Page images
PDF
EPUB

êtres de différents sexes unis ensemble, et féminin ; lorsqu'il est employé pour signifier şimplement deux, indépendamment de toute liaison sous le rapport du sexe. Le mot chose n'est masculin que quand il est près de de quelque, et que les deux mots ensemble répondent à l'aliquid des Latins, c'est-à-dire qu'ils signifient une chose, une certaine chose.

VOLTAIRE a dit :
Avec le masculin,

Avec le féminin,
Je sais qu'il est indubitable

Gresset se trompe, il n'est pas si coupable Que pour former auvre parfait (205), Un vers heureux et d'un tour agréable, Il fandrait se donner au diable,

Ne suffit pas : il faut une action,
E: c'est ce que je n'ai pas fait. a

De l'intérét, du comique , une fable,
Des meurs du temps un portrait véritable
Pour consommer cette curre du démon, b

PARAGRAPHE II.

DU NOMBRE DANS LES SUBSTANTIFS.

А

Laurse Li cet habit, quittez ce vil métier, a pprenezy roi des Juifs, et n'oubliez jamais Il semble que le héros soit d'un seul Qrie les rois dans le ciel ont un juge sévère,

L'innocence un vengeur, et l'orphelin un père. E mattier, qui est celui de la guerre, et que le grand homme est de tous les métiers, d Le premier des talents

En plein pays de cerfs, un cerf tomba malade. It Est le talrat de former Phomme, e

C'est un tartuffe qui m'a plongé dans Les hommes en sont venus à un tel ce cachot , et peut-être ce sont des tarpoint de corruption qu'il n'est pas hon- ftuffes qui ont fait votre malheur. i tear parmi eux de n'être pas. homme de

Quant aux filles, c'est autre chose ; bien. §

I jamais fille chaste n'a lu de romans. k

(205) On dit le grand cuvre pour désigner la pierre philosophale, v. pag. 373. Ce n'est que par une espèce d'analogie que Voltaire a pu dire quvre parfait.

De fait, ceuvre est venu du latin opus, operis , et d'operu. C'est du premier que nous avons formé notre cuvre masculin, qui désigne toujours quelque chose de gand, d'important, de difficile. Hoc opus, hic labor est, c'est là la difficulté. Magnum opus aggredior, j'entreprends un grand ouvrage. Notre æuvre féminin n'a pa venir que d'opera , qui marque une opération particulière considérée comme un résultat, sans rapport à son importance.

• Tott. Dédic, d Benoit XIV.
B I. Paurre Diable.
c Rac. Ask. 2,76

LAER1. 2.

e NICOLE. Pensées.
f Rac. Ath. 5, 8.
. Fr, Da Neur. Fab.9, 15.

h La F. 12, 6.
i Volt. L'Ingénu.
k J. J.R. Nous, Hél.

On voit qu'un mot restant le même, sous le rapport de l'idée fondamentale, varie selon l'idée accessoire du nombre ; qu'on écrit métier et métiers, cerf et cerfs, tartuffe et tartuffes, etc., selon qu'on veut faire exprimer par ces mots l'idée de l'unité ou d'une pluralité quelconque.

Quelquefois le substantif n'a qu'une seule forme pour les deux nombres :

L'ours a-t-il dans les bois la guerre avec les ours ? a Alors ce n'est que par les circonstances que la différence de nombre peut se faire connaître. Toute la Syntaxe du nombre se réduit à ce principe :

PRINCIPE.

Le substantif se met au singulier ou au pluriel, selon qu'on veut qu'il exprime l'idée d'un ou de plusieurs.

Qui croirait qu'un principe qui n'exige que la plus simple de toutes les connaissances, celle de savoir compter jusqu'à deux , offre dans son application de nombreuses et quelquefois de grandes difficultés ? Nous allons les parcourir sous les articles suivants.

ARTICLE Ier.

Nombre des noms composés.

Noms simples.

