Page images
PDF
EPUB

10

Ils attifent leurs mots, enjolivent leur phrase,
Affectent leur discours tout si relevé d'art,
Et peignent leurs défauts de couleurs et de fard.
Aussi je les compare à ces femmes jolies
Qui par les affiquets se rendent embellies,
Qui gentes en habits, et sades en façons,
Parmi leur point coupé tendent leurs hameçons;
Dont l'ail rit mollement avec afféterie,
Et de qui le parler n'est rien que flatterie;
De rubans piolés : s'agencent proprement,
Et toute leur beauté ne gît qu'en l'ornement;
Leur visage reluit de céruse et de peautre;4
Propres en leur coiffure, un poil ne passe l'autre.
Où5 ces divins esprits, hautains et relevés,
Qui des eaux d'Hélicon ont les sens abreuvés,
De verve et de fureur leur ouvrage étincelle;
De leurs vers tout divins la grâce est naturelle,
Et sont, comme l'on voit, la parfaite beauté,
Qui, contente de soi, laisse la nouveauté
Que l'art trouve au Palais? ou dans le blanc d'Espagne.
Rien que le naturel sa grâce n'accompagne;
Son front lavé d'eau claire éclate d'un beau teint.
De roses et de lis la nature l'a peint.
Et, laissant là Mercure 8 et toutes ses malices,
Les nonchalances sont ses plus grands artifices ...

15

20

1 Si entièrement.
3 Gentes- gentilles. Sades=gracieuses.
• Bigarrés.

4 Fards. 6 Alors que. & Montagne consacrée aux Muses, en Béotie. 7 Palais de Justice à Paris; dans les galeries on vendait des fards.

8 Dieu de la ruse, et élément qui entre dans la composition de divers fards.

2. THÉOPHILE DE VIAU

1590–1626 (Viau a été critiqué sévèrement par Boileau, le disciple de Malherbe. Tandis que la postérité a généralement ratifié l'opinion de Boileau sur ses contemporains, elle l'a désavouée ici. Voir Satire IX de Boileau, p. 95.)

1. Élégie1 à une dame

Imite qui voudra les merveilles d'autrui.
Malherbe a très bien fait, mais il a fait pour lui.
Mille petits voleurs l'écorchent tout en vie;
Quant à moi, ces larcins ne me font point d'envie.
J'approuve que chacun écrive à sa façon.
J'aime sa renommée et non pas sa leçon.
Ces esprits mendiants, d'une veine infertile,
Prennent à tous propos ou sa rime ou son style;
Et de tant d'ornements qu'on trouve en lui si beaux,
Joignent l'or et la soie à des vilains lambeaux,
Pour paraître aujourd'hui d'aussi mauvaise grâce
Que parut autrefois la corneille2 d'Horace.
Ils travaillent un mois à chercher comme à fils
Pourra s'apparier la rime de Memphis, ...
Cet effort tient leur sens dans la confusion;
Et n'ont jamais un raide bonne vision.
J'en connais qui ne font des vers qu'à la moderne,
Qui cherchent à midi Phébus à la lanterne;
Grattent tant le français qu'ils le déchirent tout,

[merged small][ocr errors]

· Le mot élégie avait un sens plutôt vague à cette époque.

? Allusion à une fable d'Horace qui devint chez La Fontaine, Le geai paré des plumes du paon.

• Rai= rayon.

TO

Blâmant tout ce qui n'est facile, qu'à leur goût;
Sont un mois à connaître en tâtant la parole,
Lorsque l'accent est rude, ou que la rime est molle;

Veulent persuader que ce qu'ils font est beau,
5 Et que leur renommée est franche du tombeau,

Sans autre fondement, sinon que tout leur âge
S'est laissé consommer en un petit ouvrage,
Que leurs vers dureront, au monde précieux,
Pour ce que, les faisant, ils sont devenus vieux!
... Mon âme imaginant n'a point la patience
De bien polir les vers, et ranger la science;
La règle me déplaît; j'écris confusément;
Jamais un bon esprit ne fait rien qu'aisément:

... Je veux faire des vers qui ne soient pas contraints, 15 Promener mon esprit par de petits desseins;

Chercher des lieux secrets où rien ne me déplaise,
Méditer à loisir, rêver tout à mon aise,
Employer toute une heure à me mirer dans l'eau,

Ouïr, comme en songeant, la course d'un ruisseau, 20 Écrire dans les bois, m'interrompre, me tairę;

Composer un quatrain, sans songer à le faire.
Après m'être égayé par cette douce erreur,
Je veux qu'un grand dessein échauffe ma fureur,

Qu'une oeuvre de dix ans me tienne à la contrainte 25 De quelque beau poème où vous serez dépeinte ...

2. Le matin
L'aurore sur le front du jour
Sème l'azur, l'or et l'ivoire,
Et le soleil, lassé de boire,
Commence son oblique tour ...

La lune fuit devant nos yeux;
La nuit a retiré ses voiles;
Peu à peu le front des étoiles
S'unit à la couleur des cieux.

Déjà la diligente avette 1
Boit la marjolaine et le thym,
Et revient, riche du butin
Qu'elle a pris sur le mont Hymette ...

La charrue écorche la plaine;
Le bouvier, qui suit les sillons,
Dresse de voix et d'aiguillons
Le couple de beufs qui l'entraîne.

Alix apprête son fuseau;
Sa mère, qui lui fait la tâche,
Presse le chanvre qu'elle attache
A sa quenouille de roseau.

Une confuse violence
Trouble le calme de la nuit,
Et la lumière avec le bruit
Dissipe l'ombre et le silence ...

Le forgeron est au fourneau;
Ois ? comme le charbon s'allume!
Le fer rouge, dessus l'enclume,
Étincelle sous le marteau.

Cette chandelle semble morte;
Le jour la fait évanouir.

1 Avette=abeille.

2 Ois=écoute, ouis.

Le soleil vient nous éblouir:
Vois qu'il passe au travers la porte!

Il est jour: levons-nous, Philis;
Allons à notre jardinage,
Voir s'il est, comme ton visage,
Semé de roses et de lis.

3. Le gibet
La frayeur de la mort ébranle le plus ferme.

Il est bien malaisé
Que, dans le désespoir, et proche de son terme,

L'esprit soit apaisé.

[ocr errors]
[ocr errors]

Elle

L'âme la plus robuste et la mieux préparée

Aux accidents du sort,
Voyant auprès de soi sa fin tout assurée,

Elle s'étonne fort.
Le criminel pressé de la mortelle crainte

D'un supplice douteux,
Encore avec espoir endure la contrainte

De ses liens honteux.

Mais quand l'arrêt sanglant a résolu sa peine,

Et qu'il voit le bourreau
Dont l'impiteuse main lui détache une chaîne,

Et lui met un cordeau;

25

Il n'a goutte de sang qui ne soit lors glacée.

Son âme est dans les fers,
L'image du gibet lui monte à la pensée,

Et l'effroi des enfers.

« PreviousContinue »