Page images
PDF
EPUB

HARPAGON, Je me suis abusé de dire une potence; et tu seras roué tout vif.

ÉLISE aux genoux d'Harpagon. Ah! mon père, prenez des sentiments un peu plus humains, je vous prie, et n'allez point pousser les choses dans les dernières violences du pouvoir paternel. Ne vous laissez point entrainer aux premiers mouvements de votre passion, et donnez-vous le temps de considérer ce que vous voulez faire. Prenez la peine de mieux voir celui dont vous vous ofsensez (1). Il est tout autre que vos yeux ne le jugent; et vous trouverez moins étrange que je me sois donnée à lui, lorsque vous saurez que, sans lui, vous ne m'auriez plus il y a longtemps. Oui, mon père, c'est celui qui me sauva de ce grand péril que vous savez que je courus dans l'eau, et à qui vous devez la vie de cette même fille dont...

HARPAGON. Tout cela n'est rien ; et il valait mieux pour moi qu'il te laissat noyer que de faire ce qu'il a fait.

ÉLISE. Mon père, je vous conjure , par l'amour paternel, de me...

HARPAGON. Non, non; je ne veux rien entendre, et il faut que la justice fasse son devoir.

MAÎTRE JACQUES à parl. Tu me payeras mes coups de bâton !

FROSINE à part. Voici un étrange embarras!

SCENE V.

ANSELME, HARPAGON, ÉLISE, MARIANE, FROSINE,

VALÈRE, UN COMMISSARE, MAITRE JACQUES.

ANSELME.
Qu'est-ce, seigneur Harpagon ? Je vous vois tout ému.

HARPAGON. Ah! seigneur Anselme, vous me voyez le plus infortuné de tous les hommes ; et voici bien du trouble et du désordre

(1) Offenser est la traduction littéraire d'offendere, mot dont le sens est beaucoup moins restreint en latin qu'en français. Il signifie ici, celui dont vous avez à vous plaindre. L'exemple de Molière n'a pu le faire adopter avec cette acception.

au contrat que vous venez faire! On m'assassine dans le bien, on m'assassine dans l'honneur; et voilà un traitre, un scélérat, qui a violé tous les droits les plus saints, qui s'est coulé chez moi sous le titre de domestique, pour me dérober mon argent, et pour me suborner ma fille.

VALÈRE. Qui songe à votre argent, dont vous me faites un galimatias?

HARPAGON. Oui, ils se sont donné l'un à l'autre une promesse de mariage. Cet affront vous regarde, seigneur Anselme; et c'est vous qui devez vous rendre partie contre lui , et faire toutes les poursuites de la justice, pour vous venger de son inso. lence.

ANSELME.

Ce n'est pas mon dessein de me faire épouser par force, et de rien prétendre à un caur qui se serait donné; mais, pour vos intérêts , je suis prêt à les embrasser , ainsi que les miens propres.

HARPAGON. Voilà monsieur qui est un honnête commissaire, qui n'oubliera rien, à ce qu'il m'a dit, de la fonction de son office. (au commissairę, montrant Valère.) Chargez-le comme il faut , monsieur , et rendez les choses bien criminelles.

VALÈRE. Je ne vois pas quel crime on me peut faire de la passion que j'ai pour votre fille, et le supplice où vous croyez que je puisse être condamné pour notre engagement, lorsqu'on saura ce que je suis...

HARPAGON. Je me moque de tous ces contes ; et le monde aujourd'hui n'est plein que de ces larrons de noblesse , que de ces imposteurs qui tirent avantage de leur obscurité, et s'habillent insolemment du premier nom illustre qu'ils s'avisent de prendre.

VALÈRE. Sachez que j'ai le cour trop bon pour me parer de quelque chose qui ne soit point à moi; et que tout Naples peut rendre téinoignage de ma naissance.

ANSELME. Tout beau ! prenez garde à ce que vous allez dire. Vous risquez ici plus que vous ne pensez ; et vous parlez devant un homme à qui tout Naples est connu , et qui peut aisément voir clair dans l'histoire que vous serez.

VALÈRE, en mettant fièrement sou chapeau. Je ne suis point homme à rien craindre; et si Naples vous est connu, vous savez qui était don Thomas d'Alburci.

ANSELME. Sans doute , je le sais; et peu de gens l'ont connu mieux

que moi.

HARPAGON. Je ne me soucie ni de don Thomas ni de don Martin. (Harpagon voyant deux chandelles allumées, en souffle une.)

ANSELME. De grâce, laissez-le parler ; nous verrons ce qu'il en veut dire.

VALÈRE.
Je veux dire que c'est lui qui m'a donné le jour.

ANSELME.
Lui ?

VALÈRE. Oui.

ANSELME. Allez; vous vous moquez. Cherchez quelque autre histoire qui vous puisse mieux réussir , et ne prétendez pas vous sauver sous cette imposture.

