Page images
PDF
EPUB

- l'offre qu'Antinous lui fit de sa vie . Lorsque Rome fut asiégée la préAdrien fit passer cette mort (e) pour miére fois par Alaric en l'année 408.des

comme si Antinous se enchanteurs Toscans convinrent avec fût noié dans le Nil. Spartien [f]lans Pompeïanus préfet de Rome, que par chercher tant de mystére dans la mort les secrets des Aruspices ils mettroient d'Antinous, croit qu'il mourut de dé- les Gothsen fuite. Si l'on en croit Zobauche.

syme, non seulement le préfet & les sé. Héliogabale choifissoit [g] pour ses nateurs Romains permirent ces enchartsacrifices magiques les enfants les plus tements, mais le pape Innocent I. y conenobles & les plus beaux, & qui avoient fentit ; & fi les enchantements ne furent

pére & mére, afin d'augmenter les re- pas achevés, ce fut parce que les Tof. grets & la douleur de leur perte. cans voulurent faire renouveller lesan

Hérodote [ h] rapporte qu'Amafis ciens sacrifices, qu'on faisoit autrefois roi d'Egypte ne put consommer son au Capitole & à la porte de la ville; & mariage avec sa femme Laodice , juf- que le peuple Romain n'y voulant pas qu'à ce qu'on eût pratiqué des expia- tallister', aima mieux se délivrer d'Ations. Saint Thomas[i] ne doute point laric, en lui donnant de grosses fomqu'il n'y ait des sortiléges pour nouer mes. Zosyme se trompe sans doute au l'éguillette.

sujet du consentement du pape InnoPlutarque [k] a remarqué dans la vie cent; & après les observations de Baro. de Périclés , que ce grand homme nius, Godefroi [m] prouve que ce saint montra un jour à un de ses amis qui "pape au contraire, le joignant à la dél'étoit venu voir , un préservatif que putation du sénat de Rome vers l'em. des femmes lui avoient pendu au col; pereur qui étoit à Ravenne', exposa soit qu'il le portât par complaisance, à Honorius l'abus des pratiques superfou par foiblesse.' 's wris

cicieuses , & fut le principal auteur de Il étoit défendu [?]parmi les anciens “cette loi [n], que l'empereur donna Romains, de tenir les jambes croisées le 25. Janvier 409.ipar laquelle il ban- lorsqu'on affistoit à un conseil, à un nit de Rome & de coutes les villes les facrifice , ou à des couches. Et dans Mathematiciens,qui ne feroient pas proJa plậpart des pais d'Italie les fem. session de la foi Catholique , & qui ne 3.mes n'avoient pas la permission de filer -bruleroient pas leurs écrits erronés en en chemin , de peur qu'en tournant présence des évêques leurs fuseaux, elles ne fillent tort aux Onlie dans Grégoire de Tours que fruits.

Sigebert roi des François fut vaincu [1] Tillemont, hift. des emper dans la vie rum concrematis,Catholicæ religionis cul. d'Adrien , chap 11.

tui fidem tradere, numquam ad errorem [f] Spartian.in Adrian.

præteritum redituri, non folùm urbe Ro[8] Lamprid, in Heliogab.

mâ, sed etiàm omnibus civitatibus pelli [5] Hérodor Euterp.

decernimus : quod fi hoc non fecerint, [i] S. Thom, in fcript. 4. Sentent, diftin&t. & contra clementiæ noftræ falubre con

ftitutum in civitatibus fuerint depre. [k] ANENIETEIATTOV ÚTTO 7 Tur arxWTW henfi , vel secreta erroris sui & profel7paxtaw Tspon: 7mLívov . Plutarchin Perich fionis infinuaverint , deportationis pæ[l] Plin. lib: 28.c, 2. do 6.

nam excipiant, datum 8.Kalend. Februar. [m] Gothofr. in Cod. Theod. 1. 3. Ravennæ Honorio VIII. & Theod. III. [n] Mathematicos nisi parati sint codi- AA. Coff. In God. Theodos, tit, 16, de malefic. cibus erroris proprii sub oculis episcopo. mathemar. leg. 12,

92.

