Institution d'un prince, ou traité des qualitez, des vertus et des devoirs d'un souverain, soit par rapport au gouvernement temporel de ses états ou comme chef d'une société chrétienne, qui est nécessairement liée avec la religion

Front Cover
Jean Nourse, 1739 - 738 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Common terms and phrases

Popular passages

Page 374 - Rendez donc à chacun ce qui lui est dû : le tribut à qui vous devez le tribut, les impôts à qui vous devez les impôts, la crainte à qui vous TOME 111. devez la crainte, l'honneur à qui vous devez l'honneur.
Page 110 - Les précautions que prennent les princes , pour fe conferver de la dignité & de l'autorité, en fe montrant rarement en public, & en ne fe communiquant qu'à peu de perfonnes , font des moyens étrangers à la grandeur , qui n'ont rien de naturel , ni de vrai , & qui ne fubfiftent que par un ufage fondé fur l'erreur. Mais les perfections d'un prince, né pour le bien public , digne d'être montré à tous fes fujets , capable de leur infpirer également la vénération & l'amour , acceflible ,...
Page 461 - Moïse est condamné à mort sans miséricorde (c), sur la déposition de deux ou trois témoins; 29. Combien donc croyez-vous que celui-là sera jugé digne d'un plus grand supplice, qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour une chose vile et profane le sang de l'alliance par lequel il avait été sanctifié, et qui aura fait outrage à l'esprit de la grâce (d)?
Page 391 - Juda, non pas à la manière du pacte que je fis avec leurs pères, au jour que je les pris par la main pour les faire sortir du pays d'Egypte...
Page 92 - II s'occupera de recherches curieufes, „ d'Obfervations & de Calculs Aftronomiques; „ de Sciences abftraites & de nul ufage. Il „ s'enfermera avec des hommes obfcurs, pour „ les écouter fur des fecrets de Chymie , . ou „ vains , ou pernicieux. Il ne fe trouvera en ,, liberté qu'avec des perfonnes qui n'auront ni „ dignité, ni naiflànce, ni grand mérite, & il „ rcfufera à des affaires prenantes un tems qu'il „ prodiguera à d'inutiles amufemens. Si avec „ cela il eft porté...
Page 454 - Car tout ce qui est dans le monde est ou concupiscence de la chair, ou concupiscence des yeux, ou orgueil de la vie; ce qui ne vient point du Père, mais du monde.
Page 561 - ... dont il éprouvoit l'abus & l'injuftice depuis long -tems. Ainfi fon inclination ne le portoit point à retendre , quoique fa Religion lui de'fendît de la limiter. II. La Réconciliation qui s'efl faite entre la Puiflance...
Page 302 - Si il ne doit pas regarder comme une grande affaire , ou de s'approcher de la frontière , lorfqu'on ne l'attend pas, ou même de fe mettre à la tête de fes troupes découragées par un mauvais fuccès ou difperfées par la perte d'une bataille.
Page 449 - Saint -Efprit, qui réfide en vous, » & qui vous a été donné de Dieu ; & » que vous n'êtes pas à vous-mêmes? », Car vous avez été achetez un grand » prix. Glorifiez donc , & portez „ Dieu dans votre corps. («) Sça
Page 21 - Cyrus lui-même avoit éprouvé qu'un roi se fait respecter par une sage conduite plus sûrement que par une grande dépense , et qu'il s'attache les peuples par la confiance et par l'amour bien plus étroitement que par la vaine admiration d'une magnificence peu nécessaire. Quoi qu'il en soit, le dernier exemple de Cyrus devint fort contagieux. Le goût du faste et de la dépense passa de la cour dans les villes et dans les provinces , saisit en peu de temps toute la nation , et fut une des principales...

Bibliographic information