Page images
PDF
EPUB

II. – Pruderie du langage.

425 III. - Attrait presque universel des plaisanteries lubriques, et usage qu'en fait particulièrement Molière .

429 IV. - De l'adultère à la comédie. Son nom : accueil qui lui est fait. De l'innocence et de la pruderie. – Intérêt que le public prend à ces sortes de questions. — Velléité de digression, et conclusion .

431

TROISIÈME PARTIE

DU RIRE

1. — Le rire et la gaieté. Le plaisir et le plaisant. Hi hi hi! et Ha ha ha! Quelques remarques physiologiques.

441 II. – Principe essentiellement rationnel du rire. Rire intellectuel et rire purement nerveux. Définition de Lamennais

446 III. – Valeur morale du rire. Sa valeur comme symptôme.

448 IV. - Droits et usage du rire dans la vie.

453 ÉPILOGUE

Ce qu'il peut y avoir de profit à espérer de cette étude.

Occasion qui l'a fait entreprendre. – Quelques-uns des défauts de ce livre, dont plusieurs élaient peut-être difficiles à éviter .

457

APPENDICE

1. – Coup d'eil sur la nature et les conditions de l'étude du plaisant comparée avec les sciences de la matière

469 II. Exposé et examen de la théərie de M. Herbert Spencer sur le rire. — Effets physiologiques accompagnant quelques cis d: ce que nous avons appelé le comique d'iin posture .

472 III. – Etymologie des mots exprimant en diverses langues l'action de rire, et quelques observations sur le langage appropriées à notre sujet.

De la désynonymisation. — De ce que sont les mots par rapport à l'idée 80

FIN DE LA TABLE.

[graphic][subsumed][ocr errors]

suscite le comique, c'est-à-dire à la généralisation. - Observation et experience. – Vertu des exemples ..

263 IX. - 3* Des generalisations. – Nature et fondement logique de la géneralisation à laquelle donne lieu la vue du fail comique. — Propriété précieuse dont jouissent toutes ces généralisations. Une autre propriété speciale à une certaine classe d'entre elles.

265 X, – Résumé de la section. – Plaisir intellectuel du spectateur comparé avec l'effort intellectuel nécessaire pour observer la vie réelle. Transition. .

972

SECTION QUATRIÈME

Le plaisir de malice

1. — Idée générale du plaisir de malice ...

II. -- Recherche psychologique sur le principe de la malice. - Anonalie morale que présente la malice ; explication de cette anomalie. Distine tion de la méchanceté et de la malice proprement dite. La malice est un produit de la rivalité et de l'envie. – Les hommes sont particulièrement rivaux sur le terrain de l'amour-propre. – Opinion de Hobbes. – La malice du spectateur n'a trait qu'à l'amour-propre. Merveilleuse clairvoyanco de la malice . ..

277 III. - Le plaisir n'a lieu et le comique ne se produit que si le désordre ne fait pas prévaloir une sympathie douloureuse ou une aversion pébible.

291 IV. - Le comique n'existe pas s'il n'y a une personne en cause

297 V. - Danger de la malice. — Usage salutaire qu'on en pourrait faire. Son innocuité au théâtre. — Transition.

299

SECTION CINQUIÈME

302

Le plaisir de justice I. — Premier aperçu. — Descartes a signalé dans le comique un élément de justice. – Trois conditions de la justice répressive : les vraies peines doivent être exemplaires, naturelles, expiatoires. 1° Exemplarité du comique

II. Définition des peines naturelles et des peines arbitraires 305

III. – 2° Le comique est une peine naturelle. — Gradation des circonstances qui peuvent particulièrement faire ressortir cette qualité de la peine. - Traitre et bourreau

307 IV. 3o Comment le comique est une peine expiatoire

314 V. - Tout vice, tout travers est le bourreau de soi-même (heautotimo

[ocr errors]

roumenos). Examen particulier de l'amour-propre, -- Un mot des autres passions.

316 VI. - L'Ecole des femmes étudiée au point de vue de la justice 320

VII. — Comment et pou dans le comique les plaisirs de justice sont forcément mélangés d'une joie malicieuse. Le comique n'épuise pas tout ce qu'une comédie a de démonstratif el de moral. — Trois questions que fait naitre l'étude de l'Ecole des Femmes .

323 VIII. – Première question : à quelle partie de la peine correspond le comique? – Distinction des divers éléments dont se composent une faute et la peine d'une faule. Disférence de l'immoralité d'un fait et de son ridicule. — Fautes légères dont le ridicule est la peine totale .. 325

IX. - Continuation. Fautes où l'amour-propre se trouve mělé à d'autres passions

330 X Deuxième question : n'y a-t-il pas lieu d'apprécier le comique non seulement du dehors par l'impression du spectateur, mais encore au dedans par ce que ressent le personnage ? – Un nouveau caractère distinctif à ajouter à nos deux comiques : le comique naïf est inconscient, l'autre est conscient

333 XI. — Troisième question : ne convient-il pas, pour bien juger de la vindicte exercée par le comique, de distinguer dans le désordre les petits effets immédiats, et les conséquences plus graves et plus éloignées ? 336

XII. – Ridicule infligé perfidement ou arbitrairement. Court résumé de la justice.

339 XIII. – Différent parti auquel se rangent la conscience et les sympathies du spectateur, suivant qu'il s'agit de tragédie ou de comédie.

341

CHAPITRE TROISIÈME

SYNTHÈSE

SYNTHÈSE DES CINQ ÉLÉMENTS DU COMIQUE ; LEUR APPLICATION AUX AUTRES CAS

PLAISANTS ; ESSAI DE THÉORIE GÉNÉRALE DU PLAISANT

1. – Une considération empruntée aux sciences naturelles. — Lien logique des cinq éléments. — Si leur concours est nécessaire pour constituer le comique, presqu'aucun d'eux n'appartient privativement au comique 344

II. – Coup d'ail sur quelques exemples plaisants, considérés en tant qu'ils constituent plus ou moins un fait, et rangés suivant cette particu larité.

348 III. – L'esprit est encore un fait, mais un fait d'une autre nature 352 IV. - Comparaison entre l'esprit et le comique, au moyen de l'application

« PreviousContinue »