Histoire littéraire du regne de Louis XIV: Dédiée an roy, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 25 - Je ne me verrai plus , par un triste réveil , Exposée a sentir les troubles de la vie. Mortels qui commencez ici bas votre cours, Je ne vous porte point d'envie : Votre sort ne vaut pas le dernier de mes jours.
Page 36 - Si Corine en beauté fut célèbre autrefois , Si des vers de Pindare elle effaça la gloire , Quel rang doivent tenir au temple de Mémoire , Les vers que tu vas lire et les traits que tu vois ? Mademoiselle Deshoulières fit aussi des vers, mais très-inférieurs à ceux de sa mère.
Page 43 - ... l'une et de l'autre. Enfin , vous avez reçu des grâces du ciel qui n'ont jamais été données qu'à vous ; et le monde vous est obligé de lui être venue montrer mille agréables qualités qui jusqu'ici lui avaient été inconnues. Je ne veux point m'embarquer...
Page 51 - ... des princes et des rois, mais les plus fameux capitaines de l'antiquité, qu'ils peignirent pleins du même esprit que ces bergers, ayant à leur exemple fait comme une espèce de vœu de ne parler jamais et de n'entendre jamais parler que d'amour. De...
Page 42 - Votre cœur, madame, est sans doute un bien qui ne peut se mériter ; jamais il n'y en eut un si généreux, si bien fait et si fidèle. Il ya des gens qui vous soupçonnent de ne...
Page 19 - Et comme fon fonds avoit (5) profité jufqu'alors , ce Prix qu'il avoit fixé à deux cens livres , fut porté à trois cens. C'eft une Médaille d'or, qui d'un côté repréfente Saint Louis -, & de l'autre une couronne de laurier avec ce mot, A L'IMMORTAiiTE' , qui eft la devife de l'Académie, Pareille fomme eft deftinée au Prix de Poë'fie.
Page 41 - ... vous sied si bien que vos paroles attirent les ris et les grâces autour de vous; et le brillant de votre esprit donne un si grand éclat à votre teint et à vos yeux, que, quoiqu'il semble que l'esprit ne dût toucher que les oreilles, il est pourtant certain que le vôtre éblouit les yeux, et que, quand on vous écoute, on ne voit plus qu'il manque quelque chose à la régularité de vos traits, et l'on vous cède la beauté du monde la plus achevée.
Page 43 - ... dire à euxmêmes quelle marque vous leur avez donnée de l'une et de l'autre. Enfin , vous avez reçu des grâces du Ciel , qui n'ont jamais été données qu'à vous ; et le monde vous est obligé de lui être venu montrer mille agréables qualités , qui jusqu'ici lui avoient été inconnues. Je...
Page 17 - C'eft une louange que tout le monde lui donne encore. Mais on s'eft apperçu tout d'un coup, que l'Art où il s'eft employé toute fa vie, étoit l'Art qu'il favoit le moins ; je veux dire l'Art de faire une Lettre. Car bien que les fiennes foient toutes pleines d'efprit, & de chofes admirablement dites; on y remarque...
Page 41 - ... que vous n'avez que vingt ans; que votre bouche, vos dents et vos cheveux sont incomparables. Je ne veux point vous dire toutes ces choses, votre miroir vous...

Bibliographic information