Page images
PDF
EPUB

trouve les pensées de M. de Grignan bien plus raisonnables. Celle qu'il avait pour la charge du maréchal de Bellefonds, en cas qu'il l'eût quittée, était tout à fait de mon goût; vous aurez vu comme la chose a tourné : mais j'aimerais assez que le désir de vous rapprocher ne vous quittât point quand il arrive des occasions ; et M. d'Uzès aurait fort bonne grâce à témoigner au roi qu'il est impossible de le servir si loin de sa personne sans beaucoup de chagrin, surtout quand on a passé la plus grande partie de sa vie auprès de lui', »

SÉVIGNÉ, Lettres (27 janvier 1672), t. II, p. 362. Conférez id. (13 janvier 1972), t. II, p. 341, 343, édit. G. ; t. II, p. 282, édit. M.

CHAPITRE III.

1671-1672.

Madame de Sévigné quitte les Rochers, et retourne à Paris. — Elle y

prend un nouveau logement. — Elle désirait revenir à Paris pour être utile à son gendre. – Ce qu'était l'administration des provinces sous Louis XIV. – L'évêque de Marseille, Janson, cherche à desservir M. de Grignan. Le marquis de Charost le défend. - Les affaires des états de Provence se terminent bien. — Louis XIV se prépare à la guerre contre les Hollandais, et ne semble occupé que des choses de la paix. — Dans cette persuasion, Boileau écrit son Discours au roi. – Négociations de Louis XIV. - llaccorde sa confiance à Condé. — Fête donnée, à Chantilly, au roi et à toute sa cour. - Création de l'Académie d'architecture. — Le roi propose un prix pour l'invention d'un nouvel ordre d'architecture, qui serait nommé l'ordre français. – Nouvelles constructions à Versailles, à Compiègne, à Fontainebleau. — On joue la Comtesse d'Escarbagnas et Psyché. - La Fontaine publie un nouveau Recueil de fables et un nouveau Recueil de contes et de poésies diverses. - Ouverture du jubilé. — Le roi touche 1,200 malades. — Publication de Poésies chrétiennes et diverses. — Belle ode de Pomponne qui s'y trouve insérée Molière fait jouer les Femmes savantes. - Effet produit par cette pièce. — Elle anéantit la réputation de Cotin et le règne des précieuses. — De leur heureuse influence sur les moeurs et sur la littérature. — Julie d'Angennes n'existait plus lors de la première représentation des Femmes savantes. - Son admirable conduite et son courage. — Elle devient dame d'honneur de la reine. — Ses remords, ses chagrins à la cour. - Un fantôme lui apparait. - Elle tombe malade, et meurt. - Madame de Richelieu est nommée à sa place dame d'honneur. - Ce que dit madame de Sévigné de cette nomination, attribuée à l'influence de madame Scarron sur madame de Montespan. - Madame de Sévigné soupe souvent avec madame Scarron.

Conduite de celle-ci. - Ses entretiens avec madame de Montespan déplaisent au roi. – Ses sentiments, et conduite de madame de Montespan en matière de religion. - Madame Scarron, d'après l'ordre du roi, se charge d'élever les enfants qu'il aura avec ma. dame de Montespan. — Conduite admirable de madame Scarron. - Les enfants que le roi a eus de madame de Montespan lui inspirent une grande tendresse. — Le roi augmente sa pension.

Il lui donne un carrosse et des gens, et l'appelle à la cour pour · rester auprès des enfants de madame de Montespan..

Décembre commençait; le froid était piquant; mais le ciel était bleu, et la lumière du soleil éclatait sur les bois dépouillés de verdure de la vaste campagne des Rochers, lorsque madame de Sévigné quitta sa solitude avec un regret dont elle était, disait-elle, épouvantée. Elle se mit en route avec deux calèches attelées chacune de quatre chevaux, pour elle et sa suite; et afin d'éviter le mauvais pavé de Laval, elle prit d'abord la route de Cossé, alla coucher chez une parente de madame de Grignan, à Loresse, château situé dans la commune de Montjean. Le second jour de son voyage, elle coucha à Meslay ; le troisième, à Malicorne, chez la marquise de Lavardin. En faisant ainsi environ dix lieues par jour, elle se trouva le dixième jour transportée à Paris, satisfaite de s'être rapprochée de sa fille, et ayant pris la résolution d'aller la rejoindre aussitôt que les frimas de l'hiver auraient disparu, et que le retour de la belle saison lui permettrait d'entreprendre ce long voyage.

