La France illustrée par ses femmes: ou, Beaux exemples d'amour filial, de tendresse maternelle, de dévouement conjugal, de modestie de traits d'esprit, amour de l'étude, mérite litteraire des femmes qui se sont distinguées en France par leurs talens ou leurs vertus

Front Cover
A la librairie de l'enfance et de la jeunesse de Pere Maumus, 1833 - Women - 374 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 34 - Un auteur quelquefois trop plein de son objet Jamais sans l'épuiser n'abandonne un sujet. S'il rencontre un palais, il m'en dépeint la face; II me promène après de terrasse en terrasse; Ici s'offre un perron; là règne un corridor; Là ce balcon s'enferme en un balustre d'or, II compte des plafonds les ronds et les ovales; « Ce ne sont que festons, ce ne sont qu'astragales'.
Page 305 - Voyager est, quoi qu'on en puisse dire, un des plus tristes plaisirs de la vie. Lorsque vous vous trouvez bien dans quelque ville étrangère, c'est que vous commencez à vous y faire une patrie; mais traverser des pays inconnus, entendre parler un langage que vous comprenez à peine , voir des visages humains sans relation avec votre passé ni avec votre avenir, c'est de la solitude et de l'isolement sans repos et sans...
Page 42 - Ces ouvrages ont toujours pour moi le charme de la nouveauté , et j'y trouve tant de choses propres pour réformer le monde, que je ne fais point de difficulté de vous avouer que dans les sermons que je prépare pour la cour vous serez très-souvent à côté de saint Augustin et de saint Bernard
Page 77 - ... états laissent un vide affreux, une inquiétude, une lassitude, une envie de connaître autre chose, parce qu'en tout cela rien ne satisfait entièrement.
Page 50 - France, habits rebattus et rebrochés d'or , pierreries , brasiers de feu et de fleurs, embarras de carrosses, cris dans la rue, flambeaux allumés, reculements et gens roués ; enfin le tourbillon , la dissipation , les demandes sans réponses, les compliments sans savoir ce que l'on dit , les civilités sans savoir à qui l'on...
Page 65 - J'ai la vue assez bonne quoique les yeux gros; je les ai bleus, j'en ai un plus enfoncé que l'autre, du côté que je penche la tête. J'ai le nez d'assez bonne prise. Mes dents, autrefois perles carrées, sont de couleur de bois et seront bientôt de couleur d'ardoise; j'en ai perdu une et demie du côté gauche et deux et demie du côté droit et deux un peu égrignées.
Page 48 - ... de mousse où je vous ai vue quelquefois couchée. Mais, mon Dieu, où ne vous ai-je point vue ici ? et de quelle façon toutes ces pensées me traversent-elles le cœur ? Il n'ya point d'endroit, point de lieu, ni dans la maison, ni dans l'église, ni dans le pays, ni dans le jardin, où je ne vous...
Page 65 - J'ai trente ans passés; si je vais jusqu'à quarante, j'ajouterai bien des maux à ceux que j'ai déjà soufferts depuis huit à neuf ans. J'ai eu la taille bien faite, quoique petite : ma maladie l'a raccourcie d'un bon pied, Ma tête est un peu grosse pour ma taille : j'ai le visage assez plein pour avoir le corps très-décharné.
Page 65 - ... et. me dépeignent d'une autre façon que je ne suis fait: les uns disent que je suis cul-de-jatte ; les autres, que je n'ai point de cuisses, et que l'on me met sur une table, dans un étui, où je cause comme une pie borgne; et les autres que mon chapeau tient à une corde qui passe dans une poulie, et que je le hausse et baisse pour saluer ceux qui me visitent. Je pense être obligé, en conscience, de les empêcher de mentir plus longtemps.
Page 260 - Grave et serein, avec un éclair dans les yeux. Puis, pauvre prisonnier, qu'on raille et qu'on tourmente, Croisant ses bras oisifs sur son sein qui fermente, En proie aux geôliers vils comme un vil criminel, Vaincu, chauve, courbant son front noir de nuages, Promenant sur un roc où passent les orages Sa pensée, orage éternel. Qu'il est grand, là surtout ! quand, puissance brisée...

Bibliographic information