Page images
PDF
EPUB

père ? Hoc EST ESSE PATREM.

verra l'explication dans l'infinitif.

« On en

QUATRIÈME ANALOGIE.

Ce, employé de diverses manières, propres à varier la construction des phrases et à donner à la pensée plus d'énergie. On dit :

On pourrait dire : Cest seasent da hasard que nait l'opinion,

L'opinion naît du hasard, et l'opinion El c'ext Popinion qui fait toujours le rogue.b fait toujours la vogue. Quittez - moi ia règle et le pinceau.

Quittez la règle et le pinceau, prenez, Prenez un fiacre et courez de porte en

un fiacre et courez de porte en porte. porte. C'est ainsi qu'on acquiert de la On acquiert ainsi de la célébrité.

célébrité. c

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Det er vis qu'au Parnasse un téméraire auteur

Un auteur pense en vain, etc.
Peze da fæt des vers atteindre la hauteur.... &

Es baan! la robe est un métier prudent,
El met air ganche et ce front de pédant

Vous verrez là de merveilleuses
Pouzrait encore passer dans les enquêtes. têtes, etc.
Cees la que vous verrez de merveilleuses têtes. f

Nous ne pousserons pas plus loin ces détails. Ce, pris substantiFement, est d'un grand usage. Il est sur-tout merveilleux par les soyens qu'il fournit de mettre sur le devant du tableau ce qu'on reut faire le plus remarquer. Par ce seul mot, l'un des plus caractétistiques de notre langue , beaucoup de phrases peuvent être doublées et prendre un tour plus pittoresque et plus énergique.

Mais de quelque manière que ce soit employé, avec le substantif auquel il se rapporte, ou avec ellipse du substantif, son sens est le même. Il détermine en montrant les objets , ou comme nous le disions dans notre première édition , en attachant au substantif exprimé du sous-entendu l'idée de présence, soit qu'en effet l'objet soit physiquement présent, ou seulement aux yeux de l'esprit.

[merged small][ocr errors]

c J. J. R. Eril, 3. d BOIL. Sasire 6.

1

. Boil. Art poét. 1. I VOLT. Pauvre Diable.

CELUI, CELLE, ceux, CELLES, sont des composés de ce et de LUI, etc.

Singulier.

Pluriel. C'est un méchant métier

C'est assez des défauts de l'ouvrage celui de médire. a que

sans que je présente encore à la critique

ceux de ma personne. C Il n'y a peut-être jamais eu de répu- Toute l'Égypte était noble, et d'ailtation plus usurpée que celle de Saint-| leurs on n'y goûtait de louanges que Évremont. b

celles qu'on s'attirait par son mérite, d C'est-à-dire, c'est un méchant métier que le métier de médire, etc. On voit que celui , celle, etc. ont vraiment la force des deux mots composants, c'est-à-dire celle de l'adjectif ce ou le, et celle d'un substantif de troisième personne lui , elle, etc.

Il est à remarquer qu'il ne s'emploie jamais sans un complément, qui est ordinairement qui, que, ou dont.

Il n'y a que le masculin celui et ceux qui puisse être employé sans rapport à un substantif précédemment exprimé. Celui-là fait le crime à qui le crime sert. 6

Et je porte à manger

A ceux qu'enclôt la tombe noire. Ceux qui emploient mal leur temps

Le mari repart sans songer : sont les premiers à se plaindre de sa

Tu ne leur portes point à boire! 8 brièveté. f

C'est-à-dire cet homme-fait le crime à qui le crime sert , ces hommes-qui emploient mal leur temps, etc. C'est le substantif homme, hommes qu'on a dans l'esprit, lorsque celui et ceux sont ainsi employés sans substantif antécédent. Et si l'on dit en voulant désigner Dieu :

Celui qui met un frein à la fureur des flots,

Sait aussi des méchants arrêter les complots. h c'est à défaut d'un mot plus propre. C'est ainsi qu'on dit ferrer un cheval d'argent, aller à cheval sur un báton , en étendant la signification de ferrer, aller à cheval , à des actions qui ont avec ces deux-là de la ressemblance.

a Borl. Sat.
> VOLT. Sur Sophr. 1, 3.
• MOXTESQ. Prêt. Lettr. per.

1

d Bossust. Hist, univ. 3e. part.
• Volt. Sur Médec. 3, 3.
f La Brus. 12.

g LA F. 3, 7-
h Rac. Ath. I,

Emploi extraordinaire de ceux.

Dn trouve dans les historiens ceux de Veïes, ceux de Crémone, ceux d'Antibes, etc., pour les habitants de Veïes, de Crémone, d'Antibes. Cet emploi est contre l'analogie de ce mot qui a coutume de n'être employé que pour rappeler l'idée d'un substantif précédemment exprimé. Encore faut-il ajouter que ce tour n'appartient qu'au style un peu familier.

Il n'est pas besoin de dire que celui-ci, celui-, ne différant de celui que par ci et , ils peuvent s'employer absolument, c'est-à-dire sans rapport à un substantif antécédent, comme dans celui-fait le crime à qui le crime sert.

