Page images
PDF
EPUB

25.

rommé le conciliateur , Géber, A- fluences célestes que comme un prétex-
grippa, Bartholomée de Parme , Gé te général, & qu'ils ne font intervenir
rard de Crémone , Hannibal Rémond les planéces & les écoiles que par céré-
de Vérone, Olivier de Malmesbury,

monie &

par honneur. Peucer & quelques autres . Albert le Il se répand de temps en temps des Grand [x] semble traiter la Geoman- prédictions, dont ceux qui les debi- Prédictions tie, comme une science qui peut avoir cent affurent, à l'exemple des cabalis aux bons quelque utilicé; mais nous avons deja tes , qu'elles partent du commerce aux infpiobservé qu'on a attribué à Albert le des bons esprits, ou des inspirations rations de grand plusieurs ouvrages qui contiene de Dieu même. On ne peut pas nier nent des, puérilités & des superstitions en général, que ces predictions ne indignes non seulement de cet illustre foient possibles : mais il y a bien prélat, mais du moins éclairé des phi- peu d'apparence de vérité. Est-il vrai losophes.

semblable que Dieu communique à ses met die Agrippa [y] voulant rendre les pré- élus pendant qu'ils sont sur la terre , foirgedictions plus faciles , a donné une mé- la connoissance de l'avenir qui eft ignonumériquca thode purement numérique , pour

pour ré des anges? Le Seigneur n'a pas em-
suppléer à l'incertitude du moment de ploie ce genre de merveilles pour ma-
la nativité, aux erreurs des éphémé. nifelter la vertu des faints ; & mainte ..
rides, & à toute cette connoissance du nant que la religion est bien établie ,
ciel qui demande beaucoup de travail le monde n'a plus besoin de pro-
& d'applicacion. li enseigne à trouver phéties .
la planéte dominante, en calculant les Ces prédictions sont ordinairement

Prophérie:
lettres du nom de l'enfant , du pére & supposées & publiées après les événe-des papese
de la mére, & divisant la somme tota. ménts . C'est ainsi qu'on met sur le
le par neuf. S'il reste un, c'est le fo- compte de S. Malachie archevêque
leil : s'il reste deux ou sept , c'est lalu. d'Armach dans le douziéme fiécle
ne; s'il reste trois , c'est lupiter ; s'il une suite de prophéties de touts les
reste cinq, c'est Mercure ; s'il reste fix, papes, depuis Célestin II. jusqu'à la fin
c'est Venus ; s'il reste huit, c'est Sac du monde . Elle ne seroit pas bien
turne , s'il reste neuf , c'est Mars. éloignée si l'on s'en rapportoit à ces
Cherchez-vous le signe ? divisez la predictions ; car il n'en reste plus que..
même fomme par douze. S'il reste un, dix-neuf. Ces prophéties passent pour
c'est le lion ; s'il reste deux, c'est le vere avoir été fabriquées pendant le concla-
seau , &c. & Agrippa ajoute une obser- vede 1590, par les partisans du car-
vation importante, c'est que le nom- dinal Simoncelli , qui le désignérenc :
bre impaie marque le côté droit , & le par [ z.] quelques mots qui avoient
nonibre pair Ugnifie le côté gauche. Il rapport à Orviete sa patrie. Il fuc pape
est aisé de counoîcre par ces préceptes, sous le nom de Gregoire XIV. Les
que les Géomantiens, comme presque predictions, jusqu'au temps de
couts les devins , n'emploient les in ufe, sont allez justes, étant facile d'être:

Ааа.

[ocr errors]
[ocr errors]

de ce pon

2

[x] Hoc est quod in fcientiâ géoman. lib.2. traétatu: 3. CAP. 3.
tiæ figuræ punctorum ad imagines tales re [y] Agripp philof occult. liv.z.ch.20.
daci præcipiuntur , quia aliter non funt. [z] De antiquitate urbis. . Orviéte (e
utiles D. Albert. Magu i de mineralib.. nomme en Latin urbs. vetus ..