14.

[ocr errors]

par les illusions magiques [o] des Huns, lins esprits peuvent être enfermés dans
qui taillérent son armée en piéces, & des anneaux.
l'ažant investi l'obligérent à demander la Les habitants d'Hamelen sur le
paix.

Weser, dans la basse Saxe, étant fort Les anciens romanciers rapportent incommodés des rats , en 1284. il se que Charlemagne devint amoureux présenta un étranger , qui fit marché d'une femme , jusqu'à oublier le soin avec eux pour les en délivrer. Il tira de toute affaire , & même de sa pro- de sa gibeciére une flute, dont le for pre personne. Cette femme écant more entraîna touts les rats qui le suivirent çe peu après, l'empereur eut la mê. & étant entré dans le weser , il les 110me palfion pour son cadayre', & ne! ya touts. Les habitants firent difficulpouvoit le quitter.

L'archevêque Tur- té de le païer comptant, & se mocquépin, épiant l'occasion que Charlema- rent de ses menaces, mais ils s'en repengne étoit obligé par quelque besoin de tirent bientôt. Le magicien revint cous'éloigner de ce corps , le vifica exacte-, vert d'un chapeau de couleur pourpre ; ment , & trouva enfin dans la bou- & jouant d'une autre flute, tours les, che au-dessous de la langue , un an- enfants depuis quatre ans jusqu'à douze neau qu'il lui ôta . Le monarque re- le suivirent, sans qu'il fûc possibile de: tournant sur ses premiéres brisées , fut les retenir. Il les emmena dans une cafort étonné de se trouver auprès d'une verne qui est au bas d'une montagne carcasse li puante , & ordonna qu'on nommée Koppen, & l'on n'en eut aul'enterrât promptement. Mais en é- cune nouvelle depuis. Cette histoire, change de cette folie , il tourna tou. quia été racontée par wierus, par Erites ses pensées vers l'archevêque por chius,& par d'autres auteurs , fut pein. teur de l'anneau, le suivant par tout. te en 1871. sur une vitre de l'église Ce que le sage prélat aïant remarqué, d'Hamelen. Sur une porte de cette vil& craignant que cet anneau ne tom. le appellée la porte neuve, on a écrit un bât au pouvoir de quelque autre, il dystique [ 9 ] dont le sens est , que cetle jetta dans un lac prochain. Alors te porte fut bâcie , deux cents soixante Charlemagne se trouva li épris de & douze ans,après l'enlévement de 130, l'amour du lieu, qu'il ne quitta plus enfants de la ville, par un magicien ce séjour , & qu'il y fic bâtir un pa- Un troisiéme monument de cette histoilais & un monastere , l'un pour y

l'un pour y re a été gravé en vers dans un couvent achever ses jours , & voulant être de saint Boniface ; & il a été marqué enterré dans l'autre j. ordonnant de dans ses vers , que les I 30. enfants fuplus par son testament, que touts rent perdus, le jour de saint Jean & de les empereurs ses successeurs fussent saint Paul. prémiérement sacrés (p) en ce lieu. On voit par un petit traité que Cette histoire est un des meilleurs faint Agobard évêque de Lyon comcieres, sur lesquels se fonde l'opinion posa l'an 833. que c'étoit une opinion, de ceux qui soutiennent que les ma- commune en ces temps-là, que cer-.

