Mémoires sur la cour de Louis XIV et de la Régence: extraits de la correspondance allemand de madame Élisabeth-Charlotte, Duchesse d'Orleans : précédés d'une notice sur cette princesse et accompagnés de notes

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 15 - Monsieur, ni qui que ce fût, je la pris un jour par la main, et, la conduisant dans un coin, je lui dis : « Madame, vous êtes aimable, vous avez beaucoup d'esprit, mais vous avez une manière de parler dont le roi et Monsieur s'accommodent parce qu'ils y sont accoutumés; pour moi, qui ne fais que d'arriver, je n'y suis point faite ; je me fâche quand on se moque de moi ; c'est pourquoi j'ai voulu vous donner un petit avis. Si vous m'épargnez, nous serons très-bien ensemble ; mais si vous me...
Page 58 - ... me trouver pour me consoler, et elle me dit qu'il fallait la féliciter et non la plaindre, puisqu'elle commençait, dès ce moment, à être heureuse; elle dit qu'elle n'oublierait de sa vie la grâce et l'amitié que je lui avais témoignée et qu'elle n'avait jamais méritée de ma part '. Peu de temps après je retournai la voir, j'étais curieuse de savoir pourquoi elle était restée si longtemps comme une suivante chez la Montespan. Dieu, me dit-elle, avait touché son cœur, lui avait...
Page 53 - J'ai vu souvent, nous dit-elle, le roi manger quatre assiettées de soupes diverses , un faisan entier , une perdrix , une grande assiettée de salade, du mouton au jus et à l'ail, deux bonnes tranches de jambon, une assiettée de pâtisseries et puis encore du fruit et des confitures.
Page 316 - Languedoc, avait envoyé ce prétendu ambassadeur pour des affaires de négoce entre des marchands, et que, pour se faire défrayer, il contrefit l'ambassadeur de Perse; que Pontchartrain...
Page 237 - Avec autant de grâces dans l'esprit que dans la figure , elle cachait , sous un voile de naïveté . la fausseté la plus dangereuse ; sans la moindre idée de la vertu , qui était...
Page 15 - Madame, vous êtes aimable, vous avez beaucoup d'esprit ; mais vous avez une manière de parler dont le roi et Monsieur s'accommodent, parce qu'ils y sont accoutumés: pour moi, qui ne fais que d'arriver, je n'y suis point faite; je me fâche quand on se moque de moi; c'est pourquoi j'ai voulu vous donner un petit avis. Si vous m'épargnez , nous serons très-bien ensemble; mais si vous me traitez comme les autres, je ne vous dirai rien : cependant je m'en plaindrai à votre mari ; et s'il ne vous...
Page 263 - Nous met tous à l'aumône ; 11 nous a pris tout notre argent. Et n'en rend à personne ; Mais le Régent, humain et bon. La faridondaine, la faridondon Nous rendra ce qu'on nous a pris, Biribi, A la façon de Barbari, Mon ami. Paria, l
Page 182 - ... de tous les péchés était de manger de la viande un jour maigre. Après le départ de la cour, il lui donna pour tout souper de la salade et du pain rôti dans l'huile. La Raisin en a bien ri elle-même et l'a raconté à plusieurs personnes.
Page 254 - Je ne trouve pas étonnant Que l'on fasse un ministre, Et même un prélat important D'un maquereau, d'un cuistre ; Rien ne me surprend en cela, Et ne sait-on pas comme De son cheval Caligula Fit un consul de Rome ? A M.
Page 89 - S'il devenait plus savant que le roi , il ne saurait plus obéir aveuglément. On n'a jamais vu deux frères plus différents que le roi et Monsieur : le roi était grand et cendré , il avait un air mâle et une belle mine ; Monsieur, sans avoir un air ignoble , était très-petit , il avait les cheveux et les sourcils très-noirs; de grands yeux d'une couleur foncée, un visage long et assez étroit , un grand nez, une bouche trop petite, et de vilaines dents ; il n'aimait <ju'à jouer, tenir un...

Bibliographic information