1

>

[ocr errors]

prophéte après coup ; mais depuis , très naturellemet. La sainteté de la vie,
l'application en est extrémement for- & la droiture des intentions de ce per-
cée. On cherche le rapport de la pro- fonnage ont été si douteuses , que cet
phétie dans le pais du Pape , dans son exemple n'a aucune force pour prouver
nom & surnom, dans ses armes, dans les inspirations divines sur la connois.
son titre de cardinalat, dans la naissan- fance de l'avenir.
ce, ses emplois, ses prélatures, & tant
d'autres circonstances, qu'il seroit bien
difficile de n'y pas trouver quelque chose to skuterte
allusion ou force ou naturelle. On 303332020&s a sa te ganas
trouve dans le dictionaire de Moré-
ri [a] 'cecte suite de prophéties avec
leurs explications i
Cette prédi&tion des papes attribuée

CHAPITRE HUITIEME.
à S. Malachie , n'est pas la premiére

qui ait été divulguée fur le même sujet.
5. Je voudrois bien , dit Montagne, avoir

Des Oracles.
reconnu de mes yeux ces deux merveil-
les; le livre de Joachim abbé Calabrois,

SO MM AIRE.
qui prédisoit touts les papes futurs

, leurs furnoms & formes ; & celui de

Léon l'empereur, qui prédisoit les em 1. Oracles l:s plus renommés. 2. Do » pereurs & patriarches de Gréce. “

l'oracle de Dodone. 3. De l'oracle de Savonarole [ b) avoit prédit les coul Jupiter Hammon. 4. De l'oracle de Tredictions de Savona- quêtes de Charles VIII. en Italie, &

Delphes, s. De l'oracle de Trophofue que l'état & gouvernement de Floren nius 6. De l'oracle de Claros. 7.

Ce seroient changés. Il dit à Philippes De l'oracle de Nymphét. 8. De lo-
de Commines , que le Roi à son re racle d'Amphiaraüs.& de plusieurs
tour en France se trouveroit en grand autres oracles. 2. Des oracles du
danger, mais que Dieu le conduiroit ; Pérou. 10. Bætiles oracles portatifs.
ec qui désignoic la bataille de Fornouë; ii. Plusseurs réponses des anciens
que Charles VIII. n'aïant pas réformé oracles. 12. Decret du senat au fost
l'église [c], Dieu avoit prononcé con jer de la naiffance d'Auguste. 1 3. L'e
tre lui une sentence qui seroic bientôt nivers étoit alors rempli de l'attente
exécutée; ce qui fut la prédiction de fa du Messie 14. Equivoques des or a-
mort prompte. Il n'y a rien dans ces cles , 19:Obscurité des or actes. 16. Des
prédictions de Savonarole, que la po. Vrim & Thummim. 17. De PEphodie
licique & le hazard n'aient pû produire 18. Les fasx oracles décrédités par

[ocr errors]

»

27.

Charles VIII.

[a] Dict. de Moréri, art, Malachie. Ar la seconde, il fait l'histoire des hommes illustres
nold de wion, religieux Bénédiftin, est le pré- de fon ordre. Il dédia cet ouvrage à Philippe II.
mier qui ait parlé de ces prophéties dans um roi d'Espagne en s595.
ouvrage intitulé, Lignum vitæ, qui consient [b] Mémoire de Commines, liv.8.ch.2.
deux parties, dans la premiére , il fait def [c] Sarebbe presto punito da dio rigida
cendre S, Benoît des Aniciens de Rome i

dans mente. Gusicciard, 1.2.

