Oeuvres complètes de P. L. Courier, Volume 4

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 133 - Si j'entends bien ce mot , qui , je vous l'avoue , m'est nouveau , vous dites un helléniste , comme on dit un dentiste , un droguiste , un ébéniste ; et , suivant cette analogie , un helléniste serait un homme qui étale du grec , qui en vit, et qui en vend au public, aux libraires , au gouvernement.
Page 7 - Mon innocence enfin commence à me peser. Je ne sais de tout temps quelle injuste puissance Laisse le crime en paix , et poursuit l'innocence. De quelque part sur moi que je tourne les yeux , Je ne vois que malheurs qui condamnent les dieux. Méritons leur courroux , justifions leur haine , Et que le fruit du crime en précède la peine. Mais toi , par quelle erreur veux-tu toujours sur toi Détourner un courroux qui ne cherche que moi?
Page 170 - Tu ne feras jamais rien ; ce qui m'accommodait assez, et me semblait même d'un bon augure pour mon avancement dans le monde ; car en ne faisant rien, je pouvais parvenir à tout, et singulièrement à être de l'Académie ; je m'abusais. Le bonhomme sans doute avait dit, et rarement il se trompa : Tu ne seras jamais rien, c'est-à-dire, tu ne seras ni gendarme, ni rat-de-cave, ni espion, ni duc, ni laquais, ni académicien. Tu seras Paul-Louis pour tout potage, id est, rien. Terrible mot.
Page 170 - ... père : Tu ne seras jamais rien. Jusqu'à présent je doutais ( comme il ya toujours quelque chose d'obscur dans les oracles ), je pensais qu'il pouvait avoir dit : Tu ne feras jamais rien; ce qui m'accommodait assez, et me semblait même d'un bon augure pour mon avancement dans le monde ; car en ne faisant rien, je pouvais parvenir à tout, et singulièrement à être de l'Académie ; je m'abusais. Le bonhomme sans cloute avait dit, et rarement il se trompa : Tu ne seras jamais rien, c'est-à-dire...
Page 296 - Or, voilà ce que je veux dire : dans ce grand art de commander les hommes à la guerre, la science ne vient pas comme cela peu à peu , mais tout à la fois. Dès qu'on s'y met , on sait d'abord tout ce qu'il ya à savoir. Un jeune prince à dix-huit ans arrive de la cour en poste, donne une bataille, la gagne, et le voilà grand capitaine pour toute sa vie, et le plus grand capitaine du monde.
Page 230 - Car ainsi estil de tout ce qui nous arrive ; quelque chose que ce soit, ou agréable, ou terrible, moins on l'a prévue, plus elle cause de plaisir ou d'effroi. Cela ne se voit nulle part mieux qu'à la guerre, où toute surprise frappe de terreur ceux mêmes qui sont de beaucoup les plus forts ; et l'on peut remarquer encore que quand deux armées se trouvent en présence, c'est durant les premiers jours que les troupes, de part et d'autre, sont le plus craintives. Au reste, disposer une troupe,...
Page 183 - Par là, tout s'aplanit dans la littérature; par là, cette carrière autrefois si pénible est devenue facile et unie. Un jeune homme, dans les lettres , avance, fait son chemin comme dans les sels ou les tabacs.
Page 273 - ... de bride, non trop durement, de façon qu'il batte à la main, ni si doucement qu'il n'en sente rien ; et dès qu'obéissant au temps de bride il relèvera son encolure, il faut sur-le-champ lui rendre la main : de même pour tout le reste, nous ne saurions trop le répéter, dès qu'il exécute bien ce qu'on lui demande, qu'on le récompense aussitôt, en lui accordant quelque chose qui lui soit agréable. Lorsqu'on verra qu'il porte beau, et sent avec plaisir la légèreté de la main, qu'on...
Page 275 - Quant à nous, nous croyons, et nous ne cesserons de répéter que la meilleure méthode pour instruire un cheval , c'est de lui accorder quelque relâche dès qu'il a fait ce qu'on exige ; car , comme dit Simon , ce qu'un cheval fait par force il ne l'apprend pas, et cela ne peut être beau , non plus que si on voulait faire danser un homme à coups de fouet et d'aiguillon : les mauvais traitemens.

Bibliographic information