Page images
PDF
EPUB

[p] remplissoient douze cents soixante nent vingt livres & soixante mille peaux de boeufs. Jamblique a compté vers. jusqu'à trente - six mille cinq cents Suidas témoigne que Callimaque & vinge-cinq livres composés par Mer. Aristarque avoient composé chacun cure Trismégifte. Ils pouvoient être plus de huit cents volumes [z]. Zénon semplis de figures hiéroglyphiques à la le Stoïcien avoit composé sept centsmaniére des Egyptiens [ 9 ],& il eft à cinq traités ou opuscules differents, préfumer que ces characteres occu. Epicure , selon Diogéne de Laërce [a], poient beaucoup d'espace. Quelques étoit celui des philosophes qui avoit le sçavants ont réduit ce grand nombre plusécrit; mais Diogene de Laërcedit de livres à autant de versers. On ap- ailleurs [b], que Xénophane avoit écric pelloic vers, les lignes des auteurs en plus que Zénon, Démocrite plus que prose, aussi bien que des poëtes. Pline Xénophane , Ariftote plus que Démo. [r] a dit que les ouvrages de Zoroastre crice, Epicure plus qu'Aristote, mais contenoient deux millions de vers . que Chryfippe avoit plus écrit qu'auCeux d'Ariftote, suivant Diogéne de cun. A la vérité il observe [ C ]que fi Laërce [s], contenoient quatre cents l'on eûcôté des ouvrages de Chryfippe , cinquante deux mille soixante vers. ce qui n'étoit pas de lui, il n'y seroit Ona mesuré les ouvrages de Ciceron rien resté. [t), d'Origene, de Lactance & d'au. Le grand cravail de l'Hexaple d'Ori. tres, par le nombre de vers, c'est à géne lui fit donner le surnom d'auceur dire, de lignes qu'ils contenoient [u]. de Diamant [d]. S. Jerôme [e] dic que Cornelius Nepos [x] dit qu'il a renfer. la vie est trop courte, pour lire autant mé dans un seul volume les vies des qu'Origéne avoit écrit ou di&té à difféplus illustres capitaines, que différents rents copistes.Didyme, surnommé Calauteurs avant lui avoient écrites en centhére ou aux entrailles de cuivre[f], plufieurs milliers de vers. Diogene de avoit composé jusqu'à quatre mille voLaërce [y] fait monter les ouvrages lumes. S. Augustin [8] s'éconne que de Théophrafte à deux cents crente Varron aïant tant lû, ait pû tant écrimille huit cents vers , & il rapportere. S. Isidore [b ] dit que S.Augustin a que Chryfippe écrivoit jusqu'à cinq composé tant d'ouvrages, qu'il seroit cents vers par jour. Joseph à la fin de impossible à un homme qui cravailleses antiquités observe qu'elles contien

C: 3

[ocr errors]

[p]Bayle,républ. des lett Juin r684.8.384. [x] Cornel. Nep, in Epamin, [9].. Volụcresque, feræque,

[y] Diog. Laërt, in Theophr, die in Sculptaque lervabant magicas ani- Chryfipp:

malia linguas. Lucan. [z] Ces volumes étoient des cayers os (y) Plin, lib. 30. č. 1.

des rouleaux , d'où est venu le mot de vo. [s] Diog Laërr. in Ariftos.

lumes à Volvendo. [6]Prideaux hift.des Juifs,7.2.part. 1. liv.s. (a) Diog. Laeri. in Epic.

(Versus vient de verto qui signifie [6] Diog Laërr. in proæm. fourner , parce que l'écrivain do le lec- [s] Diog Ląërt, in Zen, Cirr, kur an-bour de la ligne, retournent au [d] Adamantius. commencement de la suivante. Menag. 06. [e]' S. Hieronym. epist. ad Pammach. fervat, in Diog. Laërt. 1, 2, lib. 4. Segm. 6 Sen. spijt. 88. 24. La cisarion d'un verser le rend cncore [g] S. Aug. de civit. Dei, lib. 6. to. Zje par le mot larin verfus,

[h] s. Ifidor, erigilib, 6, 66, 7.06.

