Page images
PDF
EPUB

IO

D'un tranchant aviron déjà coupent les eaux;
Cent guerriers s'y jetant signalent leur audace;
Le Rhin les voit d'un oeil qui porte la menace;
Il s'avance en courroux. Le plomb vole à l'instant,
Et pleut de toutes parts sur l'escadron flottant;
Du salpêtre en fureur l'air s'échauffe et s'allume,
Et des coups redoublés tout le rivage fume;
Déjà, du plomb mortel plus d'un brave est atteint;
Sous les fougueux coursiers l'onde écume et se plaint.
De tant de coups affreux la tempête orageuse
Tient un temps sur les eaux la fortune douteuse;
Mais Louis d'un regard sait bientôt la fixer;
Le destin à ses yeux n'oserait balancer.
Bientôt, avec Gramont, courent Mars et Bellone:
Le Rhin à leur aspect d'épouvante frissonne,
Quand, pour nouvelle alarme à ses esprits glacés,
Un bruit s'épand qu'Enghien et Condé sont passés:
Condé, dont le seul nom fait tomber les murailles,
Force les escadrons, et gagne les batailles !
Enghien, de son hymen le seul et digne fruit,
Par lui dès son enfance à la victoire instruit!
L'ennemi renversé fuit et gagne la plaine;
Le dieu lui-même cède au torrent qui l'entraîne;
Et seul dés espéré, pleurant ses vains efforts,
Abandonne à Louis la victoire et ses bords ...

15

20

25

3. A son esprit, 1668

SATIRE IX

[ Boileau avait attaqué très franchement et très courageusement beaucoup de mauvais poètes, et ceux-ci — souvent des hommes in

ats — donnèrent cours à leur colère et lancèrent des accusations itees contre lui. Boileau leur fait cette ingénieuse réponse, où

fluen

irritée

ayant l'air de s'accuser lui-même, il le fait de telle façon que la plaisanterie retombe toujours sur ses ennemis.

· La Satire est présentée sous forme d'un discours de Boileau à son Esprit auquel il reproche de l'avoir par ses traits de satire exposé à beaucoup de désagréments. Il reconnaît modestement que luimême n'est pas un poète original, mais prétend qu'on peut détester de mauvais vers sans en faire soi-même de bons; et que la satire a son utilité.] C'est à vous, mon Esprit, à qui je veux parler: Vous avez des défauts que je ne puis celer; Assez et trop longtemps ma lâche complaisance

De vos jeux criminels a nourri l'insolence; 5 Mais, puisque vous poussez ma patience à bout, Une fois en ma vie il faut vous dire tout.

On croirait, à vous voir, dans vos libres caprices, Discourir en Caton des vertus et des vices,

Décider du mérite et du prix des auteurs,
10 Et faire impunément la leçon aux docteurs,

Qu'étant seul à couvert des traits de là satire,
Vous avez tout pouvoir de parler et d'écrire;
Mais, moi, qui dans le fond sais bien ce que j'en crois,

Qui compte tous les jours vos défauts par mes doigts, 15 Je ris, quand je vous vois, si faible et si stérile,

Prendre sur vous le soin de réformer la ville,
Dans vos discours chagrins plus aigre, et plus mordant
Qu'une femme en furie, ou Gautiera en plaidant.

Mais, répondez un peu: Quelle verve indiscrète 20 Sans l'aveu des neuf Seurs vous a rendu poète?

Sentiez-vous, dites-moi, ces violents transports

1 La Satire VIII (1667) est dédiée à M. Morel, docteur de Sorbonne.

2 Avocat célèbre alors à Paris, qui excellait à diffamer la partie adverse; aussi, on l'appelait «Gautier la gueule» à cause de sa forte voix.

IS

Qui d'un esprit divin font mouvoir les ressorts?
Qui vous a pu souffier une si folle audace?
Phébus a-t-il pour vous aplani le Parnasse?
Et ne savez-vous pas que, sur ce mont sacré,
Qui ne vole au sommet tombe au plus bas degré,
Et qu'à moins d'être au rang d'Horace ou de Voiture,
On rampe dans la fange avec l'abbé de Pure??

Que si tous mes efforts ne peuvent réprimer
Cet ascendant malin qui vous force à rimer,
Sans perdre en vains discours tout le fruit de vos veilles, 10
Osez chanter du Roi les augustes merveilles:
Là, mettant à profit vos caprices divers,
Vous verriez tous les ans fructifier vos vers,
Et, par l'espoir du gain votre Muse animée
Vendrait au poids de l'or une once de fumée.
Mais en vain, direz-vous, je pense vous tenter
Par l'éclat d'un fardeau trop pesant à porter:
Tout chantre ne peut pas, sur le ton d'un Orphée,
Entonner en grands vers la Discorde étouffée;
Peindre Bellone en feu tonnant de toutes parts,
Et le Belge effrayé fuyant sur ses remparts.3
Sur un ton si hardi, sans être téméraire,
Racan* pourrait chanter au défaut d'un Homère;
Mais, pour Cotins et moi, qui rimons au hasard,

1 Boileau, croyait-il vraiment à la grandeur de Voiture, ou est-ce encore une critique de l'Hôtel de Rambouillet qui donnait tant d'importance aux frivolités de celui-ci?

