Journal littéraire, Volume 1

Front Cover
A. CL. Forget, 1796
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 94 - II m'enseigne à n'avoir affection pour rien; De toutes amitiés il détache mon âme ; Et je verrais mourir frère , enfants , mère , et femme, Que je m'en soucierais autant que de cela.
Page 187 - J'écris pour lui, non pour moi-même, Et cherche des succès dont je n'ai qu'à rougir.
Page 311 - Lors il lève la jambe au jarret ramassée, Et d'un œil innocent il couvroit sa pensée, Se tenant suspendu sur les pieds en avant. Le loup qui l'apperçoit se lève de devant, S'excusant de ne lire avecq' ceste parolle, Que les loups de son temps n'alloient point à l'esr olle.
Page 238 - Phyllis , avec moi , viens passer la soirée ; Qu'à table les Amours nous couronnent de fleurs ; De myrte , comme toi , que leur mère parée Vienne de mon esprit effacer ces noirceurs : Et toi , père de l'allégresse , Viens à l'ardeur de ma tendresse ,, Bacchus , joindre ton enjoûment; Viens sur moi d'une double ivresse Répandre tout l'enchantement.
Page 239 - Essai sur la propagation de la musique en France, sa conservation et ses rapports avec le gouvernement, par J.-B.
Page 90 - La même erreur les fait errer diversement : Chacun suit dans le monde une route incertaine, Selon que son erreur le joue et le promène ; Et tel y fait l'habile et nous traite de fous, Qui sous le nom de sage est le plus fou de tous.
Page 104 - ... les gens de lettres sont si épris, j'en ai par-dessus la tête. Puisque, de votre aveu, je n'ai presque rien à prétendre, trouvez bon que je me retire. Si la société ne m'est bonne à rien, il faut que je commence à être bon pour moi-même. Il est ridicule de vieillir, en qualité d'acteur, dans une troupe où l'on ne peut pas même prétendre à la demi-part.
Page 310 - L'insatiable faim qu'elle avoit au dedans. Furieuse elle approche, et le loup, qui l'advise, D'un langage flateur luy parle et la courtise : Car ce fut de tout temps que, ployant sous l'effort, Le petit cède au grand, et le foible au plus fort.
Page 250 - Ma foi, c'est un triste soldat Que celui qui ne sait pas boire; II voit les dangers du combat; Le buveur n'en voit que la gloire. Versez donc, etc.
Page 90 - N'en déplaise à ces fous nommés sages de Grèce , En ce monde il n'est point de parfaite sagesse : Tous les hommes sont fous , et , malgré tous leurs soins , Ne diffèrent entre eux que du plus ou du moins. Comme on voit qu'en un bois que cent...

Bibliographic information