la philosophie. 19.Oracles ressorts de bes en Egypte , il y en eut une qui alla
politique . 20. Mépris pour les oracles dans la Lybie , où elle donna lieu à l'éta-
dans les auteurs prophanes, 21. De blissement de l'oracle de Jupiter Ham.
la celation des oracles. 22. Deux mon ; l'autre s'étant arrêtée sur les chê.
fortes d'oracles à distinguer . 23. Les nes de la forêt de Dodone, apprit aux
oracles rendus par les démons n'ont habitants des lieux voisins, que l'inten-
pas cessé généralement en mé- tion de Jupiter étoit qu'il y eût un ora-
me temps. 24. Les oracles qui é- cle en cet endroit. Herodote [e]explique
toient des artifices des hommes, n'ont ainsi cette fable: Il y eut autrefois deux
cesć qu'avec l'idolâtrie.

prêtresses de Thébes, qui furent enle

vées par des marchands Phéniciens. Cela
Ly a eu peu de superstitions ausi cé. le qui fut venduë en Gréce, alla s'éta-
lébres, & qui aient séduit les peu-

blir dans la forêt de Dodone, où les an-
ples pendant un auíli grand nombre de ciens habitants de la Gréce alloient eu
siécles que les oracles. Dans les traices foule chercher du gland. Elle y éleva
de paixou de créves , les Grecs[a]n'ou- une petite chapelle au pié d'un chêne, à
blioient jamais de stipuler la liberté d'al- l'honneur du même Jupiter dont elle
ler aux oracles. Aucune colonie n'en- avoit été prêtrese. C'est là où s'établic
treprenoit de nouveaux établiments peu à peu cet ancien oracle , qui devinç
[b], aucune guerre n'étoit déclarée li fameux dans la suite.
aucune affaire importante n'étoit com La maniére dont le rendoient ces ora-
mencée sans avoir auparavant consulté cles de Dodone , est fort singuliere[f].
les oracles.

Il y avoit un grand nombre de chau-
Les plus renommés ont été ceux de drons suspendus à des arbres auprès
Oracles les
Mure." Delphes, de Dɔdone, de Trophonius, d'une statuë de cuivre , aussi suspenduë
com més. de Jupiter Hammon , d'Apollon Cla avec un fouet à la main. Le vent venant

rien. Suivant Herodote [c], les deux à l'agiter , elle frappoit le prémier de ces
oracles les plus anciens étoient celui de chaudrons,& le meccant en mouvement,
Dodone en Epire , & celui de Jupiter touts les autres étoient ébranlés , & ren-
Hammon en Lybie.

đoienc un certain son qui duroit très
Les uns ont attribué les oracles de long.temps; ensuite de quoi l'oracle
De l'oracie Dodonne[ D ]à des chênes, les autres parloit.
de Dodone à des colombes. L'opinion de ces colom L'oracle de Jupiter Hammoni étoit

Del'oracle bes prophétesses avoit été introduite par établi dans des déserts, au milieu des sa- de Jupiter l'équivoqued'un mot Thessalien, qui li- bles brûlants de l'Afrique. Cet oracle dé. Hammon. gnifioit en même temps colombe & fem. clara à Alexandre , que Jupiter étoit son me. C'est ce qui donna lieu à la fable, que pére. Après plusieurs questions, ce condeux colombes s'écant envolées de Thé- quérant aïant demande sila mort de son

3 [m] Thucydid.liv. 4.ch.20.

[d] Nemorumque Jovi quæ maxima
[b] Quam verò Græcia coloniam mifit

frondet
in Ætoliam , Aliam, Ioniam , Siciliam , Æsculus, atque habitæ Graiis oracula
Italiam, fine Pythio, aut Dodonæo, aut

quercus.
Hammonis oraculo ? aut quod bellum su. Virgil. Georg. lib.2.
f:eptum ab eâ fine consilio deorum elt? Cic. [e] Hérodor. Euterp.
d: divinat.lib.i.in init.

