Page images
PDF
EPUB

3 De Leu

plusieurs rencontres. Touts ceux qui Christ. Le tyran Néarque l'aïant fait étant guidés du même esprit , & sans appliquer à la question afin de le conêtre enciérement Pythagoriciens, ont craindre à découvrir les complices d'udonné la préférence à la philosophie ne conjuration, il nomma touis les amis de Pythagore , doivent être rangés & les serviteurs affidés du tyran, qui sous la sečte Eléate, fort semblable à furent conduits au supplice ; & enfin le la fecte Eclectique que nous explique peuple animé par la constance de Zérons bientôt

non lapida le tyran lui-même. Les deux principaux disciples de Xé Leucippe fut disciple de Zénon d'Enophane, Parménide & Zénon (qu'illée. Leucippe a été l'auteur du systéme. ne faut pas confondre avec Zénon de des atomes rendu célébre par Epicure. cippe. Cyccie chef des Stoïciens) étoient d'E. Quelle est l'origine des corpuscules [d] lée , ville des Lucaniensen Italie , & fic dic Lactance ? ils n'en ont point d'autre rent donner à cette secte le nom d'Eléa- que l'imagination déréglée de Leucipte. Suivant les uns Xénophane n'eut au. pe dont le disciple Démocrite a fait Epicun maître ; d'autres ont écrit qu'il fut cure héritier de la folie. Pollidonius disciple [c] d'Archélais: mais il faurapportoit l'invention des acomes [e] droit que ce fûc un Archelaus diffé. à Moschus Phénicien, qui vivoit avant rent du maître de Socrate , Xénopha- la guerre de Troïe. ne aïant été plus ancien que Socrata Démocrite étoit né à Milet la troisié. environ d'un fiecle,

me année de la soixante-dix-septiéme Xenophane foutint la pluralité des olympiade: il étoit donc plus âgé d'un Deb(momondes, réduisit les éléments au nom an que Socrate. Appollodore [f] ne bre de quatre, traita des météores, & place la naissance dc Démocrite, que donna une forme ronde à la divinité. Il sous la quatre-vingtiéme olympiade. fut poëte en même temps que philofo- Démocrice a été surnommé Abdériphe, & il composa un poëme de deux tain, parce qu'il passa la plus grande mille vers sur Colophon sa patrie. Para partie de sa vie à Abdére ville de Thra

ménide d'Elée, disciple de Xénopha- ce. Il étudia sous Leucippe, mais il ne 24, ne, a aussi été, suivant quelques aus s'en tint pas à ce maîcre , il alla chercher

teurs, disciple d’Anaximandre. Platon la sagerie & les connoissances les plus a intitulé son dialogue des idées du nom étenduës en Egypte , chez les Mages de Parménide, Zénon d'Elée autre dif- chez les Chaldeens, & jusques chez les ciple de Xenophane a passé pour l'in- Gymnosophistes des Indes & de l'Ethioventeur de la logique, Il étoit en répu- pie imitant les voïages de Pythagore, tation, sous la foisante & neuviéme pour la doctrine duquel , il témoigna olympiade vers l'an 504. avant Jésus- toujours beaucoup d'estime. Aulu. Gel

Y 2

crite

[] Ubi sunt aut unde ifta corpuscula? Λεύκιπ εσός ωρώτος ατόμεςαρχας υπιστήCur illa nemo præter unum Leucippum o&to.Diog. Laërt in Leucipp. fomniavit? à quo Democritus eruditus [o] Sexr, Empiric, adverf, mathematic hereditatem ftultitiæ reliquit Epicuro. Strab.lib. 16. Ladang, inftit, lib. 3.6.17

[f] Apollod. ap. Diog. Laërt, in Democra

le donne à Démocrite[g] le titre du s'occuper que de la philosophie. plus illustre des philosophes.