VALÈRE. Songez à mieux parler. Ce n'est point une imposture, et je n'avance rien qu'il ne me soit aisé de justifier.

ANSELME.

Quoi! vous osez vous dire fils de don Thomas d'Alburci?

VALÈRE. Oui, je l'ose ; et je suis prêt à soutenir cette vérité contre qui que ce soit.

ANSELME. L'audace est merveilleuse ! Apprenez, pour vous confondre, qu'il y a seize ans, pour le moins, que l'homme dont vous nous parlez périt sur mer avec ses enfants et sa femme, en voulant dérober leur vie aux cruelles persécutions qui ont accompagné les désordres de Naples, et qui en firent exiler plusieurs nobles familles.

VALÈRE. Oui; mais apprenez , pour vous confondre, vous, que son fils, âgé de sept ans, avec un domestique, fut sauvé de ce naufrage par un vaisseau espagnol ; et que ce fils 'sauvé est celui qui vous parle. Apprenez que le capitaine de ce vaisseau,

touché de ma fortune, prit amitié pour moi ; qu'il me fit élever coinme son propre fils , et que les armes furent mon

emploi, dès que je m'en trouvai capable ; que j'ai su , depuis peu , que mon père n'était point mort, comme je l'avais toujours cru ; que, passant ici pour l'aller chercher, une aventure, par le ciel concertée, me fit voir la charmante Élise ; que cette vue me rendit esclave de ses beautés, et que la violence de mon amour et les sévérités de son père me firent prendre la résolution de m'introduire dans son logis, et d’envoyer un autre à la quête de mes parents.

ANSELME.

Mais quels témoignages encore, autres que vos paroles , nous peuvent assurer que ce ne soit point une sable que vous ayez bâtie sur une vérité ?

VALÈRE. Le capitaine espagnol; un cachet de rubis qui était à mon père; un bracelet d’agate que ma mère m'avait mis au bras; le vieux Pédro, ce domestique qui se sauva avec moi du naufrage.

MARIANE.

Hélas ! à vos paroles je puis ici répondre, moi, que vous n'imposez point; et tout ce que vous dites me fait connaitre clairement que vous êtes mon frère.

VALÈRE. Vous, ma scur?

MARIANE.

Oui. Mon cæur s'est ému dès le moment que vous avez ouvert la bouche; et notre mère , que vous allez ravir , m'a mille fois entretenue des disgrâces de notre famille, Le ciel ne nous fit point aussi périr dans ce triste naufrage; mais il ne nous sauva la vie que par la perte de notre liberté; et ce furent des corsaires qui nous recueillirent, ma mère et moi , sur un débris de notre vaisseau. Après dix ans d'esclavage, une heureuse fortune nous rendit notre liberté; et nous retournames dans Naples, où nous trouvâmes tout notre bien vendu , sans y pouvoir trouver des nouvelles de notre père. Nous passâmes à Gênes , où ma mère alla ramasser quelques malheureux restes d'une succession qu'on avait déchirée; et de là, fuyant la barbare injustice de ses parents, elle vint en ces lieux, où elle n'a presque vécu que d'une vie languissante.

ANSELME. O ciel! quels sont les traits de ta puissance ! et que tu fais

voir qu'il n'appartient qu'à toi de faire des miracles ! Embrassez-moi , mes enfants, et mêlez tous deux vos transports à ceux de votre père.

VALÈRE.
Vous êtes notre père ?

MARTANE
C'est vous que ma mère a tant pleuré?

ANSELME.

Oui, ma fille ; oui, mon fils; je suis don Thomas d’Alburci, que le ciel garantit des ondes avec tout l'argent qu'il portait , et qui, vous ayant tous crus morts durant seize ans, se préparait, après de longs voyages, à chercher, dans l'hymen d'une douce et sage personne , la consolation de quelque nou. velle famille. Le peu de sûreté que j'ai vu pour ma vie à retourner à Naples m'a fait y renoncer pour toujours; et, ayant su trouver moyen d'y faire vendre ce que j'avais , je me suis habitué ici, où, sous le nom d'Anselme, j'ai voulu m'éloi. gner les chagrins de cet autre nom, qui m'a causé tant de traverses.

HARPAGON à Anselme. C'est là votre fils ?

ANSELME, Oui.

HARPAGON. Je vous prends à partie pour me payer dix mille écus qu'il m'a volés.

ANSELME. Lui! vous avoir volé ?

HARPAGON. Lui-même

VALÈRE. Qui vous dit cela ?

HARPAGON. Maitre Jacques.

VALÈRE à maître Jacques. C'est toi qui le dis ?

MAITRE JACQUES. Vous voyez que je ne dis rien.

HARPAGON Oui. Voilà monsieur le commissaire qui a reçu sa déposition.

VALÈRE.
Pouvez-vous me croire capable d'une action si låche ?

HARPAGON.
Capable ou non capable , je veux ravoir mon argent.

« PreviousContinue »