Xx

[ocr errors]

2

[o] Gregor. Turon, l. 4.6. 20.
[P] A Aix.l.z-Chapelle.
191 Centum ter denos cum magus ab

urbe puellos
Duxerat ante annos CCLXXII, condie

ta porta fuik.

tains enchanteurs avoient le pouvoir Les Lappons vendent les vents aux
d'exciter la foudre , la grêle, & la tem- pilotes [ a lleur donnant des cuirs noués
pête , pour gater & détruire les biens de de trois nauds, dont ils disent que le dé-
la terre, & qu'ils les vendoient enfuice nouement donne aux vents la liberté de
à certains habitants des nuës, quiame- se répandre sur les flots.
noient touts les ans par les airs des na- Il s'étoit répandu dans l'Amérique
vires , pour charger ces provisions: que une prédiâion des idoles que sous le
cet évêque cut beaucoup de peine un régne de Montezuma des étrangers fe
jour à délivrer quelques personnes, que roient la conquete du Mexique.
le peuple traînoit au supplice, comme Sennerc a décrit les charactéres
étant tombées de ces navires.

les paroles , ou les images , dont la Dans les capitulaires de Charlema. vertu est de rendre invulnérables. Il gne[r] de l'année 805. il est parlé des croit que cet art tire son origine de sorciers , qui excitoient des tempêtes. l'armée qui s'étant affemblée à Pallau

Onlisoit dans Timée [s], qu'Empé- en 1611. fic une irruption en Bohé docle avoit eu le pouvoir d'appaiser les me, & s'empara de la ville de Pravents [t] Etésiens , & de les[ ] renfer- gue ; & que c'est de là qu'on l'apmer dans des outres de peaux d'ânes. pelle l'art de Passau . Il est indetermi.

" Il y avoit à Corinthe une race d’homa né fi un bruit si général a quelque mes, qui se vantoit de commander aux fondement réel. Cet auteur ajoute que vents[x], & d'avoir fur eux l'autori. quelques-uns rapportent la vertu de té de calmer, ou d'exciter leur violen- ces préservatifs aux influences des ce. Dans Hérodote [y], les chefs des astres: que pour lui il ne sçait fi la Perses appaisent une tempête par le fe- cause de cet effec est naturelle ou cours des magiciens.

magique. Sennert eût été moins emEric roi de Suéde furnommé Cha- barrassé, s'il eût pris le parti de rejetpeau-venteux, faifoit accroire que les ter entiérement une opinion aussi vents [z] soufloient de touts les côtés, absurde. On trouve assez de gens qui vers lesquels il tournoit son chapeau. font des contes de ces fortes de feEt l'histoire de Danemarc porte que crets, on en trouve aussi qui fe van. Haquin roi de Norvége, étant prêt de tent de les avoir eux-mêmes ; mais il livrer bataille aux Danois, fit tomber ne fe préfente personne qui veuille enfur leur armée une grêle terrible, qui faire une épreuve férieuse. keur fouettant les yeux & les aveuglant Æneas Sylvius Picolomini , qui a devenit un genre de combat plus diffi- été pape fous le nom de Pie Il. a cile à soutenir , que les efforts des ar. écric, dans son histoire de Bohéme mes de leurs ennemis.

qu'une femme prédit à un soldat de

[r] De incantatoribus dos tempeftariis ,ca- mer αλεξανεμος quafi ventoramaverruncus capitular.reg.Francor.Baluz.1.1.p 438.

[x] On appelloit ces Corinthiens enero [s] Timap.Ding, Laërt,in Emped. Suid, in xoTTou, ventorum dontinatores, Haer. Ale voce di .

ner.queft.lib.2.c.18. [+] Les vent's Eréfiens étoient ceux quire- [y] Herodor.liv.7. venoient réguliérement dans certaines Saisons [2] Olaüs Magnus ap. Leonard, Vair. de de l'année.

fascino , lib. 2.6.14. [x] Ce pouvoir d'Empédocle le fir surnom- [n] Huet, Alner.queft.lib.2.6.18.