Il céda à ses fréres la part qui lui reveDémocrite eut une ardeur extrême noit[p]dans la succesion de leur pére, pour l'étude, il s'enfermoit dans les dont les richesses devoient être fort tombeaux, afin de mieux méditer. grandes , puisqu'il reçut chez lui Xer-Quelques jeunes gens étant venus dé- xés, lorsque ce Roi des Perses passa en guisés en spectres pour lui faire peur[b] Gréce. Valére Maxime ajoute même il leur dit, sans lever les yeux de dellus [9] que le pére de Démocrice régala son livre; Ne cesserez vous point de les troupes immenses de Xerxés, & que faire les fols? Le philosophe Laberius ses grandes richesses le mirent en état de rapporte que Démocrite s'aveugla par faire une li prodigeuse dépense sans s’inla réverbération d'un miroir ardent [i] commoder pour ne pas voir la prosperité des mé Quelques auteurs rapportent que Dé. chants : mais quelle apparence que Dé- mocrite vit Socrate à Athénes , mais mocrite qui rioit de toutes choses, ait qu'il ne voulut pas s'en faire connoiconçû un fi violent dépit de la prospé- tre. Les Abdéricains érigérent une starité des méchants? il n'elt pas plus vrai- cuë à Démocrite, à l'occasion de son lisemblable que pour se délivrer des dé vre inciculé le Diacosme, dans lequel firs & de l'inquiétude [k] que lui cau- il réduisit en un systéme, la description soit la vûë des femmes, ou afin d'écu- & l’arrangement de l'univers. Ils chandier [7] sans aucune distraction, il se gérent depuis de sentiments à fonégard; soit privé de l'usage de la vûë , qui lui & prennant les ris continuels [r) pour écoit si necessaire pour avancer ses une marque de démence, ils firent veprogrés dans la philosophie . Aufli nir Hippocrate de l'isle de Cos sa pace trait de l'histoire de Démocrite est trie, pour traiter Démocrite, Aprés craité de fable par Plutarque [m], quelques entretiens qu'Hippocrate cut & est regardé comme fort incertain avec ce philosophe, il déclara au peupar Cicéron [n] ; mais il parle pour ple d'Abdere , que non-seulement constant que Démocrite abandonna le Démocrite n'étoit pas insensé, mais soin de son patrimoine[0], pour ne qu'aucun homme n'étoit aussi capable

[g] Nobilifimus philofophorum Democritus. Aul. Gall. lib. 10.6.12.

[h] Lucien , dans le dial, infir, l'incrédule. [i] ...... malis bene

Esse ne videret civibus. [*] Tertull. apolog. 6. 46, [l] Aul. Gell. lib, 10.6.17. [m] Plutarch. de curiosit,

[n] Democritus dicitur oculis se privase; certe ut quam minime animus à cogitationibus abduceretur, patrimonium neglexit ,

, agros deseruit incultos, Cic. de finib, lib. s. [o] ... Denocriti pecus edit agellos,

Gultaque, dum peregre eft animus fine corpore velox. Hor.

[p] Ding. Laërt in Democr, Suidl, in voce

[merged small][ocr errors]

s,

. Liv. II. 173 que lai de guérir la folie des hom- souhaitoit de n'être pas privée de la cémes.

lébration de certaine fête par un deuil Démocrite s'étoit fi peu crevé les domestique , il prolongea sa vie de trois yeux, qu'Hippocrate,dans une lettre à jours, par l'odeur des pains chauds. Damagetus dit qu'étant appellé par les Diogéne de Laërce [t] ne lui donne que Abdéritains pour remédier à la folie de cent quatre ans de vie , & Diodore de Démocrite, il le trouva appliqué à la lec. Sicile ne lui en donne que quatre-vingtture & à l'anatomie ,qui sont deux oc- dix. L'empereur Marc Auréle Antonia cupations qui demandent l'usage de la a écrit que Démocrite mourut mange vớë. Ce fut aussi dans cette occasion des poulx. [s] que Démocrite aïant salué à titre On place ordinairement Héraclite à

D'Heracli. de fille une jeune personne qui accom- côté de Démocrite , à cause du conten pagnoit Hippocrate, il la salua le len- traste des pleurs de l'un & des ris de demain à titre de femme, connoisant l'autre, quoiqu'Héraclite soit de quelà ses yeux qu'elle étoit devenuë femme que temps plus ancien ,que Démocripendant la nuit : sagacité capable de te; car Heraclite vivoit sous la soixante rendre la philosophie odieuse à la moi- & neuviéme olympiade , environ cinq tié du genre humain, suivant la réflé- cents ans avant l'ère chrétienne. Il fut xion de l'auteur de la vie de Démo- surnommé le ténébreux[k], à cause de crite.

sa grande obscurité. Platon même ne Son genie avoit beaucoup de force & pouvoit entendre ses écrits, à l'excepd'étenduë , il réunit la morale, les tion cependant d'une partie de sa phymathématiques, la physique , l'astrono. sique, que Platon inséra dans ses oumie, en un mot l'enyclopédie des scien- vrages. Quelques auteurs font Héraces. Il établit pour premiers principes, . clite disciple de Xénophane , d'autres les atomes & le vuide , & pour souve. ont écrit qu'il n'eut point de maître, & rain bien la tranquilité de l'ame. qu'il devint philosophe, par de pro