[f] M. l'abbé Bannier ,, explicat. historiq.
[] Hérodor. Entert.

des fables 2. entret. 58.24

[ocr errors]

Ааа 3

pére étoit suffisamment vengée, l'oracle guerre;ce que c'est enfin que cette vertu répondit [g] que la mort de Philippe à laquelle vous vous êtes dévoué, & étoit assez vengée, mais que le pére d’A. quelle est fa récompense. Caton pleinde lexandre étoitimmortel.

la divinité qui étoit au dedans de lui, C'est à l'occasion de cet oracle, que rendit à Labienus une réponse digne Lucain met de grands sentiments dans d'un oracle. Sur quoi voulez-vous, Lala bouche de Cacon. Après la batcaille bienus, que je consulte Jupiter : luidede Pharsale, lorsque César commençoit manderai-je s'il vaut mieux perdre la vie, à être le maître du monde, Labiénus di que la liberté ? fi la vie est un bien vérisoit [b ]à Caton: Puisque nous sommes table? fi la vertu dépend de la fortune ? à portée de consulter un oracle fi célé- nous avons au dedans de nous, Labienus, bre, apprenons de lui à régler notre con- l'oracle qui peut répondre à toutes ces duite pendant cette guerre. Les dieux questions. Rien n'arrive que par l'ordre ne s'expliqueront plus volontiers pour

de Dieu : ne lui demandons point, qu'il personne , que pour Caton. Vous avez nous répéte ce qu'il a suffitament gravé toujours été ami des dieux; aïez la con- dansnosceurs. La vérité ne s'est point fiance d'entretenir Jupiter. Inftruisez. retirée dans ces déserts , elle n'est point vous de la destinée du cyran, & du sort engravée dans ces sables . Le sejour de de notre patrie; si nous devons conserver Dieu c'est le ciel, la terre,& la mer, & votre liberté, ou perdre le fruit de la les cours vertueux. Dieu nous parle par [g] Quint.Curt. lib. 4. C. 7.

armis [b] Maximus hortator (crutandi voce: Occubuifle velim potiùs quam regna vi. deorum

dere? Eventus Labienus erat : fors obtulit, An sit vita nihil, vel longa an differat inquit,

ætas? Et fortuna viæ tam magni numinis ora , An noceat vis ulla bono? fortunaque Consiliumque Dei . Tanto duce possu..

perdat mus uti

Oppositâ virtute minas? laudandaque Per Syrtes , belique datos cognoscere

velle casus.

Sit satis , & nunquam fucceflu crescat Nam cui crediderim fuperos arcana da

honeftum? turos

Scimus, & hæc nobis non altius inseret Di&turosque magis quam fancto vera

Hammon.
Catoni?

Hæremus cuncti superis , temploque taCertè vita tibi semper directa fupernas.

cente, Ad leges , fequerisque Deum; datur ec Nil facimus non fponte dei, nec vocibus ce loquendi

ullis Cum Jove libertas; inquire in fata ne Numen eget , dixitque semel nascenti. fandi

busautor Cesaris , & patriæ venturos excute mo• Quidquid scire licet ; steriles nec legit res:

arenas Jure fuo populis utilegumque licebit, Utcaneret paucis , merfitque hoc pulAnbellum civile perit?tua pectora sacra

vere verum. Voce reple : duræ faltem virtutis ama.. Eltne Dei fedes, nisi terra, & pontus, tor,

& aër, Quære quid eft virtus , & posce exem Et celum, & virtus? superos quid quæ plar honefti.

rimus ultra? Ille Deo plenus, tacitâ quem mentegen Jupiter est, quodcunque vides, quocune rebat,

que moveris. Effudit dignas adytis è pectore voces. Sortilegis egeant dubii, femperque for Quid quæri, Labiene , jubes ? an liber in

turis

nius.

