Page images
PDF
EPUB

moins certain dans l'ordre des chofes tent le discours de l'orateur, dont naturelles, que le nombre de fix pris elles ne sont en aucune maniére les abstra givement,& séparé de toute lub- principes: & il manque à la réponse fance réelle, n'a pas plus de force que de Pythagore de nous dire qui lui a le nombre de deux. On a peine à com- enfeigné que les nombres sont les éléprendre combien d'auteurs graves ont ments des corps matériels , puisque atcribué des vercus chimériques à ces leur liaison & leur rapport ne peuvent wombres considérés en eux-mêmes, être apperçus naturellement. Platon à & sans relation à aucun objet mate- l'exemple de Pythagore, a attaché riel. Ces opinions , malgré la réputa- une grande puissance aux nombres. tion de leurs auteurs , ne peuvent être Agrippa dans le second livre de la placées que parmi les plus absurdes. philosophie occulte, traite de leur Pythagore a établi les principes de vertu. Selon cet auteur sublime & mytoutes choses dans les nombres. Le stérieux, l'échelle numérique est dans point, selon ce philosophe , est l'u- le monde archétype l'essence divine ; nité; la ligne le nombre de deux; la dans le monde intellectuel, elle est fuperficie le nombre de trois; le corps l'intelligence supréme; dans le monde composé de points, de longueur, lar- céleste le foleil, dans le monde élégeur & profondeur, le nombre de mentaire la pierre philofophale; dans quatre. Tout l'univers le gouverne le petit monde ou dans l'homme le par les proportions harmoniques qui cour; dans le monde infernal Lucifer, confiftent dans les nombres. Lors- ou le prince des anges des ténébres. qu'on objectoit à Pythagore que les Quelle impudence d’écrire & de dénombres étoient hétérogénes aux bicer sérieusement de pareilles rêve". corps, ou d'une nature différente, il ries pour en imposer aux simples! répondoit que c'étoit en cela même, Le nombre impair est le plus [ * ] que les nombres pouvoient être les parfait, suivant Macrobe; & il est principes des choses corporelles : car le fymbole de la concorde, parce de dire que la mariére est le principe qu'il ne peut être parcagé, au lieu de la matiére, c'est ne rien dire. Le que le nombre pair, par l'égalité de principe d'une chose doit être différent les parties, souffre facilement la dide cette chofe ; en quoi Aristote penla vision, dont il est le symbole. Le depuis comme Pythagore, lorsqu'il nombre impair (y]cst consacré aux établic la privation pour un de fes divinités célestes, le nombre pair aux principes. C'est ainsi, ajoutoient les infernales. Pythagoriciens, que les lettres font Vitruve [z] ordonne fort sérieuseles éléments du discours de l'orateur, ment, de construire les degrés d'un quoique ce discours soit d'un autre temple, en nombre impair, afin que genre que les lettres. Mais il est faux le pié droit montant le premier , entre que les lettres soient les éléments du auili le prémier. discours de l'orateur. Les lettres font L'unité a été regardée, comme le des fignes d'institution, qui représen- principe général. Tout commence par

[x] Impar numerus mas est , par foemina vocatur:item arithmetici imparem patris & parem matris appellatione vemerantur, Macrob. in somn, Scipion. lib.1.6.6.

[y] Le 43. symbole de Pyrhagore porte: Tois μό ερανίοις περισσα θύειν, άρτια δε τοις λθε vion.

[z] Vitruv. lib. 2. c. 3

le

[ocr errors]

un Ce principe , fimple, & fans com- nombre de quatre , qui renferme [c] posicion de parties, est l'image de les trois consonances, principe de coul'immortalité.

te harmonie. Pythagore juroit par Averroës dit que les anciens avaient nombre [d] de quatre, source du cours en grande recommandation la propor- éternel de la nature. tion double, comme celle qui joint Hippocrate juroit par le nombre de le ciel à la terre , & qui est le lien cinq [e], symbole de la santé. Le des substances spiricuellles, & des nombre de fix est vanté par le rapport corps.