[ocr errors]

soit puit & jour, non seulement de Schot a dit que si l'on vouloit compter transcrire, mais même de lire tout les feuillets par les jours de la vie, on ce qui a été écrit par S.Auguftine trouveroic qu'il n'y auroit pas un jour à

Pline le jeune est surpris [c] lui-mês compter depuis le jour de la naissance, me en faisant le détail des ouvrages, de auquel il n'eût rempli plus de trois son oncle. Et il remarque en même feuillets, Alphonse Toftac peut encore temps que cet auteur qui avoit tant lû étre mis au rang des anciens, fes, ou & cantecrit, avoit porté les armes en vrages aïant précédé le renouvellement Allemagne, qu'il avoit plaidé beaucoup des lettres & l'invention de l'impri. de causes à Rome , qu'il avoit été merie, toute sa vie fort occupé des devoirs de Tiraqueau qui vivoic,il y a 200 ans, la vię civile, & du foin de faire la peut être comparé aux plus laborieux cour aux empereurs, & qu'il étoit des anciens. On fit sur luiune épitamort à 56. ans a

phe qui porte [0] qu'en ne bûvant Aristote a compré plus de 707. ouque de l'eau, il avoit laissé vingt envrages ou craités différents; fi l'on s'en fans & vingt volumes Du Verdier Vaue rapporte au dénombrement qu'en a privas dic que Daurat fit plus decinfait François Patritius[k], sans y coma quante milfe vers. Bayle [p] croit que prendre les ouvrages dont on doute Du Verdier nous en a donné à garder.Il qu'ils soient d'Aristote. Galien (avoit paroît beaucoup d'exagération dans ce fait plus de cinq cents craices sur la que Baillet_[q] rapporte que Lopé de médecine seule , & environ la moicié Végapoëte Espagnol a composé dix. autant sur les autres, sciences. Il a fait huic cents, comédies, & quatre cents lui-même deux livres, contenant l’énupiéces dramatiques ou actes facramenmération de ses ouvrages, & pour en cels

, qui se représentoient à l'air dans marquer le temps, le lieu & l'occa- les places publiques de Madric à la fête fion. Nous apprenons. de lui qu'une du 'S. Sacrement; un grand nombre partie de ses ouvrages périt de son vie d'autres ouvrages, & entr’autres: ua vant par un incendie qui confumale poëme de la conquête de Jérusalem . temple de la paix à Rome.

Quelques auteurs se pressent trop Les cuvres d'Albert le grand rema de mettre au jour leurs produ&tions.. plissent 21. volumes, in-folio [m], & Horace [r] conseille de garder un ou. celles de S. Thomas [n] dix-sept. Al. vrage pendant neufans. Quintilien (s] phonse Toftat évêque d'Avila mort en avertit les auteurs de se défier de la 145.4.a fait des commentaires fi éten. complaisance, qu'ils out pour leurs dus sur l'écriture sainte , qu'André nouvelles productions. Apuléc a raison

[ocr errors][ocr errors][merged small]

Plin. lib. z.. epift. s.

viginti liberos suscepit, viginti libros. [^]. Francisc. Putrit. in discuss: Peripa.. edidit. Si meram bibisset ,, totum orbem Der. f., 1. lib. 2.. Diogéne. de Laerce n's. implesfet. voit compré que 400. sraités composes par: [] Bayle , dift. not. N. fur Darrat. Aristote

[9] Baill: jugem. des sçav. P. S.P. 147. (l) Daniel le Clero, biff. de la médec.. [•] Nonumque prematur in 'annuma part.. 3. liv. 3. 6. 1.,

Hor. art. poër. [m] Edir. de Lyon de 165!..

