Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

!

IxFERUM,

NFERUM, souterrain : les peuples qui enterraient les morts les mirent dans le souterrain ; leur ame y était donc avec eux. Telle est la première physique & la première métaphysique des Egyptiens & des Grecs.

Les Indiens, beaucoup plus anciens, qui avaient inventé le dogme ingénieux de la métempfycose, ne crurent jamais que les ames fussent dans le souterrain.

Les Japonais, les Corréens, les Chinois, les peuples de la vaste Tartarie orientale & occidentale , ne furent pas un mot de la philosophie du souterrain.

Les Grecs, avec le temps, firent du souterrain un vaste royaume, qu'ils donnèrent libéralement à Pluton & à Proserpine sa femme. Ils leur assignèrent trois conseillers d'Etat, trois femmes de charge , nommées les furies , trois parques pour filer, dévider , & couper le fil de la vie des hommes. Et comme dans l'antiquité chaque héros avait son chien pour garder la porte, on donna à Pluton un gros chien qui avait trois têtes; car tout allait par trois. Des trois conseillers d'Etat, Minos , Eaque, &c Radamante , l'un jugeait la Grèce, l'autre l'Asie mineure, (car les Grecs ne connaissaient

1

1

pas alors la grande Asie) le troisième était pour l'Europe.

Les poëtes ayant inventé ces enfers s'en moquerent les premiers. Tantôt Virgile parle sérieusement des enfers dans l'Enéide, parce qu'alors le sérieux convient à son sujet; tantôt il en parle avec mépris dans ses Géorgiques.

Felix qui potuit rerum cognoscere causas,
Atque metus omnes & inexorabile fatum

Subjecit pedibus, strepitumque Acherontis avari!
Heureux qui peut fonder les lois de la nature,
Qui des vains préjugés foule aux pieds l'imposture,
Qui regarde en pitié le Styx & l'Acheron,
Et le triple Cerbère, & la barque à Caron!

On déclamait sur le théâtre de Rome ces vers de la Troade, auxquels quarante mille mains applaudissaient.

Tænara & aspero
Regnum sub domino, limen & obfidens
Cuftos non facili Cerberus ostio.
Rumores vacui, verbaque inania ,

Et par sollicito fabula somnio.
Le palais de Pluton, son portier à trois têtes ,
Les couleuvres d'enfers à mordre toujours prêtes,
Le Styx, le Phlégéton sont des contes d'enfans,
Des songes importuns, des mots vides de sens.

Lucrèce , Horace, s'expriment avec la même force : Cicéron , Séneque en parlent de même en vingt endroits. Le grand empereur Marc-Aurèle raisonne encore plus philosophiquement qu'eux tous. (a), Celui qui craint si la mort , craint ou d'être privé de tout sens, ou

(a) Liv. VIII, no. 626

» d'éprouver d'autres sensations. Mais si tu n'as plus » tes sens, tu ne feras plus sujet à aucune peine, à » aucune misère. Si tu as des sens d'une autre espèce, " tu seras une autre créature. »

Il n'y avait pas un mot à répondre à ce raisonnement dans la philosophie profane. Cependant, par la contradi&tion attachée à l'espèce humaine, & qui semble faire la base de notre nature, dans le temps même que Cicéron disait publiquement : Il n'y a point de vieille femme qui croie ces ineplies , Lucrèce avouait que ces idées fesaient une grande impression sur les esprits; il vient, dit-il, pour les détruire.

Si certum finem effe viderent
Ærumnarum homines, aliquâ ratione valerent
Relligionibus atque minis obfiftere vatum.
Nunc ratio nulla eft restandi , nulla facultas;

Æternas quoniam pænas in morte timendum est.
Si l'on voyait du moins un terme à son malheur,
On soutiendrait la peine, on combattrait l'erreur,
On pourrait supporter le fardeau de la vie ;
Mais d'un plus grand supplice elle est, dit-on, suivie;
Après de tristes jours on craint l'éternité.

Il était donc vrai que parmi les derniers du peuple, les uns riaient de l'enfer, les autres en tremblaient. Les uns regardaient Cerbère, les Furies, & Pluton, comme des fables ridicules ; les autres ne cessaient de porter des offrandes aux Dieux infernaux. C'était tout comme chez nous.

Et quocumque tamen miseri venêre, parentant
Et nigras ma&tant pecudes, & Manibus divis

Inferias mittunt , multoque in rebus acerbis

Acriùs admittunt animos ad relligionem.
Ils conjurent ces Dieux qu'ont forgés nos caprices;
Ils fatiguent Pluton de leurs vains facrifices;
Le sang d'un bélier noir coule sous leurs couteaux;
Plus ils sont malheureux, & plus ils sont dévots.

Plusieurs philosophes qui ne croyaient pas aux fables des enfers , voulaient que la populace fût contenue par cette croyance. Tel fut Timée de Locres, tel fut le politique historien Polybe. L'enfer, dit-il, est inutile aux fages, mais nécessaire à la populace insensée.

Il est assez connu que la loi du Pentateuque n'annonça jamais un enfer. (b) Tous les hommes étaient plongés dans ce chaos de contradi&ions & d'incertitudes quand JESUS-CHRIST vint au monde. Il

10) Dans le Didionnaire encyclopédique , l'auteur de l'article théologique Enfer, semble le méprendre étrangement, en citant le Deuteronome , au chapitre XXXII, v. 32 & suivans ; il n'y est pas plus question d'enfer que de mariage & de danse. On fait parler Dieu ainfi: » Ils m'ont provoqué dans celui qui n'était pas leur Dieu , & ils m'ont » irrité dans leurs vanitės ; & moi je les provoquerai dans celui qui n'est » pas mon peuple , & je les irriterai dans une nation folle. — Un feu » s'est allumé dans ma fureur , & il brûlera jusqu'au bord du souterrain, » & il dévorera la terre avec ses germes , & il brûlera les racines des » montagnes. — J'accumulerai les maux sur eux ; je viderai sur eux » mes fèches ; je les ferai mourir de faim ; les oiseaux les dévoreront » d'une morsure amère ; j'enverrai contre eux les dents des bêtes avec » la fureur des reptiles & des serpens. Le glaive les dévastera au-dehors, » & la frayeur au-dedans , eux & les garçons , & les filles , & les enfans » à la mamelle, avec les vieillards. »

Y a-t-il là, s'il vous plaît, rien qui désigne des châtimens après la mort? des herbes séches , des serpens qui mordent, des filles & des enfans qu'on tue , ressemblent-ils à l'enfer? N'est-il pas honteux de tronquer un passage pour ý trouver ce qui n'y est pas? Si l'auteur s'est trompé on lui pardonne ; s'il a voulu tromper il est inexcusable.

« PreviousContinue »