Page images
PDF
EPUB

2. De l'er:cle

cles.

de Claros.

dieux, & à consulter son oracle avec des phiaraus [s], couchoient sur les peaux
cérémonies également pénibles & my- des vi&times, & recevoient les réponses d'ame
stérieuses.
de l'oracle en songe. Virgile []atteste la rais

, de de 6. Tacite [9] parle ainsi de l'oracle d'A. même chose de l'oracle de Faunus en duties ora De'loracle

pollon Clarien: Germanicus alla consul. Italie.
ter l'oracle de Claros. Ce n'est point une Il y avoit encore d'autres oracles fort
femme , qui y rend les oracles com- anciens, comme celui de Mars, dont il
à Delphes, mais un homme qu'on choi- est fait mention dans[x] Denys d'Haly-
fic dans certaines familles,& qui est pres. carnasse, celui de Podalirius , dont Ly-
que toujours de Milet. Il suffic de lui di- cophron parle dans le poëme de Callan-
re le nombre , & les noms de ceux qui dre, & plusieurs autres.
viennent le consulter: ensuite il se retire L'oracle de Sérapis rendoit ses répon-
dans une grotte , & aïant pris de l'eau fes en songe, comme ceux de Faunus, &
d'une source qui y est cachée,il vous ré- d'Amphiaraus. Pendant la derniére ma-
pond en versà ce que vous avez dans ladie d'Alexandre à Babylone [*], les
l'esprit

, quoique cet homme le plus sou- principaux chefs de son armée allérent
vent soit très ignorant.

passer une nuit dans le temple de Séra Dion Callius[r]explique la maniére, pis, pour consulter la divinité s'il seroit de Nym- dont l'oracle de Nymphée en Epire ren- plus avantageux de transporter Alephée.

doit ses réponses. Coluiqui le consultoic xandre dans le temple. Il leur fut répon.,
prenoit de l'encens, & après avoir fait ses du en longe, qu'il valoit mieux ne lo
priéres,il jestoit cet encens dans le feu. Si point transporter; & peu de temps après
I'on devoit obtenir ce que l'on souhai, ce conquérant expira. Les magiftrats de
toit , l'encens étoit d'abord embrasé, & Sparte couchoicnt dans le temple de
même en cas qu'il ne fût pas tombé dans Paliphaé,pour être instruits en longe de
le feu,la flamme le poursuivoit & le con- ce qui concernoit le bien public.
sumoit. Mais si la chose ne devoit

pas Eunapius a écrit que le philosophe
réüssir, l'encens n'approchoit pas du feu, Oedesius reçuten songe un oracle d'une
ou quand il tomboit dans la flamme, il maniére bien finguliere[y]. Il le trou.'
s'en retiroit & la fusoit . Cela arrivoit va à son reveil écrit dans la main gau.
ainsi pour prognostiquer l'avenir, à l'é che, en vers hexamétres. Cet oracle lui
gard de tout ce qu'on pouvoic deman- promettoit une grande renomméc, soit
der , à l'exception de la mort & du ma- qu'il demeurâc dans les villes soic qu'il
riage , sur lesquels il n'étoit pas permis se retirât à la campagne.
de faire des questions .

Un gouverneur de Cilicie [3] qui
Ceux qui consultoient l'oracle d'Am. avoit peu de foi aux oracles , & qui

Del'oracle

étoic

[9] Tacir.annal.lib.2.
[•] Dio Cal. lib. 41,
[s] Pausan. in Arric.
[+] Huc Italæ gentes, omnisque Oeno-

tria tellus
In dubiis responsa petunt, huc dona fa-

cerdos Contulit, & cæsarum ovium fub nocte

silenti Pellibus incubuit ftratis , fomnofque

petivit. Multa modis fimulachra videt volitan

tia miris, Et varias audit voces, fruiturque deo

rum Colloquiis Virgil. Æneid. lib.7. [ * ] Denys d'Halycarn antig.liv.i. [x] Arrian. de expedit, Alex.lib.7. [y] Eunapius de vitis philofophor.in Oed:gio. [z] Plutarq.de la cejation des oracl.