Aristoxéne témoigne que Platon eut fondes & continuelles medications. Il dessein de supprimer les ouvrages de écoit né à Ephese. Il établit le feu pour Démocrite , pour se faire honneur des principe général de toutes choses , & il découvertes de ce grand philosophe annonça que le monde finiroit par un mais que ses amis l'en détournérent, lui embrasement. Les uns ont attribué à asant représenté, qu'il y en avoit des cette réfléxion la cause de ses larmes, exemplaires répandus en trop grand d'autres estiment qu'il gémilloit & nombre,

, pour qu'il pût venir à bouc pleuroit continuellement de la folie de son derlein. On lit dans l'échole de des hommes. Salerne que Démocrite , à l'âge de cent La philosophie lui inspira un tel dés neuf ans, finit les jours par une abfti. tachement des grandeurs , qu'il résignia nence volontaire de toute nourriture, à son frere la principauté d'Ephese. De& qu'en considération de la seur , qui rius fils d'Hystaspe roi de Perse recher

Y 3

[s] Puellam Hippocratis comitem Joann. Chry/ot. Magnenus in vitá Democriti virginem primo, sequenti vero die fæini. Suid.in voce Anjloxp. nam falutavit, quod nocturna defloratio [+] Diog. Laert.in Democr. nis veftigia in ejus oculis perciperet , [n] Lucien,dial des festes àl'encan.Clarks invila generis humani dimidio lagacirate. ob o bicuram linguam. Lucres,

6.

oras.

cha ron amitié. Heraclite étant attaqué de, trois cents quarante-deux ans de l'hydropisie, demanda aux méde. avant l'ére Chrétienne, dans un bourg cins s'ils pourroient bien changer la du territoire [b] d'Athénes. Sa famille pluïc en un temps sec & serain [*], écoit illustre parmi celles de l'Atcique. mais voïant qu'ils ne sçavoient que re- Il préféra la philosophie de Pythagore pondre à cette énigme, il ne voulut à celles de Platon & d'Aristote. Cicépas les consulter davantage, & de son ron[c] dit qu'Epicure arrosa ses jarordonnance, il se mit dans du fumier, dins des eaux puisées dans les sources pour faire transpirer ses humeurs. Ce de Démocrite, Cicéron[ d ) un peu reméde ne lui réiislit pas , & il moarut auparavant avoit blâmé l'ingratitude peu aprés, âgé de soixante ans, d'Epicure envers Démocrite. Ce fuc

Parmi les philosophes de la secte peu de cemps aprés la mort d'AléxanDe Protha

Eléace , on trouve un Protagoras d’Ab- dre, vers la fin de la vie d'Aristote, dére, qui aïant avancé que les connois qu'Epicure se fit chef de la secte, qui sances humaines étoient crop bornées, à porté son nom. Aucune lecte n'a eu pour sçavoir ce qu'on devoit penfer autant de vogue, & ne s'est solltenuë des dieux, fut chassé par les Athéniens avec autant d'éclat que l'Epicurienne. de leur ville, & les ouvrages furent C'est à cette grande répucation qu'on condamnés au feu. Il fut le chef de doit accibuer le déchaînement de toul'art des Sophistes, que Platon combat tes les sectes, pour lesquelles celle dans plusieurs de ses dialogues. d'Epicure a toujours été un objet d'a

version & de jalousie. Nous ne lisons ucpe vente een gereage2 pas les mêmes reproches contre Arif

tippe & les Cyrénaïques, qui les mériCHAPITRE DOUZIÉME.

coient bien davantage, que contre Epi

cure & ses sectateurs, parce que la Des Epicuriens. fecte Cyrénaïque n'a jamais eu une vo

gue fort étenduë, au lieu que l'Epi. SOMMAIRE. curienne a été la plus florissante de tou.

tes. Cette philosophie fut surtout celle I D'Epicure . 2. Louanges de ses des personnes les plus qualifiées de la

vertus. 3. Epicure a été le plus labo- Gréce & de Rome; & du temps de rieux des philosophes. 4. Dela phia Diogénc de Laërce, sous l'empereur lofophie Epicurienne

Sévére, la secte Epicurienne atcirantà

elle presque touts les disciples, les pro

, fesseurs des écholes abandonnées se D'Epicure née de la cene neuviéme Olympia- vengeoient en décriant les Epicuriens. .