Elle avait quitté, après le mariage de sa fille, le logement qu'elle occupait à Paris rue du Temple , et transporté son domicile rue de Thorigny, où elle ne devait pas

1 SÉVIGNÉ, Lettres (9, 13, 18 décembre 1671 ), t. II, p. 307, 309, - 313, édit. G.; t. II, p. 260, 261, 264, édit. M.

rester longtemps; car, tandis qu'elle était encore aus Rochers, des ordres avaient été donnés par elle de louer, rue Sainte-Anastase, une autre maison près de celle du comte et de la comtesse de Guitaut'.

On sait que le château d'Epoisses en Bourgogne, qui appartenait au comte de Guitaut, n'était pas éloigné de Bourbilly, terre de madame de Sévigné. Aussi dit-elle, en écrivant alors au comte de Guitaut, qu'il est de sa destinée d'être partout sa voisine ?. Madame de Sévigné, ajdée de son oncle Saint-Aubin, employa une partie de l'hiver à faire arranger sa nouvelle demeure, fort rapprochée de celle qu'elle habitait, et elle y coucha pour la première fois le 7 mai 1672 3. Elle y avait fait préparer un appartement pour sa fille et pour son gendre, et, quoique petite, cette maison lui suffisait; elle s'y trouvait commodément et agréablement 4. Nous dirons comment depuis elle changea encore de logement, et occupa le bel hôtel Carnavalet 5. Mais il est remarquable que, malgré son intime liaison avec madame de la Fayette et le duc de la Rochefoucauld, qui l'appelait si souvent à l'autre extrémité de la ville, elle ne quitta jamais le Marais ou le quartier du Temple et le quartier Saint-Antoine ; et, dans ses divers changements, elle se rapprocha de plus

· Conférez t. I, p. 2, de la 1re partie de ces Mémoires.

2 SÉVIGNÉ, Lettres (décembre 1671, au comte de Guitaut), t. II, p. 307, edit. G.

3 Ibid. (4 et 6 mai 1672), t. III, p. 5 et 12, édit. G.; t. II, p. 420 et 425, édit. M.

* Sévigné, Lettres (13 mai 1672), t. II, p. 16, édit. G.; t. II, p. 429, édit. M.

5 SÉVIGNÉ, Lettres (16, 19, 21 et 29 septembre 1677; 7, 15, 20, 27 octobre 1677).

en plus de la place Royale, où elle était née. Elle y trou. vait l'avantage d'être près de toutes les connaissances de sa jeunesse, qui furent aussi les mêmes que celles de son age avancé. Elle pouvait fréquenter toujours les mêmes églises, les Minimes , l'église Saint-Paul, celle des Jésuites, le couvent des Filles de Sainte-Marie du faubourg Saint-Antoine, dont les religieuses étaient ses bonnes amies, et qui avaient parmi elles sa nièce Diane-Charlotte, la fille aînée du comte de Bussy, dont l'esprit la charmait, dont la piété lui faisait envie '.

Un motif plus puissant que celui de se rapprocher de sa fille avait engagé madame de Sévigné à quitter les Rochers : c'était les services qu'elle pouvait rendre à son gendre depuis que Pomponne avait été nommé ministre. Lorsqu'elle revint à Paris, les états de Bretagne étaient depuis longtemps terminés; mais il n'en était pas de même de ceux de Provence : ouverts à Lambesc au mois de septembre, ils se prolongèrent jusqu'en janvier 1672'. Ainsi que nous l'avons dit, madame de Sévigné aida puissamment à ce que le lieutenant général gouverneur ne fût pas contraint de s'aliéner la population de la Provence en déployant contre ses représentants les rigueurs du pouvoir; aussi M. de Grignan appelait-il sa belle-mère son petit ministre 3. Louis XIV travaillait alors à régulariser

* SÉVIGNÉ, Lettres ( 17 et 24 mai 1671 ), t. II, p. 73 et 75, édit. G.; t. II, p. 61 et 63, édit. M. - Sur Diane-Charlotte, conférez une lettre de mademoiselle Dupré à Bussy, en date du 1er juillet 1670, et la réponse de Bussy du 10 juillet, dans Bussy, Lettres, t. V, p. 163 et 166.

* Voyez la 3e partie de ces Mémoires, p. 440 et 441.

3 SÉVIGNÉ, Lettres (19 février 1672), t. II, p. 392, édit. G.; t. II, p. 333, édit. M. – Voyez lAbrégé des délibérations de l'assemblée générale des états de Provence ; Aix, chez Charles David, 1672,

« PreviousContinue »