qu'il a aux six jours de la création. Le nombre de trois est le prémier Pallas prit le Septénaire , pour mardes impairs; il est l'abregé de la na- que de la virginité ; & Théodore de ture, aïant l'avantage [a] de réunir Samothrace [f] prouve l'excellence en lui, un commencement, un mic de ce nombre, parce que Jupiter lieu , & une fin. Faites crois nauds, avoit passé les sept prémiers jours après de crois couleurs, dit Virgile [b], sa naitance, à rire continuellement. car la divinité aime le nombre impair. C'est sur le fondement de la perfecSuivant les rits hébraïques de Léon tion du nombre Septénaire, qu'Hipde Modéne, le livre de la loi, dans pocrate[8]a été d'avis , que les enfants certains jours solemnels, est lû par nés à sept mois devoient plûrôt vitrois personnes, & ces jours là, on vre, que ceux nés à huit . Opinion doit faire trois repas, mais dans les suivie par Galien, & par le plus jours de jeûne, il n'est permis de grand nombre des médecins, & dont manger, qu'après avoir vû au ciel au on n'est pas encore bien désabusé. moins trois étoiles. Il est aussi pre- Suivant Macrobe [b], l'octénaire ferit de louer Dieu trois fois le jour, est le symbole de la justice. & de s'incliner trois fois le jour à la Plusieurs ont préféré [i] le nom. rriple élévation du livre de la loi. bre de neuf, comme le premier quarLes Chaldéens & les

& les Egyptiens ré, produit par le prémier nombre croioient que touts les attributs de impair , & il a l'honneur [k] d'être la divinité se réduisoient à trois, puis consacré aux Muses. Les dieux apfance, intelligence, amour. Ils distin. portés à Rome du païs des Sabins, guoient aussi trois sortes de mondes, étoient appellés Novenfiles, à cause terrestre , aërien, & intellectuel: trois de leur nombre de neuf. Ce nomprincipales propriétés, figure, lumiére, bre, suivant les Pythagoriciens, est & mouvement.

le complément de la préniére proD'autres se font déclarés pour le grellion numérique: il étoit affecté

[a]Κατάπερ γάρ φασι και οι Πυθαγόρειοι, trois ou le tiers en sus ; ago le diapafon, qui est το παν και τα πόπατρις τρισίν άρισται. Τε- l'intervalle de deux à quatre, on la porportion λευτη γάρ και μίσος και αρχή τον αριθμόν 4ομίle. έχει τον τύποπός. Ταυτα δέτοντής τριάδος. [d]Με την τετρακτύς παγών αεννάς φύσεως. Arifior. decælo, lib. 1.6.1.

[4] Le Vayer, lett. 44. (6) Necte tribus nodis ternos, Ama- [f] Ap Phor.biblioth.c.190. rylli, colores.... numero Deus impare [8] Hippocr. de Jeprimestri partu. gaudet . Virg.

[b] Macroh, in somn. Scipiin. lib. 1. c. 5. [c] Les trois consonances font le diare/aron, [i] Cæl. Rbodig. lib, 22.c. 8. qui eft l'intervalle de trois à quatre,ou le quart [k ] Qui musasamat impares , en sus; le diapente qui eft l'intervalle de deux à Ternos ter cyathos attonitus petet. Hor,

aux morts. Les funérailles [1] du- jours que la différence est neuf ou un roient neuf jours. A la fête des Lému- multiple de neuf. La même propriété rales, le pére de famille jettoit neuf subsiste, quoi que l'on prenne de plus fois des fèves noires par-dessus fa grands nombres susceptibles par contête, & frappant sur un vase d'airain, léquent d'un bien plus grand nom. il répétoit jusqu'à neuf fois, fortez, bre de changements dans l'ordre de mânes paternels.

leurs chiffres, & elle subsiste dans Comme les opinions sont mêlées touts ses changements. Cette propriéde vérités & d'erreurs, joignons quel- té qui se trouve entre deux nombres, . ques observations sérieuses aux super- subliste aussi entre leurs puissances sticions & aux fables concernant les quelconques, c'est-à-dire que les difpropriétés numériques.