TO, Betilos ora.

[ocr errors]

II. Plufieurs

écoit toujours environné d'Epicuriens Le faux Orphée[e], ou Onomacrite
incrédules , envoïa un billet cacheté à dit que la pierre appellée Siderités (après cles porta:
l'oracle de Mopsus, demandant une de que celui qui l'interroge
ces réponses que l'on recevoit en longe. par l'abstinence & le bain) répond aux
Le messager chargé du biller le lui rap. questions qu'on lui fait sur l'avenir. Les
porta cachecé,dans le même état,n’aiant pierres nommées Bæciles étoient [f]
point été ouvert; & lui dit qu'il avoit comme de petits oracles portatifs.
vû en songe un homme fort bien fail , Les Platoniciens avoient une grande
qui lui avoit dit, Noir, sans rien ajoû. vénération pour les oracles, qu'ils at-
ter autre chose. Alors le gouverneur tribuoient aux démons. Les Epicuriens,
ouvrit le billet, & fic voir qu'il deman- les Gyoiques, les Péripateticiens en fai.
doit à la divinité, s'il facrifieroit un soient fort peu de cas.
taureau blanc ou noir.

. Plusieurs réponses des anciens ora-
Dans le temple de la déesse de Syrie, cles sont venuës jusqu'à nous. Laïus , réponses
lorsque la stacuë d'Appollon [a] veut roi de Thébe en Bæotie , & p!us des anciens
rendre des oracles, elle se remuë fur aucien que le siége de Troïe , reçut
son piè d'estal ; alors les prêtres ia met. de l'oracle cette réponse : Prends
tent sur leurs épaules; fans cela elle suc. garde d'avoir un fils, car il te mar-
roit , & s'agiteroit d'elle-même. Elle les sacrera , & il remplira ton palais de
pousle & les tourne de touts côtés, & le sang. D:-là s'ensuivirent l'exposition
grand prêtre l'interrogeant sur toute & les malheurs d'Oedipe , puni ri-
sorte d'affaires, si elle refuse son con- goureusement par les dieux, des cri-
sentement, elle fait reculer les prêtres, mes [3 ] aux quels il n'avoit jamais done
si elle confent, elle les fait avancer.

né fon consentement.
On lit [b] dans la sainte écriture, La prêtrelle de Delphes appella Ly-
que le roi Ochorias envoia consulter curgue [b] amides dieux, & dieu plu-
Beelzébuthi, pour sçavoir s'il guériroit tôt qu'homme, Long-temps après elle
de la maladie.

donna à Socrate le cicre du plus sagele
Les statuës des dieux dans le Pé. touts les hommes .
du Férou,& rou [c], qui étoient de plusieurs figu. Daphidas le Grammairien [i ] fuc
Parmi les res étranges, & dont il y en avoit d'ef- puni d'avoir voulu se mocquer de la

froïables, servoiencà rendre les oracles Pythie, en lui demandant s'il retrou.
dans leurs pagodes, comme les oracles verois bientôt son cheval qu'il n'a-
de la Gréce.

voit pas perdu . Apollon lui fit ré-
Montanus ajoute [d] que parmi les pondre qu'il le retrouveroit bientôt .
Cannibales qui habitent la parrie méri. Peu de temps après , Attalus fit mou-
dionale de l'Amérique , le diable rend rir Daphidas, dans un lieu appellé le
ses oracles par des oflements de morts cheval.
envcloppés dans du coton.

L'oracle consulté par les Athéniens
Tom. I.

Bbb

9. Des oracles

[-] Lucien de la déele de Syrie.
[6] Regum lib. 4.6.1.

[] Montanus, p.307.Le monde enchanté
de Bekker, liv.i.ch 10.

[dl] Le monde enchanté de Bekker,liv.1.6h.10.
[-] Orpb. de lapidib.

[f] Difertar, de M Falconer, dans les moir, de l'acad.desbell.lectr. 1.6.

[] Sopho:le. Sene que le eragique, Cor-
neille, M de Voltaire.

