Page images
PDF
EPUB

il débrouille de même l'horrible chaos des deux empires, le Babylonien et l'Assyrien; il connaît à fond les Égyptiens et leurs dynasties. Il n'a jamais vu Versailles, il ne

le verra point: il a presque vu la tour de Babel; il en 5 compte les degrés; il sait combien d'architectes ont pré

sidé à cet ouvrage; il sait le nom des architectes. Dirai-je qu'il croit Henri IV fils de Henri III1? Il néglige du moins de rien connaître aux maisons de France, d'Autriche et

de Bavière: «Quelles minuties!» dit-il, pendant qu'il récite 10 de mémoire toute une liste des rois des Mèdes ou de Baby

lone, et que les noms d'Apronal, d'Hérigebal, de Noesnemordach, de Mardokempad, lui sont aussi familiers qu'à nous ceux de Valois et de Bourbon. Il demande si l'Em

pereur2 a jamais été marié; mais personne ne lui apprendra 15 que Ninus3 a eu deux femmes. On lui dit que le Roi jouit

d'une santé parfaite, et il se souvient que Thetmosis, un roi d'Égypte, était valétudinaire, et qu'il tenait cette complexion de son aïeul Alipharmutosis. Que ne sait-il

point? Quelle chose lui est cachée de la vénérable anti20 quité? Il vous dira que Sémiramis, ou selon quelques-uns,

Sérimaris, parlait comme son fils Ninyas, qu'on ne les distinguait pas à la parole: si c'était parce que la mère avait une voix mâle comme son fils, ou le fils une voix efféminée comme sa mère, qu'il n'ose pas le décider. Il

1 Henri III, dernier roi de la maison des Valois (1574-1589), n'avait pas d'enfant. Après les guerres de religion, Henri, le fils d'Antoine de Bourbon, roi de Navarre et chef du parti protestant, devint roi de France en renonçant au protestantisme sous le nom de Henri IV (1589–1610). Il inaugura le règne des Bourbons.

? L'empereur Léopold I° d'Allemagne (1658–1705) avait eu trois femmes.

3 Le fondateur de Ninive (2000 av. J. C.) le second mari de Sémiramis qui l'assassina et devint reine d'Assyrie. A son tour elle fut assassinée par son fils Ninyas.

vous révèlera que Nembrot? était gaucher, et Sésostris? ambidextre; que c'est une erreur de s'imaginer qu'un Artaxerxe3 ait été appelé Longuemain parce que les bras lui tombaient jusqu'aux genoux, et non à cause qu'il avait une main plus longue que l'autre; et il ajoute qu'il y a 5 des auteurs graves qui affirment que c'était la droite, qu'il croit néanmoins être bien fondé à soutenir que c'est la gauche.

DES BIENS DE FORTUNE

7. Si le financier manque son coup, les courtisans disent de lui: «C'est un bourgeois, un homme de rien, un 10 malotru); s'il réussit, ils lui demandent sa fille.

18. Champagne,4 au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province, si l'on n'y remédiait. 15 Il est excusable: quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim?

78. Ni les troubles, Zénobie, qui agitent votre empire, ni la guerre que vous soutenez virilement contre une 20 nation puissante depuis la mort du roi votre époux, ne diminuent rien de votre magnificence. Vous avez pré

i Fondateur de Babylone.
2 Roi d'Egypte.
3 Roi de Perse.

4 Champagne=peut-être le financier Monnerot, homme de naissance obscure, ami des bons repas.

6 Deux marques de vin de champagne.

6 La célèbre reine de Palmyre (11° siècle), qui eut à soutenir une guerre de cinq ans contre les romains après la mort de son époux et qui fut vaincue. Les ruines de Palmyre venaient d'être découvertes en 1691, et La Bruyère écrivit ce Caractère en 1694.

féré à toute autre contrée les rives de l'Euphrate pour y élever un superbe édifice: l'air y est sain et tempéré, la situation en est riante: un bois sacré l'ombrage du côté

du couchant. Les dieux de Syrie, qui habitent quelque5 fois la terre, n'y auraient pu choisir une plus belle demeure.

La campagne autour est couverte d'hommes qui taillent et qui coupent, qui vont et qui viennent, qui roulent ou qui charrient le bois du Liban, l'airain et le porphyre; les

grues et les machines gémissent dans l'air, et font espérer 10 à ceux qui voyagent vers l'Arabie de revoir à leur retour

en leurs foyers ce palais achevé, et dans cette splendeur où vous désirez de le porter avant de l'habiter, vous et les princes vos enfants. N'y épargnez rien, grande reine;

employez-y l'or et tout l'art des plus excellents ouvriers; 15 que les Phidias et les Zeuxis de votre siècle déploient

toute leur science sur vos plafonds et sur vos lambris; tracez-y de vastes et délicieux jardins, dont l'enchantement soit tel qu'ils ne paraissent pas faits de la main des

hommes; épuisez vos trésors et votre industrie sur cet 20 ouvrage incomparable; et après que vous y aurez mis,

Zénobie, la dernière main, quelqu'un de ces pâtres qui habitent les sables voisins de Palmyre, devenu riche par les péages de vos rivières, achètera un jour à deniers

comptants cette royale maison, pour l'embellir et la 25 rendre plus digne de lui et de sa fortune.

