Page images
PDF
EPUB

permettre la représentation, et que je n'avais pas cru qu'il fut besoin de demander cette permission à d'autres, puisqu'il li'y avait qu'elle seule qui me l'eût défendue. .

Je ne doute point, SIRE, que les gens que je peins dans ma comédie ne remuent bien des ressorts auprès de VOTRE MAJESTÉ, ct ne jettent dans leur parti, comme ils l'ont déjà fait, de véritables gens de bien, qui sont d'autant plus prompts à se laisser tromper qu'ils jugent d'autrui par euxmêmes. Ils ont l'art de donner de belles couleurs à toutes leurs intentions. Quelque mine qu'ils fassent, ce n'est point du tout l'intérêt de Dieu qui les peut émouvoir, ils l'ont assez montré dans les comédics qu'ils ont souflert qu'on ait jouées tant de fois en public sans en dire le moindre mot. Celles-là n'attaquaient que la piété et la religion, dont ils se soucient fort peu : mais celle-ci les attaque et les joue euxmêmes; et c'est ce qu'ils ne peuvent souffrir. Ils ne sauraient me pardonner de dévoiler leurs impostures aux yeux de tout le monde; et, sans doute, on ne manquera pas de dire à VOTRE MAJESTÉ que chacun s'est scandalisé de ma comédie. Mais la vérité pure, SIRE, c'est que tout Paris ne s'est scandalisé que de la défense qu'on en a faite; que les plus scrupuleux en ont trouvé la représentation profitable; et qu'on s'est étonné que des personnes d'une probité si connue aient eu une si grande déférence pour des gens qui devraient être l'horreur de tout le monde, et sont si opposés à la véritable piété dont elles sont profession.

J'attends, avec respect, l'arrêt que VOTRE MAJESTÉ daignera prononcer sur cette matière : mais il est très-assuré, SIRE, qu'il ne faut plus que je songe à faire des comédies , si les tartufes ont l'avantage ; qu'ils prendront droit par là de me persécuter plus que jamais, et voudront trouver à redire aux choses les plus innocentes qui pourront sortir de ma plume.

Daignent vos bontés, SIRE, me donner une protection contre leur rage envenimée ! et puissé-je, au retour d'une campagne si glorieuse , délasser VOTRE MAJESTÉ des fatigues de ses conquêtes, lui donner d'innocents plaisirs après de si nobles travaux, et faire rire le monarque qui fait trembler toute

rope !

TROISIÈME PLACET
PRÉSENTÉ AU ROI, LE 5 FÉVRIER 1669.

SIRE,

Un fort honnête médecin (1), dont j'ai l'honneur d'être le malade, me promet et veut s'obliger par-devant notaire de me faire vivre encore trente années, si je puis lui obtenir une grâce de VOTRE MAJESTÉ. Je lui ai dit, sur sa promesse , que je ne lui demandais pas tant, et que je serais satisfait de lui pourvu qu'il s'obligeât de ne me point tuer. Cette gráce, SIRE, est un canonicat de votre chapelle royale de Vincennes, vacant par la mort de ...

Oserais-je demander encore cette grâce à VOTRE MAJESTÉ le propre jour de la grande résurrection de Tartufe, ressuscité par vos bontés ? Je suis, par cette première faveur, réconcilié avec les dévots ; et je le serais, par cette seconde, avec les médecins. C'est pour moi, sans doute, trop de grâces à la fois; mais peut-être n'en est-ce pas trop pour VOTRE MAJESTÉ ; et j'attends, avec un peu d'espérance respectueuse, la réponse de mon placet.

(1) Il sc nommait Mauvilain. C'est en parlant de Mauvilain que Louis XIV dit un jonr à Molière : « Vous avez un médecin; que vous « fait-il? – Sire, répondit Molière, nous causons ensemble; il m'or• donne des remèdes, je ne les fais point, et je guéris. » (GRIMAREST.) - Molière obtint le canonicat qu'il demandait pour le fils de ce édecin.

COMÉDIE (1667).

PERSONNAGES.

ACTEURS.

MADAME PERNELLE, mère d'Orgon.

BEJART. ORGON, mari d'Elmire.

MOLIÈRE. ELMIRE , femme d'Orgon.

Mlle MOLIÈRE. DAMIS, fils d'Orgon.

HUBERT. MARIANE, fille d'Orgon et amante de Valère. Mlle DE BRIE. VALÈRE, amant de Mariane.

LA GRANGE. CLÉANTE, beau-frère d'Orgon.

LA THORILLIÈRE. TARTUFE, faux dévot.

DU CROISY. DORINB, suivante de Mariane.

Magd. BÉJART. M. LOYAL, sergent.

DE BRIE.
UN EXEMPT.
FLIPOTE, nte de madame Pernelle.

La scènc est à Paris, dans la maison d'Orgon.

ACTE PREMIER.

SCÈNE PREMIÈRE.

MADAME PERNELLE, ELMIRE, MARIANE, CLÉANTE,

DAMIS, DORINE, FLIPOTE.

