Page images
PDF
EPUB

AVERTISSEMENT.

y auroit à

Que l'on considere combien sont peu longs les éloges de ces hommes dont toute la vie a été en action, combien encore il retrancher d'ornements inutiles, souvent même disparates, et on se convaincra qu'il n'étoit

guere possible de donner plus d'étendue à celui de Pascal. L'amplification est un moyen trop facile; c'est la richesse du

pauvre, la ressource du paresseux, et toujours le défaut de qui précipite son travail. Pascal s’excusoit de la longueur d'une lettre, sur ce qu'il n'avoit pas eu le loisir de la faire plus

courte.

I

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

Les chrétiens ne prononcent point sans quelque orgueil les noms fameux de tant de grands hommes, apôtres ou défenseurs de la doctrine qu'ils professent. L'humilité sainte et la folie de la croix se sont ennoblies aux yeux mêmes de l’impie, quand il a vu descendre dans l'arene (4) et s'y couvrir d'une opprobre volontaire, toute la sagesse du siecle. Ainsi, d'âge en âge il s'est rencontré de ces esprits excellents, qui, cherchant leur nourriture parmi les herbes de l'Evangile, se sont rassasiés de la moelle des lions, et ont après eux laissé une renommée aussi glorieuse qu’imposante. Dans les derniers temps, sous ce regne mémorable, si fécond en talents et en vertus, un homme se fit particulierement remarquer, qui possédoit en lui tout ce que l'esprit a de plus brillant comme de plus solide ; cet homme s'appeloit Blaise Pascal. Et ce qui le place plus haut encore, qu'où même l'on ne semble

pouvoir atteindre, c'est qu'il ouvrit pour ainsi dire ce siecle fameux dont il est en tout genre resté le modele inimitable. Il fut éloquent et sublime avant

[ocr errors]

Bossuet : le premier il aborda avec la pointe aiguisée de l'esprit ces matieres graves et importantes, étonnées ellesmêmes de se prêter à la raillerie piquante, au tour vif et léger; mais seul il a sondé toute la profondeur de la pensée ! Et encore ne trouve-t-on

que

dans des ébauches éparses et négligées cette perfection si rare, fruit ordinaire de longs et pénibles travaux. De quel chefd'auvre, enfin, n'eût-il pas été capable, si, touchant aux bornes accoutumées de la vie, il lui avoit été permis seulement de rassembler les essais d'une jeunesse toujours débile et languissante !

Pascal eut au moins ce bonheur, de ne perdre point un seul des jours qui lui furent comptés. Prodige plus surprenant encore dans l'enfance, il se jouoit naturellement avec les inerveilles de la

« PreviousContinue »