2 Auteur d'un roman La précieuse ou le mystère de la ruelle (1656); avait écrit contre Boileau (1634-1680).

3 Guerre contre l'Espagne (1667–1668), campagne de Flandres. * Disciple de Malherbe, partant admiré de Boileau.

5 L'abbé Cotin, habitué de l'Hôtel de Rambouillet; le Trissotin des Femmes savantes de Molière; auteur de Despréaux ou la satire des satires dirigée contre Boileau (1666). Voir un madrigal de Cotin, p. 51.

20

5

10

Que l'amour de blâmer fit poètes par art,
Quoiqu'un tas de grimauds vante notre éloquence
Le plus sûr est pour nous de garder le silence.
Un poème insipide et sottement flatteur
Déshonore à la fois le héros et l'auteur;
Enfin, de tels projets passent notre faiblesse.

Ainsi parle un esprit languissant de mollesse,
Qui, sous l'humble dehors d'un respect affecté,
Cache le noir venin de la malignité.
Mais, dussiez-vous en l'air voir vos ailes fondues,
Ne valait-il pas mieux vous perdre dans les nues
Que d'aller sans raison, d'un style peu chrétien,
Faire insulte en rimant à qui ne vous dit rien,
Et, du bruit dangereux d'un livre téméraire,
A vos propres périls, enrichir le libraire??

Vous vous flattez, peut-être, en votre vanité,
D'aller, comme un Horace, à l'immortalité;
Et déjà, vous croyez, dans vos rimes obscures,
Aux Saumaises? futurs préparer des tortures.
Mais, combien d'écrivains, d'abord si bien reçus,
Sont de ce fol espoir honteusement déçus!
Combien, pour quelques mois, ont vu fleurir leur livre,
Dont les vers en paquet se vendent à la livre3...

Mais, je veux que le sort, par un heureux caprice,
Fasse de vos écrits prospérer la malice,
Et qu'enfin, votre livre aille, au gré de vos vaux,

15

20

25

1 A cette époque les écrivains laissaient aux libraires les profits de leurs æuvres; du reste ils étaient presque tous pensionnaires du roi ou des grands de la cour.

2 Célèbre commentateur (1588–1658). Ne pas confondre avec Somaize, auteur du Dictionnaire des précieuses.

3 En France encore aujourd'hui les boutiquiers enveloppent leurs marchandises dans des sacs de papier faits de vieux livres ou.journaux. 1 Jonas, ou Ninive pénitente, poème biblique, par Coras (1663). David, poème de Las Fargues (1660). Moïse sauvé, poème de SaintAmant (1653).

15

Faire siffier Cotin chez nos derniers neveux:
Que vous sert-il qu'un jour l'avenir vous estime,
Si vos vers aujourd'hui vous tiennent lieu de crime,
Et ne produisent rien, pour fruit de leurs bons mots,
Que l'effroi du public et la haine des sots?
Quel démon vous irrite, et vous porte à médire?
Un livre vous déplaît: qui vous force à le lire?
Laissez mourir un fat dans son obscurité.
Un auteur ne peut-il pourrir en sûreté?
Le Jonas inconnu sèche dans la poussière;
Le David imprimé n'a point vu la lumière;
Le Moïsel commence à moisir par les bords;
Quel mal cela fait-il? Ceux qui sont morts sont morts!
Le tombeau contre vous ne peut-il les défendre?
Et, qu'ont fait tant d'auteurs pour remuer leur cendre?
Que vous ont fait Perrin, Bardin, Pradon, Haynaut,
Colletet, Pelletier, Titreville, Quinault,2
Dont les noms, en cent lieux, placés comme en leurs niches,
Vont de vos vers malins remplir les hémistiches?
Ce qu'ils font vous ennuie ... O le plaisant détour!
Ils ont bien ennuyé le Roi, toute la cour,

? L'abbé Perrin, traducteur de l'Énéide, premier directeur de l'Opéra qu'il avait fondé en 1669. Bardin, auteur de Pensées morales sur l'Ecclésiaste. Pradon, rival de Racine (voir Epître VII de Boileau). Haynaut, ami de Molière, auteur de quelques sonnets. Colletet, fils d'un des cinq collaborateurs au service de Richelieu. Pelletier, rimeur souvent attaqué par Boileau. Titreville, «Poète décrié» (note de Boileau): c'est tout ce qu'on sait de lui. Quinault, auteur de dix-sept tragédies, attaquées violemment par le critique Zoïle. Le style de Quinault était très sentimental et c'est ce qui explique la comparaison ironique que Boileau suggère au vers 288 avec Virgile. P. 104, 1. 22.

20

« PreviousContinue »