Noms composés. L'art dit un jour à la nature:

Vous aimez sa lecture ; il est vrai je m'y plus Vous n'égalez jamais les cuores do mes mains. 6 Dès mon enfance la plus tendre ;

Et j'y persiste après dix lustres révolus.

Ses chefs-d'æuore par moi tous les ans sont relus. a Vous qui vivez sous ces demeures,

En m'allant promener avec lui les Êtes-vous bien ? tenez-vous y,

après-midi , je mettais quelquefois dans Et n'allez pas chercher midi

mes poches deux gâteaux d'une espèce A quatorze heures, c

qu'il aimait beaucoup. e On voit que quoiqu'il s'agisse de plusieurs chefs - dæuvre, de plusieurs après-midi, Quvre et midi restent invariables. Nous avons donné

pag. 334 et suiv, un traité complet de cette sorte de mots , qui sont au nombre de près de sept cents. Il ne nous reste plus rien à y ajouter.

[ocr errors][merged small][merged small]

ARTICLE II.

Nombre des noms pris matériellement. Lorsque dans les écoles de logique on fesait ce mauvais sophisme : le uur ronge, or rar est une syllabe, donc une syllabe ronge, on passait du sens idéologique, selon lequel rat est considéré comme un animal, au sens matériel d'après lequel rat est pris pour le simple assemblage des lettres R, A, T. Si donc nous disions qu'il y a deux rat dans cette phrase, cela signifierait qu'elle renferme deux fois le mot rat. Sens matériel.

Sens idéologique. Rien ne blesse davantage ( 206) læeil Et j'ai toujours été nourri par feu mon père et l'oreille que de voir une lettre qui Dans la crainte de Dieu, monsieur, et des sergents.. après monsieur ou madame commence Qu'arrive-i-11, messieurs ? on vient, comment encore par l'un ou l'autre; quand il y a vient-on ? deux monsieur, ou deux madame de On poursuit ma partie , on force une maison, a suite, c'est encore pis, a

Les deux monsieur de Vaugelas sont pris pour des signes vides d'idées, pour de purs assemblages de lettres. Le monsieur et les messieurs de Racine sont vraiment significatifs, et sont soumis aux lois de la variabilité d'après l'idée qu'ils représentent. De ces ckiméret Là vous devez vous défaire. Les vastes déserts du ciel , quand il Chimères moi? vaiment chimères est fort bien. d fait jour, est peut-être une des plus

De toute l'écriture elle ne voulut grandes choses qui aient jamais été d'abord faire que des 0); elle fesait in- dites en poésie. f cessamment des grands et petits, des O de toutes les tailles, des o les | Les quand, les qui, les quoi pleuvant de tous côtés uns dans les autres.

Sifflent à son oreille, en cent lieus répétés, & Ta tiens raut, ce dit-on, mieus

Les si, les cas, les contrats, sont la porte ta l'auras, e Dans les vers de Molière chimères est d'abord pris comme un signe d'idée, et désigne réellement plus d'une chimère, dans le second

que deux

Par où la noise entra dans l'univers, h

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Tiens

vers, chimères n'est plus que la répétition matérielle du même mot. Tiens est la seconde personne de l'impératif, comme dans

tiens , voilà le coup que je t'ai réservé, a Dans le vers de La Fontaine, tiens reste nécessairement écrit comme il l'est dans la conjugaison ; l'idée de pluralité ne peut l'atteindre. On sent bien

que

le mot deux placé devant tu l'auras ne peut non plus influer sur cette phrase.

Sans dot.... tout est renfermé la- Ce mot, il n'y en a plus, est une dedans. Sans dot tient lieu de beauté, réponse contre laquelle jamais enfant de jeunesse, de naissance, d'honneur, ne s'est mutiné, à moins qu'il ne crut de sagesse et de probité. 6

que c'était un mensonge. d Je ne sais quoi de vague et d'inquiet

Une leçon qui révolte ne profite pas. Je ne connais rien de plus inepte que ce mot, je vous l'avais bien dit. e

Au fond du caur le tourmente sans cesse, o

Ce motou tout autre équivalent, exprimé comme dans les phrases de Rousseau, ou sous

s-entendu comme dans celles de Molière et de Campenon, facilite l'explication de ces fragments de phrases, ainsi employées d'une manière extraordinaire. Molière aurait pu dire ce mot, SANS DOT, tient lieu de beauté, etc. et Rousseau, IL N'Y EN A PLUS ESE une réponse contre laquelle jamais enfant ne s'est mutiné.