[x] Diog. Laërt.in Heracl. Suid in voce Cùm genuere virum tali cum corde Ηρακλίτ.

repertum, [a] Sur ce que le nom d'Epicure signifie Omnia veridico qui quondàm ex ore secourablo en Grec, Erasme dit : Nemo magis profudit. Lucret.lib 6. in init, promeretur nomen Epicuri quàm Chrif [c] Democritus vir magnus imprimis,

cujus fontibus Epicurus hortulos suos, [b] Lucréce fait sér éloge d'Athénes à irrigavit. Cic. de nar. deor, lib. 1. qarse de la naissance d'Epicure :

[d] In Democritum ipsum , quem Et primäe dederunt folatia dulcia secutus eft , fuit ingratus, Cic. de nata

deor. lib, .

[ocr errors]

.

tus.

vitæ,

Epicure a été fort dédommagé par louent d'avoir témoigné beaucoup de
les louanges qu'il a reçûës . Il a joui de piété envers les dieux , au lieu que les
sa réputation de fon vivant; les plus plus célébres philosophes des autres
illuftres des Grecs recherchérent son sectes ont été accusés d'impióté, & que
amitié, & sa patrie lui érigea des fta- plusieurs ont été condamnés à mort ou
tuës. Ses disciples célébroient fa fête au bannissement pour ce crime. Cicé-
par des sacrifices, & portoient son ron au contraire le regarde comme
image gravée sur des anneaux, com- l'ennemi de la divinité, & il dit [k]
me une cause infallible de bonheur . que fi Epicure n'a pas renversé les tem-
Lucréce n'hésite point à décider que le ples & les autels, comme Xerxés, avec
génie d'Epicure [e ja autant surpaslé violence , il les a décruits, autant qu'il
& effacé les autres esprits, que le fo- a pu, par ses raisonnements . Suivant
leil
par

sa lumiére efface celle dos Tertullien [l], c'est annuller la divi-
étoiles.

nicé, que de nier la providence à la Saint Jérôme loue baucoup [f] la maniére des Epicuriens. de la vertu tempérance d'Epicure: Sénéque non Epicure a été le plus laborieux de d'E picure. obstant l'antipathie de la fe&te Stoicien- touts les philosophes, & celui qui a Epicuro.de ne, avouë [g] que les préceptes d'E- laisfé un plus grand nombre d'écrits

. fieux des picure étoient accompagnés de sainte- Chryfippe a voulu imiter la fécondité philofo

phes .
té & d'austérité, qu'il n'etoit pas de la plume d'Epicure , mais Carnés-
moins rigide sur sa volupté, que les de appelle Chryfippe un plagiaire, qui
Stoïciens sur leur vertu . Epicure avoit inséroit dans ses volumes des ouvra.
écrit sur la porte de son jardin [b]: ges entiers des autres auteurs , qui com-
Vous serez reçû ici avec de la bouillie posoit avec précipitation, & qui sem-
& de l'eau en abondance . Diogéne de bloit n'écrire que pour avoir la réputa-
Laërce en a parlé avantageusement,& tion d'avoir beaucoup écrit. Epicure
l'apologie que Gassendi [i], dans la fic un abregé de la philosophie égale-
vie d'Epicure , a publiée des maurs & ment utile , disoit-il, & à ceux qui ne
de la morale de ce philosophe , a en- pouvoient lire touts ses ouvrages,

&
riérement effacé toutes les anciennes à ceux qui les avoient lûs.
impressions défavorables au nom Epi Il ne nous reste de touts ses écrits,

Philosopic curien sur les moeurs de cette recte. que trois lettres insérées dans la vie , d'Epicure.

Diogene de Laërce & Jamblique le par Diogene de Laërce. La prémiére

3•

4.

[e] Qui genus humanum ingenio fupe- maxime & fobrium & continentem exti-
ravit, & omnes

tifle, ac fe&tam nullam philofophoruni
Restinxit ftellas exortus uti æthe- illius fe&tâ fuiffe fan&iorem Gafsend, de
reus fol. Lucret. lib. 3.

vitá Epicur.
[f] S. Hieronym. advers. Jovinian, I. 2. [k] Nec enim manibus , ut Xerxes,
[8] Sen de vita beat.c.13.

fed rationibus Deorum immortalium
[b] Te polentâ excipiet , & aquam templa & aras evertit.Cic.
large adminiftrabit. Tr. hiftor. del' abftin. [1] Epicurei otiosum & inexercitum,
par le p. D. Grég, Bertheler.

& , ut ita dixeriin, neminem D eum ad.
[:] Quod ad mores attinet, Epicurum mittunt. Tertull. ad nation. lib. 2.6. 2.

« PreviousContinue »