[he] Hérodor. Clio.
[:] Val, Max, lib. 1, 6, 8.

[ocr errors]

[k) aiaut répondu, que l'armée dont pour se garantir des embuches de la ty. le chef périroit seroit victorieusc . Co- rannie, pénétra le sens de l'oracle & il drus roi d'Athènes se déguisa en paisan, l'accomplit, en se laissant tomber , pour & se fit tuer par les ennemis.

baiser la terre la mére commune de Les Melléniens, étant en guerre[1] touts les hommes. contre les Lacédémoniens, l'oracle ré. Un ancien oracle portoit [n], que pondit aux premiers , que pour obtenir le næud Gordien ne pourroit être déla victoire , ils immolassent une fille du noué,que par le vainqueur de l'Asie. Ce sang le plus noble. Aussitôt on tira au naud fut présenté à Alexandre, en prefort les noms de toutes les filles du fang fence d'un grand nombre de Phrygiens, roïal. Le sort tomba sur la fille de Ly. & de Macédoniens. Les uns craignoient ciscus. Le devin Epébole la rejetta. qu'il ne le dénouât, les autres qu'il ne Aristodéme offrit la sienne. Son fiancé hazardât sa réputacion, Alexandre n'en soutint qu'elle n'étoit plus vierge. Le pouvant découvrir le commencement pére en fureur la tua sur le champ , & ni la fin, Qu'importe, dit il , comlui ouvrit le sein , pour justifier qu'elle ment on le dénoue , & le crancha d'un étoit vierge. Epebole prétendit que c'é- coup d'épée. toit un meurtre , & non un sacrifice . Après la mort d'Aléxandre, on puMais Euphaës, roi des Melléniens, & blia un oracle, par lequel il étoit prétouts les Epicides furent d'avis que l'o- dit, que le lieu de la sépulture seracle étoit accompli, & les dieux satis. roit le plus heureux de l'univers faits. Les Lacédémoniens en furent li & que l'empire y seroit artaché. Touts confternés, que leurs rois demeurérent les chefs le disputoient, à qui auroit campés pendant sept ans, sans oser pré- les précieux restes de ce conquésenter la bataile. Ce fut alors qu'ilsen- rant ; Perdiccas vouloit qu'on les yoïerent à leurs femmes de jeunes fol- transporcât en Macédoine . Prolémée dats, pour avoir des enfants, & renou- l'emporta [o], & après deux ans de veller la jeunesse de Lacédémone , & de préparatifs, le corps d'Alexandre fuc là sont venus les Parthéniens , qui ont transporté en grande pompe de Bafondé Tarente. Enfin la sanglante jour- bylone en Egypte , déposé prémiérenée d'Ithome arriva , les Lacédémo. ment à Memphis , & mis dans un niens furent batcus, leur Roi Théopom- monument à Aléxandrie. Le cercueil pe fait prisonnier fut immolé à Jupiter , d'or ou il étoit enfermé aïant été avec trois cents Lacédémoniens. enlevé par Seleucus Cybiosactés (pl,

L'oracle [m] consulté par les fils de fos os furent mis dans une chasse de Tarquin de superbe , accompagnés de verre . O&avien César, qui fut deBrutus, répondit que celui qui embras- puis surnommé Auguste 19), vilica feroit le premier la mére auroit à Ro- ce tombeau avec de grands témoime une autorité souveraine. Brutus,qui gnagnes de respect, avant que de quit. jusques-là avoit contrefait le stupide ter Alexandrie.

[k].Juftin. lib. 2. [1] Panjan, in Melaniac. [m] Tit. Liv. lib. 1. In 2. Curt. lib. 3.

[o] Prideaux , hit. des Juifs, f. 2. part, I
lor 8.p.488.

[p] Strab. lib. 17.
[9] Swer. in Ostav.c. 18, Die Caff. lib. 51.

14.

12. écret du

oracles.

