Die Comparation des Adjectivs im Französischen

Front Cover
C. Hinstorff, 1908 - French language - 127 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Popular passages

Page 18 - IE vy ma Nymphe entre cent damoiselles, Comme un Croissant par les menus flambeaux, Et de ses yeux plus que les astres beaux Faire obscurcir la beauté des plus belles. Dedans son sein les...
Page 73 - MONSIEUR D'AUBRAY POUR LE TIERS ESTAT. « Par Nostre Dame, Messieurs, vous nous l'avez baillée belle. Il n'estoit ja besoin que nos Curez nous presohassent qu'il falloit nous desbourber et desbourbonner'.A ce que je vois par vos discours, les pauvres Parisiens en ont dans les bottes bien avant, et sera prou difficile de les desbourber.
Page 50 - Mes petits sont mignons, Beaux, bien faits, et jolis sur tous leurs compagnons.
Page 83 - Je prie pour luy et reliqua, Que Dieu luy doint, et voire, voire ! Ce que je pense... et cetera.
Page 15 - ... la souveraine unité. Il en est de l'unité comme de la bonté et de l'ętre; ces trois choses n'en font qu'une : ce qui existe moins est moins bon et moins un; ce qui existe davantage est davantage bon et un ; ce qui existe souverainement est souverainement bon et un. Donc un composé n'est point souverainement, et il faut chercher dans la parfaite simplicité l'ętre souverain.
Page 16 - Et con plus fiere se tenoit, Plus et plus croistre en mi faisoit Amour et désir et talent. Avoec se merla jalousie, Desesperanche et derverie.
Page 34 - Jerusalem estoit assiegée par Titus , prince de diverse religion , allant aux hazards et dangers comme un simple soldat, et neantmoins si doux et gratieux qu'il acquit le surnom de Delices du genre humain. Paris a esté assiegé par un prince de religion differente, mais plus humain et debonnaire, plus hazardeux et prompt d'aller aux coups, que jamais ne fut Titus. Davantage ce Titus ne vouloit rien innover en la religion des Juifs...
Page 22 - Pensez, si la bonne femme eust sceu le fait du chareton, qu'elle l'eust fort plus grevé que son mary ne disoit. Combien que depuis le chareton le racompta en la façon que avez oye, sinon qu'elle ne dormoit point : non pas que le veille croire, ne ce rapport faire bon.
Page 33 - Nous voyons bien que vous mesme estes aux filets du roy d'Espagne , et n'en sortirez jamais que miserable et perdu : vous avez faict comme le cheval , qui pour se deffendre du cerf, lequel il sentoit plus viste et vigoureux que luy, appella l'homme ŕ son secours ' : mais l'homme luy mit un mords « maheutre et du manant. C'est lŕ que le męme d'Aubray, non con...
Page 51 - ... aultre, et n'est viande que devant je preisse; mais de dire que tous les jours les voulsisse avoir sans menger aultre chose, par nostre Dame, non feroye ; il n'est homme qui n'en fut rompu et rebouté : mon estomac en est si traveillé que, tantost qu'il les sent, il a assez disné. Pour Dieu!

Bibliographic information