Mélanges de litterature, histoire et poésies

Front Cover
Plomteux, 1776 - 464 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 256 - J'ai souvenance Qu'en un pré de moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue ; Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
Page 67 - S'il manque de respect, vous l'en faites manquer. Il est si naturel d'estimer ce qu'on aime, Qu'on voudrait que partout on l'estimât de même ; Et la pente est si douce à vanter ce qu'il vaut, Que jamais on ne craint de l'élever trop haut.
Page 15 - C'est ce que vous reprochez à l'auteur du Cid, qui, vous avouant qu'il a violé les règles de l'art, vous oblige de lui avouer qu'il a un secret qui a mieux réussi que...
Page 52 - Un amant et une maîtresse qui se quittent ne sont pas sans doute un sujet de tragédie. Si on avait proposé un tel plan à Sophocle ou à Euripide, ils l'auraient renvoyé à Aristophane.
Page 47 - On trouve dans une lettre manuscrite d'un homme de ce temps-là, qu'il s'éleva un murmure très désagréable dans le parterre, à ces vers d'Aglatide: Hélas ! .... je n'entends pas des mieux Comme il faut qu'un hélas s'explique ; Et lorsqu'on se retranche au langage des yeux, Je suis muette à la réplique.
Page 26 - Un bourgeois peut être assassiné comme Pompée; mais la mort de Pompée fera toujours un tout autre effet que celle d'un bourgeois. Si vous traitez les intérêts d'un bourgeois dans le...
Page 457 - Tronchin me répondit que, puisqu'il ne pouvait pas me guérir de la manie de faire encore des pièces de théâtre à mon âge, il désespérait de guérir Jean-Jacques. Nous restâmes l'un et l'autre fort malades , chacun de notre côté.
Page 260 - II console en secret les cœurs qu'il illumine ; Dans les plus grands malheurs il leur offre un appui ; Et si sur l'imposture il fonde sa doctrine, C'est un bonheur encor d'être trompé par lui.
Page 14 - Cid n'attira à son auteur que des injures et des dégoûts, je joindrai ici une partie de la lettre que le célèbre Balzac écrivait à Scudéri , en réponse à la critique du Cid que Scudéri lui avait envoyée.
Page 7 - C'était la langue des cours de Vienne, de Bavière, de Bruxelles, de Naples et de Milan : la ligue l'avait introduite en France; et le mariage de Louis XIII avec la fille de Philippe III avait tellement mis l'espagnol à la mode , qu'il était alors presque honteux aux gens de lettres de l'ignorer.

Bibliographic information