Is

Suétone Cr] à écrit que quelques Crcelus aïant reçu de la Pythic cet

Equivo. nat au fu- mois avant la naissance d'Auguste, il te réponse [z], qu'en traversant le ques des Tindeca se répandic un oracle portant que la fleuve Halys il détruiroit un grand l'Auguste. nature travailloit à la production d'un empire , il entendic l'empire de son

roi, qui feroit le maître de l'em. ennemi , au lieu qu'il détruisit son
pire Romain ; que le sénat effražé propre empire. L'oracle consulté par
avoit défendu d'élever aucun des en. Pyrrhus rendit une réponse [a], qui
fants mâles qui naîtroient cet année pouvoit également s'entendre de la
là, mais que les sénateurs dont les victoire de Pyrrhus , & de la victoire
femmes étoient grosses , eurent le des Romains ses ennemis. L'équivo.
crédit d'empêcher que l'arrêt ne fût que dépendant de la construction de
inscrit dans les registres publics . ll la langue latine , ne peut être expri.
semble que la prédiction , dont Au- mé en notre langue , qui a bien plus
guste n'étoit que le type, regardâcla de netteté.
naissance de Jesus-Christ roi spirituel Les oracles étoient toujours si ob-
de tout le monde , ou que le malin el- scurs, qu'on n'en comprenoit la fi-
pric voulût en suggérant ce decret gnification qu'après l'événement . Et Obleucite

.
rigoureux au sénat , disposer Héro- il y a bien de l'apparence que la plû.
de par cet exemple à tendre au Meslie part de ces anciens oracles, ont été in-
les embuches dans lesquelles ( s ) ce inventés, ou rajustés après coup La
tyran fit périr tours les enfants , qui Pychie avertic Crosus [b]de se garder
n'avoient que deux ans, & audellous. du mulet . Le roi de Lydie ne comprit

L'univers étoit alors rempli de l'at. rien à cet oracle, qui désignoit CyL'univers

tente prochaine du Messie. On voit rus issu de deux nations différentes , étoit alors par la quatriéme éclogue de Virgi- des Médes par Mandane sa mére, filsemplice le, que ce poëte applique au fils du le d’Altyage ; & des Perfes par son Milie. consol Asinius Pollion les prophéties pére Cambyse , dont la race avoit

qui de la bouche des Juifs avoient alors beaucoup moins de grandeur & d'élé-
passé dans celle des nations étrangeres . vation.
Cec enfant, l'objet de la flatterie de Vir. Le poëte Eschyle à qui il avoit été
gile, mourut [ 1 ] neuf jours après la prédico [c] par un oracle , qu'à un
naissance. Tacite[u], Suétone [*], jour marqué il auroic la tête caffée par
& Joseph [y] l'historien appliquerent à la chûte de quelque corps

folide & pe-
Vespasien les prophéties qui regardoient fant qui tomberoit d'en haut, croioit
le Mellie.

se mettre en süreté, étant au grand air

Bbb 2 [1] Suer, in Ostav.c. 94.

[y] Jofeph dans sa vie écrite par lui.même. [s] Match.c.2. Macrobe auteur Payen.rap. [4] Κρς ίσος Αλυν δλα μας μεγαληνάρXήν καporte ce fait d'une manière conforme à lévan

ταλύσει. . gile. Macrob. Saturnal.l.2.c.4.

[A] Aïote, Æacida, Romanos vince. [1] Serv.comment.in Eclog. 4. Virgil. re posse. S. Hieronym. in Ilaje y 60 42.

[n) Pluribus persuafio inerat antiquis [6] Hérodor. Clio. facerdotum litteris contineri, eo ipso tem. [c] Ingenium est ei ( aquilæ ) teftudines. pore fore ut valesceret Oriens, profectique raptas frangere é sublimi jaciendo : quæ, è Judæa rerum potirentur, quæ ambages fors interemit poëtam Æschylum prædica Vespasianum ac Titum prædixerant. Tac. tam fatis, ut ferunt, ejus diei ruinam secue bift. lib.s.

râ cæli fide caventem Plin.lib, 10.6.3. Swistian [x] Suer, in Vespal. 6.4.

in care decine .

13.