1

[ocr errors]
[ocr errors]

l'armée d'Uratillas , que l'armée de ce rigni ,on produisit un magicien , qu'on
prince seroit taillée en pieces par le duc avoit furpris, disoit-on, faisant des ima-
de Bohéme, que fi le foldar vouloit évi- ges de cire , qui représentoient le roi
ter la destinée générale , il faloit qu'il Louis Hutin , & Charles de Valois
tuât la prémiére personne qu'il rencon- afin de les faire mourir , en piquant
treroit en son chemin, qu'il lui coupâc ou faisant fondre leurs images.
les oreilles, & les mît dans la poche ; On trouva chez la Mole une image
& que de l'épée dont il auroit commis de cire que Côme Ruggier , Florentin
co meurtre, il traçat dans la terre unc & grand charlatan, lui avoit accom-
croix entre les jambes de son cheval , modée pour charmer une demoiselle
qu'il la baisât, & que montant sur ce dont la Mole étoit amoureux . La reine
cheval il prît la fuite. Le jeune hom. ne Catherine de Médicis cd ) vouloit
me éxécaca ce qui lui avoit été prescrit

. qu'on crûc que cette image avoit été
La bataille se donna, Uratislas fut tué, faite pout charmer le foi . La Mole le
le jeune soldat se fauva; mais en arri- nia toujours fortement.
vant dans la maison , il trouva que On avoit rapporté au roi , dit de
c'étoit sa femme, qu'il avoit percée de Thou [e] , que Côme Ruggier, qui
son épée , & à qui il avoit coupé les écoit alors dans l'écat ecclésiastique, at-
oreilles.

tentoit à la vie par des arts diaboliques:
Le comte de Savoye acconpagnant qu'il avoit une chambre où il se retiroic .
le duc d'Anjou [b ] au voïage de Na- fecretcement dans la citadelle de Nan-
ples, fic trancher la tête à un magicientes, & qu'aux heures qu'il s'y enfermoit
qui offroit de rendre les François maî- sous précexte de peindre , il perçoit
tres du château de l'Oeuf par ses en- d'une éguille une image de cire qui re-
chantements.

présentoit le roi, après l'avoir chargée
Il n'y a guéres de grands ouvrages de malédictions & d'enchantements
d'architecture , qui n'aient pallé dans horribles , & qu'il espéroit faire ainsi
l'opinion du peuple,pour avoir été ache- mourir le roi de langueur.
vés en un instant par les démons. C'étoit On lit dans le même auleur que Louis
le bruit qui couroit autrefois en Proven. Farnése, averti par le pape Paul III. son
ce, sur la construction du pont d'Avi. pére d'une conjuration , découvritau
gnon. Baronius [c] en a fait un vérita. moien de la magie les noms des conju-
ble miracle , qu'il attribuë à un petit rés [f] ; il ne put cependant le ga-.
berger de douze ans, nommé Benezet, rantir de leurs embuches , ni sauver
& il l'appuie sur une bulle du pape In. la vie.
nocene IV.

Bayle [ g I parle

comme d'une Dans le procès d'Enguerrand de Ma- histoire forc fulpeéte, de la médaille fuljeđe de

[ocr errors]

26. Histoire

Xx

la médailla

3

[b] Froillard vol.2.ch.89.

buiffe, in quâ cercam imaginem quæ re-
[c] Baron. annal. ad ann. 1177. in fine, gis 1peciem referebat, diris epodis excan-
[d] Mézerai, abregé chronol, ann.1574. tatam quocidie acu figebat, eâque re fore

[e] Cosmus Rugierius tunc facris ad- spem fecerat, ut rex mox mortifero lan-
dictus ad regem delatus fuerat, quafi ipsius guore abfumeretur.Thuan.lib.6.de virá fuảo
vitæ deteftandis magiæ artibus perniciem [f] Thuan, hift, lib.4.
molitus eflet. Nam in arce Nannetenfi , [8] Bayle rép, aux queftions d'un Provin.
Icecie pingendi , cellana peculiarem ha. cial, ch. 54.

