Page images
PDF
EPUB

de quelque temps il en allait venir une meilleure. Ce temps étant passé : « Voici encore la même eau , disait

il, ce n'est point celle-là dont je veux boire ; j'aime » mieux attendre encore un peu. » Enfin, comme l'eau était toujours la même ; il attendit si bien, que la source vint à tarir, et il ne but point.

JEANNE DE NAPLES.

1

Il m'en est arrivé autant, et je crois que de tous les morts qui sont ici, il n'y en a pas un à qui la vie n'ait manqué, avant qu'il en eût fait l'usage qu'il en voulait faire. Mais qu'importe; je compte pour beaucoup le plaisir de prévoir, d'espérer, de craindre même, et d'avoir un avenir devant soi. Un

sage,
selon vous,

serait comme nous autres morts, pour qui le présent et l'avenir sont parfaitement semblables, et ce sage par conséquent s'ennuierait autant que je fais.

ANSELME.

Hélas ! c'est une plaisante condition que celle de l'homme, si elle est telle que vous le croyez. Il est né pour aspirer à tout, et pour ņe jouir de rien, pour marcher toujours , et pour n'arriver nulle part.

FIN DU TROISIÈME VOLUME.

[ocr errors]

TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS LE TROISIÈME VOLUME.

II

[ocr errors]
[ocr errors]

47

THÉORIE de Tourbillons cartésiens .

5
Section Iere. Suppositions et idées préliminaires. . ib.
II. De la force centrifuge.

8
III. De la circulation des solides et des fluides.
IV. Considération plus particulière du tour-
billon solaire.

17
V. Du

corps

solide dans un tourbillon. 27
VI. Du lourbillon dans un tourbillon.. 34
VII. Détails plus particuliers du tourbillon
solaire..

41
VIII. Du tourbillon environné

par

d'autres
tourbillons.

IX. Sur les atmosphères des corps célestes. 60
Réflexions sur la théorie précédente.

69
Doutes sur le système physique des causes occasionnelles. 81
Chap. Ier. Occasion de l'ouvrage..

83
II. Histoire des causes occasionnelles. . 85
III. Qu'il semble que les corps ne sont point

causes occasionnelles, mais causes véritables

de mouvement les uns à l'égard des autres. 89
IV. Qu'il semble que, dans le système des causes

occasionnelles, Dieu n'agit pas simpleinent. 96
V. Qu'il semble que, dans le système des

causes occasionnelles, Dieu n'agit point par
des lois générales.

103
VI. Qu'il semble que le système des causes

[ocr errors]
[ocr errors]

, que

[ocr errors]
[ocr errors]

.

I21

.

131

153

.

[ocr errors]

466

TABLE
occasionnelles ne rend

pas

Dieu plus souve-
rain,

le système commun de la force
mouvante des corps.

115
Lettre de l'auteur des Doutes à M****.

117
Entretiens sur la pluralité des Mondes.
Préface.

123
A monsieur L.

129
Ier Soir. Que la terre est une planète qui tourne

sur elle-même et autour du soleil . .
IIe Soir. -- Que la lune est une terre habitée.
IIIe Soir. Particularités du monde de la lune.
Que les autres planètes sont habitées aussi.

173
IV. Soir. Particularités des mondes de Vénus,

de Mercure, de Mars, de Jupiter et de Saturne. 193
Ve Soir. Que les étoiles fixes sont autant de so-
leils, dont chacun éclaire un monde.

215
VI. Soir.-Nouvelles pensées qui confirment celles

des entretiens précédens. Dernières décou-
vertes qui ont été faites dans le ciel.

233
Histoire des Oracles.

253
Préface..

255
Première Dissertation. — Que les oracles n'ont point
été rendus par les démons.

263
Chap. Ier. Première raison pourquoi les anciens

chrétiens ont cru que les oracles étaient
rendus

par

les démons. Les histoires sur-
prenantes qui couraient sur le fait des ora-
cles et des génies..

265
II. Seconde raison des anciens chrétiens pour

croire les oracles surnaturels. Convenance
de cette opinion avec le système du chris-
tianisme..

268
III. Troisième raison des anciens chrétiens.

Convenance de leur opinion avec la philo-
sophie de Platon.

269

.

.

.

298

Chap. IV. Que les histoires surprenantes qu'on dé

bite sur les oracles doivent être fort suspectes. 272
V. Que l'opinion commune, sur les oracles,
ne s'accorde

pas si bien qu'on pense avec la
religion.

282
VI. Que les démons ne sont pas suffisamment
établies par le paganisme.

286
VII. Que de grandes sectes de philosophes

païens n'ont point cru qu'il y eût rien de
surnaturel dans les oracles.

291
VIII. Que d'autres que des philosophes ont
assez souvent fait

peu de cas des oracles.
IX. Que les anciens chrétiens eux - - mêmes

n'ont pas trop cru que les oracles fussent
rendus

par
les démons.

304
X. Oracles corrompus.

308
XI. Nouveaux établissemens d'oracles.

312
XII. Lieux où étaient les oracles. .
XIII. Distinctions de jours et autres mystères
des oracles.

322
XIV. Des oracles qui se rendaient sur les
billets cachetés.

326
XV. Des oracles en songes.

330
XVI. Ambiguité des oracles. .

334
XVII. Fourberies des oracles manifestement
découvertes.

338
XVIII. Des sorts.

339
Deuxième Dissertation.- Que les oracles n'ont point

cessé au temps de la venue de Jésus-Christ. 344
Chap. Ter. Faiblesse des raisons sur lesquelles cette

opinion est fondée.
II. Pourquoi les auteurs anciens se contredi-

sent souvent sur le temps de la cessation
des oracles.

350

[ocr errors]

317

[ocr errors]
[ocr errors]

ib.

« PreviousContinue »