Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]

Le caractère spécial de l'homme moderne est la frivolité.

158

La cause de ce défaut est la faiblesse de la volonté.

160

Influence de la volonté sur la connaissance et sur le génie de

l'homme.

163

La médiocrité littéraire des modernes vient de la légèreté de leur

esprit.

166

Modèles italiens et récents d'une volonté forto : Napoléon et Victor

Alfieri.

168

Eloge d'Alfieri.

169

La force de la volonté dépend en grande partie de l'éducation. 181

Qu'est-ce que l'éducation --- Sa nécessité.

181

Des diverses formes qu'elle a prises selon le cours des temps et la

diversité des peuples. — Elle fut publique chez les anciens, presque

publique au moyen-âge.

183

De la part des ecclésiastiques dans l'éducatiou de la jeunesse. 187

L'éducation devient privée chez les modernes. Causes de ce

changement ; fausses théories en politique et en pédagogie chez les

Anglais et chez les Français.

189

De Jean-Jacques Rousseau. Erreur de son Emile.

191

Des doctrines politiques sur la liberté de l'éducation. Leur fausseté., 193

L'éducation manque presque complètement dans l'état présent de

l'Europe. Défaut des méthodes d'enseignement en vigueur aujour-

d'hui. L'enseignement public doit être un, fort, dépendant de l'état.

Frivolité de l'enseignement des chaires, tel qu'il est pratiqué au-

jourd'hui dans les pays les plus éclairés.

199

Des journaux.— Défauts et inconvénients des journaux tels qu'ils

s'impriment en France pour la plupart. Ils nuisent à la littérature

et aux sciences dans leurs auteurs comme dans leurs lecteurs.

201

Nécessité de l'instruction publique, et d'un pouvoir supreme

chargé de l'éducation.

203

La première ne répugne pas aux meurs, ni la seconde à la liberté

politique des modernes.

Quelle chose c'est que le génie speculatif.

De la secte des modernes sophistes et des artisans de paroles.

Leurs qualités.

On passe en revue les principales qualités du génie speculatif,

et l'on termine ainsi ce chapitre.

Du déclin des études spéculatives sous le rapport de

CHAPITRE III.

l'objet.

En perdant l'unité idéale, le genre humain perdit son infaillibilite,

qui passa dans l'Eglise. Quand le genre humain recouvrera-t-il ce

privilége? — Quiconque est hors de l'Eglise est hors du genre hu-

main. - Composition organique de l'Eglise.

L'Eglise est conservatrice et propagatrice de l'Idée; elle unit le

principe du repos à celui du mouvement,

Des formules de définition employées par l'Eglise.

De la science idéale : elle est rationnelle et révélée. — Rapports

réciproques de ces deux parties.

La science rationnelle ou la philosophie se divise en deux grandes

époques, dont chacune correspond à l'une des deux révélations.

Le lien entre la révélation et la philosophie est la tradition.

L'altération de la tradition, et conséquemment de la vérité, fut dans

son origine une coufusion des langues.

L'effet de cette confusion fut le paganisme.

L'organisation ecclésiastique est le seul moyen par lequel la tradi-

tion puisse se conserver ivtacle. De l'église judaique ; en quoi elle

différait de l'Eglise chrétienne.

La philosophic païenne se trouvait, à l'égard de la révélation pri-

mitive, dans une situation différente de celle de la philosophie chré-

tienne, à l'égard de la révélation évangélique.

Il y a deux traditions, l'une religieuse, l'autre scientifique.

Deux classes de systèmes philosophiques : les uns traditionnels et

orthodoxes, les autres anti-traditionnels et hétérodoxes.

Les premiers se subdivisent en progressifs et rétrogrades.

Quatre qualités principales qui différencient les systèmes hétéro-

doxes des orthodoxes,

La philosophic orthodoxe est perpétuelle.

Différentes manières dont le système hétérodoxe peut rompre le fil

de la tradition.

Trois périodes de la philosophie chrétienne. De la période

moderne.

Du psychologisme : sa définition et celle de l'ontologisme , son

contraire.

Le psychologisme est l'hétérodoxie moderne des sciences philoso-

phiques. René Descartes, sou fondateur , graud mathéinati-

cicn , très-pauvre philosophe.

Paralogisme puéril de sa méthode,

Présomption intolérable de son entreprise et de ses promesses. 320

Causes pour lesquelles le cartésianisme prévalut et eut une cer-

taine vogue.

- Deux doctrines et deux littératures en présence l'une

de l'autre à la fin du xve et au commencement du xvpe siècle.

Abus et désordres qui régnaient alors.

321

Nécessité d'une réforme catholique.

323

Trois réformes hétérodoxes, deux religieuses, la troisième philoso-

phique. - L'Allemand Luther et l'Italien Socin, auleurs des deux pre-

mières ; le Français Descartes , auteur de la troisième. - Vices de la

Scholastique, qui préparèrent les erreurs plus modernes.

Analogie de la méthode protestante avec la méthode cartésienne. 332

Descartes n'émancipa point la philosophie, comme on le croit au-

jourd'hui ; au contraire, il la réduisit en servitude.

337

Contradictions ridicules de sa doctrine.

338

Descartes ne ressemble point à Socrate par sa méthode, ni à Platon

par sa théorie des idées innées.

342

Vice de la maxime cartésienne : Je pense, donc je suis.

347

Le seusisme en est la conséquence. Absurdité du sensisme. La
prédominance du sensisme a rapetissé la philosophie moderne

..

544
En quoi il a nui aux études historiques. - La religion est la clef de

'histoire.

349

La philosophie née du cartesianisme se partage en cinq écoles.

Du rationalisme psychologique, différent du rationalisme ontolo-

gique.

357

Deux classes de philosophes français.

358

De quelques éclectiques français en particulier. — Enumération des

divers défauts et des inconvénients de l'éclectisme et du psychologisme. 367

Réflexion psychologique et ontologique.

378

Objections des psychologistes. Réponse.

379

Du sens ontologique.

385

L'ontologisme est conforme au caractère et au procédé du christia.

nisme.

388

Récapitulation du chapitre.

390

« PreviousContinue »