Page images
PDF
EPUB
[merged small][graphic][merged small]

SERIE DE DICTIONNAIRES SUR TOUTES LES PARTIES DE LA SCIENCE RELIGIEUSE,

ORTRAIT EN FRANÇAIS, ET PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE,
LA PLUS CLAIRE, LA PLUS FACILE, LA PLUS COMMODE, LA PLUS VARIER

ET LA PLUS COMPLÈTE DES THÉOLOGIES.

'CES DICTIONNAIRES SONT CEUX :

DE PAILOSOPHIE CATHOLIQUE, — D'ANTIPHILOSOPHISME, --
DO PARALLÈLE DES DOCTRINES RELIGIEUSES ET PAILOSOPHIQUES AVEC LA FOI CATHOLIQUE,

DU PROTESTANTISME, — DES OBJECTIONS POPULAIRES CONTRE LE CATHOLICISME, -
DE CRITIQUE CHRÉTIENNE, - DE SCHOLASTIQUE, — DE PHILOLOGIE DU MOYEN AGE, - DE PILYSIOLOGIS, -
DE TRADITION PATRISTIQUE ET CONCILIAIRE, DE LA CHAIRE CHRÉTIENNE, D'HISTOIRE ECCLESIASTIQUE,

DES MISSIONS CATHOLIQUES, — DES ANTIQUITÉS CHRÉTIENNES ET DÉCOUVERTES MODERNES, -
DES BIENFAITS DU CHRISTIANISME, - D'ESTHÉTIQUE CIIRÉTIENNE, — DE DISCIPLINE ECCLÉSIASTIQUE,
D'ERUDITION ECCLÉSIASTIQUE, — DES PAPES ET CARDINAUX CÉLÈBRES, - DE BIBLIOGRAPHIE CATHOLIQUE,

DES MUSÉES RELIGIEUX ET PROF ANES, DES ABBA YES ET MONASTÈRES CÉLÈBRES, —
DE CISELURE, GRAVURE ET ORNEMENTATION CURÉTIENNE, - DE LÉGENDES CHRÉTIENNES,- DE CANTIQUES CHRÉTIENS,

- D'ÉCONOMIE CHRÉTIENNE ET CHARITABLE, DES SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES,
DE LÉGISLATION COMPARÉE, DE LA SAGESSE POPULAIRE, DES ERREURS ET SUPERSTITIONS POPULAIRES, -
DES LIVRES APOCRYPHES, — DE LEÇONS DE LITTÉRATURE CURÉTIENNE EN PROSE ET EN VERS,
DB MYTHOLOGIE UNIVERSELLE, — DE TECHNOLOGIC UNIVERSELLE, -
ET DES ORIGINES DU CHRISTIANISME.

PUBLIEE

PAR M. L'ABBÉ MIGNE,
EDITION DE LA BIBLIOTHIQUB UNIVERSELLS DU OLBR@,

OU

DES COURS COMPLETS SUR CHAQUE BRANCIS DE LA SCIENCE BCCLÉSIASTIQUE.
Majk : 6 FN. LE VOL. POUR LE SOUSCRIPTEUR A LA COLLECTION ENTIÈRE, 7 PR. ET NÊNE 8 FR., POUR LE SOUSCRIPTEUR

A TEL OU TEL DICTIONNAIRE PARTICULIER.

60 VOLUMES, PRIX : 360 FRANCS.

TOME ONZIÈME.

DICTIONNAIRE DE LA SAGESSE POPULAIRE.

PRIX : 7 FRANCS.

TOME UNIQUE.

S’IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE, EDITEUR.
AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D’AMBOISE, AU PETIT-MONTROUGE

BARRIÈRE D'ENFER DE PARIS.

1835

97. d. 282

DE LA SAGESSE

POPULAIRE.

RECUEIL MORAL

D'APOPHTHEGMES, AXIOMES, APHORISMES, MAXIMES, PRÉCEPTES,
SENTENCES, ADAGES, PROVERBES, DICTONS, LOCUTIONS PROVERBJALES,

PENSÉES RELIGIEUSES, RÈGLES DE CONDUITE, ETC.,

DE TOUS LES TEMPS ET DE TOUS LES PAYS;

Formé et commenté par M. A. DE CHESNEL.