Il y a donc une fuite dans les vers suivants :

Veux-tu toute la vio offenser la grammaire ?
- Qui parle d'offenser grand-mère ni grand-père ?
O ciel! grammaire est prise à contre-sens par toi! f

Car grammaire est pris matériellement pour le mot grammaire , et ne peut pas plus être du genre féminin qu'il n'est du nombre pluriel (207).

Peut-on rattacher à cet article les plusieurs peu, les deux moi des passages

suivants?

(207) C'est ainsi que avons, tout pluriel qu'il est, étant pris idéologiquement, est singulier lorsqu'il est employé dans le sens matériel.

Je est un singulier, avons est pluriel. 8

d J. J. R. Emil. 2.

f Mol Fem, sav. 9, 6.

a Rac, Androm. 7.
b Mor. Arare. 1, 10.
& CAMPixon. Enj, prod, 1.

& IU.

Plusieurs peu font un beaucoup , et Et que de ces deux moi, piqués de jalousie , puis suffit de gagner quelque chose L'un est à la maison et l'autre est avec vous;

Que le moi que voici , chargé de lassitude pour être sûr de ne pas perdre. a

A trouve l'autre moi frais, gaillard et dispos,

Et n'ayant d'autre inquiétude Je vous dis que croyant n'être qu'un seul Sosie

Que de battre et casser les os, b Je me suis trouvé deux chez nous,

ARTICLE III.

Du nombre des noms étrangers.

D'Académie écrit sous forme plurielle

Des récepissés, des placets,

Des récipes, des quolibets ;
Meia a ce peu de mots pourqnoi se borne-t-elle ?
Pourquoi nous imposer par singularité

Ses alibi, ses aparte,

Ses pensum", ses solo, ses duo, ses trio ,

Ses quiproquo, ses numéro ?
N'était-ce pas assez nous prouver sa puissance,

Et devait-elle encor par son silence
Nous laieser inquiets sur le sort réservé
Aus mots alinéa , jute, frater, ave?

Telle est la pratique de l'Académie consignée dans la dernière édition avouée par cet illustre corps.

Exemples à imiter.

Il me tous les matins sis impromptus au net. c Bien que j'aie toujours entendu pro. Une femme à Rennes, ayant ouï

noncer des opéras comme on dit des parler des médianoches , dit à quatre

factums, des totons, je ne puis assurer heures du soir qu'elle venait de faire qu'on doive écrire de la sorte. e médianoche chez la première prési- Nous fatiguons le ciel à force de placets, dente, d

Qu'à chacun Jupiter accorde sa requête,

Nous lui romprons encor la tête. f

N’imitez pas les exemples suivants : Et comme elle a léclat du verre,

Il s'est trouvé des duo, et il a fallu Elle en a la fragilité :

hasarder d'y faire ma partie. h C'est là, dit Voltaire, un de ces concetri qui étaient tant à la mode....

Ne perds pas un moment, rassemble

avec soin tes opéra , tes cantates, la ce rice se glissa dans nos premiers

musique française. i

opéra. 8

Il serait facile d'accumuler les autorités pour et contre sur ce point de grammaire.

Ces mots primitivement étrangers sont tous devenus français par

• Floux. Don Quicholte.
i Biol. Amphit. 2, 1.
é Bois. Ar poét. %.

d Mad. De Sév. 19 août 1671.
e Boil, ye. Refle.z. crit.

La F. 6, 12,

& V01T. Sur Polyeuadr. h J.J.R. Now, HA 47. ild.

}

« PreviousContinue »