callift. hift, ecclef.1.19.17. litus ille terræ fieret,quo Pythia mente in- [Cedren. hift. compend, sub temperib, citata oracula ederet ; de vino aut sal. Aug. samento putes loqui, quæ evanescunt ve- [s] Suid, in voce Sn. tuftate. Cic. de divinar. 1.2.

[1] Cedren, hift.tompen.fub remporib.reg. [i] αλλάτοι μ'ντων

prifcor. Ægpri. Εσείλων ως φαυλ' έστι ε ψαλδάπλέα.

me temps

aulli puissant que lui ; il reçut cette ré- afermé la bouche au mensonge ; mais n'ont pas
ponse [ u ]: Prémiérement Dieu , en. Satan a continué ses anciennes ruses par- talemen,
suite le Verbe,& de S. Esprit avec eux. Ils mi les idolâtres. Touts les démons n'ont & co De
sont également éternels , & ne font pas éte forcés au silence en même temps
qu'un, dont la puillance ne finira ja.' par la venuë du Mellie ; c'étoit dans les
mais. Pour toi, mortel, retire-toi, & occasions particulieres qui se présen.
songe que la fin de la vie de l'homme est toient, que la vérité fermoit labouche
incertaine

au mensonge , & quela vertu des saints
Van Dale dans son traité des oracles, imposoit silence aux démons . S. Atha-
ne croit pas qu'ils aïent cessé à la venuë nase [ * ] défie les Payens, & leur dit
de Jesus-Christ. Il rapporte plusieurs qu'ils viennent être témoins eux-mê.
exemples d'oracles consultés jusqu'à la mes que le ligne de la croix met les
more du grand Théodose . Il ciceles démons en fuite, fait faire les oracles ,
loix des empereurs Théodose , Gratien & diflipe les enchantements. Ce pou-
& Valentinieni, contre ceux qui consul- voir de faire caire les oracles & de met-
toient les oracles, comme une preuve tre les démons en fuite , est atteits
certaine que du temps de ces empereurs par [y] Arnobe, par [z] Lactance ,
la superftition des oracles duroit encore. par[a] S. Prudence, par[b] Minu.

Je ne puis adhérer ni à l'opinion de cins Félix & plusieurs autres. Leur téceux qui croientque les démons n'ont moignage est une preuve certaine que cu aucune part aux oracles , & que la la venuëdu Mellie n'avoit pas imposé venuë du Messie n'y a apporté aucun un silence général aux oracles. changement , ni à l'opinion opposée S. Grégoire Thaumaturge [ c Jécant de ceux qui précendent que l'incarna- ' entré dans : un temple d'Apollon, oir tion du Verbe a imposé un silence gé- fous le nom de cette faulle divinité, un

néral aux oracles. J'estime qu'il faut démon rendoit des oracles ; & le faino Deus forte distinguer deux fortes d'oracles, les uns l'en aïant challé, le prêcre de ce temcitingucr. dietés par les esprits de cérébres , qui ple vint le trouver , & le supplia de

trompoient les hommes par leurs répon- rétablir fon oracle . S. Grégoire écri.
les obscures & ambiguës; les autres qui vie sur le champà Apollon en ces ter-
étoient de purs artifices , & des four- mes: Grégoire à Apollon , Je te per-
beries des prêtres des fauses divinités : mets de rentrer dans le cemple d'où

A l'égard des oracles rendus par les dé tu as été charić, & de retourner à tes Les oracles mons, le regne de Saran a été détruit fonctions . Le démon fut contraint les demons par l'avénement du Sauveur; la vérité d'obéir, & le prêtre de la fausse divi

22

nité

23.

[ + ] Πρώταθείς μετέπειτα λόγος και πνευ- [6] Hæc omnia fciunt plerique yerμα συ αυτοίς.

trøm, ipfos dæmones de femetipfis confi. Euręuzz Si távtocess or irre , 6 xpéros teri, quoties à nobis tormentis verboruin cover axivi novi Budist, Fm, dine dix- & orationis incendiis de corporibus cxi. νύων βιον. .

glingur ; Ipse Saturnus , & Serapis, & Suid locorisur,

Jupiter, & quidquid dæmonum colitis , [x] Athanal. de incarnar. verbi Dei. yidi dolore, quod sunt eloquuntur · Mi. [y] Arzob lib.1. adverf.gene.

nur. Felic, Ostav, [z] La Janr, instir. lib. 4.

