Éloge de Blaise Pascal: discours couronné à l'Académie des Jeux floraux de Toulouse, dans sa séance du 4 mai 1816

Front Cover
Imprimerie de P. Didot l'aîné, 1816 - 68 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 43 - Le dernier acte est toujours sanglant , quelque belle que soit la comédie en tout le reste. On jette enfin de la terre sur la tète, et en voilà pour jamais.
Page 53 - Certains auteurs, parlant de leurs ouvrages, disent: Mon livre, mon commentaire, mon histoire, etc. Ils sentent leurs bourgeois qui ont pignon sur rue , et toujours un chez moi à la bouche. Ils feraient mieux de dire : Notre livre, notre commentaire, notre histoire, etc., vu que d'ordinaire il ya plus en cela du bien d'autrui que du leur.
Page 42 - Un grain de sable, placé dans l'urètre de Cromwell, a décidé du sort de l'Europe, et si le nez de Cléopâtre eût été plus court, la face de la terre eût été changée. S'enorgueillira-t-il de la force de son esprit? Le bourdonnement d'une mouche l'empêche de penser. Si vous voulez qu'il puisse trouver la vérité, chassez cet insecte importun qui trouble cette puissante intelligence, qui gouverne lès villes et les royaumes.
Page 49 - ... ils ne s'accordèrent pas sur les moyens de se garantir de ses erreurs. L'un se jeta avec nonchalance dans les bras du scepticisme ,, l'autre invoqua les secours et les lumières de la foi. Montaigne fatigue ses lecteurs par son doute continuel , et les livre à une perplexité désolante. Pascal, en les rattachant à des idées positives et d'un ordre supérieur, affermit, élève leur esprit, épure, ennoblit leurs sentiments.
Page 57 - Né àClermont en Auvergne, le 19 juin 1623, il fut élevé par son père, Etienne Pascal, premier président à la cour des aides de Clermont, puis intendant à Rouen. Le père de Pascal vint à Paris vers 1631 , et son fils conçut dans la société des savants qu'il réunissait chez lui une grande passion pour les sciences. Il trouva dès l'âge de douze ans, sans le secours d'aucun livre, les trentedeux premières propositions...
Page 59 - Bossut, dans son Discours sur la vie et les ouvrages de Pascal, ne laisse aucun doute : « La suspension de la brouette est ingénieuse relative...
Page 68 - Son corps ayant été ouvert, on trouva qu'il avoil l'estomac et le foie flétris, les intestins gangrenés : on remarqua avec étonnement que son crâne contenoit une quantité énorme de cervelle, dont la substance étoit fort solide et fort condensée. Tel fut cet homme extraordinaire, qui reçut en partage de la nature tous les dons de l'esprit : géomètre du premier ordre ; dialecticien profond, écrivain éloquent et sublime. Si on se rappelle...
Page 27 - Cette nouvelle manière de traiter un sujet ingrat et épineux, la gaieté inépuisable des récits, la situation dramatique des personnages, le mouvement continuel de la scène, la piquante variété des tableaux, et l'originalité du style, donnèrent à ces Lettres une vogue prodigieuse.
Page 68 - Ce grand homme mourut le 19 août i66-i à l'âge de trente-neuf ans et deux mois. Son corps ayant été ouvert, dit M.
Page 48 - ... celles de la pensée , précipité par son génie ardent dans les plus sombres abstractions des doctrines ascétiques, devoit repousser avec horreur des maxi- r (*) Son père le faisoit éveiller le matin au SOD des_ instruments.

Bibliographic information