Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

ont en ement,

[ocr errors]

7. Si le

pour

lot

ne

rmeny s fer

Or que ce que nous appellons mal, ne le soit

pas

de soi ; ou au moins tel qu'il soit, qu'il depende de nous de lui donner autre saveur, & autre visage ( car tout revient à un ); voyons s'il se peut maintenir. S'il l'estre originel de ces choses

que nous craignons, avoit credit de ni tage se loger en nous de son authorité, il lo

gèroit pareil & femblable en tous : car les hommes font tous d'une espece : &

sauf le plus & le moins, fe trouvent gare ger:& nis de pareils outils & inftruinents pour force' concevoir & juger. Mais la diversité des

opinions, que nous avons de ces choseslà, montre clairement qu'elles n'entrent en nous que par composition: Tel à l'adventure les loge cheż foi en leur vrai eftre, mais mille auires leur donnent un estre nouveau & contraire chez eux.

Nous tenons la mort, la pauvreté & la douleur pour nos principales 3 parties, Or cette Mort que les uns appel

[ocr errors]
[ocr errors]

e ples lies,

mau.

s don

im de la

vien

Ź chili

nonlain

3. Ou ennemies, comme on a mis dans les dernieres edicions,

[ocr errors][ocr errors]

lent des choses horribles la plus horrible, qni ne sçait que d'autres la nomment l'unique port des tourmens de cette vie, le souverain bien de nature, seul

appui de nostre liberté, & commune & prompte recepte à tous maux ? Et comme les uns l'attendent tremblants & effrayez, d'autres la supportent plus aysement que la vie. Celui-là se plaint de fa facilité : a Mors utinam pavidos vitâ fubducere nolles,

Sed virtus ie fola darrt! Or laissons ces glorieux courages : Theodorus respondit à Lysimachus menaçant de le tuer: 4 Tu feras un grand coup, d'arriver à la force d'une cantharide ! La piuspart des Philosophes se trouvent avoir ou prevenu par deffein , ou hafté & fecouru leur mort. Combien voit-on de personnes populaires, conduictes à la mort, &.non à une mort simple, mais

[ocr errors]

a O mort, plût à Dieu que cu dédaignalles d'emaporter les láches , & que la valeur seule ec pùc donner :- Lucan. L. IV, vf. 580, 581.

4. Magnum verò, inquit, effecislisi cantharidis vin confecutus es ! Cic. Tujc. Quafi. L. V, cap. 40

[ocr errors]
[ocr errors]

mellée de honte , & quelquefois de griefs tourmens

y apporter une telle asseurance , qui par opiniaîtreté, qui par lmplesse naturelle , qu'on n'y apperçoit rien de changé de leur estat ordinaire : establissans leurs affaires domestiques , fe recommandans à leurs amis , chantans , preschans & entretenans le peuple : voire y mellans quelquefois des mots pour rire, & beuvans à leurs cognoiflans, aussi bien que Socrates ?

Un qu'on menoit au gibet , disoit que ce ne fust pas par telle ruë , car il y avoit danger qu'un Marchand lui fist mettre la main sur le collet, à cause * d'un vieux debte. Un autre disoit au bourreau qu'il ne le touchast pas à la gorge, de peur de le faire tressaillir de rire, tant il estoit chatouilleux : l'autre respondit à son Confesleur, qui lui promettoit qu'il souperoit ce jour - là avec nostre Seigneur,

[ocr errors]

* D'une vielle debte. Le mot dette n’eit plus masculin aujourd'hui, comme il l'écoit du temps de Montagne. Nicot le fait malculin , mais plus souvent féminin,

Allez-vous-y-en vous, car de ma part je
jeune. Un autre ayant demandé à boire
& le bourreau ayant beu le premier, dit
ne vouloir boire après lui, de peur de
prendre la verole. Chascun à ouy faire
le conte du Picard, auquel estant à l'ef-
chelle on presente une garse , & que
( comme nostre Justice permet quelque-
fois ) s'il la vouloit efpoufer, on lui fau-
veroit la vie ; lui ayant un peu contem-
plé, & apperceu qu'elle boittoit : Atra.
che, attache, dit-il, elle cloche. Et on
dit de mesme qu'en Dannemare un hom-
me condamné à avoir la teste tranchée,
eftant fur l'efchafaut, comme on lui pres
senta une pareille condition, la refufa ,
parce que la fille qu'on lui offrit, avoit
les joues avallées & le nez trop pointu,
Un valet à Toulouse accusé d'heresie,
pour toute raison de la creance, se

rapportoit à celle de son maistre , jeune efcholier prisonnier avec lui ; & aima

ieux mourir, que fe laisser persuader que son maistre peuft errer. Nous lisons

[ocr errors]

de ceux de la Ville d'Arras, lors que le Roi Louis onziesme la prit, qu'il s'en trouva bon nombre parmi le peuple qui se laiflerent pendre, plastoft que de dire Vive le Roi

Et de ces viles ames de bouffons, il s'en eft trouvé qui n'ont voulu abandonner leur gaudisserie en la mort mesme. Celui è qui le bourreau donncit le branile, s'efcria, Vogue la gallée, qui estoit son refrain ordinaire. Et l'autre qu'on avoit couché, fur le point de rendre la vie, le long da foyer sur une paillasse , à qui le Medecin demandant où le mal le tenoit ; Entre le banc & le feu, refpondit-il. Et le Prestre, pour lui donner l'extreme onction, cherchant ses pieds, qu'il avoit resserrez & contraints par la maladie : Vous les troue verez , dit-il au bout de mes jambes. A l'homme qui l'exhortoit de se recommander à Dieu, Qui y va ? demanda-t'il : & l'autre respondant, ce sera tantoft vousmesme s'il lui plaist: Y fulle-je bien demain eu foir, repliqua-t'il: Recommandez-vous

A NY

[ocr errors]
« PreviousContinue »