Page images
PDF
EPUB

donner des préceptes se doivent estimer plus habiles que ceux auxquels ils les donnent; et s'ils manquent en la moindre chose, ils en sont blâmables. Mais ne proposant cet écrit que comme une histoire, ou, si vous l'aimez mieux, que comme une fable, en laquelle, parmi 5 quelques exemples qu'on peut imiter, on en trouvera peut-être aussi plusieurs autres qu'on aura raison de ne pas suivre, j'espère qu'il sera utile à quelques-uns sans être nuisible à personne, et que tous me sauront gré de ma franchise.

IO J'ai été nourri aux lettres dès mon enfance, et, pource qu'on me persuadait que par leur moyen on pouvait acquérir une connaissance claire et assurée de tout ce qui est utile à la vie, j'avais un extrême désir de les apprendre. Mais sitôt que j'eus achevé tout ce cours d'études au bout 15 duquel on a coutume d'être reçu au rang des doctes, je changeai entièrement d'opinion. Car je me trouvais embarrassé de tant de doutes et d'erreurs, qu'il me semblait n'avoir fait autre profit, en tâchant de m'instruire, sinon que j'avais découvert de plus en plus mon ignorance. Et 20 néanmoins j'étais en l'une des plus célèbres écoles de l'Europe, où je pensais qu'il devait y avoir de savants hommes, s'il y en avait en aucun endroit de la terre. J'y avais appris tout ce que les autres y apprenaient; et même, ne m'étant pas contenté des sciences qu'on nous 25 enseignait, j'avais parcouru tous les livres traitant de celles qu'on estime les plus curieuses et les plus rares qui avaient pu tomber entre mes mains. Avec cela je savais les jugements que les autres faisaient de moi; et je ne voyais point qu'on m'estimât inférieur à mes condisci- 30

1 Descartes entra au collège jésuite de La Flèche (Anjou), à l'âge de huit ans, et y resta huit ans (1604-1612).

ples, bien qu'il y en eût déjà entre eux quelques-uns qu'on destinait à remplir les places de nos maîtres. Et enfin notre siècle me semblait aussi fleurissant et aussi fertile

en bons esprits qu'ait été aucun des précédents. Ce qui 5 me faisait prendre la liberté de juger par moi de tous les

autres, et de penser qu'il n'y avait aucune doctrine dans le monde qui fût telle qu'on m'avait auparavant fait espérer.

Je ne laissais pas toutefois d'estimer les exercices aux10 quels on s'occupe dans les écoles. Je savais que les langues

que l'on y apprend sont nécessaires pour l'intelligence des livres anciens; que la gentillesse des fables' réveille l'esprit; que les actions mémorables des histoires le relèvent, et

qu'étant lues avec discrétion, elles aident à former le 15 jugement ... Mais je croyais avoir déjà donné assez de

temps aux langues, et même aussi à la lecture des livres anciens, et à leurs histoires, et à leurs fables ....

J'estimais fort l'éloquence, et j'étais amoureux de la poésie, mais je pensais que l'une et l'autre étaient des 20 dons de l'esprit plutôt que des fruits de l'étude ...

Je me plaisais surtout aux mathématiques, à cause de la certitude et de l'évidence de leurs raisons, mais je ne remarquais point encore leur vrai usage, et, pen

sant qu'elles ne servaient qu'aux arts mécaniques, je 25 m'étonnais de ce que, leurs fondements étant si fer

mes et si solides, on n'avait rien bâti dessus de plus relevé ...

Je révérais notre théologie, et prétendais autant qu'aucun autre à gagner le ciel; mais ayant appris, comme 30 chose très assurée, que le chemin n'en est pas moins

1 Fables, dans le sens étymologique d'histoires fictives, par opposition à l'histoire d'événements réels.

ouvert aux plus ignorants qu'aux plus doctes, et que les vérités révélées qui y conduisent sont au-dessus de notre intelligence, je n'eusse osé les soumettre à la faiblesse de mes raisonnements, et je pensais que pour entreprendre de les examiner et y réussir il était besoin d'avoir 5 quelque extraordinaire assistance du ciel et d'être plus qu'homme.

Je ne dirai rien de la philosophie, sinon que, voyant qu'elle a été cultivée par les plus excellents esprits qui aient vécu depuis plusieurs siècles, et que néanmoins il 10 ne s'y trouve encore aucune chose dont on ne dispute, et par conséquent qui ne soit douteuse, je n'avais point assez de présomption pour espérer d'y rencontrer mieux que les autres ....

Puis, pour les autres sciences, d'autant qu'elles em- 15 pruntent leurs principes de la philosophie, je jugeais · qu'on ne pouvait avoir rien bâti qui fût solide sur des fondements si peu fermes ...