férences de leurs quarrés & de leurs . de Fontenelle a remarqué une fin. cubes, sont toujours peufou des mulgularité du nombre de neuf; C'est que tiples de neuf. ses multiples redonnent toujours neuf, Le nombre de dix renferme en lorsque vous faites une addition des foi couts les avantages de l'unité, nombres exprimés par les figures, dont

les figures, dont du nombre de deux, du nombre de ces multiples sont compolės[m]; que trois, & du nombre de quatre, donc cette proprieté ne se borne pas au def- il est composé. Il passe chez quelsous de cent, & qu'elle s'étend à touts ques-uns [o] pour le plus parfait de Jes multiples de neuf possibles. Bien touts, & ses partisans souciennent plus qu'en renversant l'ordre des figu-, que l'excellence de ce nombre est la res, dont le chiffre est composé, en raison, pour laquelle on recommence forte que vous falliez d'autres nom- après lui à compter par l'unité. bres, pourvu que ce soient toujours Le nombre de quarante est regarles mêmes figures, vous trouverez dé [p] comme mystérieux, par sa aussi toujours ou neuf, ou des mul. relation avec les quarante ans que les tiples de neuf. Ec la différence de ces Ifraëlites pafférent dans le désert, avec chiffres ainsi renversés, sera toujours les quarante jours & quarante nuits pareillement ou neuf, ou des mul- de pluie continuelle pendant le délutiples de neuf. M. de Mairan [n] a ge universel, & avec les quarante découvert une autre propriété fingu- jours de jeûne de Notre Seigneur. liére du nombre de neuf, sçavoir que L'empereur Julien [9] envoïant G l'on change l'ordre des chiffres qui cent figues à Sérapion, fait l'éloge expriment un nombre quelconque, du nombre Centénaire, lequel étant par exemple, de ceux qui expriment composé de dix dizaines, contient vingt-un, ce qui fera douze; de ceux toute sorte de perfections: ce qu'il qui expriment cinquante - deux, ce prouve par le bouclier de Jupiter, qui fera vingt-cinq; il se trouve tou. fait de cent cuirs , suivant Homére;

par

[I] Au dernier jour de cette neuvaine, nombre de nerf se trouvent dans l'hift.de l'acad. on faisoit le sacrifice appellé novendiale. des scienc. ann.1326. p. 36,

[m]On en peut voir les exemples de la répa- [0] Porphyr. in Pythag. bliq. des lettr. Septemb. 1685. art. 2. p. 944. [P] Leonard. Vaire, de fascino, lib.c. 2. 11.

In] Les exemples de cette propriété du [9] Julian. epiff. 24.

00.0 0-0 0-0 00-00-00-00-0

0 0-0 0-0 0-0 0-0 0-0

par les cent mains de Briarée , par les serve ensuite de joindre les points ou cent têtes de Typhée, par les cent villes petits cercles de deux en deux alternatide Créte, par les cent portes de Thébes, vement par un trait , en allant toujours & autres centaines , qui font un assez de droite à gauche, jusqu'à ce qu'il relplaisane rapport , avec un présent de te à la fin de la ligne un ou deux cercles cent figues

délunis, en cette maniére. C'est sur les fondements imaginaires

000-00-0 0-0 0-0 des vertus numériques, qu'elt bâtie la science de la cr ]géomantie , l'une des divinations les plus célébres, & qui par son impertinence mérite l'explication la plus claire: car les sciences occultes ne Quand les seize rangées sont préparées, conservent quelque crédit parmi les per- commecelle qui sert ici d'exemple, il sonnes simples, que parce qu'elles de- faut prendre les deux petits cercles, ou meurent dans l'obscurité, les uns se gar- le cercle unique, qui restent à la fin de dant bien de les faire connoître afin d'en la premiére quadrillc, & en composer abuser, & les autres les méprisant trop une figure , qui dans cet exemple sera pour les mettre au jour(s): ce qui fait que peu d'auteurs en ont traité.

La géomantie se sert de points ou de petits cercles tracés au grand air, sur la terre, ou en quelque lieu , & sur quelque matiére que ce soit.

