Les caractères: ou, Les moeurs de ce siècle. Précédés des Caractères de Théophraste, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 137 - ... yeux , dont il n'oublie pas de s'embellir : il a une démarche molle et le plus joli maintien qu'il est capable de se procurer : il met du rouge , mais rarement , il n'en fait pas habitude : il est vrai aussi qu'il porte des chausses et un chapeau , et qu'il n'a ni boucles d'oreilles ni collier de perles : aussi ne l'ai-je pas mis dans le chapitre des femmes.
Page 91 - Un homme paraît grossier, lourd, stupide; il ne sait pas parler, ni raconter ce qu'il vient de voir: s'il se met à écrire, c'est le modèle des bons contes; il fait parler les animaux, les arbres, les pierres, tout ce qui ne parle point: ce n'est que légèreté, qu'élégance, que beau naturel, et que délicatesse dans ses ouvrages.
Page 81 - II ne faut pas juger des hommes comme d'un tableau ou d'une figure sur une seule et première vue; il ya un intérieur, et un cœur qu'il faut approfondir...
Page 124 - Solitaire •, où il se fixe, où il se lasse, où il s'assied , où il oublie de dîner : aussi est-elle nuancée, bordée, huilée, à pièces emportées; elle a un beau vase ou un beau calice ; il la contemple , il l'admire ; Dieu et la nature sont en tout cela ce qu'il n'admire point : il ne va pas plus loin que l'oignon de sa tulipe...
Page 66 - Celui au contraire qui se jette dans le peuple ou dans la province y fait bientôt, s'il a des yeux, d'étranges découvertes...
Page 130 - ... on ne s'entend non plus parler les uns les autres que dans ces chambres où il faut attendre, pour faire le compliment d'entrée, que les petits chiens aient aboyé.
Page 274 - passe Juvénal, atteint Horace, semble créer les pensées d'autrui et se rendre propre tout ce qu'il manie; il a, dans ce qu'il emprunte des autres, toutes les grâces de la nouveauté et tout le mérite de l'invention...
Page 124 - Le fleuriste a un jardin dans un faubourg ; il y court au lever du soleil, et il en revient à son coucher. Vous le voyez planté, et qui a pris racine au milieu de ses tulipes et devant la solitaire : il ouvre de grands yeux , il frotte ses mains , il se baisse , il la voit de plus près, il ne l'a jamais vue si belle, il a le cœur épanoui de joie : il la...
Page 190 - Le discours chrétien est devenu un spectacle. Cette tristesse évangélique qui en est l'âme ne s'y remarque plus : elle est suppléée par les avantages de la mine , par les inflexions de la voix , par la régularité du geste , par le choix des mots, et par les longues énumérations.
Page 16 - L'on est né quelquefois avec des mœurs faciles, de la complaisance, et tout le désir de plaire; mais, par les traitements que l'on reçoit de ceux avec qui l'on vit , ou de qui l'on dépend , l'on est bientôt jeté hors de ses mesures , et même de son naturel ; l'on a des chagrins , et une bile que l'on ne se connaissait point ; l'on se voit une autre complexion , l'on est enfin étonné de se trouver dur et épineux.

Bibliographic information