1 La Bruyère a certainement dans l'idée plusieurs faits contemporains, par exemple, D'Heryart avait acheté et remis à neuf somptueusement le bel hôtel du duc d'Épernon. Et ces faits-là allaient se multiplier au XVIIIe siècle. En 1698 déjà le château de Rambouillet (où était mort François Io) fut acheté par Fleuriau D'Armenonville et «restauré»; l'un des plus célèbres de ces parvenus est Dupin qui s'était élevé au rang de fermier général, avait acquis le château de Chenonceaux et avait dépensé à sa réconstruction des sommes énormes.

83. Giton! a le teint frais, le visage plein et les joues pendantes, l'eil fixe et assuré, les épaules larges, l'estomac haut, la démarche ferme et délibérée. Il parle avec confiance; il fait répéter celui qui l'entretient, et il ne goûte que médiocrement tout ce qu'il lui dit. Il déploie un 5 ample mouchoir, et se mouche avec grand bruit; il crache fort loin, et il éternue fort haut. Il dort le jour, il dort la nuit, et profondément: il ronfle en compagnie. Il occupe à table et à la promenade plus de place qu'un autre; il tient le milieu en se promenant avec ses égaux; il s'arrête, et l'on 10 s'arrête; il continue de marcher, et l'on marche; tous se règlent sur lui. Il interrompt, il redresse ceux qui ont la parole; on ne l'interrompt pas, on l'écoute aussi longtemps qu'il veut parler; on est de son avis, on croit les nouvelles qu'il débite. S'il s'assied, vous le voyez s'enfoncer dans 15 un fauteuil, croiser les jambes l'une sur l'autre, froncer le sourcil, abaisser son chapeau sur ses yeux pour ne voir personne, ou le relever ensuite et découvrir son front par fierté et par audace. Il est enjoué, grand rieur, impatient, présomptueux, colère, libertin, politique, mystérieux sur 20 les affaires du temps; il se croit des talents et de l'esprit. Il est riche.

Phédon a les yeux creux, le teint échauffé, le corps sec et le visage maigre: il dort peu, et d'un sommeil fort léger; il est abstrait, rêveur, et il a avec de l'esprit l'air 25 d'un stupide; il oublie de dire ce qu'il sait, ou de parler d'évènements qui lui sont connus;et s'il le fait quelquefois, il s'en tire mal; il croit peser à ceux à qui il parle; il conte brièvement, mais froidement; il ne se fait pas écouter, il

1 Les Clefs donnent Barbizieux, fils de l'opulent Louvois, comme l'original du riche.

Libertin, au XVII° siècle, =libre penseur.

ne fait point rire: il applaudit, il'sourit à ce que les autres lui disent, il' est de leur avis; il court, il vole pour leur rendre de petits services; il est complaisant, flatteur, em

pressé; il est mystérieux sur ses affaires, quelquefois men5 teur; il est superstitieux, scrupuleux, timide; il marche

doucement et légèrement, il semble craindre de fouler la terre; il marche les yeux baissés, et il n'ose les lever sur ceux qui passent. Il n'est jamais du nombre de ceux qui

forment un cercle pour discourir; il se met derrière celui 10 qui parle, recueille furtivement ce qui se dit, et il se retire

si on le regarde. Il n'occupe point de lieu, il ne tient point de place; il va les épaules serrées, le chapeau abaissé sur ses yeux pour n'être point vu; il se replie et se renferme dans

son manteau: il n'y a point de rues ni de galeries si embar15 rassées et si remplies de monde, où il ne trouve moyen de

passer sans effort, et de se couler sans être aperçu. Si on le prie de s'asseoir, il se met à peine sur le bord d'un siège; il parle bas dans la conversation, et il articule mal; libre

néanmoins avec ses amis sur les affaires publiques, cha20 grin contre le siècle, médiocrement prévenu des ministres

et du ministère. Il n'ouvre la bouche que pour répondre; il tousse, il se mouche sous son chapeau; il crache presque sur soi, et il attend qu'il soit seul pour éternuer, ou, si

cela lui arrive, c'est à l'insu de la compagnie; il n'en coûte 25 à personne ni salut ni compliment. Il est pauvre.

DE LA COUR

10. La cour est comme un édifice bâti de marbre: je veux dire qu'elle est composée d'hommes fort durs, mais fort polis.

14. L'air de cour est contagieux: il se prend à V ***,

« PreviousContinue »