[s] Ne nobis fcripta noftra ,, tamquam [n] Edit. de Rome.,

recentes fætus blandiantur. Quintili in [ol Hic jacet, qui aquam bibendofir, lib, 10. 6. 4:

[ocr errors]

de

Tents sons

62] de dire que l'exa&titude est in- le Trempé, le Trouble, le Brochet
compatible avec la vitesse de la com- le Bourbeux, le Cygne, &c. L'aca-
position. D'autres ne pouvant se con- démie de Génes a pris le nom des En-
tenter eux-mêmes, retouchent con- dormis ; celle d'Alexandrie des Immo-
tinuellement un ouvrage qu'ils ne biles; celle de Viterbe des Opiniâtres;
rendent pas meilleur. Pline le jeune celle de Sienne des Lourdauts ; celle
[n] voulant déterminer Suétone à de Ciccà di Castollo des Abfurdes;
publier son histoire, lui écrivit qu'il celle de Fabriano des Dés-unis; celle
l'avoit portée à un tel point de per. de Rossano des Sans-souci; celle de
fe&tion, que la lime, au lieu de la Naples des Furieux ; celle de Macerata
polir, ne pouvoit plus que l'affoiblir. des Enchaînés. Les académiciens de

La coûtume de changer de noma Toulouse ont pris le nom de Lanter.
Change régné [*] long-temps parmi les gens nistes, parce que leurs prémiéres af.

de lettres[y]! Le pape Paul II. défen- semblées furent secrétes, & qu'ils se içurants. dit ce déguisement de noms. Il fit rendoient à leurs conférences la nuit,

même emprisonner quelques sçavants sans faire porter de flambeaux, & aïant
qui avoient contrevenu à ses défenses, à la main des lanternes.
loit qu'il se défiât de quelque complot, La considération des sciences a fort
foit qu'il jugeât impic de quitter son

varié. Il y a eu des temps & des païs où dération des nom de baptême pour en prendre d'in- elles ont été fort honorées, & d'autres sciences i ventés à plaisir.

où elles sont tombées dans le mépris.

fort varić. Quelques académics ont pris plaisir La lampe de fer d'Epictete fut venduë Noins ba-à se donner des noms badins & cx- [z] trois mille drachmes, ou environ dins d'aca- craordinaires. Celle de Péroule s'est cinq cents écus de notre monnoie,

appellée l'académie des Insensés, cel Marguerite Stuart femmedu dauphin,
le de Pise l'académie des Extravagants: qui fut depuis Louis XI. trouvant
celle de Pesaro l'académie des Hétéro- Alain Chartier endormi, le baisa en
clices, l'académie de Florence fut ap- présence de plusieurs dames & sei-
pellée des Humides; & ses prémiers gneurs qui étoient à la suite, & leur
membres étoient surnommés le Gelé,

des

La confi.

[ocr errors]

[1] Nulla enim res poteft efle eadem kakia, Du nom de Gérard a été formés festinata limul & examinata: nec esse celui d'Erasme. Le chancelier de l'hôpirals

quidquam omnium quod habeat & lau- été travesti en Xenius. Les anciens tradem diligentiæ fimul & gratiam celeri- dulsant des noms étrangers, n'en chantatis. Apul. de Deo Socrar.

geoient que la terminaison. Ils conservoient [u] Perfectum opus absolutumque eft, par exemple Pyrrhus Epicurus, fans les Aec jam fplendescit limâ , fed atteritur, rendre par Rufus do Auxiliaror : quelques Plin. lib. s. epist. 11.

uns de nos auteurs ont rendu les noms pro[x] Huetiana. p. 3.

pres tres difficiles à entendre, en tradui. [y] Le Tourneur a été changé en Verso- sant ce qui sy trouve de significatif. De ris, Reuchlin qui signifie en Allemand fu- Thon appelle 'd'Entrague Interamnas, doo mée ( nom d'une famille illuftre de Fran- traduir le nom propre de ménage en Oecoce ) changen son nom en Capnio qui à la nomus. Toure son histoire est pleine de noms même fignification de fumée en grec. Il dona pareillement dépaisés, Hugo Candidus á na à un de ses disciples le nom grec de Guillelmus Parvus viennent du même abus. Mélanchthon qui signifie terre noire : ce

Ne feroit-il pas ridicule d'appeller Campan nom fut en grande réputation parmi les Cal nella Thomas Clochette? vinistes. Sammalicius prit le nom grec d'A- [2] Lucien comment il faut écrire l'histoire,

dit qu'elle avoit voulu faire cet hon- lébre par les ouvrages de philosophie neur à une bouche, qui avoit proféré. & d'histoire , que par la retraite des dix ! tant de belles paroles.

mille Grecs qu'il commandoit, Han On compte même parmi les auteurs nibal composa plusieurs livresen Grec, Auteurs un grand nombre de souverains , de & entr'autres l'hiftoire [e] de l'expésouverains, princes & de grands feigneurs : Le fe- dition de Cn. Manlius Vullo co Ade; dei grands cond Mercure ou Hermés Trismès qu'il dédia aux Rhodiens. Scipion l'As.