[ocr errors]
[ocr errors]

en pleine campagne, où il n'avoit que le tre un taureau. Quelques heures après,
ciel au dessus de la tête; mais un aigle il fut blessé à mort d'un coup de thuile
qui tenoit une tortuë dans ses serres, qui lui fut jettée par une femme.
prit la tête chauve d'Eschyle pour une Seleucus qui étoit resté le dernier des
pierre, & jetta de toute sa force la tor- capitaines d'Alexandre , aïant parlé en
tuë contre la tête pour l’y briser , & la Macédoine pour s'en emparer , après la
manger ensuite. Le poëte eut la tête défaite & la mort de Lysimachus, il ren.
callee, & l'oracle fut accompli. contra un aurel dont on lui dit que le

L'oracle avoit annoncé à Denys l'an- nom étoit Argos. Il se souvint [8] alors
cien, tyrande Syracuse [d], qu'ilmour d'un oracle qui l'avoit averti d'éviter
roit lorsqu'il seroit vainqueur de ceux Argos, & dont il avoit fait l'applicatioa
qui valoicnt mieux que lui. Il interpré- à la ville d'Argos. Pendant qu'il faisoic
toit cette prediction de quelque viétoire diverses questions sur cet autel, Ptolé-
sur les Carthaginois, qu'il crooit meil mée Ceraunus le poignarda.
leurs soldats que les Siciliens ; & dans Néron eut pour réponse de l'oracle
cette pensée il donnoit tous ses soins à de Delphes, qu'il se donnât bien de gar-
entretenir la paix : mais à peine cut. il de des soixante-creize ans. Il croïoic
reçu la nouvelle qu'une tragédie qu'il être à l'abri de tout danger [b] jusqu'à
avoit composée avoit remporté le prix, cet âge, mais se trouvant abandonné de
qu'il mourut, lorsqu'il venoit de vain. tout le monde , & entendant proclamer
crc de meilleurs poëtes que lui.

empereur Galba qui étoit âgé de soixan. Philippe fur averti ( e ) par l'oracle te-treize ans, il connut la tromperie de de Delphes de prendre garde au cha. l'oracle. riot. Non seulement il s'éloignoit avec Un autre oracle avoit prédit que ce. une grande attention de toute forte de lui qui feroit mourir sa mere [i], rechariots, & avoit entièrement renoncé roit le dernier Empereur de la famille à leur usage , mais il évitoit même un des Césars ; ce qui fut vérifié dans Né. lieu de la Bæotie qui étoit nommé le chariot. L'oracle fut accompli malgrè Trajan voulut [k ] fonder l'oracle ses précautions ; il fut asalline par Pau- d'Héliopolis par un billet blanc cachesanias , & percé d'une épée , sur la garde té; mais l'oracle sans ouvrir le billet , de laquelle étoit gravé un chariot. Pyr. connut la vérité, & ordonna que pour rhus aïant pris Argos [f]d'assaut, ap- coute réponse on reportât un papier perçue dans la place publique un loup & blanc à l'empereur. Trajan revine à un taureau de bronze, qui paroisloient consulter l'oracle sérieusement sur la prêts à se battre. Cette vûë rappeila dans guerre contre les Parthes ; & l'oracle son esprit un ancien oracle, qui lui avoit fit prendre un ceps de vigne, qui étoit prédit que la destinée étoit de mourir, une des offrandes de fon temple , & lorqu'il verroit un loup combattre con- l'envoia à l'empereur rompu par more

ron.

[d] Diod. Sic. lib. 15.

[e] Val. Max. lib. 1.c 8. Cic. de faro. Plutarch.in Alex.

[f] Plutarch.in Pyrrh.
(g) Iuftin. lib. 17. Appian. in Syriac. Mem.

non.ap. Phor biblioth.cod 224.Paufan.in Atrit,

[ h] Suer. in Ner.c. 10.
[i] E"σχατος Α' νεάδωνμντροκτόνος ηγεμο-

γείσι
[k] Macreb, Saturnal. lib. 1.6, 23.

« PreviousContinue »