On compose pareillement trois autres Le géomantien(t) méne de la droite figures des trois autres quadrilles ; & à la gauche, suivant le sens de l'écricu- ces quatre prémiéres figures s'appelre Hébraïque , quatre lignes composées lent les quatre méres. Les quatre méde ces petits cercles en nombre forcuit. res produisent les quatre filles, en pré

nant les cercles collatéraux des quatro méres de droite à gauche, comme dans la figure ci jointe. **

Pour avoir douze figures qui répon

dent aux douze maisons du soleil, lc A ces quatre prémiéres lignes, il ajou. geomancien avec les huit prémiéres en te trois autres rangées semblables de compose quatre autres qu'il appelle [v] quatre lignes chacune, comme la pré. les petites filles . Pour cet effet il acmiére rangée , ce qui fait en tout seize colle la prémiére & la seconde figure, lignes de points ou de petits cercles.Il ob. & en compose la neuviéme en prenant Tom. I.

Ааа [r] L'étymologie de géomantie est tirée de bles dailleurs, sur lesquelles ces impostures añ, terra, og de partis , vates , parce que faisoiene quelqueimpresion, faute d'étre exses points étoient tracés fur la terre par les pré- pliquées or connuës. Il suffit de les mettre au miers Géomantiens.

jour pour en faire sentir l'absurdité. C'est [s] Nobis in arcto, & inglorius labor. dans ce dessein que j'ai entrepris d'exposer Tac. annal. 1.4.

clairement la bizarrerie de l'esprit humain an [r] Petr. Apon, de geomant, c.1. Raguf. sujet des vains préceptes des sciences oculde divinar l.2. epift.3.

les doo des exemples fabuleux qui les cor[ u ] J'ai des persones rrès raisonna- cernent :

[ocr errors]

оо

OOO

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

1

un seul cercle si le nombre collateral est impair , & prenant deux cercles

Et la figure au rouge. fi le nombre collatéral est pair. De la troisiéme & de la quatriéme figure , il compose tout de même la dixiéme ; de la cinquième & de la On connoît aussi le sexe & l'âge par fixiéme , il compofe l'onziéme ; & ces figures. de la leptiéme & huitiéme, il compose la douziéme.

La figure

signifie une Pour parvenir à un jugement dans jeune fille. toutes les formes , il ajoute encore quatre figures , sçavoir : deux té. moins, un arbitre & unsur-arbitre, ce qui fait en tout feize figures . De la neuviéme & de la dixiem.c , Et la figure

marque un il compose la treiziéme de la même petit garçon. façon que nous venons d'expliquer ; de l'onziéme & de la douziéme, il compose la quatorzićme; de la treiziéme Les Géomantiens forment donc & de la quatorziéme , il tire la quin- leurs jugements de la fignification ziéme ; & la sciziéme cft extraite de combinée des figures

combinée des figures , & aidée du la prémiére & de la quinziéme. rapport aux planétes , & de la va

il y a seize différentes figures qui leur numéraire des lettres qui compeuvent résulter de la différente com- posent le nom propre. Ils attendent, binaison des petits cercles, & qui ont disent-ils , un grand secours de l'inchacune une signification propre , fluence des planétes sur leur opéra& un rapport aux planétes & aux fi. tion. Le ridicule de cette divination gnes. Par exemple.

est aisé à appercevoir.

La main qui trace les points au

hazard est-elle conduite par les in. La figure

se rapporte · au soleil,& signifie o

fluences ? Pourquoi ce nombre de une grande

seize lignes & de seize figures, sans fortune.

en admettre ni plus ni moins ? Sur

quoi font fondées les proprietés des La figure

fe rapporte au figures , & leur rapport aux planébélier,& signifie o o acquisition. tes, aux constellations, ou aux lignes

du Zodiaque ? Les Géomantiens atcri.

buent souvent à leurs figures des Quelques figures se rapportent aux qualités opposées à celles que les couleurs, par exemple:

astrologues donnent aux signes rela-
tifs à ces figures , & on les trouve

perpétuellement en contradiction les La figure

au blanc, uns avec les autres ou avec eux

mêmes

C'est de cette belle science qu'ont parlé serieusement Pierre d'Apon, sur

[ocr errors]

o

[ocr errors]
« PreviousContinue »