Quand ils sont mis en opposition, celui-ci, celle-ci, etc. indiquent les objets proches , celui-, celle-, etc. les objets éloignés.

Dans une ménagerie
De volatiles remplie

Visaient le cygne et Poison;
Celui-là destiné pour les regards du maitre,

pour son goût...... a

Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine charges

L'autre portant l'argent de la gabelle ;
Celui ci glorieux d'une charge si belle
N'eût voulu pour beaucoup en être soulagé. •

Quelquefois l'auteur ne parle pas, ou il oublie de parler de celui-ld ou de celui-ci, mais l'opposition n'en existe pas moins.

[blocks in formation]

Les amateurs de règles en peuvent faire une à vue de ces exemples, au risque de trop généraliser selon leur coutume.

La F, 3, 12 | Id. 1, 4. Id. 7, 5.

1

d LAF, 1,5.
. Id. 1, 8.
f Id. 3, 7.

1

& LAF, 1, 5.
A Moz. Pourc: 2, 8.

LE, LA, LES.

Vu l'importance et le nombre des observations que nous avons à faire sur ce déterminatif, nous diviserons ce sujet en numéros.

[merged small][ocr errors]

Exemples.

Observations. '1. D'où vient la faiblesse de l'homme? Homme est ici pris pour toute l'esde l'inégalité qui se trouve entre sa pèce, comme si toute l'espèce ne fesait force et ses désirs. a

qu'un individu. 2. L'homme civil nait, vit et meurt

Homme est ici restreint á marquer dans l'esclavage. A sa naissance, on le des sous-espèces. L'homme; civil n'est coud dans un maillot; à sa mort, on le déjà plus qu'une partie du tout spécicloue dans une bière. Tant qu'il garde (fique. la figure humaine, il est enchaîné par nos institutions. b 3. L'homme replié sa machine. C L'homme qui replie sa machine est

le joueur de gobelets dont J.J. a parlé

précédemment. Je te defe d'attendrie, du côté de l'homme dont il est question, c'est l'argent, l'homme dont il est question. Harpagon.

d

4. Il (le cheval) eut recours à Thomme, implora L'homme réprésente ici toute l'es

son adresse, L'homme lui mit ud frein , fui sauta sur le dos. e sonne.

pèce, comme si c'était une seule per

Voilà les quatre manières dont le mot homme déterminé par l'adjectif le peut être employé. Dans la ire. C'est l'homme spécifique, c'est-à-dire qui représente

toute l'espèce humaine, comme si elle était réunie sous une seule et même tête, et ne fesait qu'un seul in

dividu, distingué du lion, du cheval, etc. Dans la 2e. C'est l'homme sous-spécifique, c'est-à-dire qui est pris

a J.J.R. Emil. 3;

J.J. R. Emil. 1.

|

CJ.J. R. Emil. 16.
d Mol. L'Avare: 2, 5.

e La F. 4, 13.

1

!

pour désigner sous l'idée individuelle toute une sousespèce, ou partie du tout. Nya l'homme naturel, l'homme moral, l'homme politique, l'homme à prow

jets, l'homme noir, etc., etc. Dans la 3e. L'homme est réellement un individu de l'espèce hu

maine, un individu physique et distinct comme Harpagon , ou tel ou tel autre homme déjà connu ou qui

va l'être, qui a ou peut avoir un nom propre. Dans la 4€, 'C'est tout à-la-fois l'homme individuel et l'homme spé

cifique. Car l'homme qui sauta sur le dos du cheval
n'est point l'homme abstrait, mais tel ou tel homme,
'comme Chiron. Cependant cet individu, quel qu'il ait
dû être, est pris par La Fontaine pour toute l'espèce,
et par opposition non point à tel ou tel homme, à
telle ou telle classe d'homme, mais à toute autre
espèce d'animal ; c'est l'espèce personnifiée en un
seul homme.

[ocr errors]

Les quatre hommes, savoir:

Phomme spécifique,
l'homme sous-spécifique,
l'homme individuel ,
Phomme spécifique-individuel,

ne different point entre eux par l'adjectif le , puisque cet adjectif sert å modifier le substantif 'homme dans ces quatre circonstances. La différence existe donc nécessairement dans les mots antécédents ou dans les mots subséquents,

Quand on entend ce commencement de phrase : Le bonheur de L'HOMME, on ne sait pas encore duquel de nos quatre hommes il va étre question. Mais si l'on ajoute naturel ou tout autre complément, on voit de suite qu'il s'agit,'non de toute l'espèce, mais d'une sousespèce. L'homme de cette partie de phrase pourrait n'être suivi d'aucun nouveau signe de détermination, alors il se rapporterait à l'homme qu'on aurait déjà fait connaître, ou à l'homme pris en général.

Quelle est donc la valeur de l'adjectif le? Celle qu'il a toujours, qui le distingue de tout autre mot, qui ne dépend ni de ce qui précède, si de ce qui suit,

« PreviousContinue »