Cis.

de Catheri- de Catherine de Médicis , confiée par ment fit connaître la malignité de cette ne de Médi.

cette reine à De Melmes , où elle étoit te prédiction équivoque. Le roi Phi.
représentée avec les trois fils qui lui refa lippe Auguste fut à la vérité renversé
toient, le roi Charles IX. & les ducs de cheval pendant la bataille, mais en
d'Anjou & d'Alençon ;. & on lisoit cet- étant sorti victorieux , il n'eut pas bee
te divise: Soit pourvu que je régne. La soin de sépulcure. Le comte de Flan-
reine avoit très expressément défendu à dres fut reçu par les Parisiens en grande
De Mesmes, d'ouvrir la boëte où étoit pompe, comme prisonnier.
cette médaille. Et ce ne fut que long- Les forts d'Antium [/]avertirent Ca-
temps après la mort de Catherine , que ligula de fe défier de Cayns . Le tyran
les héritiers de De Mesmes l'aïant ouver. fit mourir Cassius Longinus, proconsut
te, virent ce qui y étoit contenu. Bayle d'Asie, qui étoit son beaufrére, & n'eut
rapporte toutes les raisons qui donnent aucune défiance de Carlius Chæreas,
lieu de croire , que c'est une calom- qui l'assassina. Marcinus Polonus , &
nie inventée par les ennemis de cet Platine ont [m]rapporté, que le dia-
te reine.

ble aïant prédit au pape Sylvestre II. On lie dans le P. Delrio, que le qu'il ne nourroit point qu'il n'eût été à sorcier Trois-Echelles détachoit par Jerusalem , ce pape reconnut l'équises enchantements en présence de voque de cette prediction , lorsque , Charles IX. les chaînons d'un collier sans y songer , il eut célébré la messe. de l'ordre porté par quelque chevalier dans l'église de sainte Croix de Jérusade l'ordre du roi, qui étoit fort éloi. lem , qui est à Rome. Il ordonna que gné de lui[b]; qu'il les faisoit venir son corps seroit rompu en piéces, & mis dans la main , & les renvoioit à leur sur un chariot que des chevaux craîneplace, sans que le collier fûc endom- roient à l'avanture, afin d'être enterré. magé.

au lieu où ils s'arrêteroient. Ce chariot Un des principaux magiciens [i] sous s'arrêta à la basilique de saint Jean de Charles IX,, déclara qu'il y en avoic Latran , Dieu ažant voulu faire concrente mille dans Paris. Oneft mainte- noître qu'il lui avoit fait misericorde, à

nant fort désabusé de ces impostures, cause de la sincérité de sa pénitence. On Les démons

L'esprit de mensonge ne connoît pas ajoute à cette histoire que le bruit de ses trompent l'avenir. Il trompe le plus qu'il peut , os dans ce tombeau , & la sueur où l'hueuroteles ceux qui le consultent, en leur rendant midité qui y surviennent , avertissent

des réponses ambiguës. Les démons con- de la mort des papes.
Sultés sur la bataille de Bouvine, répon- Cambyse [n] , à qui il avoit été
dirent [k]que le roi seroit renversé par prédit qu'il mourroit à Ecbacane
terre , foulé aux piés des chevaux,qu'il évita inutilement cette capitale de la
demeureroit sans fepulcure , & que le Médie, il mourut à Ecbatane de Sy-
comte de Flandres seroit reçu par les rie, après s'être percé la cuisse par un
Parisiens en grande pompe . L'événe- accident . Henri IV. roi d'Angleterre

27.

[b] Delrius., disquisit, magicar, l.1.6.4..
$ 1.

[i] Journal, d'Henri III.
[k] Rigordus, de gestis Philippi.
[1] Suet. in Calig.c.57

[m] Mirtir. Polon. chronol. Romaner.pon. rifir. ess Platin. de vitis Romancr. pontific. in. Sylveft. II,

[n] Prideaux hist. des Juifs, part1. livi, 3.4.3.13:

« PreviousContinue »