Page images
PDF
EPUB

l'on veut pénétrer le fond, on n'y trouve rien de lié, rien qui se soutienne : son esprit n'a aucune justesse, aucune habitude de raisonner , & son imagination, assujettie aux caprices, aux fantaisies , est presque vuide d'idées. Faut-il s'étonner qu’une fille pareille devenue femme donne dans tant de travers , fasse son capital de tant de bagatelles , soit d'une si foible ressource pour la conduite de sa famille , & des affaires domestiques? Est-elle propre à autre chose qu'à produire des enfans? Est-elle en état de leur donner une bonne éducation? Peut-elle les conduire par des routes qu'elle ne connoît

pas, leur enseigner ce qu'elle ignore? Voilà autant de choses qu’un homme sage doit éviter dans le choix d'une femme. Qu'il s'attache à celles qui auront eu le meilleur exemple dans leur famille , & la meilleure édu

cation,

[ocr errors]

cation; ou à celles que la nature aura le plus favorisées des dons de l'ame.

Au reste on se flateroit envain de trouver une personne sans défauts, celle qui en a le moins est la plus parfaite : mais lorsqu'on les connoît avant que de s'engager , il faut, autant qu'on le peut, ne passer que sur ceux qui sont les plus faciles à supporter. C'est ce que chacun peut sentir selon son goût & ses inclinations , dont la conformité contribue à rendre les mariages heureux.

Quand on se marie , rarement la raison nous conduit. Quelque pafsion domine presque toûjours. Ou l'idée de satisfaire quelques desirs , ou l'intérêt, nous occupent. On ne songe pas aux vices de l'ame , ni aux changemens auxquels le corps est sujet , ni aux embarras du mariage. On est surpris de trouver

Bbb

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

dans une femine de la légereté, de l'inconstance , de l'humeur , de la vanité, l'amour des plaisirs , & le goût des riens; on ne s'attend

pas aux changemens que causent l'âge, les maladies , & divers accidens du mariage ; on ne prévoit pas les inquiétudes, les chagrins & les peines que donne le soin d'élever les enfans. La mauvaise humeur, les dégoûts , & l'impatience, succedent bien-tôt aux passions qui séduisoient d'abord.

Quoique la douceur , la complaisance & l'indulgence , n'aient pas toûjours l'éclat des autres vertus, elles ne sont pas moins recommandables , puisqu'elles maintiennent l’union des coeurs , & la bonne intelligence, le plus grand bien du mariage. Mais quand on est une fois lié, on celle de se contraindre, on se néglige en tout, on ne s'embarrasse plus de plaire à la personne

dont il est le plus important d'être aimé, ayant à vivre avec elle. On se contente seulement de quelques dehors de bienséance , lorsque dans l'intérieur ce n'est que mépris , inquiétudes, plaintes, contestations & quereles. Mais il est bien insensé de croire corriger des défauts, ou des vices , par l'aigreur, qui ne peut au contraire que les irriter. La douceur, la prudence, & les sages conseils , les caresses même font des moyens bien plus sûrs. Si l'on ne s'en croit pas capable, on vivroit bien plus heureux de ne pas s'engager dans une société qui dure autant que la vie.

Les qualités le plus à rechercher dans le mariage sont celles du coeur: mais il faut qu'un homme y joigne celles de l'esprit. Il est le chef & le soutien de cette union facrée & par conséquent destiné à l'être d'une petite République dont les grandes sont composées. Il doit être le flambeau qui l'éclaire , & qui la guide par des routes certaines. Il faut une grande sagesse, & beaucoup de belles connaissances pour bien élever les enfans ; & les affaires de famille demandent de l'intelligence pour les bien conduire. D'ailleurs, il ne suffit pas d'être mariés pour s'aimer véritablement : il est important de mériter l'eftime & la confiance d'une femme, ce qui arrive nécessairement lorsqu'on a l’estime, & la considération du public, parce qu'on ne l'obtient que par l'esprit , les talens, la pureté des moeurs, & l'attachement à ses devoirs , comme chef de famille, & comme citoyen. Une femme ne fait guere cas de son mari qu'à proportion de la réputation qu'il a dans le monde ; l'honneur & les avantages qu'il en retire se répandent sur elle & sur

« PreviousContinue »