e l'oracle

tout ce que nous voïons, par tout ce qui vination, & la fureur qui leur faifoit
nous environne. Que ceux qui sont connoître l'avenir , & le prédire en vers
chancelants, & sujets à varier , suivant Grecs Héxamétres. Une Pythie [ k]fut
les événements, aïent recours aux ora si excessivement tourmentée de cette va.
cles. Pour moi je trouve dans la nature peur, & elle souffrit de li violences con-
tout ce qui peut inspirer la plus constan- vulsions, que les prêtres s'enfuirent, &
te résolution, puisque l'homme lache ne qu'elle mourut peu de temps après.
peut éviter la mort. Jupiter ne nous en Pausanias [!] lécrit les cérémonies qui de l'oracle
diroit pas davantage. Caton parla ainsi, se pratiquoient pour consulter l'oracle de Tróp ho-
& quitta ces régions , sans consulter l'o- de Trophonius. Tout homme qui étoic
racle.

descendu dans son antre ne rioit de sa vie. Diodore de Sicile , Plutarque , & Ce fut l'occasion de dire en proverbe[m] Delphes. plusieurs autres auteurs[i] rapportent de ceux qui avoient l'air criste: Il a con.

qu'un troupeau de chévres découvric sulté Trophonius. Platon[n] rapporte
l'oracle de Delphes, ou d'Appollon Py- qu’Agamede & Truphonius aïant bâti
thien. Lorsque quelque chévre s'étoit le temple d'Apollon,& aïant demandé au
approchée de la caverne, & avoit respi. dieu pour réconpense, ce qu'il estimoic
re l'air qui en sortoit , elle revenoit en de plus avantageux aux hommes, ces
faisant plusieurs bonds, & la voix ren deux fréres moururent dans la nuit qui
doit un son extraordinaire: ce qui ažanc suivit cette priére . Pausanias (o) fait un
été observé par les bergers, ils allérent y récit fort different . Dans le palais que
regarder& furent saisis d'une fureur qui ces deux fréres construisirent pour le roi
les faisoit lauter & prédire l'avenir. Plu. Hyrieüs, ils ajustérent une pierre de ma.
tarque nous a conservé le nom du ber- niére , qu'elle pouvoit s'enlever, & la
ger, au quel appartenoit le troupeau de nuit ils entroient par là pour voler les
chévres, qui fit la découverte de l'oracle. thrésors qui y étoient enfermés.Le prin.
Il se nommoit Corétas. Ungarde de De ce qui voioit diminuer son or , sans que
metrius s'étant approché trop près de les serrures ni les cachets fussent rom,
l'embouchure de la caverne,fut suffoqué pus, dressa des piéges autour de les cof.
par la force de l'exhalaison qui en for. fres; & Agaméde s'y trouvant arrêté,
toit,& mourut subitement. L'orifice ou Trophonius lui coupa la tête, de peur
le foupirail de cet antre étoit couvert qu'il ne le découvrîc.Comme Tropho,
d'un trépié consacré à Apollon, sur le- nius disparut dans le moment, on publia
quel les prêtresses appellées Pychies s'as- que la terre l'avoit englouri au même
soioient pour le remplir de la vapeur endroit [p], & l'impie superstition alla
prophétique, & concevoir l'esprit de di- jusqu'à mettre ce scélérat au rang des

Calibus ancipites. Me non oracula cer [i] Diod.Sic lib.16 Plutarch.de oraculor.de.
tum,

fectu Coel. Rhodig lib.8.c.16. M.de Fontenelle,
Sed mors certa facit . Pavido fortique hift des oracles.
cadendum eft.

[k] Plutarch.de oraculor.defe&tu.
Hoc fatis eft dixiffe Jovem. Sic ille pro. [1] Pausau. in Bæoric.
fatur,

[m] In antro Trophonii vaticinatusest,
Servatâque fide templi, diceffit ab aris, [n] Plar, in Axioch.
Non exploratum populis Hammona re. [0 ] Paufan. in Baotic.
linquens, Luca,lib.g.

[p] Hit de l'acad.des bell.lettr.1.1.p.45.

« PreviousContinue »