Le gouvernement, les moeurs et les conditions en France avant la Révolution ...: avec une introduction et des notes par M. de Lescure

Front Cover
Librairie de Poulet-Malassis, 1862 - France - 517 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 499 - Qu'a tissus la Savonnerie, Ceux que les Persans ont ourdis. Et toute votre orfèvrerie, Et ces plats si chers que Germain A gravés de sa main divine, Et ces cabinets où Martin A surpassé l'art de la Chine; Vos vases japonais et blancs.
Page 83 - État, puisque la proposition contraire est une vérité du droit des gens, que la flatterie a quelquefois attaquée, mais que les bons princes ont toujours défendue comme une divinité tutélaire de leurs États.
Page 457 - Chaulnes est si singulier, qu'il est impossible de le définir; il ne peut être comparé qu'à l'espace ; il en a pour ainsi dire toutes les dimensions, la profondeur, l'étendue et le néant, il prend toutes sortes de formes, et n'en conserve aucune. C'est une abondance d'idées toutes indépendantes l'une de l'autre, qui se détruisent et se régénèrent perpétuellement.
Page 446 - Son esprit n'avait rien de brillant et elle n'annonçait à cet égard aucune prétention; mais il y avait dans elle quelque chose qui tenait de l'inspiration et qui lui faisait trouver au moment ce qu'il y avait de plus convenable aux circonstances, ainsi que les expressions les plus justes. C'était plutôt de l'âme que de l'esprit que partaient alors ses discours et ses réponses.
Page 90 - L'ambition dans l'oisiveté, la bassesse dans l'orgueil, le désir de s'enrichir sans travail, l'aversion pour la vérité, la flatterie, la trahison, la perfidie, l'abandon de tous ses engagements, le mépris des devoirs du citoyen, la crainte de la vertu du prince, l'espérance de ses faiblesses...
Page 360 - Paris n'était aussi exactement instruit de ce qui se passait de plus secret à la cour. Sa chambre était un centre où tout aboutissait depuis trente années, et jamais un homme d'une réputation équivoque n'y fut admis. La fierté de son caractère se soutint dans sa prison ; elle montra à sa mort le plus grand courage , et un dévouement héroïque pour son amie la duchesse Du Châtelet. Interrogée au tribunal révolutionnaire, elle n'essaya pas de se justifier. Il...
Page 380 - Senac (i), pour qui le dauphin avait de l'amitié, de le voir et de lui parler de son état et de la nécessité d'un régime suivi. Le dauphin lui dit : « Je serai toujours fort aise de vous voir, pour causer de littérature et d'histoire avec vous ; mais mon appartement vous sera fermé, si vous me parlez de ma santé. » Il insista , et le dauphin lui dit avec vivacité de s'en aller.
Page 146 - Mais Platon parle d'une république fondée sur la vertu , et nous parlons d'une monarchie. Or, dans une monarchie où , quand les charges ne se vendraient pas par un règlement public, l'indigence et l'avidité des courtisans les vendraient tout de même, le hasard donnera de meilleurs sujets que le choix du prince.
Page 374 - ... ni par la difficulté de renfermer ses secrets. Personne n'est plus prudent, n'a l'air moins mystérieux, et n'est plus exempt de fausseté. Sa figure est belle, sa physionomie noble, ses manières simples. Son imagination est plus vive qu'abondante ; il parle peu ; mais ce qu'il dit est toujours plein de force et de justesse.
Page 356 - Gramont était restée à Remiremont jusqu'à l'âge de vingt-huit ans, et n'avait pu acquérir dans un chapitre une idée juste de la méchanceté des hommes, de l'art des calomniateurs, et de la facilité avec laquelle on ajoute foi aux calomnies. Elle acquit en peu de temps le plus grand ascendant sur le duc de Choiseul, son frère; et ceux qui jugent des autres d'après eux-mêmes, sachant qu'elle était sans fortune, ne doutèrent pas qu'elle ne s'empressât de faire ce qu'on appelait des affaires....

Bibliographic information