Pascal et son temps...: ptie. De Montaigne à Pascal

Front Cover
Plon-Nourrit et cie., 1907

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 114 - ... de cet État, de cette société, de cette famille, à laquelle on est joint par sa demeure, par son serment, par sa naissance; et il faut toujours préférer les intérêts du tout dont on est partie à ceux de sa personne en particulier...
Page 109 - La pre-mière était d'obéir aux lois et aux cou-tumes de mon pays, re-te-nant cons-tam-ment la re-li-gion en la-quelle Dieu m'a fait la grâce d'être ins-truit dès mon en-fan-ce, et me gou-ver-nant, en toute autre cho-se, sui-vant les opi-nions les plus mo-dé-rées, et les plus éloi-gnées de l'ex-cès, qui fus-sent commu-né-ment reçues en pra-tique par les mieux sen-sés de ceux avec lès-quels j'au-rais à vi-vre.
Page 37 - Quand les vignes gèlent en mon village, mon prêtre en argumente l'ire de dieu sur la race humaine, et juge que la pépie en tienne déjà les Cannibales.
Page 37 - Rampant au limon de la terre, je ne laisse pas de remarquer, jusques dans les nues, la hauteur inimitable d'aucunes âmes héroïques.
Page 236 - De vray, ou la raison se mocque, ou elle ne doit viser qu'à nostre contentement, et tout son travail, tendre en somme à nous faire bien vivre, et à nostre aise, comme dict la Sainte Escriture.
Page 110 - ... que tous les Médecins qui m'ont vu avant ce tempslà, me condamnaient à mourir jeune. Mais je crois que l'inclination que j'ai toujours eue à regarder les choses qui se présentaient du biais qui me les pouvait rendre le plus agréables, et à faire que mon principal contentement ne dépendît que de moi seul, est cause que cette indisposition, qui m'était comme naturelle, s'est peu à peu entièrement passée.
Page 110 - J'avais hérité d'elle une toux sèche, et une couleur pâle, que j'ai gardée jusqucs à l'âge de plus de vingt ans et qui faisait que tous les médecins qui m'ont vu, avant ce temps-là, me condamnaient à mourir jeune.
Page 84 - ... mais je maintiens qu'elle peut contenir et resserrer la douleur et la passion dans leurs bornes, empêcher qu'elles n'occupent plus de lieu et d'autorité en notre âme qu'elles ne doivent, et les amollir et • adoucir, voire même, avec le temps, du tout étouffer et amortir.
Page 176 - Bref le vulgaire est une bête sauvage ; tout ce qu'il pense n'est que vanité, tout ce qu'il dit est...
Page 38 - Mais qui se présente, comme dans un tableau, cette grande image de notre mère nature en son entière majesté; qui lit en son visage une si générale et constante variété; qui se remarque làdedans, et non soi, mais tout un royaume, comme un trait d'une pointe très délicate : celui-là seul estime les choses selon leur juste grandeur.

Bibliographic information