Page images
PDF
EPUB

elle a une harmonie particuliere qui lui donne beaucoup de grace, mais qui a peu de rapport à celle des autres langues.

A l'égard des Orateurs François qui ont appris la Rhétorique en Latin, on avouera qu'ils y ont trouvé plus de difficulté d'abord, & qu'ensuite ils ont eu plus de peine à écrire & à parler éloquemment en François, que fi on les avoit enseignés en cette langue. Or il faut , autant que l'on peut , épargner la peine, toûjours prise aux dépens du tems, qui est précieux à qui fait l'employer utilement.

La Grammaire est la premiere étude que j'ai proposée: mais il s'a git ici de l'élégance , & de la politelle du style; c'est pourquoi je conseille de donner aux jeunes gens les remarques sur la langue Françoise par Vaugelas avec les observations de Patru , de T. Corneille & de l'Académie Françoise. On fera bien d'y joindre les décisions de la même Académie , recueillies par l'Abbé Tallemant, les remarques de Grammaire sur Racine par M. l'Abbé d'Olivet , avec les réponses de M. l'Abbé Desfontaines , & de M. de Soubeyran , en faveur de ce Poëte, & les doutes sur la langue Françoise, proposés par un Gentilhomme de Province : ce sont plutôt des décisions que des doutes. Le P. Bouhours, qui en est l’Auteur, propose plusieurs difhcultés sur ce qui regarde le choix des mots, la pureté des phrases, la régularité de la construction , l'exa&itude & la netteté du style: Le Traité de la Profodie Françoise par M. l'Abbé d'Olivet, est très-utile pour la prononciation, & pour

l'harmonie dans la prose & dans les vers. Comme l'on peut se trouver souvent embarrassé dans le doute & l'incertitude, il est

nécessaire de donner aux jeunes gens quelque Dictionnaire de la langue Françoise. Celui de Trévoux est le plus étendu de tous : mais la derniere édition du Dictionnaire de l'Académie est ce qui doit avoir le plus d'autorité pour la valeur , l'énergie , & le véritable usage des termes de la langue Françoise.

Depuis un siecle elle a été enrichie d'un grand nombre de Rhétoriques , soit de traductions, soit d'originaux; ainsi l'on ne peut être embarrassé que du choix. Je suis d'avis de préférer la Rhétorique, ou les regles de l'éloquence par M. Gibert. Il explique la matiere par

des préceptes, & des exemples excellens , qu'il a puisés avec beaucoup de jugement dans les véritables sources. Cet ouvrage est le fruit d'une longue expérience: je ne crois pas qu'il y en ait qui convienne mieux aux commençans. Cependant on peut se servir de l’Art de parler du P. Lamy, & passer légerement sur la premiere & la troilieme Partie. Tout l'ouvrage est refondu dans la quatrieme édition ; c'est celle que je conseille de préférer. On fera bien de donner ensuite la tradu&ion de Quintilien par l'Abbé Gedoyn. L'ouvrage est excellent : mais il y a bien des choses inutiles, que les maîtres feront passer aux jeunes gens. C'est ce qu'a fait M. Rollin, dans l'édition abrégée qu'il en a donnée en Latin. Le Traité du Sublime de Longin, traduit par Despréaux ; l'Orateur de Ciceron, traduit par l'Abbé Colin, seront fort utiles ; mais plus utile encore est la partie de la Rhétorique d’Aristote , qui regarde les moeurs & les passions. Ce grand Philosophe pénetre dans le coeur de l'homme, enseigne les détours

[ocr errors]

qu'il faut prendre pour profiter de ses foiblelles, y exciter des mouvemens , faire naître des passions, & s'en rendre le maître: ce sont là les fondemens de la persuasion, & la force de l’éloquence.

Il est une infinité de Traités sur l'éloquence : mais ceci peut suffire. Je conseille néantmoins d'ajouter à ces Auteurs quelques ouvrages critiques, comme le cours (a) de Belles Lettres diftribué

par

exercices, la maniere de bien penser dans les ouvrages d'esprit, par le P.Bouhours , les sentimens de Cléante sur les entretiens d'Ariste & d'Eugene du même Auteur par M. Barbier d’Aucour, ouvrage excellent. Les sentimens de l'Académie sur la Tragi-Comédie du Cid, les Observations de Ménage sur les Poësies de Malherbe, les Agrémens du lan

(a) A Paris chez Desaint & Saillant ruc S. Jean de Beauvais. 17+7. II. Part.

D

« PreviousContinue »