PUBLIÉ

PAR M. L'ABBÉ MIGNE,
ÉDITEUR DE LA BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE DU CLERGÉ.

00
DES COURS COMPLETS SUR CHAQUE BRANCHE DE LA SCIENCE RELIGIEUSE.

TOME UNIQUE.

PRIX : 7 Francs.

S'IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE, ÉDITEUR,
AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D'AMBOISE, AU PETIT-MONTROUGE,

BAARIÈRE D'ENFER DE PARIS.

1855

INTRODUCTION.

gueil.

L'air s'échappe d'un vase que l'on a rempli : l'hommo qui se remplit de vérités morales, se débarrasse de l'or

PLUTARQUE, La morale profite davantage quand elle s'insinue par pensées détachées. Les discours d'apparat font plus de bruit et moins d'effet.

SENÈQUE. La morale n'est pas faite pour recevoir la loi de la méthode, et des maximes éparses et sans suite feront toujours plus d'effet sur le cour que l'arrangement le mieux combiné.

BACON, Il y a peu de services aussi utiles au public que ceux qui contribuent à régler la morale, parce que le fruit en est double, et que chacun lire presque autant d'avantage de la probité d'autrui que de la sienne.

L'abbé PRÉVOST. Un livre de morale est un excellerit ami, car il peut nous éclairer sur nos fautes, siins que nous ayons à craindre qu'un tiers soit admis dans la confidence des !eçons que nous avons méritées et reçues,

N.

L'axiome et le proverse sont les deux plus anciennes formules législatives qui se soient produites parmi les hommes. Dès que plusieurs de ceux-ci vécurent en société, l'intelligence des choses et leurs commodités réciproques leur dictèrent certaines règles qu'ils s'imposèrent naturellement par l'emploi de quelques phrases répétées par eux dans leurs rapports journaliers, soit qu'il fat question du bien, soit que le mal fût, l'objet de leurs discussions. Le bien et le mal, en effet, sont les premières notions qu'ait reçucs l'humanité, et ces deux sentiments se sont trouvés constamment aux prises en elle pour assurer le plus grand profit de l'intérêt personnel. Si depuis la naissance du christianisme, ceux qui ont professé cette bienfaisante religion s'étaient attachés rigoureusement à soumettre leur conduite aux préceptes de l'Evangile, la pratique de cette morale aurait sufli sans aucune doute à leur bonheur et au maintien de l'harmonie sociale, puisque l'enseignement du fils de Marie, prescrit la fraternité, la charité, la tolérance, le respect pour les lois, toutes les vertus enfin qui tendent au bien-être de la communauté des hommes. Mais l'esprit évangélique n'est pas, malheureusement, celui qui domine dans la société; tous les membres de celles-ci ne sont pas d'ailleurs éclairés par les mêmes principes religieux ; et pour amever l'espèce humaine à se diriger dans la meilleure voie, il est indispensable de lui présenter sans cesse et sous toutes les formes, les devoirs que la sagesse impose.

Cardan a dit l'un des premiers, et l'on a souvent répété depuis, que les proverbes et les maximes sont l'expression du caractère et des mœurs des peuples. On peut se rendre compte effectivement des vertus ou des vices qui sont le plus répandus dans une nation, en rassemblant et en examinant les dictons qui se trouvent en faveur chez elle; car ces dictons sont une sorte d'étendard à l'abri duquel les hommes placent le plus grand nombre de leurs actions, et ils en forment aussi la base des lois qui les régissent. « Quoiqu'on dise contre les proverbes, écrit Senecé, que certains esprits qui se prétendent supérieurs veulent renvoyer au bas peuple, il est hors de doute qu'ils renferment la quintessence de la raison et du bon sens, et que c'est par un consentement universel de tous les âges et de toutes les nations, qu'ils ont transinis le dépôt qui leur a été confié à lout ce qu'il y a de peuples les plus polis depuis le berceau du monde. » L'abbé Tuel dit à son tour : « Peut-on donner une plus haute idée des proverbes, que de les faire servir d'asile et de

DICTIOYN. DE LA SAGESSE POPCLAIRE,

« PreviousContinue »