MADAME PERNELLE.
Allons, Flipote, allons ; que u eux je me délivre.

ELMIRE,
Vous marchez d'un tel pas, qu'on a peine à vous suivre.

MADAME PERNELLE.

Laissez, ma bru , laissez; ne venez pas plus loin :
Ce sont toutes façons dont je n'ai pas besoin.

ELMIRE.

De ce que l'on vous doit envers vous on s'acquitte.
Mais, ma mère, d'où vient que vous sortez si vite?

MADAME PERNELLE.
C'est que je ne puis voir tout ce ménage-ci,

Et que de me complaire on ne prend nul souci.
Oui, je sors de chez vous fort mal édifiée :
Dans toutes mes leçons j'y suis contrariée ;
On n'y respecte rien, chacun y parle haut,
Et c'est tout justement la cour du roi Pétaud (1).

DORINE.

si..

MADAME PERNELLE.
Vous êtes, ma mie, une fille suivante,

lone Un peu trop forte en gueule , et fort impertinente; zoolmele talis Vous vous mêlez sur tout de dire votre avis.

my

DAMIS.

Mais...

MADAME PERNELLE.
Vous êtes un sot, en trois lettres, mon fils;
C'est moi qui vous le dis, qui suis votre grandmère;
Et j'ai prédit cent fois à mon fils, votre père,
Que vous preniez tout l'air d'un méchant garnement , Jempie. 12494
Et ne lui donneriez jamais que du tourment.

MARIANE.
Je crois...

MADAME PERNELLE.
Mon Dieu ! sa sæur, vous faites la discrète,
Et vous n'y touchez pas, tant vous semblez doucette !
Mais il n'est, comme on dit, pire eau que l'eau qui dort;
Et vous menez, sous chape, un train que je hais fort (2).

ELMIRE.
Mais, ma mère...

MADAME PERNELLE.

Ma bru , qu'il ne vous en déplaise,
Votre conduite en tout est tout à fait mauvaise;
Vous devriez leur mettre un bon exemple aux yeux;

(1) Le roi Pétaud est le chef que se choisissaient autrefois les men. diants réunis en corporation. Ce nom vient du latin peto, je demande. Ce roi n'ayant pas plus de pouvoir que ses sujets, on donne par extension le nom de cour du roi Pétaud à une maison où tout le monde commande. (B.)

(2) Mener un train sous chape ou sous cape, c'est-à-dire, cacher ses mauvaises actions comme on cache sa tèle sous une cape. Ce mot vient de caput, et il désigne une sorte de manteau qui se terminc par un capnchon. Chape ne se dit plus que de certains vêtements ecclésiastiques, mais le mot cape se trouve dans plusieurs expressions proverbiales, comme rire sous cape, vendre sous cape, mener un train sous cape, n'arvir que la cape et l'épée,

Et leur défunte mère en usait beaucoup mieux.
Vous êtes dépensière; et cet état me blesse,
Que vous alliez vêtue ainsi qu'une princesse.
Quiconque à son mari veut plaire seulement,
Ma bru, n'a pas besoin de tant d'ajustement

CLÉANTE.
Mais, madame, après tout...

MADAME PERNELLE.
Pour vous,

inonsieur son frère,
Je vous estime fort, vous aime, et vous révère :
Mais enfin, si j'étais de mon fils, son époux,
Je vous prierais bien fort de n’entrer point chez nous.
Sans cesse vous prêchez des maximes de vivre
Qui par d'honnêtes gens ne se doivent point suivre.
Je vous parle un peu franc; mais c'est là mon humeur,
Et je ne mâche point ce que j'ai sur le côur.

DAMIS.
Votre monsieur Tartufe est bien heureux sans doute...

MADAME PERNELLE.
C'est un homme de bien, qu'il faut que l'on écoute;
Et je ne puis souffrir, sans me mettre en courroux ,
De le voir quereller par un fou comme vous.

DAMIS,
Quoi ! je souffrirai, moi, qu’un cagot de critique
Vienne usurper céans un pouvoir tyrannique,
Et que nous ne puissions à rien nous divertir,
si ce beau monsieur-là n'y daigne consentir?

DORINE.
s'il le faut écouter et croire à ses maximes,
On ne peut faire rien qu'on ne fasse des crimes
Car il contrôle tout, ce critique zélé.

MADAME PERNELLE.
Et tout ce qu'il contrôle est fort bien contrôlé.
C'est au chemin du ciel qu'il prétend vous conduire :
Et mon fils à l'aimer vous devrait tous induire.

bigot

DAMIS.

Non, voyez-vous, ma mère, il n'est père, ni rien,
Qui me puisse obliger à lui vouloir du bien :
Je trahirais mon caur de parler d'antre sorte.
Sur ses façons de faire à tous coups je m'emporte;
J'en prévois une suite, et qu'avec ce pied-plat

faudra que j'en vienne à quelque grand éclat.

DORINE.

Certes, c'est une chose aussi qui scandalise,

« PreviousContinue »