.
gifte [a] dont nous avons déja parlé, fricain & Lælius ont passé pour les aus
qui étoit roi de Thébes en Egypte & de teursdes.comédies mises sous le nom de
Memphis , avoit composé plusieurs Térence, Sylla a fait des mémoires qui
volumes qui contenoient des hymnes sont souvent cités par Plutarque...
en l'honneur des dieux, des précep- Jules César dans la plus tendre jeu.
tes pour

les rois & pour les prêtres,dos nelle composa l'éloge d'Hercule,& les traités d'astronomie, des explications tragédies d'oEdipe & d'Adraste, avec des charactéres hiéroglyphiques,ou let. plusieurs autres piéces de théatre,qui tres mystérieuses des

Egyptiens. Il avoit furent appellées Julies, & qu'Auguste écrit du culte des dieux & des facri- défendit de publier. Il fit un poëme fices, de l'ame des hommes, de la na-dont parle Suécone (f). Il excella pare ture des dieux, enfin de l'anatomie & mi les oratcurs , & plaida pour les Bide la médecine. Prolémée Philadelphe chyniens, pour la loi Plaucia , pour Deemploïa Manechon à traduire ces ou-cius le Samnite , pour Sextilius. A l'âge vrages en Grec , mais l'original & la de vingt-un ans, il accusa Dolabella, tradu&ion se font également perdus. N'étant encore que questeur, il fit les Neceplos[b] autre roi d'Egypte fort an. Oraisons funébres de la cance Julie & de cien a été auteur de plusieurs livres de Cornélic sa femme.Il composa les deux magie , d'astrologie & de médecine. Anci-Catons, des traités d'auspices & Denys tyran de Syracule [c] avoit une d'augures ,un recueil d'apophthegmes, extrême paffion pour composer des un traité d'astronomie,& deséshéméritragédios, & disputer le prix aux poë- des[g].Il fut auteur de deux livres de rem tes de son temps . Pyrrhus roi d'Epire marques sur la langue latiue. [b] ll de qui fût toûjours dans l'action , & dont nous reste de cours ses ouvrages quç Plucarque raconte des prodigesde va- fes commentaires.Pline[i],dit que Célar leur, å laissé [d] des traités de Pare furpassoit en vigueur d'esprit touts les de la guerre. On lit dans Arrien que autres hommes. Ptolémée Socer a écrit l'histoire d'Ale. Auguste [k ] à l'âge de douze ans xandre. Xenophon n'est pas moins cé

fic

[a] Le second Mercure , furnommé Trif- [c] Ding. Laërf, in Solon .. mégifte, vivoir du temps de Moyfe. Le prémier [d] Plutarg. compar, de Pyrrhus de Mercure peu aprés le déluge, Bossuer, hift. Marius. univerf. Mercure Trismégifte fur honoré an [e] Cornel. Nep in Hannib. prés sa mort, lous le nom ď Anubis, som [f] Ce poëme éroir intitulé Iter. Sust, in sous la figure d'un chien. Latrator Anu- Jul. c. 56. bis. Servius diz: capite canino pingitur, [8] Serv. in lib. 11, Æneid. quia nihil cane sagacius.

