Mémoires politiques et anecdotiques, inédits, du baron de Grimm, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 71 - Vous m'avez lâchement trompé deux ans de suite; vous avez massacré ou fait massacrer par une bête brute le travail de vingt honnêtes gens qui vous ont consacré leur temps, leurs talents et leurs veilles gratuitement, par amour du bien et de la vérité...
Page 383 - J'ai donné ma pièce au public pour l'amuser et non pour l'instruire, non pour offrir à des bégueules mitigées le plaisir d'en aller penser du bien en petite loge à condition d'en dire du mal en société.
Page 109 - Louise prononcera ses vœux aux carmélites de Saint-Denis, et par-dessus tout cela, comme sachant le latin, l'italien, l'anglais. «Vous vous êtes mis, dit-il au récipiendaire, à portée de découvrir tous les larcins, et vous êtes aussi instruit que des princes étrangers qui voyagent...
Page 8 - ... exceptant les princes et princesses de mon sang, qui ne peuvent être comparés ni mis en rang avec aucun autre Français, et ne voulant d'ailleurs rien...
Page 200 - M. le comte, encore moins ceux qui sont « assez lâches et efféminés pour, quand ils ont les plus « grands torts, se faire donner des gardes des maréchaux « de France par amour de leur pauvre petit individu. C'est « pourquoi je vous attends ce soir à six heures au Cours la « Reine, et je vous apprendrai les règles de l'honneur.
Page 39 - ... était démonstrateur aux leçons publiques au Jardin du roi, le docteur Bourdelin était professeur, et finissait ordinairement sa leçon par ces mots : « Comme monsieur le démonstrateur va vous le prouver par ses expériences. » Rouelle prenant alors la parole, au lieu de faire ses expériences, disait : «Messieurs, tout ce que monsieur le professeur vient de vous dire est absurde et faux, comme je vais vous le prouver. » Malheureusement pour M. le professeur, il tenait souvent parole.
Page 363 - Si j'ai partagé avec toute l'Europe vos regrets, madame, sur la perte de cet homme incomparable , vous vous êtes mise en droit de participer à la reconnaissance que je dois à ses écrits. Je suis sans doute très-sensible à l'estime et à la confiance que vous me marquez ; il m'est bien flatteur de voir qu'elles sont héréditaires dans votre famille. La noblesse de vos procédés vous est caution de mes sentiments à votre égard. « J'ai chargé M. Grimm de vous en remettre quelques faibles...
Page 161 - S'étant rangés sous l'étendard de madame du Barry, ils sentaient que leur existence dépendait de celle de la maîtresse et du ministre. C'est ce qui fit que M. le duc d'Aumont , premier gentilhomme de la chambre , d'année , les premiers jours de la maladie , sous prétexte qu'il y avait trop de monde dans la chambre du roi, aima mieux renoncer aux devoirs de sa charge, et s'éloigner, du chevet du lit de son maître , que de courir risque , en laissant entrer ceux qui en avaient le "droit, que...
Page 221 - Fuyez, où je monte en chaire Et crie à l'impiété! — Vous me chassez ; mais j'espère Avoir mon tour, et j'attends : Car je suis fille du Temps, Et j'obtiens tout de mon père.
Page 280 - Chavigny, sans se déconcerter, soutint ce qu'il avait avancé; et, pour le prouver , il pria M. le régent de le faire mettre à la Bastille et de l'y retenir toute sa vie, si les choses qu'il avait avancées ne s'effectuaient pas. Ce prince y consentit. Il n'y...

Bibliographic information