[c] S. Gregor. Myllen. in vita S. Gregor. [n] S. Prudeni, in ap.rheofi.

Ņeocalar. Ruffin. hist. Ecclef lib.7,

nicé aïant reconnu le pouvoir des Chré. mort. Sur quoi Eusébe [h] observe tiers , sur ses faux dieux, se convertit, que les histoires de la mort des dé& fut reçu au nombre des Cathécu. mons commencérent à se répandre menes.

sous l'empire de Tibére, dans le L'empereur Julien [d] consultant temps que Jésus-Christ chassoit ces l'oracle d'Apollon dans le fauxbourg malins esprits. Il en est des oracles d'Antioche , le démon ne put répon- comme des possessions ; c'étoit dans dre autre chose , finon que le corps de les occasions particuliéres, qui se préS. Babylas enterré dans le voisignagelui sentoient par la permission divine, imposoit filence. Cet empereur crans que les Chrétiens chassoient les déporté de fureur & de dépit , voulut mons, ou faisoient taire les oracles, venger ses dieux [e], en éludant une en présence & de l'aveu des Payens prédiâion solemnelle de Jésus-Christ. mêmes : il ordonna aux Juifs de rebâtir le C'est ainsi qu'on doit entendre , temple de Jérusalem ; mais lorsqu'ils ce me semble , les passages de saint commencérent à creuser les fonde- Jérôme [i] , d'Eusébe [k], de saint ments , il sortit des globes de feu, qui Cyrille [1] , de Théodoret [m], consumérent les ouvriers & les maté de saint [u] Prudence , & des aureaux.

tres auteurs, qui ont dit que l'avés Le Sophiste Libanius [f] ennemi neinent du régne du Sauveur avoit des Chrétiens avoua, que les reliques de impofé filence aux oracles. saint Babylas avoient fait caire l'oracle A l'égard de la seconde espéce d'o

Les oracles d'Apollon, du fauxbourg d'Antioche. racles , qui étoient de

purs artifices

qui étoicot Plutarque rapporte [g] que le pi- & des fourberies des prêtres des faus- des artifices lote Thamus encendit une voix aë- ses divinités, & qui ont été vraisemrienne , qui crioit:Le grand Pan eft blablement en plus grand nombre avec Tom. 1.

l'idolatrie, Сcc

des hoinmes n'ont ceffe

non

[d] Théodoret. hist. ecclef. lib. 3.6.9. [e] Hift. ecclef. de Fleuri , liv. 15. Amm. Marcell, lib. 23. S. Chrysostom. or ar. 2.S.Grógor. Nazianz. orar, 4. Théodorer, hift. ecclef. lib. 3. 6. 20. Sozom, hift. ecclef. lib. 5.6, 22. Socrar hift. ecclef. lib. 3. 6. 20,

Delphica damnatis tacuerunt sorti.

bus antra,
Non tripodas cortina regit ,

[f] Libanius ap.s, Chri/of. lib.de S.Babyla.
[s] Plutarcb. de oraculor. deferiu,
[b] Eufeb. preparat, evang. lib. 5. 6. 17.
[i] S. Hieronym. in Isai, 6.42.

[k] Euseb. preparar, evang. lib. 5.6.1.6 demonstrar, evang.lib. 5. in init.

[?] s. Cyrill, conira ulinz, lib. 6. com. ment.in Isaï. lib. 4. orat, 2.

[m] Théodores, advers. Grac, fermon, 10. de maculis. [n] Ex quo mortalem præftrinxit fpiri,

tus alvum ,
Spiritus ille dei deus , & le corpore

matris
Induit;atque hominem de virginitate

creavit;

spumat anhelus Fata sibyllinis fanaticus edita libris. Perdidit infanos mendax Dodona va

pores;
Mortua jam mutæ lugent oracula

Cumæ,
Nec responsa refert Lybicis in fyrti-

bus Hammon.
Ipsa suis Christum capitolia Romu la

merent Principibus lucere Deum, deftru&ta.

que templa Imperio cecidifle dacum ; jam pur

pura supplex
Sternitur Æneadæ rectoris ad atria

Christi,
Vexillumque crucis fummus domi-

nator adorat. S. Prudenr, in spea Theofi adverf.Judaes.

« PreviousContinue »