Ih] Traduct. des lerrr. de Các. à Are [b] Il eft parlé de Necepfos, roi d'Egy- ric. remarq. sur la 6. lett. du 12. liv. pre dans Pline ; bift. narar. liv. 7.C. 49. dom : [i] Plin. lib. 7. 6. 25. Hans une lettre d' Aufone baint Paulin.. [k] Vol. de historie, Latin,

Bit l'oraison funébre de son aïeule Ju- rabie qui contenoient plufieurs choses lie. Il écrivit des commentaires de la curicuses sur l'histoire naturelle de ces vie. Il a fait , selon Suidas[?] les tra- païs-là, & qu'il avoit dédiés à Casus gédies d'Ajax & d'Achille : mais Sué. César petit fils d’Auguste, des traités tone [ m) rapporte que cette tragédie de médecine & de grammaire. d'Ajax fuc seulement commencée; & Germanicus a compose des tragédics qu'Auguste n'en étant pas content, ré- Grecques [s]. L'empereur Claude [TE pondit à un de ses amis qui s'informoic écrit une histoire Romaine depuis la. de l'écat où étoit cette piéce, que fan mort de César, & des commentaires Ajax s'étoit jetté sur une éponge : fai: de sa vie, avec une défense de Cicéron fant entendre qu'il avoic effacé son ou. contre la critique d'Afinius Gallus.' vrage, par une allusion à la mort d'A. l ajouta à l'alphabet trois lettres qui jax qui se jetta sur son épée. Il com- furent en usage durant son régne & repola un traité sur Caton, des exhorta. tranchées après sa mort. Agrippine [us] cions à la philosophie, un poëme en mére de Néron a laissé des mémoires. vers hexamétres sur la Sicile; & quel. Zénobie reine de Palmyre [x] a comques épigrammes. Il ne reste de ces ou- posé un abregé de l'histoire d'Alexan-' vrages que quelques vers fort obscénes drie & de l'histoire de l'Orient. Trasur Fulvie femme de Marc-Antoine , jan [y] & Adrien ont écrit des comqui font rapportés par Martial. mentaires de leurs vies. L'empereur

Tibére a écrit des commentaires de Tite [z] avoit tant de disposition à sa vie [n], il a aulli composé [o] des composer des vers, qu'il en diétoit vers lyriques & des poèmes Grecs. Me. plusieurs sur le champ. Nous avons les cænas a fait une cragédie intitulée, réflexions de l'empereur Marc Auréle Octavie. Athénée [p] & Plutarque Antonin remplies d'une morale Stoio [9] parlent de Juba roi de Mauri- cienne. L'empereur Clodius Albinus tanje comme d'un prince très-lça- écrivit des Géorgiques dont parle Ju.. vant. Pline [r] dit que ses connois- les Capitolin. Lesouvrages de l'empez sances le rendirent plus célébre que

reur Julien sont trop connus pour en la couronne. Suidas lui attribuë plu- faire ici le détail. L'empereur Gratien sieurs ouvrages. Il avoit composé ecoit bon poëte. L'impératrice Eudo. des antiquités Romaines; des disser- cie femme du jeune Théodose a lailtations sur la peinture & sur les fé plusieurs poëmes dont on crouve peintres, des annales de Libye & d'A. le détail dans la bibliothéque [a] de Tom. I.

D (1) Suid. in voc. Aűyesos

(c) Suer. in Cland. c. 41. Voff. de biftoric (m) Suer, in Aug. Ajax in spongiam Latin, lib. 1.6.25. incubuit • Macrob. Saturnal.lib.2.c 4. (u) voll. de hijtoric. Latin.

(n) Swer. in Tib.c. 61. 6 in Dumit.c. 20. (x) Casaub. prafat. ad Polyb. Vol. de historic. Larin. lib. 1.6, 24.

Commentarios de luis aut alie (0) Suer. in Tib., 6. 70.

nis rebus compofuerunt Cornelius Syl. (0) Athénée, liv. 3.

la, Julius Cæsar, Auguftus, Claudius, (9) Plurarq. vie de Serrorius.

Trajanús, Adrianus, & plures alii. Ca() Plin. lib. s.c.1.

Saub. prefar, ad Polyb. Le Voyer, I, 2. difox (5) Germanicum Auguftum ab insti- cours de l'hift. tutis ftudiis deflexit cura terrarum , pa- (2) Suer, in Tit. 6.3. rumque düs visum est eum esse maximum [4] Phor, biblioth, Cod. 183. 184. poëtarum, Quintil, inftit, lib. 10. 6. 1.

« PreviousContinue »