Le Plutarque français, vies des hommes et femmes illustres de la France, avec leurs portraits en pied, Volume 4

Front Cover
De l'imprimerie de Crapelet, 1836 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 2 - Qui veut voler par les mains et bouches des hommes doit longuement demeurer en sa chambre : et qui désire vivre en la mémoire de la postérité, doit comme mort en soi-même, suer et trembler maintefois et autant que nos poètes courtisans boivent, mangent et dorment à leur aise, endurer de faim, de soif et de longues vigiles. Ce sont les ailes dont les écrits des hommes volent au ciel (13).
Page 3 - Donnez en cette Grèce menteresse, et y semez encore un coup la fameuse nation des GalloGrecs. Pillez-moi sans conscience les sacrés trésors de ce temple Delphique, ainsi que vous avez fait autrefois, et ne craignez plus ce muet Apollon, ses faux oracles ni ses flèches rebouchées. Vous souvienne de votre ancienne Marseille, seconde Athènes, et de votre Hercule Gallique, tirant les peuples après lui par leurs oreilles avec une chaîne attachée à sa langue.
Page 17 - Ce sont gens grossiers et ignorants , qui ayant , après ma mort , à recevoir cette somme , auront grand besoin du secours et de l'aide d'une personne honnête et charitable. Dans cette nécessité, je vous viens supplier de leur prêter la main , de les conseiller, et de les prendre sous votre protection , afin qu'ils ne soient pas trompés ou volés. Ils vous en viendront humblement requérir; et je m'assure , d'après l'expérience...
Page 14 - Premier Président, le plus intrépide homme, à mon sens, qui ait paru dans son siècle, demeura ferme et inébranlable. Il se donna le temps de rallier ce qu'il put de la Compagnie; il conserva toujours la dignité de la magistrature et dans ses paroles et dans ses démarches, et il revint au Palais-Royal au petit pas, dans le feu des injures, des menaces, des exécrations et des blasphèmes.
Page 2 - Je ne souhaite pas moins que ces dépourvus, ces humbles espérants, ces bannis de Liesse, ces esclaves, ces traverseurs ', soient renvoyés à la table ronde, et ces belles petites devises aux gentilshommes et damoiselles, d'où on les a empruntées.
Page 2 - Habert et de tous ces faibles successeurs de Marot et de Saint-Gelais, il s'écrie dédaigneusement : « 0 combien je désire voir sécher ces printemps, rabattre .ces coups d'essay, tarir ces fontaines! Je ne souhaite pas moins que ces dépourvus, ces humbles espérans, ces bannis de liesse, ces esclaves fortunés, ces traverseurs, soient renvoyés à la Table Ronde, et ces belles petites devises aux gentilshommes et demoiselles dont on les a empruntées.
Page 18 - Il me faut huit jours pour écrire une méchante lettre, peu à peu, deux ou trois lignes à la fois, et le morceau à la bouche...
Page 17 - Quand vous connaîtrez la cause de mon silence, nonseulement vous m'excuserez, mais vous aurez compassion de mes misères. Après avoir, pendant neuf mois, gardé dans son lit ma bonne femme, malade d'une toux et d'une fièvre d'étisie, qui l'ont consumée jusqu'aux os, je viens de la perdre. Quand j'avais le plus besoin de son secours, sa mort me laisse seul, chargé (1) L'acte de décès porte qu'elle mourut le 16 octobre 1664, à l'âge de 52 ans.

Bibliographic information