C'est pourquoi, sitôt que l'âge me permit de sortir de la sujétion de mes précepteurs, je quittai entièrement 20 l'étude des lettres; et me. résolvant de ne chercher plus d'autre science que celle qui se pourrait trouver en moimême, ou bien dans le grand livre du monde, j'employai le reste de ma jeunesse à voyager, à voir des cours et des armées, à fréquenter des gens de diverses humeurs et con- 25 ditions, à recueillir diverses expériences, à m'éprouver moi-même dans les rencontres que la fortune me proposait, et partout à faire telle réflexion sur les choses qui se présentaient que j'en pusse tirer quelque profit. Car il me semblait que je pourrais rencontrer beaucoup plus de 30 vérité dans les raisonnements que chacun fait touchant les affaires qui lui importent, et dont l'événement le doit

punir bientôt après s'il a mal jugé, que dans ceux que fait un homme de lettres dans son cabinet touchant des spéculations qui ne produisent aucun effet, et qui ne lui

sont d'autre conséquence, sinon que peut-être il en tirera 5 d'autant plus de vanité qu'elles seront plus éloignées du sens commun, à cause qu'il aura dû employer d'autant plus d'esprit et d'artifice à tâcher de les rendre vraisemblables. Et j'avais toujours un extrême désir

d'apprendre à distinguer le vrai d'avec le faux, pour 10 voir clair en mes actions et marcher avec assurance en cette vie.

Il est vrai que pendant que je ne faisais que considérer les mæurs des autres hommes, je n'y trouvais guère de

quoi m'assurer, et que j'y remarquais quasi autant de 15 diversité que j'avais fait auparavant entre les opinions des

philosophes. En sorte que le plus grand profit que j'en retirais était que, voyant plusieurs choses qui, bien qu'elles nous semblent fort extravagantes et ridicules, ne laissent

pas d'être communément reçues et approuvées par d'au20 tres grands peuples, j'apprenais à ne rien croire trop

fermement de ce qui ne m'avait été persuadé que par l'exemple et par la coutume; et ainsi je me délivrais peu à peu de beaucoup d'erreurs qui peuvent offusquer notre

lumière naturelle et nous rendre moins capables d'en25 tendre raison. Mais, après que j'eus employé quelques

années à étudier ainsi dans le livre du monde et à tâcher d'acquérir quelque expérience, je pris un jour résolution d'étudier aussi en moi-même, et d’employer toutes les

forces de mon esprit à choisir les chemins que je devais 30 suivre; ce qui me réussit beaucoup mieux, ce me semble,

que si je ne me fusse jamais éloigné ni de mon pays ni de mes livres.

DEUXIÈME PARTIE

Principales règles de la méthode J'étais alors en Allemagne où l'occasion des guerres? qui n'y sont pas encore finies m'avait appelé; et comme je retournais du couronnement de l'empereur? vers l'armée, le commencement de l'hiver m'arrêta en un quartier3 où, ne trouvant aucune conversation qui me divertît, et 5 n'ayant d'ailleurs, par bonheur, aucuns soins ni passions qui me troublassent, je demeurais tout le jour enfermé seul dans un poêle,4 où j'avais tout le loisir de m'entretenir de mes pensées. Entre lesquelles l'une des premières fut que je m'avisai de considérer que souvent il n'y a pas 10 "tant de perfection dans les ouvrages composés de plusieurs pièces, et faits de la main de divers maîtres, qu'en ceux auxquels un seul a travaillé. Ainsi voit-on que les bâtiments qu'un seul architecte a entrepris et achevés ont coutume d'être plus beaux et mieux ordonnés que 15 ceux que plusieurs ont tâché de raccommoder en faisant servir de vieilles murailles qui avaient été bâties à d'autres fins. Ainsi ces anciennes cités qui, n'ayant été au commencement que des bourgades, sont devenues par suc· cession de temps de grandes villes, sont ordinairement si 20 mal compassées, au prix de ces places régulières qu'un ingénieur trace à sa fantaisie dans une plaine, qu’encore que, considérant leurs édifices chacun à part, on y trouve

1 C'était l'époque de la guerre de Trente ans (1618–1648); Descartes avait pris du service comme officier, d'abord sous Maurice de Nassau, le fils du Prince d'Orange, et depuis 1619 sous Tilly et sous Boucquoi.

2 Ferdinand II (1619-1637). 3 A Neubourg, ville de Bavière, sur le Danube.

4 Ellipse pour la chambre avec le poêle. Il n'y en avait pas, en général, plus d'une par maison.

« PreviousContinue »